Gao Xingjian et la nouvelle Renaissance

ND-GX-Poésie

A l’occasion de la publication de la traduction de son recueil de poèmes Esprit errant pensée méditative (éditions Caractères, Paris, 2016), traduit par mes soins à l’exception des poèmes écrits directement en français, Gao Xingjian a participé à quatre manifestations à Paris. 

La première s’est déroulée à la Mairie du Ve arrondissement le 23 mai dernier dans le cadre du festival « Quartier du livre », la deuxième a eu lieu dans une salle magnifique du CROUS de Paris, rue Tournefort avec la projection du film Le Deuil de la beauté, la troisième, le 12 juin au Marché de la poésie, place Saint-Sulpice, et enfin le 24 juin, à la Maison de la Poésie, passage Molière, rue Saint-Martin, avec une nouvelle projection du Deuil de la beauté.

C’est la directrice des éditions Caractères, Nicole Gdalia, qui a présenté chaque fois notre auteur, en signalant l’importance de son œuvre romanesque, mais aussi picturale, théâtrale et cinématographique. Elle a rappelé que c’était chez elle qu’était paru le livre d’entretiens Visite à Gao Xingjian et Yang Lian en 2004.Puis, j’ai moi-même rappelé le parcours exceptionnel de Gao Xingjian, né en 1940, diplômé de français avant le début de la révolution culturelle, envoyé en rééducation par le travail manuel pendant cette « révolution », puis rappelé à Pékin en raison de ses connaissances du français au tout début de la mise en place de la politique de réforme et d’ouverture, décidé à rester en France après les événements de la place Tian’anmen. Puis, comme on le sait, le prix Nobel de Littérature en 2000 suivi d’une activité artistique partout dans le monde : expositions de peinture, mises en scène d’un opéra et de nombreuses pièces de théâtre, la parution de La Montagne de l’âme et du Livre d’un homme seul, publications d’écrits théoriques sur la création artistique, traduites dans de nombreuses langues étrangères et le tournage de trois films parfaitement atypiques, baptisés par l’auteur de ciné-poèmes.

ND-GX-Poésie02

Gao Xingjian, très en forme, très heureux de rencontrer le public nombreux qui est venu l’écouter, a expliqué patiemment quelle était sa vision personnelle des arts et lettres dans le monde globalisé. Refusant leur instrumentalisation au service des partis politiques et des idéologies, à contre-courant des arts conceptuels, Gao Xingjian affirme sa foi dans un art et une littérature purement individuels, totalement destinés à servir la réflexion personnelle des hommes en s’appuyant sur la seule esthétique. Fait nouveau, Gao Xingjian a révélé qu’il lançait un appel pour « une nouvelle Renaissance des arts et lettres » destinée à ouvrir un nouveau champ aux écrivains et aux artistes lassés par l’invasion de la publicité et du consumérisme délirant.

ND-GX-Poésie01

Au cours de chaque séance, les poèmes de Gao Xingjian ont été lus à haute voix. On a entendu par exemple :

Une fois le mensonge abandonné

Quel effroi

Alors tu trompes, je trompe

On compile tous ces mensonges

Pour tresser des nids

Qui deviendront autant de croyances

Obtenues en les rangeant

Le cœur est apaisé

(Je dis hérisson)

Noël Dutrait

Voir également :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *