Étranges petites histoires chinoises [AL 2017|1:4]

Les esprits et les fantômes font partie intégrante de la culture chinoise. Nous les retrouvons dans la littérature, et ce, depuis des millénaires, mais également dans la vie de tous les jours, depuis l’Antiquité la plus lointaine jusqu’à l’époque moderne.

Lisons pour commencer une histoire qu’on trouve dans une version légèrement réduite dans le célèbre Soushen ji 搜神記 (À la recherche des esprits) de Gan Bao 乾寶 (286-336)1

Bian Hong devient fou

Originaire de la ville Xuan, Bian Hong se rendit chez [Han] You à la mi-avril pour qu’il prophétise si sa famille était, ou non, préservée contre le malheur. You lui dit : « Chez vous, il y aura un désastre sanglant et ce malheur sera très grand. Pour conjurer le sort, il vous faut réunir soixante-dix fagots de bois, que vous devrez disposer face au Sud-Ouest, pour y mettre le feu le jour de Dingyou du mois de juillet. Sans cela, je ne peux pas vous dire à quel point grand sera le malheur qui s’abattra sur vous et les vôtres. » Hong rassembla immédiatement le bois, comme, quand le jour-dit arriva, il faisait un grand vent, Hong n’osa y mettre le feu. Plus tard, alors qu’il était déjà devenu colonel de Guangyang, Hong rentra chez lui pour honorer la mort de sa mère. Han You lui rendit visite, pensant passer la nuit chez son hôte, mais, alors que le soleil était déjà couché, You pressa son serviteur : « Dépêche-toi d’arranger les affaires, je dois partir durant la nuit. – Il fait nuit maintenant. Nous allons devoir marcher des dizaines de li dans les champs d’herbes sauvages. Pourquoi donc précipitez-vous notre départ ? – Tu ignores ce qu’il se passe ici. Ce lieu va être recouvert de sang, mieux vaut partir. » Hong le retint avec insistance, mais en vain. Cette nuit-là, Hong sombra subitement dans la folie, étrangla ses deux enfants avec une corde et tua sa femme. Il hacha aussi son père et sa concubine qu’il découpa en morceaux, après quoi il s’enfuit. Le lendemain, les membres de son clan allèrent récupérer les morts. Après plusieurs jours de recherche, on trouva Hong dans un bois devant la maison : il s’était pendu.2

Dans cette petite histoire assez troublante, Han You 韓友 est un personnage historique bien réel. Il s’agit d’un maître taoïste de la Dynastie Jin 晉 (265-420), réputé pour ses dons divinatoires ainsi que pour sa maîtrise de « l’art de la domination » (yasheng zhi shu 厭勝之術), art appelé ainsi car il fonctionne par l’utilisation d’un « objet de domination » (yashengwu 厭勝物 ou zhenwu 鎮物) avec lequel on peut soit nuire aux gens que nous n’aimons pas ou soit leur venir en aide en éloignant d’eux les mauvais esprits.

Durant l’Antiquité chinoise, que ce soit à la cour impériale ou parmi le peuple, les gens fixaient un dessin représentant la personne à qui on voulait du mal sur un objet en bois, en terre ou en tissu, imitant la forme humaine et piquaient la figurine, afin de faire du mal à ceux quelle était sensée représenter. A l’opposé, on pouvait afin d’éloigner les esprits malfaisants et avoir la paix, la prospérité et la fortune avoir recours à des objets de domination tels que les pièces de domination, les sceaux en jade, les Dieux de portes, etc.

Dans la société chinoise moderne, surtout pendant les fêtes, comme la fête du printemps ou celle des bateaux-dragon, on use de formules parallèles protectrices, de pétards, mais aussi de toutes sortes d’objets de domination telle l’armoise chinoise ou du roseau aromatique qu’on accroche aux portes. Ces pratiques sont encore bien apparentes, à l’instar de celles d’une ancienne tribu taïwanaise qui s’appelle An Ping 安平, qui accroche un miroir à huit trigrammes devant la porte, ou dispose sur le toit de leur maison un four en terre cuite, des armes blanches ; on trouve encore au croisement des rues ou aux intersections en T des pierres sur lesquelles sont gravés les noms Shigandang (石敢當) ou Taishan Shigandang (泰山石敢當).3

La plupart des images sont tirées de : http://blog.xuite.net/kmal199/twblog1/175599533-安平舊聚落的厭勝物

Une légende shanghaïenne contemporaine

L’évocation de l’art de la domination renvoie également à la légende Shanghaïenne de la colonne du Dragon. Sur les photos ci-dessous, on peut voir l’énorme colonne qui soutient l’intersection de deux viaducs : le Viaduc Yan’an (Yan’an gaojia 延安高架) et le Viaduc Nord-Sud (Nanbei gaojia 南北高架), tous deux construits au milieu des années 1990 à Shanghai.

Différente des milliers autres colonnes de la ville, celle-ci est la seule qui est enveloppée d’acier et sur laquelle sont gravés des nuages et des dragons en cuivre jaune. Il se trouve qu’au cours de l’enfoncement par battage des colonnes, les ouvriers n’arrivaient pas à bien la planter à l’emplacement prévu ; ils ont ainsi successivement cassé en vain sept colonnes. Ceci est un fait incontestable, par contre, ce qui suit fait partie de la légende.

Supposant qu’ils étaient confrontés à un problème de fengshui 風水, les maîtres d’œuvre ont alors sollicité l’aide du Maître Zhenchan 真禪 (1916-1995) du temple du Bouddha de Jade (Yufosi 玉佛寺) de Shanghai. Assistés de ses disciples, celui-ci a récité des sutras pendant trois jours, puis conduit une cérémonie d’offrandes, à la suite de laquelle les travaux se déroulèrent sans plus rencontrer de difficulté. Maître Zhenchan dévoila que sous le sol de Shanghai se trouvait un dragon, et que cette colonne lui tapait justement sur le dos, c’est pourquoi il fallait absolument, dans la semaine suivant la fin des travaux, envelopper la colonne d’acier et y faire graver l’image des dragons dorés ; cela aurait pour effet de libérer le dragon et de lui permettre de regagner le Ciel. Ayant révélé un secret céleste, Maître Zhenchan mourut plusieurs jours après sans raison apparente. Si le gouvernement de la ville n’a jamais admis officiellement avoir eu recours aux services d’un Grand Maître pour réciter des écrits bouddhiques et faire des offrandes, cette histoire est cependant connue de tous les Shanghaïens.

Le Miroir antique de Hu Lancheng 

Hu Lancheng 胡蘭成 (1906-1981) fut un éditeur et écrivain chinois, qui a été le mari de la célèbre écrivain Zhang Ailing 張愛玲 (1920-1995), plus connue en Occident sous le nom de Eileen Chang.

Son recueil d’essais autobiographiques Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence), publié dans les années 1958-1959 au Japon, est notamment célèbre pour avoir abordé ses histoires amoureuses avec de nombreuses femmes, dont Zhang Ailing. Cependant, on y trouve également l’évocation de plusieurs histoires étranges qu’il lui ont été contées durant son enfance. Elles figurent dans le chapitre  « Gujing xinji » 古鏡新記 (Le Nouveau Récit du Miroir Antique).4 En voici trois :

1. Une conscience professionnelle intacte même après la mort.

Un coursier eut la mission de livrer un document officiel dans un autre district. Les gens descendus à l’auberge lui dirent que la pièce à l’étage supérieur paraissait anormale, mais le coursier n’avait pas peur. Pendant la nuit, un homme de noir vêtu fit irruption dans sa chambre. Alors qu’ils se battent, l’intrus appelle à haute voix : « Petit frère bigarré ! » ; ci-fait, un autre individu se précipite immédiatement à son secours. La lutte est de plus en plus vive et bruyante, puis, tout à coup, tout cesse. Le lendemain, de bon matin, l’aubergiste voit descendre le coursier la mine triste. Avant de partir en toute hâte, il se contente de dire : « Gardez-vous d’ouvrir la pièce en haut, je reviendrai sur le chemin de retour après avoir accompli ma mission ! » Quinze jours plus tard, l’homme revînt comme convenu. Il avait l’air satisfait comme s’il était soulagé d’un grand poids. L’aubergiste monta à l’étage avec lui, mais une fois arrivé devant la porte de la pièce, le coursier se jette subitement sur le sol et se volatilise. Constatant que la porte était verrouillée de l’intérieur, l’aubergiste l’ouvrit et pénétra dans la pièce pour découvrir les cadavres du coursier et deux chiens allongés côte à côte sur le plancher.5

2. Ne jamais percer à jour la magie d’un magicien.

Le magicien commença son spectacle en frappant le gong et comme d’habitude, il salua les mains jointes les spectateurs avant de s’écrier : « Père et mère donnèrent la vie à mes deux frères et moi-même. L’aîné vit à Kaifeng au Henan ; le cadet à Guangde au Sichuan ; quant à votre serviteur, benjamin de la fratrie, il n’écoute ni père ni mère et en tout lieu erre. » Sur ce, il frappa encore une fois le gong et continua d’haranguer la foule : « Veuillez venir me regarder et rigoler, mes spectateurs, mais pas vous les brigands au fond de la montagne qui disent des foutaises. ». On ne devait, prévenait-il à l’avance, en aucun cas divulguer sa magie. Ci-fait, le magicien démembra son enfant, le coupa en six morceaux et le mit dans un carton recouvert d’un tissu rouge. Contre toute attente, un polisson qui s’était placé en haut d’un immeuble en face de l’endroit où se déroulait le spectacle avait tout vu ; imitant le magicien, il coupa, à l’aide de ciseaux, une grenouille en six morceaux. Lorsqu’il eut accumulé assez d’argent jeté par les spectateurs, le magicien lança à haute voix : « Mon petit, qu’attends-tu, mon enfant, pour les remercier ? » Cependant, le carton restait silencieux et le petit ne sortait toujours pas bien qu’il ait été appelé à trois reprises. De fait, la technique du magicien ayant été percée à jour, le magicien avait vraiment tué son enfant. L’homme fondit en larmes et déclara qu’il se vengerait assurément. Quand elle apprit que son polisson de frère avait commis une très grave erreur, sa grande sœur emprunta en toute hâte quarante-neuf marmites qu’elle empila ; elle ordonna à son frère de se coucher à plat ventre en dessous des marmites. L’heure de la vengeance arriva, les quarante-neuf marmites furent coupées en deux en un éclat. Le petit frère fut finalement sauvé.6

3. Âme effrayée prend la poudre d’escampette.

En Chine, le peuple fait très attention à l’envoûtement depuis toujours par peur de perdre ou de se faire voler son âme. […] La cérémonie du rappel de l’âme dans mon village se faisaient pour les enfants malades qui étaient saisis de frayeur après leur rencontre avec les mauvais esprits. Pendant la cérémonie, en tenant un balai et une pelle à poussière ou alors un tamis à riz recouvert d’un morceau de tissu, si je me souviens bien, une personne guidait en avant l’enfant qui la suivait pour se rendre à l’endroit où il avait perdu son âme. Le guide se mettait à crier : « Un tel, reviens! » Le suivant devait répondre alors : « Ah, j’arrive! » On faisait ainsi tout le long du chemin qui menait à la maison, on jetait quelques grains de riz sur l’enfant et on croyait que son âme était bel et bien revenue.7

Monsieur Zombie

Maintenant, revenons au titre de ce chapitre de Jinsheng jinshi. « Gujing xinji » s’inspire d’un récit ancien connu sous le nom de Gujing ji 古鏡記 (Récit du Miroir Antique). Son auteur, Wang Du 王度 (585-625), vécut durant la période s’écoulant entre la fin des Sui 隋 et le début des Tang 唐 (fin VI-début VIIe siècle). Dans ce récit8 il narre l’histoire de son petit frère et de lui-même utilisant un miroir antique pour chasser les esprits et les démons, et éradiquer des épidémies. L’histoire se termine par la disparition du miroir, après que celui-ci ait poussé un cri.

Dans les années 1970-1980, le cinéma hongkongais était en plein déclin. Le cinéaste, coordinateur de cascades (notamment pour les films de Bruce Lee), et acteur hongkongais Lin Zhengying 林正英 (1952-1997), aussi connu sous le nom Ching-Ying Lam, porta à l’écran l’image du Maître Taoïste, et donna naissance à l’âge d’or des « films de fantômes et de zombies » (jiangshi pian 殭屍片) hongkongais des années 1980-1990. Cependant, du fait de la disparition prématurée de Lin Zhengying, cette période florissante prit fin.

Nous souhaiterions maintenant vous montrer deux extraits du film Jiangshi xiansheng san 殭屍先生三 (Monsieur Zombie III). Dans ces extraits, nous pouvons remarquer l’utilisation du « miroir révélant les démons » (zhaoyao jing 照妖鏡) servant à repousser les mauvais esprits, du pinceau imbibé de cinabre servant à immobiliser les fantômes, et des huit trigrammes taoïstes. Nous pouvons également voir que l’huile bouillante est signe de disparition définitive pour les fantômes, et que la suie, une fois appliquée sur le corps tout entier, permet d’être invisible aux yeux des mauvais esprits.

Extrait n°1 (min. 21 – min. 27)


僵尸先生3:灵幻先生.2 par cnmedia

Extrait n°2 (min. 34 – min. 38)


僵尸先生3:灵幻先生.2 par cnmedia

  1. Voir « Bian Hong » 邊洪, juan 2:38 []
  2. Source : Jinshu 晉書, juan 95, « Liezhuan » 列傳, 65, [en ligne]  : 宣城邊洪以四月中就友卜家中安否,友曰:「卿家有兵殃,其禍甚重。可伐七十束柴積於庚地,至七月丁酉放火燒之,咎可消也。不爾,其凶難言。」洪即聚柴。至日大風,不敢發火。洪後為廣陽領校,遭母喪歸家。韓友往投之,時日已暮,出告從者:「速裝束,吾當夜去。」從者曰:「今日已暝,數十里草行,何急復去?」友曰:「非汝所知也。此間血覆地,寧可復往。」苦留之,不待食而去。其夜,洪欻發狂,絞殺兩子,並殺婦。又斫父妾二人,皆被創,因出亡走。明日,其宗族往收殯亡者,尋索洪數日,於宅前林中得之,己自經死。 []
  3. Cet objet de domination appartient au culte des pierres du Mont Tai qui, dans l’Antiquité chinoise, étaient considérées comme des pierres sacrées possédant un esprit intelligent et un pouvoir divin. Les appellations « 石敢當 » ou « 泰山石敢當 » dont le nom est « 石 » et le prénom « 敢當 » sont la personnification des pierres du Mont Tai, qui signifie littéralement « pierre qui protège de tout ». []
  4. Voir Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vite, cette existence). Beijing : Zhongguo Chang’an, 2012, pp. 63-70. []
  5. 一武牟奉命去他鄉別縣投遞公文,宿夜店的人與他說樓上的房間有怪氣,但是他不怕。半夜裡果然一黑衣者進來,他與之格鬥,黑衣者大呼二斑,即又有一物衝來,格鬥聲益急,移時始寂。翌日一清早,店主見他下來,顏色淒慘,惟言「樓上的房間勿開,等我乾了公事歸途再過此地」,就草草而去。卻說過得半月,那武牟果然又來,面上有喜色,像是了得一筆心事,店主就同他到樓上,到得房門邊他忽撲地而滅。一看那房門卻是裡面閂著,打開了進去,只見武牟與二犬駢死在樓板上。(op. cit., p. 67) []
  6. 變戲法的人鳴鑼開場,例必向觀眾抱拳為禮,吆喝道:爹娘生我三兄弟,大哥河南開封府,二哥四川廣德州,小弟不聽爹娘話,流落江湖走天下。接著又一捧鑼響,吆喝道:「在行人看看笑笑,里山毛賊,惡屁亂撒。」 他是打招呼在前,所以你總不可以破他的法。一次變戲法的人當著觀眾把他的小孩四褪六開斬殺,放進一隻覆有紅布的箱子里。不料廣場對過樓上有個頑童看著,照他的動作,把只青蛙也來四褪六開用剪刀剪落。及後變戲法的等觀眾擲錢夠了,喝一聲:「小傢伙還不出來謝賞!」 但是箱子里寂然,三喝不出來,原來被破了法,真的斬殺了。變戲法的人就大哭,聲言此仇必報。那頑童的姊姊知弟弟闖了大禍,趕快借攏來七七四十九隻鐵鑊,層層迭起,叫他伏在下面。果然時辰到了,一聲響亮,四十九隻鑊都被斬為兩半,她的弟弟總算不死。(p. 69) []
  7. 中國民間向來非常之當心巫魘,怕魂魄失落或被攝去。[…] 我鄉下招魂是小孩遭逢邪祟,受驚得了病,一人前導,手執掃帚畚箕,又記得好像是米篩,上覆一塊布,一人跟在後頭,出去到那失落魂魄的地方,前導的人喊:「某人啊,回來嗄!」跟在後頭的人即答應:「噢,回來了!」如此叫聲應聲叫回到家裡,把米篩里的幾粒米撒在小孩身上,說某人已回來了。(p. 65) []
  8. Naguère traduit en français par Lo Ta-Kang (Luo Dagang 羅大剛, 1909-1998) dans un recueil justement paru sous le titre Le Miroir antique. Contes et nouvelles chinois des Hautes époques. Neuchâtel : La Baconnière, 1943, pp. 259-282 []

Une réflexion au sujet de « Étranges petites histoires chinoises [AL 2017|1:4] »

  1. Ping : Ateliers littéraires (2017 | 1/2) | Littératures d'Asie et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *