La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France [CR]

Compte rendu de lecture de :

GAO Fang, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France. Paris : Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », n° 34, 2016, 403 p.

Par : Lise Pouchelon, Aix-Marseille univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France

Fang Gao (en chinois 高方) est spécialiste des échanges littéraires franco-chinois. Directrice du département de français de l’Université de Nankin, elle est aussi traductrice, et a notamment traduit le roman Onitsha de J. M. G. Le Clézio en chinois, auteur nobélisé qui a d’ailleurs écrit une préface bienveillante à l’ouvrage présenté ici. La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France reprend le sujet de la thèse de Fang Gao, soutenue en 2008 à Paris 8 et effectuée en cotutelle avec l’Universités de Nankin sous la direction de Jacques Neefs et de Xu Jun. Dans ce livre, comme l’indique son titre, Fang Gao étudie la traduction de la littérature chinoise moderne – qu’elle définit à l’issue d’une réflexion approfondie comme la littérature produite en Chine continentale entre 1917 et 1949 –, et en particulier sa traduction et sa réception en France, des années 1920 jusqu’à la fin de la première décennie du xxie siècle. Elle inclue en outre dans sa recherche les traductions produites en Chine par les Éditions en langues étrangères de Pékin et celles publiées dans la collection Panda des Éditions Littérature chinoise, en Chine également. 

Le livre est constitué d’un développement en trois parties et vise finalement à établir deux données importantes. D’une part, l’auteur illustre le fait que la littérature chinoise moderne s’est développée en accord avec les changements culturels, politiques et sociaux survenus en Chine au début du xxe siècle. D’autre part, en répondant aux questions « qui traduit ? » et « pourquoi ? », elle cherche à démontrer que les traducteurs et les éditeurs sélectionnant les œuvres à traduire sont à la fois influencés dans leurs choix par le contexte historique du pays émetteur de l’œuvre originale (dans le cas présent, la Chine) et par celui du pays récepteur de la traduction (la France).

Dans la première partie du livre, Fang Gao s’interroge sur ce qui définit la modernité et s’attarde sur les différences que comporte le concept de « littérature moderne » selon qu’il s’applique à la littérature d’Europe ou à celle de Chine. Elle défend ensuite l’idée, soutenue notamment par Pascale Casanova, que la traduction n’est pas un échange égal, mais déplore que la théorie de Casanova soit trop euro-centrée.

Dans sa seconde partie, Fang Gao cherche à répondre à plusieurs questions. Elle se demande tout d’abord ce qui est traduit au cours de la période étudiée en présentant les écrivains traduits, ainsi que leurs œuvres classées par genre : sont regroupés les romans et les nouvelles d’un côté, puis le théâtre et la poésie, et, pour finir, les sanwen, ou textes en proses. L’auteur entreprend ensuite de présenter les traducteurs de la littérature chinoise moderne qui ont été actifs au cours du xxe siècle. Pour cela, elle les regroupe en différentes catégories de traducteurs s’inscrivant chacune dans un laps de temps précis. Ainsi, selon son découpage, dans les années 1920 et 1930, les traducteurs de littérature chinoise moderne sont de jeunes Chinois venus étudier en France ; dans les années 1940, ce sont principalement les Jésuites ; dans les années 1950 et 1960, la majeure partie des traductions sont effectuées en Chine dans un but idéologique ; de 1966 à 1977, les traductions sont toujours politisées, mais en France cette fois, où elles sont essentiellement réalisées par des intellectuels de gauche appartenant à ce que l’auteur appelle le « maoïsme français » (p. 200) – essentiellement, mais pas uniquement : le cas de Simon Leys, qui désapprouve la récupération politique des œuvres littéraires et de leur traduction, est brièvement évoqué. Entre 1978 et 1999, tandis que la République populaire de Chine (RPC) s’ouvre au reste du monde, les sinologues éprouvent un intérêt croissant pour la littérature chinoise moderne, et les traductions se diversifient. Finalement, dans les années 2000, la multiplication des relations diplomatiques et culturelles au niveau gouvernemental entre la France et la RPC favorise la traduction de la littérature chinoise : la littérature contemporaine est la plus touchée par ce phénomène, mais la traduction de la littérature moderne n’est pas en reste. Il semblerait toutefois d’après Fang Gao que les textes traduits soient toujours des œuvres des mêmes auteurs – ceux qui sont les plus connus.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage est constituée d’une étude de cas des traductions des œuvres de trois auteurs, présentés comme les plus célèbres de la période étudiée. Fang Gao s’intéresse tout d’abord aux œuvres de Lu Xun. Elle se demande pourquoi les traducteurs ont choisi de s’intéresser à elles, et présente les différentes interprétations qui en ont été faites, sans prendre parti – elle s’abstient notamment de se prononcer sur la controverse entre Simon Leys et Michelle Loi. Fang Gao approfondit ensuite le cas des œuvres de Ba Jin et examine les difficultés rencontrées par les textes de cet auteur en France. Elle explique qu’il a par exemple fallu attendre plus d’une vingtaine d’années entre la traduction de Jia 家 par Li Tche-houa et la publication de cette traduction par une maison d’édition française (Flammarion-Eibel, 1979). En dernier lieu sont évoqués les œuvres de Lao She. Fang Gao s’interroge sur le caractère commercial de leurs traductions françaises, notamment en ce qui concerne le roman Luotuo Xiangzi 駱駝祥子 : il semblerait ainsi que la traduction de Jean Poumarat (trad. de l’anglais, Arthaud, 1947) joue sur l’exotisme de la Chine pour attirer l’attention du lecteur, et que, dans celle de François Cheng (Robert Laffont, 1973), le texte original ait subi des coupures pour plaire « au goût du lecteur » (p. 314). L’ouvrage est assorti d’une bibliographie recensant de nombreuses références sur le sujet, en français ainsi qu’en chinois.

Comme indiqué plus haut, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France, bien que publié en 2016, est issu d’une thèse soutenue en 2008, c’est-à-dire avant la parution de la Bibliographie générale des œuvres littéraires modernes d’expression chinoise traduites en français d’Angel Pino, elle-même publiée en 2014 chez You Feng. On peut regretter que les statistiques des nombres de livres publiés par périodes ne soient pas toujours exactes dans l’ouvrage de Fang Gao : par exemple, pour la période allant de 1950 à 1965, l’auteur estime que « dix-neuf ouvrages ont été traduits en français et publiés par les éditeurs français et chinois » (p. 198) pour les différents genres littéraires. Or, on peut compter dans la Bibliographie générale d’Angel Pino au moins vingt-quatre parutions de livres traduits du chinois si l’on ne prend en compte que les romans, les nouvelles et les récits, c’est-à-dire en faisant abstraction du théâtre, de la poésie, et des œuvres traduites de l’anglais. L’auteur de La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France est néanmoins consciente que les nombres qu’elle avance sont parfois approximatifs, et elle n’oublie pas de prévenir que son corpus n’est pas forcément exhaustif : « Malgré tous les efforts déployés, on n’est pas sûr de pouvoir dresser l’inventaire complet des innombrables traductions françaises de la littérature chinoise moderne et les critiques consacrées à ce sujet. Ici, il est indispensable de répéter que notre étude s’est basée sur l’examen des données dont nous avons pu disposer, et que nous essayerons d’en dégager les éléments qui permettent de tracer les grandes lignes de la connaissance de la littérature chinoise moderne en France et de mettre en évidence ses traits distinctifs. » (p. 120).

Il existe à ce jour peu de livres sur le sujet de la traduction de la littérature chinoise moderne, et même si certaines maladresses stylistiques ou fautes de frappe ont échappé à la relecture éditoriale (on trouve par exemple : « est-ce que les enfants lisent-ils aussi les contes chinois ou la légende comme Le berger et la tisserande ? » p. 16, « la nouvelle intelligentsia chinoise issue du Mouvement 4 mai » p. 95, ou encore « Mao Dong » pour « Mao Zedong » p. 195), l’ouvrage de Fang Gao ouvre la voie à d’autres études dans cette nouvelle discipline. Bien que ses statistiques ne soient pas toujours exactes, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France a le mérite de nous rappeler les grandes lignes de l’histoire de la traduction de cette littérature en France. En outre, il s’arrête sur plusieurs points, comme les biographies de certains personnages liés à la traduction (Jin Yingyu, Etiemble…) ou encore l’histoire de la recommandation de la traduction d’une nouvelle de Lu Xun par Romain Rolland à la revue Europe, qui gagnent à être connus ou rappelés. En ce sens, Fang Gao nous offre là un livre précurseur, à collationner et utiliser avec la bibliographie d’Angel Pino pour poursuivre la recherche dans le domaine de la traduction de la littérature chinoise moderne.


Une réflexion au sujet de « La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France [CR] »

  1. L’ouvrage est donc l’édition d’une thèse en littérature comparée soutenue en 2008 (http://www.theses.fr/2008PA082948). Sans la consulter, il est difficile d’évaluer le travail réalisé dessus, mais pour un ouvrage vendu 87 euros pour l’édition reliée, et pas moins de 49 pour l’édition brochée, on attend mieux qu’une simple impression d’un travail dans lequel fourmillent outre d’innombrables coquilles et nombre d’impropriétés émaillant un style pauvre, des formules propres à satisfaire les deux tutelles, la chinoise emportant la mise largement… A ce prix, on est, qui plus est, fondé à exiger des caractères chinois … au moins pour le nom de l’auteur ! On se sauraient recommander à Véronique Gély et Bernard Franco directeurs de la collection « Perpectives comparatistes » qui accueille ce texte de (re)lire l’ouvrage de Jean Ferreux : De l’écrit universitaire au texte lisible. Petit essai sans prétention à l’usage non exclusif des docteurs, doctorants et autres chercheurs qui souhaitent trouver un lectorat élargi pour leurs travaux. Paris : Téraèdre, 2009, 64 p. Foin de la forme, remercions Lise Pouchelon de nous éclairer sur le fond !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *