Récits de voyages [AL 2017 | 2:1-01]

Le premier des ateliers littéraires de ce second semestre de l’année 2017 s’est tenu le 2 octobre. Il a été consacré aux récits de voyages. C’est dans ce cadre que j’ai eu l’opportunité de faire une présentation du récit de voyages tel qu’il avait été pratiqué en Chine avant l’époque moderne, soit ce qu’on appelle désormais youji (wenxue) 遊記 (文學). Je l’ai fait en privilégiant les œuvres qui sont actuellement accessibles en traduction française et en illustrant mon propos de lectures de traductions de Martine Vallette-Hémery et de Jacques Dars.

Je fournis ci-dessous les références bibliographiques aux ouvrages cités et utilisés.

Pour une présentation générale, on pourra consulter :

  • James M. Hargett, « Travel Literature », in Victor H. Mair (ed.), The Columbia History of Chinese Literature. New York : Columbia University Press, 2001, XX-1342 p., pp. 555-559.
  • Strassberg, Richard E. (trad., ed.), Inscribed Landscapes: Travel Writing from Imperial China.  Berkeley-Los Angeles-Oxford :  University of California Press,  1994.

La longue et savante introduction (57 pages) de Richard E. Strassberg à son anthologie proposant une centaine de textes traduits d’une cinquantaine d’auteurs est accessible, comme l’intégralité de l’ouvrage, en ligne :  http://ark.cdlib.org/ark:/13030/ft2m3nb15s/

Parmi les textes pionniers souvent cités et traduits en français, nous avons :

  • Mu Tianzi zhuan  穆天子傳 (Chronique du fils du Ciel Mu, IVe s. av. J.-C.) : Rémi Mathieu, Le Mu tianzi zhuan. Traduction annotée. Étude critique. Paris : Institut des Hautes Études Chinoises, 1979, 314 + 56 p.
  • Shan hai jing 山海經 (Le Livre des monts et des mers, IIIe ou IVe s. av. J.-C.) : Rémi Mathieu, Etude sur la mythologie et l’ethnologie de la Chine ancienne : Traduction annotée du Shanhai jingParis : Collège de France, Institut des hautes études chinoises – De Boccard, 1983, 2 vols., 141-1217 p.

Egalement fréquemment signalés comme relevant du genre du youji sont les relations laissés par les pèlerins bouddhistes à différentes époques, et traduits de longue date, comme ceux de Faxian 法顯 (337-442) qui voyage de 399-414 (trad. A. Rémusat, 1836) ; Xuanzang 玄奘 (vers 600-664) v. 629-645 (trad. S. Julien, 1853) ; Yijing 義淨 (633-713) v. 671-695 (trad. E. Chavannes, 1884), et dont une partie a été retenue et présentée par André Lévy dans :

  • Les Pèlerins bouddhistes de la Chine aux Indes. Paris : JC Lattès, 1995, 247 p.

Le youji, à proprement parlé, est l’objet d’une anthologie réalisée en 1987 (Le Nyctalope) par Martine Vallette-Hémery qui avait réuni en cette occasion une cinquantaine de textes de 27 auteurs sur une période allant du début du Ve siècle, avec Bao Zhao 鮑照 (414-466), à la fin de la période impériale avec Luo Zenan 羅澤南 (1808-1856), en passant par les prosateurs qui ont marqué le genre comme Liu Zongyuan 柳宗元 (773-819) et Yuan Hongdao 袁道 (1568-1610) :

  • Les Formes du vent. Paysages chinois en prose. Traduits par Martine Vallette-Hémery. Paris : Albin Michel, coll.  « Spiritualités vivantes », (1987) 2007, 180 p.

Martine Vallette-Hémery a également mis l’accent sur l’œuvre de ce lettré des Ming qui, sous l’influence de « l’esprit d’enfance » cher au philosophe Li Zhi 李贄 (1527-1602) a donné à sa prose (appelée xiaopin wen 小品文) une teneur poétique pour laquelle elle fut très prisée de son vivant et par les lettrés des générations suivantes. Elle lui consacra une thèse, richement illustrée de traductions :

  • Yuan Hongdao (1568-1610). Théorie et pratique littéraires. Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1982, 276 p. 

On en retrouve une partie dans un volume initialement publié aux POF en 1982, puis réédité en 1997 :

  • Yuan Hongdao, Nuages et pierres. Traduit du chinois et présenté par Martine Vallette-Hémery. Arles : Philippe Picquier, (1982) 1997, 207 p.

Trois lettrés fameux de la fin des Ming et du début de la dynastie suivante ont laissé dans leurs écrits des youji pour partie traduits en français : Zhang Dai  張岱 (1597- 1681) pour son Tao’an mengyi 陶庵夢憶Dai Mingshi 戴名世 (1653-1713) et Shen Fu 沈復 (1763-1825 ?) dont le Fusheng liuji  浮生六記 a été traduit deux fois :

  • Zhang Dai, Souvenirs rêvés de Tao’an. Présenté et traduit par Brigitte Teboul-Wang. Paris :  Gallimard, coll.  « Connaissance de l’Orient », 1995.

  • Dai Mingshi, Recueil de la montagne du Sud. Présenté et traduit par Pierre-Henry Durand. Paris : Gallimard, coll.  « Connaissance de l’Orient », 1998, 304 p.

  • Shen Fu, Six récits au fil inconstant des jours (1966). Pierre Ryckmans (trad.), Bruxelles : Editions F. Larcier, 1966, 209 p. Réédition : Paris, Bourgois, 1982 ;  Bourgois, (1982) 1996, «10-18/Domaine étranger », 209 p. ; sous le pseudonyme de Simon Leys : Paris : JC Lattès, 2009, 265 p.

  • Chen Fou, Récits d’une vie fugitive. Mémoires d’un lettré pauvre. Jacques Reclus (trad.), Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », (1967, 1986) 2005, 181 p. Paris : Gallimard, « Folio », n° 968, (1967) 1977, 211 p.

Jacques Dars, à qui nous avons consacré un hommage dans le numéro 4 (2014) d’Impressions d’Extrême-Orient, s’est aussi beaucoup intéressé à ce type d’écrits, au point d’avoir le projet de publier une « anthologie de poèmes-paysages » qui aurait porté le beau titre de Entrer en montagne. C’est ce qu’on apprend en consultant la bibliographie attachée à la notice qu’il consacra à la youji wenxue pour ce qui deviendra le Dictionnaire de littérature chinoise publié en 2000 dans la collection  « Quadrige » des PUF (André Lévy, ed., voir pages 371-374). Il y parle avec beaucoup de ferveur d’une production qu’il présente ainsi : « [Elle] s’affirme en Chine, depuis plus d’un millénaire, comme un genre particulier, foisonnant, quelque peu secret, passionnant pour le lecteur chinois qui y retrouve, outre bien sûr la description de lieux qu’il a pu visiter et aimer, les jeux et les reflets d’une sensibilité proche de la sienne ; il peut aussi, en lettré patenté, s’enchanter de citations, d’assonances et d’échos littéraires, parfois innombrables, et déguster en toute quiétude les réactions et les compositions, tournées dans la langue requise, savante ou émouvante et fréquemment teintée d’humour, de beaux esprits et d’écrivains des siècles passés ; il communie de la sorte, directement ou allusivement, dans un même culte de la nature et de la beauté. »

On peut penser qu’il avait en tête de réunir des textes déjà traduits pour les numéros 3 et 8 de la revue Caravane de son ami le poète André Velter (Voir notre bibliographie des écrits sinologiques de Jacques Dars, [En ligne] http://ideo.revues.org/335), et, peut-être, déjà le projet de traduire le Xu Xiake youji  徐霞客游記 de Xu Hongzu 徐宏祖 (1587-1641).

Il réalisera ce projet en 1993 en livrant Randonnées aux sites sublimes, n° 80 de la collection  « Connaissance de l’Orient » qu’il dirigea de 1991 à sa mort en 2010 (Paris, Gallimard, 388 p., plus deux cahiers d’illustrations – peintures et cartes des trajets décrits par l’auteur). 
L’ouvrage est non seulement une grande réussite au niveau de la traduction, toujours finement ciselée par un passionné et de la prose chinoise et des déambulations en montagne, mais offre un riche appareil critique et une introduction inspirée dans laquelle on peut lire : « L’œuvre de Xu Xiake, du moins en ce qui concerne les dix-sept textes élaborés pour la publication, se situe exactement à la confluence de deux genres, et représente à sa façon leur aboutissement : journal de voyage, et “poème-paysage” en prose. C’est ce qui en fait l’originalité et la valeur. » (p. xxvii).

En voici un bref aperçu tiré des pages 135-136 : 

« A ce moment-là, un épais brouillard tour à tour tombe puis se dissipe, nous rendant, à chacun de ses assauts, invisibles l’un à l’autre ! Tous les sommets du mont en Fleur de Lotus, nous les apercevons, pris pour la plupart dans la brume ; pourtant, chose curieuse, durant l’ascension de la Métropole Céleste, lorsque j’avançais, le brouillard était sur mes talons, et lorsque je le franchissais à droite, il surgissait à gauche. Ici, les pins, droits ou torves, parviennent encore à pousser en désordre, mais les cyprès, eussent-ils des branches de la taille d’un bras, sont sans exception aplatis et collés comme des mousses sur les rochers. A cette altitude, les vents sont d’une rare violence, et les brumes et vapeurs vont et viennent sans se fixer ; quand on baisse les yeux vers tous les sommets, on les voit tantôt surgir en crêtes aiguës aux tons d’émeraude, tantôt sombrer dans un océan argenté ; si l’on porte le regard vers la base des monts, on la trouve, elle, baignée de soleil, nimbée d’une lumière cristalline : un autre monde ! Mais le crépuscule approche ; aussi, pieds en avant, mains vers l’arrière et agrippées au sol, nous laissons-nous, assis, glisser vers le bas ; aux endroits les plus dangereux,  Source Pure me reçoit des mains et des épaules. Les périls franchis, nous descendons jusqu’à une plate-forme montagneuse, alors que la nuit tombe. De là, nous remontons la gorge par des passerelles de bois, et faisons halte au monastère de Manjusri. »

Après cet hommage rendu à un maître de la traduction, je signalais comme dernier conseil de lecture une autre traduction de Martine Vallette-Hémery, dont le grand mérite a été d’avoir révélé au public français des écrits très confidentiels d’un des âges d’or de la prose chinoise. On ne peut que souhaiter que la traduction du Mingliaozi you  冥寥子游 de Tu Long 屠隆 (1542-1605), voyage imaginaire et philosophique, soit un jour plus facilement accessible que dans le beau tirage publié à Rezé par les Editions Séquences en 1997 :

  • Tu Long, Le voyage de Mingliaozi,  Traduit du chinois et présenté par Martine Vallette-Hémery, Rezé :  Séquences, coll.« Chemins & traverses », 1997, 60 p.

En voici un bref extrait tiré des pages 13 à 15 :

Mingliaozi était las du mode de vie imposé par une charge administrative, las de ne jamais dire un mot senti et d’observer un rituel vidé de sa substance.  Que faut-il entendre par « ne jamais dire un mot senti » ? En voici des exemples : Une fois échangées de longues salutations et des considérations sur le temps, un hôte et son visiteur n’osent pas se risquer à d’autres propos. Des gens qui se connaissent à peine se serrent longuement les mains et protestent de leur indéfectible amitié mais aussitôt quittés ils s’ignorent comme s’ils vivaient aux deux extrémités de l’empire. En votre présence on vous loue comme un parangon de vertu, dès que vous avez tourné le dos on vous traite de scélérat. Assis tranquillement en bonne compagnie, alors que la conversation pourrait prendre un tour libre et naturel, on adopte aussitôt un ton solennel. On dissimule la bassesse de sa conduite derrière des discours élevés. Comme on a peur de dévoiler la vérité par des paroles sincères et de heurter les convenances par un langage direct, on les bannit d’une conversation décousue et inconsistante. Tant et si bien que pour donner le change on joue son rôle comme un comédien qui prête ses oreilles, ses yeux, sa bouche et son nez à un autre et simule sa colère, sa joie, son rire et ses invectives. Les mœurs en sont au point qu’on ne pourrait les corriger même si on le voulait. Et que faut-il entendre par « un rituel vidé de sa substance » ? Dans les relations sociales, sans parler du respect dû aux supérieurs, même entre égaux, on se courbe en deux toute la journée pour se saluer. Ce n’est pas parce qu’on se déteste qu’on garde ses distances ou parce qu’on s’aime qu’on est intime. Il suffit qu’un personnage important ouvre la bouche pour qu’on clame son assentiment ou qu’il lève le doigt pour qu’on se cogne la tête contre le sol. On s’épuise tout le jour à se rendre visite sans aucune envie de se voir et à descendre de cheval pour laisser sa carte. On devrait pouvoir échanger quelques paroles amicales sans que ce soit une formalité fastidieuse! Les anciens souverains qui ont établi ce rituel ont-ils voulu cela ? Les lourdes robes et les ceintures rigides font de vous un singe en cage qui plus est ne peut se gratter s’il est mordu par un pou !  Si l’on se risque à une petite promenade, c’est toujours avec la crainte de faillir à sa dignité de magistrat ; on fixe le bout de son nez, sans oser regarder à plus de quelques pas autour de soi, de peur d’être observé avec curiosité ; et si  l’on éprouve un besoin irrépressible de se soulager c’est à peine si on l’ose sans une excuse plus respectable. Même les plus élevés en grade sont pris entre les lois rigides et les critiques de l’opinion, ils sont secoués par les rigueurs des climats et rongés par les aléas de leur fortune, qui ne dépend pas de la seule correction de leur comportement ! Même les lettrés les plus talentueux et enthousiastes, au caractère libre et heureux, n’ont pas d’avenir s’ils ne s’engagent dans cette voie mais à peine l’ont-ils fait qu’ils doivent courber l’échine et marcher entravés.  Aussi, pour être libre de cœur et d’esprit, Mingliaozi se met-il en route pour des contrées aux horizons plus vastes.


Une réflexion au sujet de « Récits de voyages [AL 2017 | 2:1-01] »

  1. Ping : Ateliers littéraires (2017 | 2/2) | Littératures d'Asie et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *