« Cendrillon » retourne au bal

SF Chine

     L’histoire que je vais vous conter ici narre le destin d’une grande dame éprouvée par la séculaire caresse du temps. Les vicissitudes de l’existence ne l’ont, en effet, point épargnée, cette dernière se voyant cahotée par les lubies versatiles des bien-pensants et de quelques pédants. A l’instar de son homologue maintes fois contée, sa vie fut plus que tumultueuse, mais, contrairement à celle-ci, son histoire ne s’est guère fait entendre des oreilles occidentales. Ainsi, je vais tâcher de la restituer brièvement ci-dessous.

Enfant de traductions

     Il était une fois une jolie enfant qui naquit à l’aube du siècle dernier sous les pinceaux traducteurs de nombreux personnages de l’élite intellectuelle chinoise, partisans de la modernisation à l’occidentale, comme par exemple Liang Qichao 梁启超 (1873-1929), Xue Shaohui 薛绍徽 (1866-1911), Bao Tianxiao 包天笑 (1876-1973), Zhou Guisheng 周桂笙 (1873-1936) ou encore Lu Xun 鲁迅 (1881-1936). Ces derniers mirent le pied à l’étrier pour traduire et adapter nombre d’ouvrages de science-fiction étrangère, et en particulier les œuvres célèbres de Jules Verne que sont Le Tour du monde en 80 jours (1873) ou De la Terre à la Lune (1865), les considérant comme un outil exhortant à l’innovation technologique et au progrès scientifique, permettant d’« améliorer la pensée et assister la civilisation »1, et dont la présence était indispensable pour guider le peuple chinois vers le progrès : « pour guider le peuple chinois vers le progrès, il faut forcément commencer par les romans scientifiques »2.

     Très vite, les auteurs chinois se lancèrent dans l’aventure. Le premier à ouvrir le bal fut un auteur inconnu, ayant pour nom de plume Huangjiang Diaosou 黄江钓叟, dont le roman inachevé Yueqiu zhimindi xiaoshuo 月球殖民地小说 (Récit de la colonie lunaire), publié en 1904, est considéré comme le premier roman chinois de science-fiction. Après le déclin de la dynastie Qing 清 en 1911, la Chine subit une série de drames sociaux et de changements politiques qui affectèrent profondément le genre. Au gré du vent du changement émanant du Mouvement du 4 mai 1919, la langue vernaculaire commença à remplacer le chinois classique comme langue écrite. Concomitamment à la fondation du premier périodique de littérature pure de Chine, Xiaoshuo lin 小说林, qui publiait, outre des traductions de science-fiction, des œuvres originales telle que Xin Faluo xiansheng tan 新法螺先生谭 (L’Histoire du nouveau Monsieur Triton) de Donghai Juewo 东海觉我 [nom de plume de Xu Nianci 徐念慈 (1875-1908)] ; Lao She 老舍 (1899-1966) emprunta pour sa part la science-fiction comme objet de satire sociale dans son roman Mao cheng ji 猫城记 (La Cité des chats, 1932).

     Durant cette période de bourgeonnement, la science-fiction chinoise fit montre de quelques singularités : elle était, en premier lieu, promue par des hommes de lettres chinois de premier ordre, tels que, outre ceux cités précédemment, Kang Youwei 康有为 (1858-1927), Zhou Zuoren 周作人 (1885-1967), ou encore Mao Dun 矛盾(1896-1981). En second lieu, les auteurs de cette époque étaient tous en avance sur leur temps, leurs ouvrages dépassant souvent la capacité d’appréciation des lecteurs qui n’avaient, à l’époque, que peu de références sur lesquelles se baser pour aiguiser leur esprit face à de telles œuvres novatrices.

Avancer vers la science 向科学进军

     Eu égard à la guerre civile chinoise (1945-1949) et à l’établissement de la République Populaire de Chine en 1949, les travaux inspirés par la pensée du « réalisme socialiste » de la science-fiction soviétique commencèrent à poindre pour mener la danse tandis que d’autres se retrouvèrent sans cavalier. En accord avec la théorie soviétique, la science-fiction chinoise devait suivre au minimum deux règles. Premièrement, elle devait décrire les processus imaginaires de l’esprit scientifique par l’intermédiaire desquels le développement techno-scientifique pouvait être achevé. Deuxièmement, elle devait décrire le futur de la société communiste, libérée de la lutte des classes et engagée dans la réconciliation de l’humanité et de la nature3. Malgré cela, plusieurs écrits originaux virent le jour durant cette période, et notamment ceux embrassant une approche de « popularisation scientifique » visant à diffuser la science auprès des jeunes lecteurs et à ériger un « merveilleux avenir socialiste » pour la mère-patrie, ce qui fait écho à l’éditorial du 16 septembre 1955 du Quotidien du PeupleRenmin Ribao 人民日报, « Daliang chuangzuo, chuban, faxing shaonian ertong duwu 大量创作,出版,发行少年儿童读物 » (Créer, publier et diffuser en grand nombre les lectures pour jeunes et enfants), ainsi qu’à l’appel lancé ultérieurement par le gouvernement central incitant le peuple à « avancer vers la science », xiang kexue jinjun 向科学进军.

     Zheng Wenguang 郑文光 (1929-2003) fut notamment connu comme le « père de la science-fiction chinoise » pour ses écrits s’étendant de cette période jusqu’au commencement de la Grande Révolution Culturelle (1976-1976). Après Zheng Wenguang, un grand nombre d’auteurs de science-fiction a vu le jour sur le continent chinois. Certains étaient des explorateurs consciencieux de littérature de science-fiction, d’autres étaient des auteurs de vulgarisation scientifique auxquels on avait demandé d’écrire de la science-fiction sous le système de planification, d’autres encore étaient des auteurs de littérature jeunesse qui avaient été appelés de manière parodique les « soldats enrôlés de force »4. Du fait que la Chine à cette époque imitait comme un mouton de Panurge le système soviétique, si l’Union Soviétique possédait une catégorie « science-fiction » dans sa littérature, alors la Chine devait en avoir une elle aussi. Seulement, à cette époque, il n’y avait pas de catégorie spécifiquement établie comme étant de la littérature de science-fiction, cette dernière étant plutôt considérée comme de la vulgarisation scientifique ou de la littérature jeunesse. Par conséquent, pour que la contribution artistique des auteurs obtiennent l’approbation des autorités, il fallait que ces derniers adhèrent à des Associations d’Écrivains de Vulgarisation Scientifique, Kepu zuoxie 科普作协, elles-mêmes subordonnées à l’Association Scientifique, Kexie 科协. Quant aux auteurs ayant le statut d’écrivains de littérature jeunesse, ils devaient adhérer à l’Association Chinoise des Écrivains, Zhongguo zuoxie 中国作协. Cette situation constitua une énorme contrainte pour le développement de la science-fiction, les auteurs se voyant obligés, lorsqu’ils écrivaient, de suivre les directives afin de s’adapter aux normes des œuvres de littérature jeunesse et de vulgarisation scientifique des maisons d’éditions.

     La Grande Révolution Culturelle fut par la suite lancée. Durant cette période de troubles, très peu d’œuvres littéraires furent imprimées, la science-fiction s’étant, à peu de chose près, volatilisée du continent chinois du fait de la lourde restriction concernant l’accès à la fiction à cette époque, époque que Wu Yan décrit en ces mots :

« Je me souviens quand, alors que j’étais enfant durant la Révolution Culturelle, je brisais les bandes de papiers qui scellaient les fenêtres et me faufilais à l’intérieur de la bibliothèque publique fermée. Les piles de vieux livres étaient recouverts de poussière. D’après les Gardes Rouges, ces livres étaient de la simple propagande embrassant le féodalisme, le capitalisme, et le révisionnisme, et qu’ils méritaient d’être brûlés. Parmi ces soi-disant  »herbes empoisonnées », j’ai toutefois découvert le roman grandiose de Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers, et plusieurs écrits de science-fiction d’écrivains soviétiques et chinois. Les fabuleux futurs dans ces livres m’emmenaient dans des mondes très différents de la folle et cruelle réalité de la  »Lutte des Classes » de la Révolution Culturelle. »5.

Le Printemps de la science 科学的春天

     Après le Congrès National de Science ayant eu lieu en mars 1978, organisé par le Comité Central et le Conseil d’État, et sa déclaration affirmant que « le printemps de la science était venu »6, s’en suivit un plus grand enthousiasme pour la science, et par là même pour la science-fiction, avec la publication, la même année, du roman pour enfants Xiao Lingtong manyou weilai 小灵通漫游未来 (Xiao Lingtong voyage dans le futur) de Ye Yonglie 叶永烈 (1940-), ce qui amorça le retour de la littérature de science-fiction en Chine. Le magazine Kexue Wenyi 科学文艺 (Belles-Lettres Scientifiques), nouvellement fondé, commença à publier dès 1979 des traductions et des travaux originaux de science-fiction. Tong Enzheng 童恩正 (1935-1997) écrivit Shanhudao shang de siguang 珊瑚岛上的死光 (Le Rayon mortel de l’île de corail), qui fut plus tard adapté en film, ce qui en fit le premier film de science-fiction chinois. Nous retrouvons également Zheng Wenguang qui publia en 1979 son célèbre ouvrageFeixiang Renmazuo 飞向人马座 (Vol vers la Constellation du Sagittaire), et qui devînt, en 1980, membre de la World Science Fiction Society. A cette époque, les relations entre le monde de la science-fiction et celui de la littérature pure étaient fort harmonieuses, des revues de littérature pure intégrant même dans leurs publications nombre d’ouvrages de science-fiction.

Pollution spirituelle 精神污染

     Cette réhabilitation de la science-fiction sera néanmoins victime des tribulations causées par la Campagne Anti-Pollution Spirituelle (1983-1984), Qingchu jingshen wuran 清除精神污染, qui apposa l’étiquette de « pollution spirituelle » sur la science-fiction et lui coupa littéralement l’herbe sous le pied, la définissant comme une « zone sévèrement touchée par la pollution spirituelle de la bourgeoisie », certains ouvrages « répandant les superstitions féodales et l’idéologie idéaliste, mettant l’accent sur le meurtre et la pornographie, répandant la pensée putride de la bourgeoisie, certains exprimant même des opinions idéologiquement et politiquement erronées […], il y a encore une partie des ouvrages prônant la vie dépravée, immorale et de débauche de la bourgeoisie occidentale. »7. La science-fiction fut également vivement critiquée par le monde scientifique chinois, ce dernier lui reprochant de n’être qu’une « anti-science », fan kexue 反科学, ou une « fausse science », wei kexue 伪科学 ; attaques auxquelles l’auteur Ye Yonglie apporta une réponse des plus adéquates : « la science-fiction n’est pas l’équivalent d’une thèse scientifique, et n’est pas non plus le schéma précis de l’avenir de la science »8. Ces brimades eurent pour conséquence la prohibition de la science-fiction en Chine continentale et le dénigrement d’auteurs majeurs tels que Ye Yonglie, Tong Enzheng, Liu Xingshi 刘兴诗 (1931-) ou encore Xiao Jianheng 肖建亨 (1927-). Ainsi que « Cendrillon disparut sans bruit du bal »9, ainsil’enthousiasme pour la science-fiction, kehuan re 科幻热, disparut de l’Empire du Milieu. « Des milliers de kilomètres séparent Jeune homme Réalité de Mademoiselle Fantaisie ! »10.

Nouvelle génération 新生代

     En 1991, Yang Xiao 杨潇 (1950-), la directrice du magazine Kexue Wenyi, décida d’organiser une convention de science-fiction à Chengdu, au Sichuan. Ce qui fut non seulement le premier congrès international de science-fiction à se tenir en Chine continentale, fut également le premier événement international à se tenir en Chine depuis les protestations étudiantes et le massacre de la place Tian’anmen en 1989. Kexue Wenyi fut alors rebaptisé Kehuan Shijie 科幻世界 (Le Monde de la science-fiction), et inclut dans ses rangs des auteurs tels que Liu Cixin 刘慈欣 (1961-), Han Song 韩松 (1965-), Wang Jinkang 王晋康 (1948-) ou encore He Xi 何夕 (1971-), qui devinrent populairement connus sous l’appellation des « Quatre talents de la science-fiction », kehuan sijie 科幻四杰. Depuis les années 1990, la science-fiction chinoise se soustrait aux vieux modèles et voit ainsi naître une inclination relative à l’ouverture et au pluralisme stylistique. Du côté de l’écriture, la conception mettant sur un pied d’égalité la science-fiction et la vulgarisation scientifique fut délaissée par la nouvelle génération d’auteurs. Certains auteurs ne se privant pas pour allier dans leurs œuvres philosophie, réflexions et récit science-fictionnel à proprement parler. Cette nouvelle génération est donc marquée du sceau de la poursuite d’émancipation, par laquelle elle cherche aussi bien à se rapprocher de la science-fiction mondiale qu’à ériger ses caractéristiques propres.

     Parmi les œuvres représentatives de cette nouvelle génération, nous retrouvons Ditie 地铁 (Métro) de Han Song, Shengmin zhi ge 生命之歌 (La Chanson de la vie) et Yu wu tong zai 与吾同在 (Avec moi) de Wang Jinkang, la trilogie San ti 三体 (Les Trois corps) de Liu Cixin, Guan yaojing de pingzi 关妖精的瓶子 (Le Flacon enfermant le démon) de Xia Jia 夏笳 (1984-), ainsi que Huashu de yanjing 桦树的眼睛 (Les Yeux du bouleau) de Zhao Haihong 赵海虹 (1977-).

La consécration

     Parmi cette nouvelle génération, un auteur en particulier tire son épingle du jeu. C’est bien entendu Liu Cixin, l’auteur notamment célèbre pour son roman San ti, qui fut l’objet d’une traduction en langue anglaise réalisée par Ken Liu (aussi connu sous son nom chinois, Liu Yukun 刘宇坤), et grâce à laquelle il obtint en 2015 le Prix Hugo du meilleur roman.

     Après l’effort vint le réconfort, mais après le réconfort, alors qu’une lune ne s’était pas écoulée, Liu Cixin rencontra Li Yuanchao 李源潮, vice-président de la République et membre du Bureau Politique du Parti Communiste Chinois, qui lui précisa qu’il espérait que « tout le monde applique consciencieusement l’avis de l’autorité centrale concernant la prospérité du développement de la littérature et de l’art socialistes, soulève le drapeau des idéaux et de la science, produise davantage d’ouvrages remarquables recevant l’intérêt des masses populaires et en particulier de la jeunesse, déverse l’énergie positive de la science pour réaliser le Rêve Chinois de la grande renaissance du peuple chinois. »11, ce qui nous rappelle une partie de la science-fiction soviétique décrite par Jacques Van Herp, à savoir :

« La S.-F. soviétique est résolument optimiste. […] Cet optimisme est de rigueur dans toutes les œuvres, et les auteurs doivent nous annoncer que demain sera plus heureux qu’aujourd’hui. […] Il y a des sujets tabous : le voyage dans le temps, le paradoxe temporel, contraires à la philosophie officielle, car l’individu y prend plus d’ampleur que les facteurs économiques. Pas de guerre des mondes, ni d’avenir chargé de nuit. »12

ou encore la présentation qu’en fait Kasantsev, cité par Van Herp :

« La S.F. soviétique est plus réaliste, moins purement utopique. Ce n’est pas une simple vue de l’esprit. Elle présuppose des bases (…), est profondément utile dans la mesure où elle exalte l’effort humain, dans la mesure également où elle perce une fenêtre sur de nouveaux horizons scientifiques. Par contre, si elle reste à la traîne, si elle se contente de suivre la science, je crois qu’elle est extrêmement nuisible. C’est alors le côté négatif et purement pessimiste qui produit tant de romans où l’on dépeint l’agonie de l’humanité. Pour moi, la S.F. devrait être la littérature du désir dirigé, un rêve qui tiendrait à devenir réalité. »13.

     Nombreuses sont les raisons ayant poussé les auteurs chinois à écrire de la science-fiction, nombre de celles-ci proposent de conférer à la science-fiction un rôle des plus sérieux et des plus considérables dans la société. Les plus influentes propositions comportent l’affirmation de Liang Qichao concernant le sauvetage du pays par la fiction14, la fonction de popularisation scientifique épousée par Lu Xun dans les années 1900, la proposition de Zheng Wenguang dans les années 1950 incitant à toujours aller au devant des innovations scientifiques15, les « trois facteurs essentiels »16, mentionnés par Ye Yonglie dans les années 1970, « la vision scientifique de la vie »17, proposée par Tong Enzheng, les théories de Wei Yahua 魏雅华 et Jin Tao 金涛 sur la fonction critique de la science-fiction dans la société18 dans les années 1980, et les valeurs de divertissement et d’expression personnelle épousées par la nouvelle génération d’auteurs de science-fiction représentée par Xing He 星河 et d’autres auteurs.

     La littérature de science-fiction chinoise fut bercer par les changements du temps, de l’aurore de sa vie jusqu’à aujourd’hui. Depuis plus d’un siècle, elle évolua du conte de fées aux technologies utopiques de la fin des Qing jusqu’à l’utopie socialiste du début de la République Populaire, puis poursuivit jusque dans les années 1980 où elle fut mise sous pression en étant considérée comme de la pollution spirituelle, pour enfin renaître au début des années 1990 jusqu’à devenir une tradition littéraire riche et unique.

     Nous ne pouvons cependant pas traiter le sujet de l’avenir de la science-fiction chinoise comme une question résolue. S’il est vrai que le monde de la littérature de science-fiction chinoise est en pleine effervescence ces temps-ci, s’il est vrai que de plus en plus de regards sont portés sur cette littérature jusqu’alors relativement délaissée, on ne peut nier qu’elle fait encore face à de nombreux problèmes, qu’elle se devra de résoudre dans les années à venir, sous peine de n’être qu’une bougie qui s’essouffle et qui n’est jamais aussi étincelante qu’avant de s’éteindre.

     Depuis toujours sous la férule d’une belle-mère lunatique, espérons que cette « Cendrillon », qui fut jadis éconduite du bal, saura trouver, à l’avenir, chaussure à son pied, et qu’elle lui siéra comme de cire.


1 « Gailiang sixiang, buzhu wenming 改良思想,补助文明 » (Lu Xun 鲁迅, « Yuejie lüxing bianyan 月界旅行辩言 » (De la Terre à la Lune, argumentation), in Wang Quangen 王泉根, Xiandai Zhongguo kehuan wenxue zhuchao 现代中国科幻文学主潮 (Les Principaux courants de la littérature de science-fiction chinoise moderne). Chongqing : Chongqing, 2011, p. 3).

2 « Dao Zhongguo renqun yi jinxing, bi zi kexue xiaoshuo shi 导中国人群以进行,必自科学小说始 » (Lu Xun, ibid).

3 Wu Yan, «  »Great Wall Planet » : Introducing Chinese Science Fiction » (traduit en anglais par Wang Pengfei et Ryan Nichols), in Science Fiction Studies, vol. 40, n. 119, mars 2013, p. 3.

4 Les « soldats enrôlés de force », zhua zhuangding 抓壮丁 en chinois, font référence au sens ancien du terme désignant les jeunes hommes qui étaient enrôlés de force pour compléter les effectifs de l’armée.

5 « I remember how, as a child during the Cultural Revolution, I would break the paper strips that sealed the windows and sneak into the locked public library. The piles of old books were covered in dust. According to the Red Guards, these books were mere propaganda espousing feudalism, capitalism and revisionism, and they deserved to be burned. Among that so-called  »poisonous grass », however, I discovered Jules Verne’s amazing novel, Vingt mille lieues sous les mers, and many sf works by Soviet and Chinese writers. The fabulous futures in these books took me to worlds very different from the insane and cruel reality of the Cultural Revolution’s  »Class Struggle ». » (Wu Yan, ibid, p. 8).

6 « Kexue de chuntian daolai le 科学的春天到来了 » (Guo Moruo 郭沫若, « Kexue de chuntian 科学的春天 », in Renmin Ribao, 01/04/1978, publié en ligne le 17/04/2014 : http://yuqing.people.com.cn/n/2014/0417/c357068-24909258.html, consulté le 30/10/2015).

7 « 散布封建迷信和唯心主义,渲染凶杀、色情,散布资产阶级的腐朽思想,有的甚至发表一些思想政治观点有错误的议论 […],还有一部分作品宣扬西方资产阶级灯红酒绿、放浪形骸的糜烂生活。 » (Feng Feng 冯凤, « Kexue huanxiang xiaoshuo chuangzuo de qitu—San nian kehuan xiaoshuo chuangzuo zhong de yixie buliang qingxiang 科学幻想小说创作的歧途——三年科幻小说创作中的一些不良倾向 » (La fausse route de création de science-fiction—Quelques tendances néfastes dans ces trois années de création de science-fiction), in Wang Quangen 王泉根, op. cit., pp. 395-397).

8 « Kehuan xiaoshuo bu dengyu kexue lunwen, ye bushi kexue weilai de zhunque lantu 科幻小说不等于科学论文,也不是科学未来的准确蓝图。 » (Ye Yonglie 叶永烈, « Zhongguo kehuan xiaoshuo de dichao jiqi yuanyin 中国科幻小说的低潮及其原因 » (La Régression de la science-fiction chinoise et ses causes), in Wang Quangen 王泉根, ibid, pp. 401-402).

9 « Wuhui shang qiaoran yintui de « Huiguniang » 舞会上悄然隐退的“灰姑娘” » (Ye Yonglie 叶永烈, ibid, p. 401).

10 « Xianshi xiaohuo gen Huanxiang guniang zhijian gezhe shiwan baqian li li ! 现实小伙跟幻想姑娘之间隔着十万八千里哩! » (Ye Yonglie 叶永烈, « Ye Yonglie youmo xiaoshuo : Wugeng han meng 叶永烈幽默小说:五更寒梦 » (Roman humoristique de Ye Yonglie : Rêve glacial à l’aube), consulté le 1er novembre 2015, [En ligne] : http://blog.sina.com.cn/s/blog_470bc6dd010001ux.html

11 « 大家认真贯彻中央关于繁荣发展社会主义文艺的意见,高扬理想和科学旗帜,创作更多受人民群众特别是青少年喜爱的优秀作品,为实现中华民族伟大复兴的中国梦注入科学正能量。 », « Li Yuanchao yu Liu Cixin deng kepu kehuan zuojia zuotan 李源潮与《三体》作者刘慈欣等科普科幻作家座谈 » (Discussion entre Li Yuanchao et l’écrivain de vulgarisation scientifique et de science-fiction Liu Cixin, auteur de « San ti »), in Fenghuang Xinwen, publié en ligne le 14 septembre 2015 : http://i.ifeng.com/news/sharenews.f?aid=101324021&from=timeline&isappinstalled=0, consulté le 1er novembre 2015.

12 Jacques Van Herp, Panorama de la science-fiction. Les thèmes, les genres, les écoles, les auteurs. Bruxelles : Claude Lefrancq, « Volumes », 1996, pp. 490-492.

13 Jacques Van Herp, ibid, p. 490.

14 « Liang shi fuyu xiaoshuo geng shensheng de shiming — xiaoshuo bujin yao yifengyisu, gengyao jingguo jishi, jiuguo jiumin 梁氏赋予小说更神圣的使命—小说不仅要移风易俗,更要经国济世、救国救民 (Liang confère au roman une mission encore plus sacrée—le roman ne doit pas seulement changer les habitudes et coutumes existantes, mais il doit surtout mettre en ordre le pays et secourir le monde, sauver la nation et le peuple) ». Cf. Chen Junqi 陈俊启, « Chonggu Liang Qichao xiaoshuo guan jiqi zai xiaoshuo shi shang de yiyi 重估梁启超小说观及其在小说史上的意义 » (Réévaluation de la vision du roman de Liang Qichao et sa signification dans l’histoire du roman), in Hanxue Yanjiu 汉学研究, n. 20-1, p. 310, [en ligne], consulté le 3 novembre 2015 : http://ccs.ncl.edu.tw/Chinese_studies_20_1/309-338.pdf

15 « Kehuan xiaoshuo suiran zhishi zuojia de huanxiang, danshi ta wangwang zouzai zhenzheng de kexue faming de qianmain 科幻小说虽然只是作家的幻想,但是它往往走在真正的科学发明的前面 » (Bien que la science-fiction ne soit que la fantaisie de l’auteur, elle marche cependant toujours devant les véritables innovations scientifiques). Cf. Dong Renwei 董仁威, Chuanyue 2012 : Zhongguo kehuan mongjia pingzhuan 穿越2012:中国科幻名家评传 (Dépasser 2012 : Biographies commentées des auteurs de science-fiction célèbres de Chine). Beijing : Renmin Youdian, 2012, p. 20.

16 « Zhi you tongshi juyou  »kexue »,  »huanxiang »,  »xiaoshuo » san yaosu, cai chengqi wei kexue huanxiang xiaoshuo 只有同时具有‘科学’、‘幻想’、‘小说’三要素,才成其为科学幻想小说 » (ce n’est qu’avec la présence simultanée des trois facteurs essentiels que sont la « science », la « fantaisie » et la « fiction » qu’on peut considérer cela comme de la science-fiction). Cf. Ye Yonglie, « Lun kexue huanxiang xiaoshuo 论科学幻想小说 » (Sur la littérature de science-fiction), in Wang Quangen, op. cit., p. 49.

17 « Zai kexue wenyi zuopin zhong, ta de mudi […] shi xuanchuan yizhong kexue de rensheng guan 在科学文艺作品中,他的目的[…]是宣传一种科学的人生观 » (Dans les ouvrages de littérature scientifique, son but est de promouvoir une sorte de vision scientifique de la vie). Cf. Tong Enzheng, « Tantan wo dui kexue wenyi de renshi 谈谈我对科学文艺的认识 » (A propos de mes connaissances sur la littérature scientifique), in Wang Quangen, ibid, p. 24.

18 « Ba xianshi shenghuo zhong de shehui wenti, zhuanhua wei kehuan xiaoshuo de zhuti 把现实生活中的社会问题,转化为科幻小说的主题 » (Transformer les problème sociaux de la vie réelle en thème de science-fiction). Cf. Zhao Shizhou 赵世洲, « Jin Tao kehuan xiaoshuo xinshang : huanxiang zhong de xianshi 金涛科幻小说欣赏:幻想中的现实 » (Appréciation de la science-fiction de Jin Tao : la réalité dans la fantaisie), in Wang Quangen, ibid, p. 367.

Loïc Aloisio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *