La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France [CR]

Compte rendu de lecture de :

GAO Fang, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France. Paris : Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », n° 34, 2016, 403 p.

Par : Lise Pouchelon, Aix-Marseille univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France

Fang Gao (en chinois 高方) est spécialiste des échanges littéraires franco-chinois. Directrice du département de français de l’Université de Nankin, elle est aussi traductrice, et a notamment traduit le roman Onitsha de J. M. G. Le Clézio en chinois, auteur nobélisé qui a d’ailleurs écrit une préface bienveillante à l’ouvrage présenté ici. La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France reprend le sujet de la thèse de Fang Gao, soutenue en 2008 à Paris 8 et effectuée en cotutelle avec l’Universités de Nankin sous la direction de Jacques Neefs et de Xu Jun. Dans ce livre, comme l’indique son titre, Fang Gao étudie la traduction de la littérature chinoise moderne – qu’elle définit à l’issue d’une réflexion approfondie comme la littérature produite en Chine continentale entre 1917 et 1949 –, et en particulier sa traduction et sa réception en France, des années 1920 jusqu’à la fin de la première décennie du xxie siècle. Elle inclue en outre dans sa recherche les traductions produites en Chine par les Éditions en langues étrangères de Pékin et celles publiées dans la collection Panda des Éditions Littérature chinoise, en Chine également.  Lire la suite

Après Babel, traduire

header-site-traduireCeux qui n’ont pas encore eu la chance de se rendre au Mucem (Marseille) pour visiter son exposition consacrée à la traduction, Après Babel, traduire, ont encore jusqu’au 20 mars 2017 pour s’y rendre.

caravanier-des-tangCe sera pour eux l’occasion de, non seulement, voir quelques remarquables œuvres dont cette statuette chinoise de la dynastie Tang représentant un caravanier étranger, de se pencher sur un exemplaire datant de 1607 de la traduction chinoise réalisée par Matteo Ricci (1552-1610) et Xu Guangqi 徐光啟 (1562-1633) des six premiers livres d’Euclide, mais aussi de réfléchir à la manière dont — et je cite Barbara Cassin, philosophe et commissaire de l’exposition — « notre civilisation s’est construite à travers la traduction, par la traduction, au moyen de la traduction » et, également, de réaliser que « la traduction est un savoir-faire avec les différences, véritable enjeu de civilisation contemporain ». Je leur conseille de s’offrir, ou simplement de consulter, le catalogue de l’exposition (Actes Sud/Mucem, 259 p., 35 €) pour poursuivre leur réflexion par la lecture de dix-huit intéressantes contributions, dont un stimulant état des lieux de la traduction à l’heure de la mondialisation signé Gisèle Shapiro, ou encore, le passionnant article de Chu Xiaoquan sur « Marx et le bureau des traducteurs en Chine ».

A noter que les musées de Marseille, dont le Mucem, sont gratuits les premiers dimanches de chaque mois (voir ici)… il vous reste donc encore deux chances de voir Après Babel, traduire à moindre coût : ce 5 février et le 5 mars.

Vingt ans après : le retour de Kang Youwei

kywEn 1997, j’avais eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais d’une publication alors fraîchement parue aux Editions You-Feng (Paris, 1996, 198 p.). Il s’agissait du Manifeste à l’Empereur adressé par les candidats au doctorat de Kang Youwei. Le compte-rendu anonyme qui fut intégré seulement l’année suivante dans le n° 595 du Bulletin critique du livre français (avril 1998), commençait ainsi :

On aurait bien du mal à trouver le moindre reproche à faire au maître d’œuvre de cet ouvrage qui brille par son excellence et son originalité. M. Darrobers a en effet entouré de toutes les attentions ce document historique d’un grand intérêt qu’il nous rend dans son intégralité. Sa traduction est aussi agréable à lire que précise et rigoureuse. On peut du reste juger de la rigueur qu’il a déployée en la confrontant au texte original fourni en appendice, confrontation qui convaincra de la difficulté à rendre en français une écriture érudite, couchée dans le sabir parfois opaque du lettré chinois. Un peu moins de 250 notes viennent toujours à bon escient apporter les explications souhaitées. L’introduction, d’une grande intelligence, éclaire le moins préparé à aborder un texte que ceux qui s’intéressent à l’histoire mouvementée et complexe de la fin de l’Empire chinois ne pourront plus ignorer.  Lire la suite

Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas ! Lire la suite

Rencontre avec Rémi Mathieu

Anthologie de la poésie chinoiseLa section de chinois du Département d’études asiatiques et l’axe de recherche Leo2t sont heureux de vous convier, le Vendredi 15 avril à partir de 14 h, à rencontrer, le sinologue et traducteur

Rémi Mathieu

(Directeur de recherche émérite au CNRS),

responsable notamment de l’édition de l’Anthologie de la poésie chinoise récemment publiée à la Bibliothèque de La Pléiade (Gallimard, 2015).

Sa communication aura pour titre

« Peut-on traduire la poésie chinoise ? »

Elle se déroulera à la Faculté ALLSH Salle de colloque n° 1 du bât. Multimédia 29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence (Plan).

Pour vous familiariser avec son œuvre, je vous invite à explorer les liens ci-dessous :

Mo Yan au Seuil

IMG_3583La maison d’éditions Le Seuil réaffirme clairement son attachement pour l’œuvre de Mo Yan 莫言 [voir ici] en publiant coup sur coup deux gros volumes, un de cet auteur, l’autre sur cet auteur majeur de la littérature contemporaine chinoise.

Il s’agit dans un premier temps de la traduction par Chantal Chen-Andro de Shicao jiazu 食草家族 (1989) sous le titre Le Clan des chiqueurs de paille (coll. « Cadre vert », 480 p.)  [Voir la présentation sur le site de l’éditeur]

« Ce livre, dixit Mo Yan dans sa postface à ce roman paru en 1989, n’est […] pas seulement l’histoire d’un clan, mais aussi une étape dans l’histoire spirituel d’un écrivain » C’est ce que relève la traductrice dans les pages qu’elle consacre à cette « folle épopée rurale jubilatoire et débridée » dans le second ouvrage.

Il s’agit de Mo Yan, au croisement du local et de l’universel. Ces Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence ont été réunis dans une belle édition par Xu Shuang, Noël Dutrait et Zhang Yinde qui en signe l’introduction (pp. 11-23). Les 478 pages du volume proposent 29 contributions réparties en quatre parties (« Médiations », « Résonances », « Enracinement et réinvention », « Configurations fictionnelles »), la dernière étant « L’éloge de Mo Yan, à l’occasion de la remise du diplôme de docteur honoris causa de l’université d’Aix-Marseille » prononcé par Noël Dutrait, le 19 septembre 2014. L’ensemble est complété par huit pages de « Références bibliographiques des ouvrages de Mo Yan cités dans le volume », un glossaire et un index.

Je renvoie au billet de ce carnet intitulé « Autour de Mo Yan » également écrit par Noël Dutrait à l’issue des deux colloques tenus à Paris (18-19 octobre 2013) et Aix-en-Provence (18-19 septembre 2014), et bien sûr à la lecture de ce volume [voir la page qui lui est consacré sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782021282290.htm]  qui rejoint dans un catalogue conduit sous la houlette avisée d’Anne Sastourné, l’étude de Zhang Yinde, Mo Yan, le lieu de la fiction parue en 2014 [voir : http://www.seuil.com/livre-9782021114270.htm].

« Cendrillon » retourne au bal

SF Chine

     L’histoire que je vais vous conter ici narre le destin d’une grande dame éprouvée par la séculaire caresse du temps. Les vicissitudes de l’existence ne l’ont, en effet, point épargnée, cette dernière se voyant cahotée par les lubies versatiles des bien-pensants et de quelques pédants. A l’instar de son homologue maintes fois contée, sa vie fut plus que tumultueuse, mais, contrairement à celle-ci, son histoire ne s’est guère fait entendre des oreilles occidentales. Ainsi, je vais tâcher de la restituer brièvement ci-dessous.

Lire la suite

Deux romans de science-fiction inédits en version étrangère de Ôe Kenzaburô 大江健三郎

  • Chiryôtô 治療塔 (La tour thérapeutique) [1]
  • Chiryôtô wakusei 治療塔惑星 (La planète de la tour thérapeutique) [2]

Par Maki Matsumoto

OE-GoogleOn dirait que les romans de Kenzaburô Ôe sont difficiles à lire. En effet, même si, après le couronnement du prix Nobel en 1994, de nombreuses versions étrangères ont été publiées, ses cent vingt romans et nouvelles restent encore méconnus aux lecteurs étrangers. Lire la suite

Autour de Jacques Pimpaneau

E&S01

Un plaisir n’arrive, dit-on, jamais seul ― la jeune maison d’édition Espaces&Signes, l’éditeur des cultures du monde, nous en procure deux d’un coup sous la forme de deux livres qui devraient trouver leur public :

La robe de papier

Le premier ouvrage a été élaboré en l’honneur de l’auteur du second. Il offre des contributions de 16 anciens des Langues’O ― comprendre l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ―, où ils ont suivi l’enseignement de Jacques Pimpaneau. Lire la suite