Conférence de Chang Ta-chun

affiche-zhang-dachun

Le Centre culturel de Taiwan à Paris et l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) sont heureux de vous inviter à la

Conférence de l’écrivain taïwanais

Chang Ta-chun 張大春
« Les grandes tendances de la littérature taïwanaise actuelle »

le 30 septembre 2016 à 14h
Aix-Marseille Université  Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines
Bâtiment Multimédia T1 – Salle de colloque 1, 29, av. Robert-Schuman, Aix-en-Provence
Intervention donnée en chinois et traduite simultanément

Présentation de Chang Ta-chun (source : service culturel de Taïwan à Paris) :

Chang Ta-Chun, célèbre écrivain taïwanais dans le monde chinois, est né en 1957 à Taïpei dans une famille originaire de Jinan dans la province continentale du Shandong. Sa bibliographie, à la fois abondante et variée, comprend majoritairement des romans, mais aussi de la poésie, du théâtre, des récits traditionnels, de la calligraphie, des essais critiques sur la littérature, l’histoire et l’actualité. Plusieurs de ses œuvres ont été éditées aux Etats-Unis, en Angleterre, en Chine, au Japon et en France où sont notamment parus La Stèle du général (éd. Philippe Picquier, 1993 ; poche en 2004) et Enfants des rues (éd. Actes Sud, 2006). Il a participé au International Writing Program de Nieh Hua-Ling à Iowa City, joué dans le film La Cité des douleurs sous la direction de Hou Hsiao-Hsien, travaillé comme journaliste et éditorialiste, enseigné en université comme chargé de cours, conçu et animé des émissions littéraires pour la télévision. Il est actuellement responsable d’un programme sur la chaîne News98.

Les premières œuvres de Chang Ta-Chun témoignent d’une analyse et d’un questionnement répétés du langage courant avec, au final, une déconstruction de toute forme d’idéologie ainsi qu’une intrication de fiction et de réel qui reflète la réflexion de l’auteur sur le roman réaliste. Œuvres très représentatives à cet égard, La Stèle du général et Lucky Worries about His Country (traduit en anglais) sont classées parmi les 100 plus grands romans de langue chinoise du XXe siècle. Par la suite, Chang Ta-Chun introduit des faits d’actualité dans ses romans et se sert du langage de l’information et des médias comme d’un moyen de subversion politique. Deux œuvres en témoignent : Le grand menteur et Personne n’écrit au colonel. Dans les années 1990, Chang Ta-Chun, sous le pseudonyme de Da-Tou Chun, publie la série Journal hebdomadaire de la vie du jeune Da-Tou Chun, best-seller qui devient un véritable phénomène de société, relayé par les médias et marquant toute une époque. A l’aube du XXIe siècle, avec Violence dans la cité, Chang Ta-Chun renouvelle le genre du roman chinois « d’arts martiaux ». Dans la période récente, inquiet de la méconnaissance croissante des caractères chinois par ses contemporains, il publie dans la presse des chroniques sous les rubriques « Quelques caractères à connaître » ou encore « Caractères pour les enfants ». Avec la série des Li Bai et l’époque des Tang qu’il publie de 2013 à 2015, Chang Ta-Chun s’essaye avec succès au roman historique en replaçant le grand poète Li Bai dans le contexte littéraire du VIIIe siècle, sous le règne des Tang. Par la diversité de ses œuvres et par la puissance de son style, Chang Ta-Chun exerce depuis plusieurs décennies sur la création littéraire à Taïwan une influence certes encore difficile à évaluer, mais assurément considérable.

Œuvres de Chang Ta-chun en traduction à la BU


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *