Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas !

Auteur

Liu Cixin 刘慈欣 (1963-), plusieurs fois lauréat du prix de science-fiction chinois Voie Lactée (yinhe jiang 银河奖), est l’un des auteurs de science-fiction les plus célèbres en Chine, notamment pour sa trilogie San ti 三体 (Les Trois corps), dont la traduction anglaise du premier volume, traduite par Ken Liu, a obtenu le prix Hugo 2015 du meilleur roman, et dont la traduction française, traduite par Gwennaël Gaffric, est parue début octobre et sera l’objet du présent billet. Il est, en dehors de sa vie d’écrivain, ingénieur informaticien dans une centrale hydroélectrique de la province du Shaanxi. Nous retrouvons parmi ses thèmes fétiches les catastrophes naturelles et écologiques portant atteinte à la survie de l’humanité, comme par exemple dans son premier roman Chaoxinxing jiyuan 超新星纪元 (L’Ère de la supernova) et dans Liulang Diqiu 流浪地球 (La Terre errante), ou encore le développement scientifique dans lequel il se permet de longues descriptions techniques.

Résumé

Petit avertissement avant de commencer ce résumé : si vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire le livre, et que vous ne voulez pas que les intrigues principales vous soient dévoilées, passez à la partie suivante !

Le roman commence avec le récit d’un épisode de la Grande Révolution Culturelle ayant sévi en Chine de 1966 à 1976. Nous assistons à l’affrontement entre diverses factions, au jugement et au lynchage d’un professeur de physiques, Ye Zhetai, considéré comme « anti-révolutionnaire » ; ce n’est autre que le père d’un des personnages principaux, Ye Wenjie, qui sera à l’origine de la menace qui pèsera sur l’humanité toute entière. Les évènements narrés dans ce premier chapitre constitueront les éléments déclencheurs amenant au péril de l’humanité. En effet, Ye Wenjie vouera une rancœur sans nom envers les Hommes, qui la poussera, alors qu’elle se retrouve enrôlée dans un projet top-secret, à savoir le projet Côte-Rouge visant à rentrer en contact avec d’éventuelles civilisations extraterrestres, à « inviter » le peuple des Trisolariens à venir sur Terre pour conquérir notre monde, car « notre civilisation est incapable de résoudre ses propres problèmes. Nous avons besoin de [leur] intervention » (p. 295). Ceux-ci vivent dans la galaxie d’Alpha du Centaure, la plus proche de notre système solaire, sur une planète en proie à de nombreuses catastrophes écologiques, du fait de son orbite autour de trois soleils, qui mettent fin, coup sur coup, aux diverses civilisations trisolariennes qui se sont succédées jusqu’alors. Ces derniers, cherchant une planète habitable non loin de chez eux, seront enchantés de venir s’installer sur la planète Terre, idyllique à leurs yeux, et si proche. Pour ce faire, et afin d’éviter que la technologie terrienne ne dépasse la leur durant les plus de quatre siècles de voyage qui les séparent de la planète bleue, ils tenteront de saboter la science terrienne avec le « projet Intellectron » (p. 392), consistant à transformer des protons en ordinateurs super-intelligents, et à envoyer sur notre planète deux intellectrons afin de fausser les observations faites dans les accélérateurs à particules présents sur Terre, remettant ainsi totalement en question toutes les certitudes scientifiques et provoquant une vague de suicide de nombreux chercheurs terriens. Le deuxième personnage principal, Wang Miao, directeur scientifique d’un projet au Centre de recherches en nanotechnologie sur un nanomatériau ultrarésistant, le « poignard volant » (p. 93), se verra impliqué dans une enquête conjointe entre les différentes nations du monde, pour déterminer les causes de ces suicides et pour préparer une guerre future. Il sera ainsi confronté à un mystérieux jeu vidéo, Les Trois corps, jeu complexe faisant appel à de grandes connaissances scientifiques et faisant écho aux diverses civilisations trisolariennes disparues, jeu qui vise au recrutement de sympathisants trisolariens par un mystérieux groupement, l’OTT ou Organisation Terre-Trisolaris, divisé en deux factions : les rédemptoristes qui vouent un culte religieux aux Trisolariens et cherchent à les sauver, quitte à sacrifier une partie de la population humaine ; et les adventistes qui vouent une haine viscérale envers l’humanité. Les premiers sont représentés par Ye Wenjie, et les seconds par Mike Evans, fils de milliardaire, activiste écologiste cherchant à « sauver le monde » (p. 328) de la tyrannie humaine, et fondateur du « communisme antispéciste » (p. 331), courant qui considère que toutes les créatures vivantes de la planète naissent égales.

De la hard science fiction avec des thèmes chers à l’auteur

Comme nous pouvons le remarquer, Le Problème à trois corps n’abandonne pas les thèmes préférés de Liu Cixin, puisque les catastrophes d’ordre naturel ou écologique, ainsi que les descriptions des avancées technologiques sont bien présentes dans ce roman.

En effet, appartenant au genre de la hard science-fiction, Le Problème à trois corps donne lieu à de longues descriptions et explications scientifiques, qui peuvent peut-être rebuter certains lecteurs néophytes du genre qui trouveront ces passages un tantinet trop didactiques.

À l’instar des autres romans du même genre, le roman repose en partie sur les sciences exactes, dites « dures », qu’elles soient de la nature, comme l’astrophysique, ou formelles, comme les mathématiques ou encore l’informatique. Parmi les diverses expositions techniques et scientifiques qui ponctuent le roman, nous pouvons notamment citer l’expérience réalisée à l’aide d’une table de billard pour illustrer les collisions des accélérateurs à particules (chapitre 5), les plusieurs chapitres concernant le projet Côte Rouge qui donnent lieu à l’exposition de diverses données et théories scientifiques (notamment les chapitres 12, 14 et 22), la discussion entre Wang Miao et le professeur Ding Yi (qui est d’ailleurs un personnage présent dans l’un de ses autres romans, Qiuzhuang shandian 球状闪电 [La Foudre en boule], publié en juin 2004 dans le magazine Kehuan Shijie) sur l’aspect d’une particule subatomique (chapitre 30), ainsi qu’à la description du projet Intellectron et de son élaboration (chapitre 33), qui est peut-être la plus impressionnante. Nous avons également le droit à des extraits de rapports du projet Côte Rouge, partiellement déclassifiés et retranscrits tels quels dans le roman (chapitre 13).

Les nombreux chapitres prenant place dans l’univers du jeu vidéo Les Trois Corps constituent également un terreau accueillant pour l’exposition de diverses théories scientifiques. En effet, tout au long de ces six chapitres (chapitres 7, 11, 15, 17, 19 et 20), durant lesquels nous suivons le périple de personnage principal qui tente de sauver, en faisant appel à diverses théories scientifiques, les différentes civilisations trisolariennes auxquelles il est confronté tout au long du jeu, nous retrouvons de nombreux scientifiques occidentaux bien connus, qui jouent ici le rôle de personnages accompagnant et débattant avec le personnage principal. Nous retrouvons notamment Galilée, Aristote, Léonard de Vinci et Giordano Bruno (chapitre 15) ; Isaac Newton, Gottfried Wilhelm Leibniz, John von Neumann, Johannes Kepler et William Herschel (chapitre 17) ; ou encore Albert Einstein (chapitre 20).

Le first contact

Nombre de romans de science-fiction ont abordé le thème du first contact, la première rencontre entre l’humanité et une civilisation extraterrestre. Nous avons ici affaire à un contact à la fois pseudo-pacifique, insidieux et conflictuel. Pseudo-pacifique, tout d’abord, puisque les Trisolariens souhaitent faire croire aux Terriens qu’il pourra y avoir un échange de réalisé entre leurs deux civilisations (notamment des échanges de technologies). Insidieux, ensuite, puisque les Trisolariens n’hésiteront pas à envoyer sur Terre, en catimini, deux Intellectrons afin de mettre à sac le potentiel développement scientifique futur de l’humanité. Conflictuel, enfin, puisque si les Trisolariens cherchent une autre planète habitable dans l’Univers, c’est bien entendu à des fins coloniales, puisque leur planète ne leur permet pas de vivre décemment.

Dans la postface de la version chinoise du premier volume de la trilogie San ti1, nous pouvons lire :

Dans la science-fiction de cette époque [les années 1980], les extraterrestres apparaissent tous avec l’image d’un visage accueillant, et guident, avec une bonté et une tolérance dignes de Dieu le père, le groupe d’agneaux égarés qu’est l’humanité.

Mais ici, les extraterrestres ne sont plus des phares guidant l’humanité sur le chemin qu’elle emprunte. S’ils volent vers la Terre, ce n’est plus pour sauver l’humanité, mais bien pour s’emparer de cette planète idéale à leurs yeux. Cette vision des choses est très bien illustrée par l’intermédiaire du Guetteur trisolarien lorsqu’il expose les raisons l’ayant poussé à renvoyer un message aux Terriens leur intimant de ne pas répondre, afin de ne pas révéler leur position aux Trisolariens. Pour cela, il raconte une anecdote personnelle. Ayant été privé de nourriture durant une ère chaotique entière, ce dernier, une longue période de repos lui ayant été accordée, possédait une telle envie de nourriture, qu’une insondable fureur montait en lui à chaque fois que quelqu’un mangeait à côté de lui dans le fourgon qui le ramenait en ville. De là, il conclut :

Le civilisation de Trisolaris se trouve elle aussi face à une situation de crise pour sa survie. Son désir de posséder un nouvel espace de vie est au moins aussi intense et insatiable que l’a été mon désir de posséder la nourriture. Elle ne pourra jamais partager ce monde avec les Terriens. Nous détruirons sans hésiter la civilisation terrienne et entrerons en possession de tout le système solaire… (p. 383)

Face à ces êtres, qui ont le pouvoir et l’ambition d’anéantir l’humanité, une secte se constitue pour adorer ces Sauveurs extraterrestres, qui viendront soit, d’après certains, aider l’humanité à s’améliorer, soit, d’après d’autres, anéantir cette dernière, pour le bien de la planète. On peut y voir une certaine critique de la religion et du fanatisme, à laquelle la présence du corps carbonisé du scientifique Giordano Bruno, mis sur le bûcher par le Pape Grégoire, au chapitre 15 du roman, pourrait faire clin d’œil.

La lecture du Problème à trois corps peut également nous rappeler, à certains égards, un autre roman, et peut-être même le premier, abordant le thème du first contact : La Guerre des mondes de H.G. Wells. En effet, Le Problème à trois corps pourrait très bien être vu comme une sorte d’antépisode à ce roman, dans lequel les Martiens en proie à des catastrophes écologiques sur leur planète, et qui décident d’envahir la Terre, sont ici remplacés par les Trisolariens. On y retrouve également l’analogie faite entre les relations existantes entre humains et animaux et celles entre extraterrestres et humains, ces derniers étant relayés au statut de « vermine » face à cette civilisation plus avancée et au fort instinct de survie. On y voit également, à l’instar du roman de Wells, une transposition allégorique des destructions d’espèces animales par l’Homme, notamment à travers le personnage de Mike Evans, qui nous est présenté au chapitre 27, et qui sera l’un des antagonistes principaux de l’histoire.

La Révolution Culturelle

Cette sombre période qu’est la Grande Révolution Culturelle, qui n’a de « grande » que l’horreur qu’elle suscite, est la toile de fond de l’histoire et le fondement de la trahison de Ye Wenjie envers les Terriens et de son appel lancé à la civilisation Trisolarienne. En effet, la violence des critiques et des dénonciations publiques des gardes rouges envers son père et la mort de celui-ci aux mains de ces derniers, seront les éléments déclencheurs de sa perte de foi en la capacité de l’humanité à régler ses propres problèmes. Cet épisode de l’Histoire de Chine est un souvenir ineffaçable pour les auteurs ayant été victimes des débordements de cette période, et est présent dans de nombreux ouvrages. Pour ce qui est de la science-fiction, nous pouvons notamment citer Yi sheng 蚁生 (Vie de fourmis) de Wang Jinkang 王晋康 (1948-), dont l’intrigue se déroule justement durant cette période.

Conclusion

Le Problème à trois corps est un roman tout à fait intéressant, qui pose de nombreuses questions, et qui est ponctué de nombreuses descriptions techniques et scientifiques, ce qui peut être un point positif pour les lecteurs les plus habitués de la hard SF, mais rebutant pour les plus néophytes. Il faut cependant essayer de passer outre et d’apprécier pleinement cette œuvre, qui n’est que le début et l’introduction de deux autres volumes tout aussi intéressants, et qu’il nous tarde de découvrir en traduction française !

La traduction est assez fidèle à l’œuvre originale, peut-être même plus que la version anglaise2, et mérite d’être saluée. Le traducteur a notamment rajouté quelques notes bienvenues (vingt-trois, exactement), afin d’éclairer le lecteur qui n’est pas trop à l’aise avec des événements ou des personnages historiques chinois. Outre les notes du traducteurs et celles de l’auteur lui-même (au nombre de neuf), l’appareil critique mériterait cependant, selon nous, d’être étoffé, notamment avec une introduction permettant de fournir au lecteur qui n’est pas familier avec l’Histoire de Chine de précieuses informations sur le contexte historique de la Révolution Culturelle. Si cette période est relativement claire et évoque quelque chose pour les lecteurs chinois, elle l’est en revanche beaucoup moins pour le lecteur français lambda. Sa compréhension est d’autant plus importante qu’elle accompagne le roman tout entier et est un élément essentiel du roman.

Autre petite chose, la quatrième de couverture en dit, selon nous, un peu trop (à l’instar de notre résumé). Il serait donc préférable que le lecteur ne la lise pas avant le roman, puisque celle-ci fait perdre une grande partie de son intérêt au Problème à trois corps.

Entretien avec le traducteur, Gwennaël Gaffric

Le traducteur du Problème à trois corps, Gwennaël Gaffric, a accepté de répondre à quelques questions. Nous l’en remercions. En plus d’être traducteur littéraire, Gwennaël Gaffric est docteur en études transculturelles, directeur de la collection « Taïwan Fiction » de l’Asiatèque, et donne des cours de chinois à l’Université Lumière-Lyon II. Vous pouvez également retrouver d’autres traductions de science-fiction chinoise réalisées par ses soins, notamment les nouvelles « La Parade nocturne des cent fantômes »3 de Xia Jia 夏笳 (1984-) et « Smog »4 de Chen Qiufan 陈楸帆 (1981-).

Q : Comment vous êtes-vous retrouvé à traduire le premier volume de San ti ? Est-ce l’éditeur qui vous a contacté ou l’avez-vous de vous-même proposé à Actes Sud ?

R : C’est un peu le hasard – ou le destin. J’avais eu l’occasion de lire les romans il y a cinq ou six ans et j’avais contacté quelque temps plus tard deux éditeurs français spécialisés dans les littératures de l’imaginaire. Ceux-ci ne s’étaient pas montrés intéressés à l’époque, peut-être parce que la présentation que j’en avais faite, ou que l’extrait de traduction que je leur avais soumis ne les avaient pas convaincus, ou bien tout simplement que la perspective de publier de la science-fiction venue de Chine – et qui plus est une trilogie assez volumineuse – leur avait semblé un pari trop risqué.

Par la suite, le premier tome a été traduit en langue anglaise et a remporté le prix Hugo. J’imagine qu’auréolé de ce succès, le roman a éveillé l’attention de plusieurs maisons d’édition françaises.

Quelques mois après la remise du prix Hugo à Liu Cixin, j’ai été contacté par Manuel Tricoteaux, directeur de la collection « Exofictions » d’Actes Sud, qui m’a proposé de traduire le premier tome.

Q : La maison d’édition vous a-t-elle imposé un cahier des charges particulier ? (par exemple, concernant les notes ou autres) Et vous a-t-elle accompagné tout au long du processus de traduction ? (par exemple, avec des relectures)

R : Actes Sud m’a accordé une très grande confiance durant tout le processus de traduction. Je profite de cette occasion pour les en remercier. L’éditeur est intervenu en fin de traduction pour relire le texte et déceler les coquilles et les incohérences qui m’avaient échappé. Je remercie aussi l’éditeur de ne pas avoir remis en cause mes choix de traduction parce qu’ils différaient de la version anglaise. Je sais que cela arrive malheureusement souvent dans le cas de traductions en français de textes dont il existe déjà une version anglaise.

Concernant les notes informatives, elles ont été écrites à mon initiative (à l’exception de certaines qui, comme cela est précisé, avaient été écrites par l’auteur lui-même). L’éditeur a choisi de valider l’ajout de la majorité d’entre elles.

Q : Les deux prochains volumes sont-ils déjà prévus à la traduction ? Si oui, les signerez-vous ?

R : Oui, les deux autres volumes seront publiés dans la collection « Exofictions » d’Actes Sud, et paraîtront sans doute respectivement à l’automne 2017 et 2018.

Je suis actuellement en train de traduire le deuxième volume, une tâche à laquelle je me plie avec autant de plaisir que pour Le problème à trois corps.

Q : Êtes-vous resté en contact avec Liu Cixin tout au long de votre traduction ?

R : Contrairement aux auteurs que j’ai eu la chance de traduire ces dernières années et avec qui j’ai tissé des liens d’amitié, je n’ai pas été en contact avec Liu Cixin pendant la traduction de ce roman. Je dois dire qu’en dehors de ma curiosité concernant le personnage, je n’ai pas éprouvé la nécessité de faire appel à ses éclaircissements pendant le processus de traduction. J’espère néanmoins avoir la chance de le rencontrer un jour prochain.

Q : Avez-vous lu la traduction anglaise réalisée par Ken Liu ? Si tel est le cas, vous a-t-elle influencé dans votre traduction ?

R : C’est en fait une situation assez inédite, car la traduction anglaise du Problème à trois corps est l’œuvre d’un écrivain très talentueux, Ken Liu, lui-même sinophone de naissance (il faut lire son recueil de nouvelles La Ménagerie de papier, paru au Bélial’ et, si vous lisez l’anglais, The Grace of Kings, une réinvention ingénieuse des Trois Royaumes !) La notoriété de ce traducteur et le grand bruit fait autour de la parution de la trilogie en anglais à fait que certains passionnés de SF francophones ont d’abord découvert cette œuvre en langue anglaise avant même sa sortie française.

Pour ma part, comme c’est le cas pour les autres traductions que j’ai pu mener dans le passé, je ne me suis pas servi de la traduction anglaise comme d’un texte de référence. Ce n’est absolument pas un jugement de valeur porté sur la qualité de la traduction de Ken Liu, qui est certainement excellente, mais mon travail consistait à travailler depuis le texte d’origine. J’ai néanmoins lu la traduction anglaise à la fin de ma traduction en français, mais davantage comme si je relisais une énième fois l’original pour vérifier que je n’aie pas perdu des paragraphes en route.

J’ai pu remarquer que nos choix d’ajout de notes étaient assez similaires, mais que nos traductions des néologismes créés par Liu Cixin étaient assez différentes, c’est le cas par exemple de « guetteur », « chancelier » ou « intellectron » que le traducteur anglophone a choisi de rendre différemment. Je crois que c’est une des richesses que permet la traduction d’une langue comme le chinois. Enfin, je dois indiquer que certains paragraphes du roman original n’apparaissent pas dans la version anglaise, c’est notamment le cas de petites références à d’autres romans de l’univers fictionnel de Liu Cixin, que nous avons pour notre part décidé de conserver.

Dans tous les cas, malgré les écueils que comporte peut-être ma traduction, je crois qu’il faut mettre au crédit d’Actes Sud d’avoir fait le choix de proposer une traduction directement depuis le chinois et non depuis l’anglais. (Au passage, il existe deux collections de « Lettres chinoises » et « Lettres taïwanaises » chez Actes Sud où on peut aussi trouver des œuvres très intéressantes.)

Q : Le premier chapitre de la traduction française est, à l’instar de la traduction anglaise, « Les Années de folie », qui est le chapitre 7 dans la version chinoise. Pourquoi avoir modifier l’ordre des chapitres ? (le version française commençant avec les chapitres 7, 8 et 9 de la version chinoise, et les chapitres 6 et 10 étant réunis en un seul chapitre, le chapitre 9, « L’Univers clignote ») Est-ce un choix personnel, l’influence de la traduction anglaise, un désir de l’auteur lui-même, ou alors possédez-vous tout simplement une autre version chinoise que la nôtre ?

R : C’est une bonne question ! En réalité, la toute première version du roman (sérialisée à partir de 2006 dans le magazine Kehuan shijie 科幻世界) commence, comme dans la traduction française, par la Révolution Culturelle. On retrouve cependant dans la version publiée par Chongqing chubanshe 重庆出版社 en 2008 un changement dans l’ordre des chapitres : le roman débute par le chapitre intitulé « Les Frontières de la science ». Je me souviens avoir lu un entretien de Liu Cixin expliquant que pour ne pas prendre trop de risques avec la censure, lui (ou son éditeur) avait privilégié cette stratégie. La version en sinogrammes traditionnels parue à Taïwan reprend l’ordre des chapitres original. Mais il est important de noter qu’en Chine comme à Taïwan, le contenu des chapitres est strictement le même.

Q : Qu’est-ce qui vous a posé le plus de difficultés lors de cette traduction ? Et quels passages avez-vous préféré traduire ?

R : On pourrait imaginer que les passages les plus ardus étaient ceux traitant de théories physiques et astrophysiques. C’est vrai que j’ai dû me plonger – mais avec une délectation insoupçonnée – dans des ouvrages et articles sur la physique des particules ou sur la structure du soleil (et ce n’est que le début, les deux autres tomes étant aussi prolixes à ce sujet !). J’ai aussi bénéficié des lumières de Lin Chieh-an, un ami taïwanais, docteur en astrophysique.

Mais en réalité, je pense que la difficulté principale à laquelle j’ai fait face est moins d’ordre lexical que stylistique. C’est particulièrement le cas dans la façon dans le traitement par Liu Cixin de ses personnages ou dans sa description des relations femmes/hommes. Il y a des passages très poétiques et d’autres qui peuvent paraître un peu plus lourds, mais que je ne souhaitais pas « lisser » pour autant. Je crois qu’un traducteur doit s’efforcer de ne pas naturaliser ou gommer entièrement l’étrangeté du texte original. Je ne voulais pas donner l’illusion que le roman avait été directement écrit en français. De toute façon, je crois qu’aucune traduction ne peut être menée dans une « mono-langue », ce sont toujours deux langues qui se contaminent l’une l’autre. (Bien sûr, cela n’excuse pas pour autant les maladresses que j’aurais pu commettre en français).

Q : Selon vous, quel autre livre ou quel autre auteur chinois de SF mériterait d’être traduit en français ?

R : Malgré son histoire fragmentée, la science-fiction chinoise et plus largement en langue chinoise (si on englobe aussi Taïwan ou Hong Kong) regorge de pépites qui n’attendent que d’être traduites. Ce qui est enthousiasmant, c’est que beaucoup d’écrivains post-80 (80后) sont pleins de promesses : je pense par exemple à Chen Qiufan 陈楸帆, Fei Dao飞氘 ou Xia Jia 夏笳.

Outre les autres œuvres de Liu Cixin (qui est par ailleurs un excellent nouvelliste), si je devais recommander trois ouvrages de SF chinois récents à traduire, ce serait peut-être : Yisheng 蚁生 [La vie des fourmis] de Wang Jinkang 王晋康, un roman classique mais poignant se déroulant pendant la Révolution Culturelle où un jeune scientifique réussit à créer un sérum d’altruisme à base de phéromones de fourmis, Ditie 地铁 [Métro] de Han Song 韩松, qui est en fait d’un recueil de longues nouvelles, mais situées dans un même univers urbain post-apocalyptique et Huangchao 荒潮 [Vague de déchets] de Chen Qiufan, un roman dystopique sur les déchets électroniques, qui évoque Paolo Bacigalupi.

  1. « 那时的科幻小说中,外星人都以慈眉善目的形象出现,以天父般的仁慈和宽容,指引着人类这群迷途的羔羊。 », in Liu Cixin 刘慈欣, San ti 三体 (Les Trois corps). Chongqing : Chongqing, « Zhongguo kehuan jishi congshu », 2008, p. 300. []
  2. Voir l’interview du traducteur Ken Liu : https://www.wired.com/2016/10/wired-book-club-ken-liu-interview/ []
  3. Cf. Xia Jia, « La Parade nocturne des cent fantômes », in Jentayu : revue littéraire d’Asie, n. 3, hiver 2015-16, pp. 43-62. []
  4. Cf. Chen Qiufan, « Smog », in Jentayu : revue littéraire d’Asie, n. 2, été 2015, pagination inconnue. []

7 réflexions au sujet de « Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin »

  1. Je suis en train de terminer ce fabuleux premier tome et j’attends avec impatience les deux autres.
    Et pour moi qui suis un gourmand de SF, plus particulièrement de Hard-Science (et ayant comme prédilection le sujet du « premier contact »), la re-découverte de ces deux approches, par une vision tellement différente de notre vision occidentale, est un choc.
    Un choc dans le bon sens, cela va sans dire.
    N’ayant une connaissance que très parcellaire de la culture, de l’histoire chinoise, ce roman m’a fasciné et m’a apporté beaucoup.
    Parfois, c’est un peu compliqué de suivre les évènements et de se souvenirs de noms (dont la consonance est différente de nos noms occidentaux) mais rien que le contexte historique pose un décors aussi déconcertant et fascinant que le sujet de S.F. en lui même.
    Je ne paraphraserai pas l’auteur en parlant de nouveau de la comparaison entre l’impact de l’homme sur la nature et celui de la nature sur les trisolariens, ni des bouleversements inhérents au contact entre deux civilisations à ce point différentes et en décalage technologique, je reprendrai juste le point sur la complexité de la Hard-science :
    Sans être agrégé d’astrophysique ou docteur en physique quantique, il est tout à fait possible de suivre l’histoire et les envolées mathématiques et cosmologiques sans tirer la langue. C’est certes un peu plus ardu que le poétique « Chronique martiennes », mais bien moins que certains autres comme la série Mars la rouge…
    Bravo au traducteur et merci à l’éditeur pour avoir sauté le pas.

  2. … je viens de terminer le premier volume … et ma question quand seront traduits en français les deux autres livres ? Une idée ? Merciiiiii beaucoup.

    • Comme l’a spécifié le traducteur, Gwennaël Gaffric, le deuxième volume est en train d’être traduit et sera probablement publié à l’automne 2017. Pour ce qui est du troisième volume, il n’y a bien entendu pas encore de date arrêtée, mais il est probable qu’il sorte à l’automne 2018.

  3. Ping : Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin | SinoSF

  4. Ping : Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin | sinosf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *