Mise en ligne du numéro 5 d’IDEO

vietfruits-small480

Pour son cinquième numéro, Impressions d’Extrême-Orient, la revue en ligne de l’axe « Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction » de l’IrAsia, offre à ses lecteurs des éclairages sur la façon dont on affronte en Chine, à Taiwan, au Japon, au Vietnam, en Inde et en Corée, la contrainte universelle que Brillat-Savarin résumait sous l’imparable formule : « Tout ce qui vit se nourrit ». Ces vingt-cinq évocations littéraires, inédites en traduction, sont présentées en texte intégral en fonction de leur langue d’origine sous le nom des traducteurs ; on trouvera en annexe de chaque publication le texte original des textes empruntés à Lu You 陸游, Zhang Yingyu 張應俞, Feng Menglong 馮夢龍, Langxian 浪仙, Li Yu 李漁, Tianhua zhuren 天花主人, Shi Chengjin 石成金, Lu Shi’e 陆士谔, Zhang Ailing 张爱玲, Lu Wenfu 陆文夫, Liu Zaifu 劉再復, Feng Jicai 冯骥才, Liu Xinwu 刘心武, Liang Shiqiu 梁实秋, Zhu Tianyi 朱天衣, Gong Gwang-Gyu, Harivansh Rai Bachchan, Amarkānt, Hayashi Fumiko 林芙美子, Ikezawa Natsuki 池澤夏樹, Fumie Kondo 近藤史恵, Tô Hoài et Phong Điệp. Bonne dégustation @ http://ideo.revues.org/321

Pour son sixième numéro, la revue se penchera sur le thème « Littératures et censures en Asie« . Voir l’appel à contribution @ http://ideo.revues.org/351

Autour de Mo Yan

MiniMo

Immédiatement après que le prix Nobel a été décerné à Mo Yan en 2012, l’idée d’organiser des « études Mo Yan » a germé chez les spécialistes français de littérature chinoise contemporaine et les traducteurs. La première étape a consisté à réunir les chercheurs et les traducteurs au cours d’un colloque organisé conjointement par les universités Paris 3, Paris 7 et Aix-Marseille. La thématique en était : « Mo Yan : au croisement du local et de l’universel ». Quinze  enseignants-chercheurs de différentes nationalités y ont participé ainsi qu’un écrivain français, Philippe Forest, une éditrice et une traductrice de l’œuvre de Mo Yan en néerlandais.  Plusieurs des enseignants-chercheurs présents étaient également des traducteurs de cette œuvre en français.  Plusieurs points de vue ont été utilisés pour approcher l’œuvre de Mo Yan : le comparatisme avec une communication de Sandrine Marchand sur Mo Yan et Wang Wen-hsing, l’étude de la réception de l’œuvre, avec une communication très complète de Xiaomin Giafferi-Wang sur la réception de l’œuvre en français, la question de l’utopie et de l’imaginaire avec la contribution de David Wang Der-wei de l’université de Harvard. L’ensemble des communications a bien sûr montré l’immensité de l’œuvre  de Mo Yan qui nécessitait à coup sûr la tenue d’un nouveau colloque en 2014. Lire la suite