Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

soft

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

Organisé par la Société française de traductologie (SoFT)

Du 29 août au 2 septembre 2016, Bâtiment La France, Réseau Asie, salles 638, 641, Av. de France, 75013 Paris

  • Dirigés par Julie Brock (Kyoto Institute of Technologie) et Florence Lautel-Ribstein (Univ. Paris Ouest-Nanterre La Défense), les traducteurs et les universitaires de différents domaines dans la langue franco-japonaise se sont réunis autour de leurs travaux de traduction. Le programme a été minutieusement préparé pour moitié sur la traduction française des œuvres de littérature japonaise (waka, haïku, essai, manga) et pour moitié sur la traduction japonaise des œuvres de littérature française (Stendhal, Aragon ou roman histoirique). Une vingtaine de spécialistes sont venus présenter leurs travaux le matin puis l’après-midi ont proposé aux participants de travailler ensemble un texte à traduire.

  • Les thématiques principales portaient sur l’histoire de la traduction (lundi), théories et méthodologies (mardi), autour des textes anciens (mercredi), différents styles (jeudi) et sur les genres (vendredi).
  • Dans une ambiance conviviale, les conférenciers ont raconté leurs tourments, astuces ou techniques face à des textes difficiles, et les participants ont posé de nombreuses questions d’ordres sociolinguistique ou philosophique.
  • Plusieurs traducteurs ont évoqué le problème de l’interprétation autour de textes anciens (VIII-IXe siècles) en raison des écritures complexes (les kana, le chinois, les kanji, etc.).
  • De très nombreux chercheurs ont souligné le problème de pronoms japonais : l’absence de la première ou de deuxième personnes ; le système de désignation, entre autres. Augustin Berque, géographe et traducteur de Watsuji, philosophe japonais, tentait de définir le concept de traduction comme tsûtai 通態 (trajection) : « l’état de va et vient », terme philosophique qui permet de comprendre de traduire l’insubstance en substance, rapport de sujet-prédicat, voire d’humaniser l’environnement.
  • Nous avons constaté que la traductologie 翻訳論 s’est développée au Japon non comme recherche de la théorie de traduction mais comme l’étude d’interprétation des textes anciens 注釈 ou 解釈学, l’herméneutique. Et cette étude dévoile que malgré de multiples corrections et relectures des textes chinois 漢文, reste intraduisible la musicalité de japonais ancien, alors que la plupart des textes à l’époque ont été transmis oralement.

Maki Matsumoto


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *