Vingt ans après : le retour de Kang Youwei

kywEn 1997, j’avais eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais d’une publication alors fraîchement parue aux Editions You-Feng (Paris, 1996, 198 p.). Il s’agissait du Manifeste à l’Empereur adressé par les candidats au doctorat de Kang Youwei. Le compte-rendu anonyme qui fut intégré seulement l’année suivante dans le n° 595 du Bulletin critique du livre français (avril 1998), commençait ainsi :

On aurait bien du mal à trouver le moindre reproche à faire au maître d’œuvre de cet ouvrage qui brille par son excellence et son originalité. M. Darrobers a en effet entouré de toutes les attentions ce document historique d’un grand intérêt qu’il nous rend dans son intégralité. Sa traduction est aussi agréable à lire que précise et rigoureuse. On peut du reste juger de la rigueur qu’il a déployée en la confrontant au texte original fourni en appendice, confrontation qui convaincra de la difficulté à rendre en français une écriture érudite, couchée dans le sabir parfois opaque du lettré chinois. Un peu moins de 250 notes viennent toujours à bon escient apporter les explications souhaitées. L’introduction, d’une grande intelligence, éclaire le moins préparé à aborder un texte que ceux qui s’intéressent à l’histoire mouvementée et complexe de la fin de l’Empire chinois ne pourront plus ignorer. 

La réédition aux Belles Lettres dans la belle et déjà précieuse collection « Bibliothèque chinoise » m’invite à reformuler mes compliments et à en ajouter d’autres. En effet, Roger Darrobers, à qui l’on doit ce beau volume, a encore amélioré son travail toujours présenté en version bilingue, mais cette fois avec le texte chinois en regard de la traduction française, en complétant et actualisant son appareil critique. Le plaisir de la lecture est donc renforcé par cette présentation améliorée qui se tourne vers un nouveau public curieux de la manière dont la Chine chercha à affronter les impératifs de sa modernisation à la fin du XIXe siècle. Mon compte rendu tentait en quelques mots de dire tout l’intérêt qu’il y avait à lire ce manifeste dont le titre chinois apparaît maintenant sur la séduisante couverture bleue, qui, néanmoins, ne signale pas le nom du traducteur. Ces mots les voici :

Il est vrai que le deuxième des trois manifestes que le réformiste Kang Youwei 康有為(1858-1927) soumis à l’attention de l’empereur Guangxu 光緒 (r. 1875-1909), avant dernier souverain de la dynastie Mandchoue (Qing, 1644-1911), méritait cette attention pointilleuse. Rédigé au lendemain de l’humiliation que représentait pour le peuple chinois la signature du traité de Shimonoseki (1895) lequel prévoyait notamment la cession de l’île de Taiwan (Formose) au Japon, son objet était double : exprimer le refus des conditions du traité, fournir les bases d’une nouvelle politique dont l’ambition était de redonner sa souveraineté à un pays en perdition depuis que les Occidentaux avaient commencé, moins d’un demi-siècle plus tôt, d’en ébranler les fondations. Son auteur y reprenait des thèses exposées sept ans plus tôt par le même canal. Le texte, composé dans l’urgence et signé par quelque douze cents lettrés, n’aura aucun effet immédiat. Par contre, une version débarrassée des allusions au traité, retiendra l’attention du jeune souverain alors sous la coupe de l’impératrice douairière Cixi 慈禧, permettant ainsi à Kang Youwei de tenter de moderniser le vieil empire pendant l’été 1898. On sait le sort que Cixi réservera à cette tentative qui ne dura que cent jours. C’est ainsi qu’on sera plus sensible à la finesse de l’analyse du déclin de la Chine, qu’à la multiplicité des pistes entrouvertes. Elles nous rendent en tout cas attachant un auteur majeur de cette époque qui mériterait d’être mieux connu du public français.

J’en profite pour signaler à ceux qui ne l’auraient pas encore noté qu’un autre ouvrage de Roger Darrobers avait déjà fait la culbute éditoriale en quittant le catalogue des Editions You-Feng, pour intégrer les rayonnages de la « Bibliothèque chinoise ». Il s’agissait du Mémoire scellé sur la situation de l’Empire de Zhu Xi 朱熹 (1130-1200) (Voir, ici) ; c’était en 2013.


Une réflexion au sujet de « Vingt ans après : le retour de Kang Youwei »

  1. et depuis les deux ouvrages cités, Roger Darrobers en a publié un nouveau, Zhu Xi et la synthèse confucéenne, paru dans la collection Points/Sagesses en février 2016. Fruit de recherches qu’il poursuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *