Vingt ans après : le retour de Kang Youwei

kywEn 1997, j’avais eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais d’une publication alors fraîchement parue aux Editions You-Feng (Paris, 1996, 198 p.). Il s’agissait du Manifeste à l’Empereur adressé par les candidats au doctorat de Kang Youwei. Le compte-rendu anonyme qui fut intégré seulement l’année suivante dans le n° 595 du Bulletin critique du livre français (avril 1998), commençait ainsi :

On aurait bien du mal à trouver le moindre reproche à faire au maître d’œuvre de cet ouvrage qui brille par son excellence et son originalité. M. Darrobers a en effet entouré de toutes les attentions ce document historique d’un grand intérêt qu’il nous rend dans son intégralité. Sa traduction est aussi agréable à lire que précise et rigoureuse. On peut du reste juger de la rigueur qu’il a déployée en la confrontant au texte original fourni en appendice, confrontation qui convaincra de la difficulté à rendre en français une écriture érudite, couchée dans le sabir parfois opaque du lettré chinois. Un peu moins de 250 notes viennent toujours à bon escient apporter les explications souhaitées. L’introduction, d’une grande intelligence, éclaire le moins préparé à aborder un texte que ceux qui s’intéressent à l’histoire mouvementée et complexe de la fin de l’Empire chinois ne pourront plus ignorer.  Lire la suite

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

soft

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

Organisé par la Société française de traductologie (SoFT)

Du 29 août au 2 septembre 2016, Bâtiment La France, Réseau Asie, salles 638, 641, Av. de France, 75013 Paris

  • Dirigés par Julie Brock (Kyoto Institute of Technologie) et Florence Lautel-Ribstein (Univ. Paris Ouest-Nanterre La Défense), les traducteurs et les universitaires de différents domaines dans la langue franco-japonaise se sont réunis autour de leurs travaux de traduction. Le programme a été minutieusement préparé pour moitié sur la traduction française des œuvres de littérature japonaise (waka, haïku, essai, manga) et pour moitié sur la traduction japonaise des œuvres de littérature française (Stendhal, Aragon ou roman histoirique). Une vingtaine de spécialistes sont venus présenter leurs travaux le matin puis l’après-midi ont proposé aux participants de travailler ensemble un texte à traduire.

Lire la suite

Conférence de Chang Ta-chun

affiche-zhang-dachun

Le Centre culturel de Taiwan à Paris et l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) sont heureux de vous inviter à la

Conférence de l’écrivain taïwanais

Chang Ta-chun 張大春
« Les grandes tendances de la littérature taïwanaise actuelle »

le 30 septembre 2016 à 14h
Aix-Marseille Université  Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines
Bâtiment Multimédia T1 – Salle de colloque 1, 29, av. Robert-Schuman, Aix-en-Provence
Intervention donnée en chinois et traduite simultanément

Lire la suite

« Cendrillon » retourne au bal

SF Chine

     L’histoire que je vais vous conter ici narre le destin d’une grande dame éprouvée par la séculaire caresse du temps. Les vicissitudes de l’existence ne l’ont, en effet, point épargnée, cette dernière se voyant cahotée par les lubies versatiles des bien-pensants et de quelques pédants. A l’instar de son homologue maintes fois contée, sa vie fut plus que tumultueuse, mais, contrairement à celle-ci, son histoire ne s’est guère fait entendre des oreilles occidentales. Ainsi, je vais tâcher de la restituer brièvement ci-dessous.

Lire la suite

Mise en ligne du numéro 5 d’IDEO

vietfruits-small480

Pour son cinquième numéro, Impressions d’Extrême-Orient, la revue en ligne de l’axe « Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction » de l’IrAsia, offre à ses lecteurs des éclairages sur la façon dont on affronte en Chine, à Taiwan, au Japon, au Vietnam, en Inde et en Corée, la contrainte universelle que Brillat-Savarin résumait sous l’imparable formule : « Tout ce qui vit se nourrit ». Ces vingt-cinq évocations littéraires, inédites en traduction, sont présentées en texte intégral en fonction de leur langue d’origine sous le nom des traducteurs ; on trouvera en annexe de chaque publication le texte original des textes empruntés à Lu You 陸游, Zhang Yingyu 張應俞, Feng Menglong 馮夢龍, Langxian 浪仙, Li Yu 李漁, Tianhua zhuren 天花主人, Shi Chengjin 石成金, Lu Shi’e 陆士谔, Zhang Ailing 张爱玲, Lu Wenfu 陆文夫, Liu Zaifu 劉再復, Feng Jicai 冯骥才, Liu Xinwu 刘心武, Liang Shiqiu 梁实秋, Zhu Tianyi 朱天衣, Gong Gwang-Gyu, Harivansh Rai Bachchan, Amarkānt, Hayashi Fumiko 林芙美子, Ikezawa Natsuki 池澤夏樹, Fumie Kondo 近藤史恵, Tô Hoài et Phong Điệp. Bonne dégustation @ http://ideo.revues.org/321

Pour son sixième numéro, la revue se penchera sur le thème « Littératures et censures en Asie« . Voir l’appel à contribution @ http://ideo.revues.org/351

Deux romans de science-fiction inédits en version étrangère de Ôe Kenzaburô 大江健三郎

  • Chiryôtô 治療塔 (La tour thérapeutique) [1]
  • Chiryôtô wakusei 治療塔惑星 (La planète de la tour thérapeutique) [2]

Par Maki Matsumoto

OE-GoogleOn dirait que les romans de Kenzaburô Ôe sont difficiles à lire. En effet, même si, après le couronnement du prix Nobel en 1994, de nombreuses versions étrangères ont été publiées, ses cent vingt romans et nouvelles restent encore méconnus aux lecteurs étrangers. Lire la suite

Autour de Jacques Pimpaneau

E&S01

Un plaisir n’arrive, dit-on, jamais seul ― la jeune maison d’édition Espaces&Signes, l’éditeur des cultures du monde, nous en procure deux d’un coup sous la forme de deux livres qui devraient trouver leur public :

La robe de papier

Le premier ouvrage a été élaboré en l’honneur de l’auteur du second. Il offre des contributions de 16 anciens des Langues’O ― comprendre l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ―, où ils ont suivi l’enseignement de Jacques Pimpaneau. Lire la suite

Leo2t sur Hypotheses

« Littératures d’Extrême-Orient. Textes et traduction » est le carnet de l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction qui s’attache, au sein de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia-UMR 7306 : CNRS/Aix-Marseille Université), à explorer le champ littéraire asiatique, avec pour priorité les littératures de Chine, de Corée, du Japon, de Taiwan, du Vietnam, d’Inde et de Thaïlande. Lire la suite