Autour de Jacques Pimpaneau

E&S01

Un plaisir n’arrive, dit-on, jamais seul ― la jeune maison d’édition Espaces&Signes, l’éditeur des cultures du monde, nous en procure deux d’un coup sous la forme de deux livres qui devraient trouver leur public :

La robe de papier

Le premier ouvrage a été élaboré en l’honneur de l’auteur du second. Il offre des contributions de 16 anciens des Langues’O ― comprendre l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ―, où ils ont suivi l’enseignement de Jacques Pimpaneau. Les étudiants de naguère, devenus à leur tour maîtres dans leur domaine ― universitaires, ou lettrés et traducteur, tous férus de ce qui touche à la Chine, à sa culture et naturellement à sa littérature ―, ont tissé un hommage très réussi à leur mentor qui a préféré s’effacer devant la figure de la poétesse Xue Tao 薛濤 (770 ?-832). De fait, on apprendra peu sur elle, sinon qu’elle vécut « à Chengdu, sous la dynastie Tang » et « qu’elle mérite notre respect » pour avoir été une courtisane, « donc une amoureuse qui aimait partager le plaisir », et qu’elle fabriquait « du beau papier avec l’eau d’un puits dans le parc où elle se promenait » (pp. 7-8). On en saura plus sur elle en lisant l’ouvrage que Jeanne Larsen livra en 1987 sous le titre de Brocade River Poems. Selected Works of the Tang Dynastie Courtesan Xue Tao (Princeton : Princeton University Press, 1987, 110 p. [68 poèmes traduits, plus 16 pages de présentation]) qu’en consultant celui que Pierre Lorrain (traduction) et Zhu Jie (calligraphie) offrirent en 1992 (La Différence, collection « Orphée ») sous le titre Un torrent de montagne [51 poèmes traduits], dûment signalé en note p. 223.

Poésies

Mais si l’anthologie ne donne à lire aucun de la centaine de poèmes subsistants de celle qui a été l’ami de Yuan Zhen 元稹 (779-831) et aurait été la maîtresse du poète Bai Juyi 白居易 (772-846), on se rattrape aussitôt avec, « en guise de prélude », deux « commémorations » du poète Lu You 陸游 (1125-1210) ― « Le nid aux livres », Shuchaoji 書巢記 (1182) et « Dans ma chambre », Jushiji 居室記 (1200) ― finement servies par Vincent Durand-Dastès (pp. 9-13).  Qui plus est, la poésie, genre si difficile à faire passer d’une langue à une autre, surtout quand la première est le chinois, se retrouve à nouveau au menu de pas moins de sept contributions (pp. 147-222). Ce sont d’abord les « Dix-huit stances sur le chalumeau barbare », Hujia shiba pai 胡笳十把拍, qui composent « un long poème en vers heptasyllabiques à la manière des Chants de Chu » et qui est attribué à Cai Yan 蔡琰 (178-?), « femme de la cour de la fin des Han (…) kidnappée par les Hu et [qui] ne put rentrer en Chine en 208 qu’en laissant ses deux enfants dans les steppes ». Très poignant, il est traduit avec beaucoup de délicatesse par Isabelle Falaschi. Valérie Lavoix livre ensuite une fabuleuse « zoologie poétique » avec un florilège de « Fragments de fu sur quelques bêtes » (pp. 159-174) parmi lesquelles on croise un singe et un chien courant sortis du pinceau de Fu Xuan 傅玄 (217-278), une chauve-souris de celui de Cao Zhi 曹植 (192-232), une tortue de Lu Ji 陸機 (261-303), des poissons de Zhi Yu 摯虞 (?-132), un « Corbeau prodigieux » datant du début du premier millénaire, et, encore de Cao Zhi, « L’épervier et le moineau » qui, comme le précédent, illustre une veine narrative ici habilement rendue. Le musicologue François Picard nous invite ensuite à découvrir des bribes d’une œuvre monumentale, le Mengqi bitan 夢溪筆談 de Shen Gua 沈括 (1031-1095), où sont esquissés les liens de complémentarité que tissent entre eux paroles et musique (pp. 175-179). Les « Errances insulaires » de Paola Calanca (pp. 181-196) nous conduisent dans « Une cité où il fait bon travailler », le Xiamen 廈門 des deux dernières dynasties évoquées par ses visiteurs, ses administrateurs inspirés et séduits par ses beautés. Les deux pages qui suivent ce long exposé érudit sont d’une nature très différente puisqu’elles contiennent, dans une piquante traduction de Pascale Wei-Guinot, « un « livret de poche » à l’usage des chanteuses » intitulé Dix raisons de l’aimer, Shi’ai langjun 十愛郎君 (pp. 197-198), livret reproduit pages 199-200. Vient ensuite un choix de poèmes de Lin Huiyin 林徽因 (1904-1955) que sert à merveille Jacqueline Estran, laquelle insiste sur l’attention que l’on devrait porter à cette poétesse d’une grande sensibilité et qui fut à la fois architecte, nouvelliste et la muse de Xu Zhimo 徐志摩 (1897-1931). Avec « Les trois regards sur la Chine d’aujourd’hui » (pp. 207-220), Michèle Métail nous fait découvrir trois poètes nés respectivement en 1974 (Qin Xiaoyu 秦曉宇), 1960 (Xiao Kaiyu 蕭開愚) et en 1975 (Liu Waitong (Liao Weitang) 寥偉黨), avec des compositions récentes et pour certaines assez glaçantes, comme le « Minibus 9 » de Liu qui, à la fin, « s’est perdu dans les circonvolutions du cerveau de l’ouvrier 2, rempli de crottes de chèvre » (p. 220). En guise de final à cette partie, et à l’ouvrage, on trouve une évocation poétique issue de la Perse du XIIe siècle : « Que dis-je ? », poème écrit par Attâr, mystique iranien traduit par Nahal Tajadod (pp. 221-222).

Entretiens

En passant directement à la poésie, j’ai sauté deux autres parties de cette anthologie qui réserve à son lecteur encore bien d’agréables surprises, et notamment deux entretiens. Le premier est une éclairante interview posthume du grand philosophe Zhu Xi 朱熹 (1130-1200) dans lequel Roger Darrobers, qui nous l’a fait mieux connaître et apprécié ces dernières années avec notamment deux livres à la « Bibliothèque chinoise » des Belles-Lettres, se fait le porte voix des disciples de l’auteur du Zhuzi yulei 朱子語類, Propos classés de Maître Zhu, d’où sont tirées les réponses (pp. 123-129). Le second est la traduction par Jean-Marie Fégly de l’entretien de l’actrice d’opéra kunqu 昆曲, Zhang Jiqing  張繼青 avec le spécialiste du genre dramatique Gu Zhaoshen 古兆申 tel qu’il figure dans un recueil que l’écrivain Bai Xianyong 白先勇 avait réuni en 2004 lors de la « réadaptation du célèbre opéra Le Pavillon aux pivoines » (Mudanting 牡丹亭) de Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1616) (pp. 131-143) ― dont on peut, quand même, rappeler qu’il existe une traduction en langue française (André Lévy, MF Editions, 1999).

Récits

Mais finissons par le commencement et cette première partie consacrée aux récits. C’est Catherine Despeux qui l’inaugure avec trois « Biographies de moines excentriques », celle de Hanshan 寒山 (691-793), Montagne Froide, dont Jacques Pimpaneau avait naguère (1975) traduit 25 poèmes sous le titre de Clodo du Dharma (rééd. You Feng, 2012) et qu’on retrouve ici associé à son maître Fenggan 豐幹 et « à son compère Orphelin Recueilli, Shide 拾得 » (« Le Clodo du dharma et ses compères », pp. 17-30). Sous le titre de « Requiescat in pace » se cache la traduction par Jacques Pimpaneau d’un chuanqi 傳奇 sans titre de la dynastie Song tiré du Gui dong 鬼董 (Leçons de démons). Il conte les agissements bien peu moraux d’une criminelle qui, conduite à cette extrémité par la fatalité, « tue par amour » (pp. 31-35). La fête continue avec « Comment Maître Lü parvient à transformer les plus coriaces » (pp. 37-43), et un ensemble de cinq courts récits datant des Yuan choisis par Isabelle Ang ; tous mettent en scène l’immortel Lü Dongbin 呂洞賓 « à la recherche de personnes à convertir aux pratiques taoïstes de « longue vie » ». Les quarante pages suivantes ― « Comment Fleur de pêcher dama le pion au stratège matricide et au saint confucéen » (pp. 45-86) ― permettent à Vincent Durand-Dastès de nous offrir des « variations sur deux beaux cycles légendaires dont on retrouve des avatars d’un bout à l’autre de la Chine », donnant ainsi un goûteux aperçu d’un corpus qu’il a raison de comparer à la Grande muraille (Voir  « La Grande Muraille des contes : une collecte géante de littérature populaire en Chine à la fin du XXe siècle et sa publication »). Avec sa « Randonnée avec les immortels » (pp. 87-96), Bernard Allanic illustre à son tour la richesse de ce corpus avec trois contes populaires en rapport avec trois des montagnes sacrées de la Chine. Françoise Moreux, quant à elle, nous invite à « Battre aux poings le Tyran de l’Ouest », Quandazhen Guanxi 拳打針關西 (pp. 97-100), en traduisant une courte « ballade pour conteurs » (zhuizishu 墜子書) s’inspirant des facéties martiales de Lu Da 魯達 du Shuihuzhuan 水滸傳. « Une fée-serpent du Poitou en pays Miao » (pp. 101-120) de Michèle Zedde ravira ceux qui cherchent à dresser des ponts entre les cultures populaires chinoise et française, car on découvre comment « une histoire poitevine « bien de chez nous » » peut faire penser à la fameuse Légende de Serpent Blanc, Baishe chuanshuo 白蛇傳說. En prime à cette sympathique évocation d’une pratique originale de l’art des conteurs, pratique dont Jacques Pimpaneau fut un inspirateur avisé et qui réunit beaucoup des collaborateurs de cette anthologie, on pourra lire (pp. 113-120) la version chinoise de « La légende de Persine et Mélusine ».

Que dire encore de cette publication sinon que sa lecture offrira à l’ensemble des lecteurs un immense plaisir à voir se déplier l’éventail riche et varié de la littérature chinoise ancienne et moderne, savante et populaire. L’ensemble est à ce point réussi qu’on en oublierait presque les difficultés surmontées par les traducteurs pour nous le livrer avec, ce qui ne gâche rien et devrait satisfaire les plus exigeants, un appareil critique (notes et glossaire) presque sans faille. Les présentations sont, de ce point de vue, exemplaires car elles soulignent judicieusement l’intérêt de chaque texte. Jacques Pimpaneau peut être satisfait de sa robe de papier.

Sanglantes chroniques

Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses est un ouvrage d’une autre nature. Au-delà du plaisir que sa lecture peut procurer, ― mais n’est-ce pas là le principal ? ― , on ne peut se retenir de formuler au moins une réserve : il propose, non pas des traductions, mais des adaptations libres, pour ne pas dire orientées, de sources classiques. Celles-ci mettent en scène des criminelles, comme l’explique l’auteur, fort habile conteur au demeurant, dans un avant-propos intitulé « Qu’elles reposent en paix ! » (pp. 11-14) : « J’ai repris les faits tels qu’ils figurent dans les livres d’Histoire […]. J’ai néanmoins romancé ces données historiques pour essayer, non pas de justifier les actes de ces femmes, mais de montrer que ces louves, qui ont défendu leurs petits jusqu’à commettre des crimes, ont agi au nom d’un instinct qui fait fi de toute morale sociale », avec la volonté de « montrer leur vérité » (p. 12).

Chacun jugera donc du résultat en fonction ses attentes et de ses goûts. Il n’en reste pas moins que ces Chroniques sanglantes tiennent le coup, car l’auteur évolue dans cette Chine ancienne avec beaucoup d’aisance et de sûreté, ponctuant son récit d’informations contextuelles nourries d’une longue fréquentation des textes et du pays même. Elles invitent aussi au jeu de l’identification des sources exploitées. Voici des pistes auxquelles conduisent les indications parfois évasives laissées par l’auteur (que je reprends ici entre guillemets) :

  • « La courtisane amoureuse » (pp. 17-37), présenté comme un « dramatique fait-divers [s’étant] déroulé à Taiyuan […] sous la dynastie Ming », s’inspirerait du 24e conte du Jingshi tongyan 警世通言 de Feng Menglong 馮夢龍 (« Yutangchun luo nan feng fu » 玉堂春落難逢夫 (Yutangchun tombée en difficultés rencontre son mari), voir « La fidèle courtisane Yutangchun »,  A. Lévy, Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France/Institut des hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’institut des hautes études chinoises », vol. VIII-2, 1979, pp. 482-491)
  • « L’impératrice cruelle et solitaire » (pp. 39-53) dont il est question ici est l’impératrice Lü 呂, épouse de l’empereur Gaozu 高祖 fondateur de la dynastie Han, en 206 avant J.-C. et dont les actions font l’objet d’un chapitre du Shiji  史記 (Mémoires historiques) de Sima Qian 司馬遷 (voir. « Benji » 本紀,  j. 9, « Lü hou » 呂后, traduit par Edouard Chavannes, Mémoires historiques de Sse-ma Ts’ien. Paris : Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve, (1897) 1967, t. 2, pp. 406-442).
  • « La confession d’une mère » (pp. 55-70) se base sur la version que l’on trouve dans le Zuozhuan 左傳, « Commentaire de Zuo, qui complète la chronique du royaume de Lu [魯] » et non sur celle de Sima Qian qui « fut reprise de siècle en siècle, en particulier au théâtre, dans L’Orphelin de la famille Zhao, pièce qui fut traduite en français au XVIIIe siècle par le père Prémare et qui inspira à Voltaire, en 1755, L’Orphelin de la Chine ».
  • « La vengeance de la reine barbare » (pp. 71-97). « L’histoire de cette souveraine se situe au royaume de Jin [晉] pendant l’Antiquité », soit comme l’indique le texte, « durant le règne du duc Xian [獻公] (676-651 avant J.-C.) »
  • « Deux enfants de la balle au palais impérial » (pp. 99- 108) est « l’histoire de Zhao Feiyan et de sa sœur. [Elle] se passe sous le règne de l’empereur Cheng (33 avant J.-C. – 7 avant J.-C.) de la dynastie des Han Antérieurs », et, comme Jacques Pimpaneau l’indique encore, « elle a inspiré de nombreuses versions, dont, au début du XVIIe siècle, un roman anonyme », le Zhaoyan qushi 昭陽趣史 traduit par Christine Kontler sous le titre de Nuages et pluies au palais des Han (Arles : Philippe Picquier, 1990). Ajoutons que Huang San et Lionel Eptsein en ont traduit une version ancienne, savoir le Zhao Feiyan waizhuan 趙飛燕外傳 : « Biographie officieuse de l’impératrice Feiyan » dans Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (You Feng, 2012, pp. 9-28).

Pour conclure, souhaitons un brillant avenir à la maison d’édition Espaces & Signes qui a sorti l’année dernière deux autres titres : Les Trente-deux Marches du trône ou Comment mériter le pouvoir, conte indien découvert et traduit par le baron Daniel Lescallier (1743-1822), et Ïrq Bitig qui est la première traduction en langue française par Rémy Dor d’un jeu divinatoire turk datant du Xe siècle.

Pierre Kaser


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *