Hommage à Sylvie Gentil

Nous avons appris que Sylvie Gentil nous avait quittés. C’est une grande perte pour la traduction de la littérature chinoise contemporaine. Comme on l’a fait remarquer sur plusieurs sites, le nombre de traductions réalisées par Sylvie Gentil est impressionnant. Prendre connaissance de sa bibliographie, c’est faire un long voyage dans l’histoire de la littérature chinoise du début des années 1980 à nos jours, depuis Mo Yan jusqu’à Yan Lianke en passant par Xu Xing, Mian Mian et bien d’autres. Sylvie était une des rares traductrices professionnelles du chinois littéraire. La traduction n’était pas pour elle un second métier, mais son activité à part entière. Installée en Chine depuis très longtemps, elle baignait dans la culture contemporaine chinoise et traduisait en français cette littérature en pleine évolution avec une grande précision. Appelée de nombreuses fois à présenter sa méthode de travail dans des colloques sur la traduction ou dans des ateliers littéraires, elle faisait toujours montre d’une modestie parfaite. Elle expliquait qu’elle se tenait toujours derrière son auteur et qu’elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour rendre en français ce que l’écrivain chinois voulait dire. Son pragmatisme et sa modestie étaient constants.  Lire la suite

IrAsia Book Talks n° 2

La prochaine séance des IrAsia Book Talks aura lieu le lundi 10 avril à 14h00 à Aix-en-Provence (Campus Schuman, Bât. multimedia, salle de colloque 1) autour de deux ouvrages récemment parus aux Editions du Seuil, traduits par

  • Noël Dutrait pour  Les retrouvailles des compagnons d’armes de Mo Yan
  •  François Dubois pour Notre histoire de Rao Pingru

La présentation ouverte à tous se fera en présence de Madame Anne Sastourné (Editions du Seuil) éditrice des deux ouvrages.

Sur le site des Editions du Seuil, voir :

Traduire deux Nobel de littérature

Vidéo ND 2014
Traduire deux Nobel de littérature, Gao Xingjian et Mo Yan.
Entretien avec Noël Dutrait.
documentaire de 55 minutes réalisé en 2004
par Muriel Chemouny
dans lequel Noël Dutrait aborde les sujets suivants :

Mo Yan au Seuil

IMG_3583La maison d’éditions Le Seuil réaffirme clairement son attachement pour l’œuvre de Mo Yan 莫言 [voir ici] en publiant coup sur coup deux gros volumes, un de cet auteur, l’autre sur cet auteur majeur de la littérature contemporaine chinoise.

Il s’agit dans un premier temps de la traduction par Chantal Chen-Andro de Shicao jiazu 食草家族 (1989) sous le titre Le Clan des chiqueurs de paille (coll. « Cadre vert », 480 p.)  [Voir la présentation sur le site de l’éditeur]

« Ce livre, dixit Mo Yan dans sa postface à ce roman paru en 1989, n’est […] pas seulement l’histoire d’un clan, mais aussi une étape dans l’histoire spirituel d’un écrivain » C’est ce que relève la traductrice dans les pages qu’elle consacre à cette « folle épopée rurale jubilatoire et débridée » dans le second ouvrage.

Il s’agit de Mo Yan, au croisement du local et de l’universel. Ces Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence ont été réunis dans une belle édition par Xu Shuang, Noël Dutrait et Zhang Yinde qui en signe l’introduction (pp. 11-23). Les 478 pages du volume proposent 29 contributions réparties en quatre parties (« Médiations », « Résonances », « Enracinement et réinvention », « Configurations fictionnelles »), la dernière étant « L’éloge de Mo Yan, à l’occasion de la remise du diplôme de docteur honoris causa de l’université d’Aix-Marseille » prononcé par Noël Dutrait, le 19 septembre 2014. L’ensemble est complété par huit pages de « Références bibliographiques des ouvrages de Mo Yan cités dans le volume », un glossaire et un index.

Je renvoie au billet de ce carnet intitulé « Autour de Mo Yan » également écrit par Noël Dutrait à l’issue des deux colloques tenus à Paris (18-19 octobre 2013) et Aix-en-Provence (18-19 septembre 2014), et bien sûr à la lecture de ce volume [voir la page qui lui est consacré sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782021282290.htm]  qui rejoint dans un catalogue conduit sous la houlette avisée d’Anne Sastourné, l’étude de Zhang Yinde, Mo Yan, le lieu de la fiction parue en 2014 [voir : http://www.seuil.com/livre-9782021114270.htm].

Autour de Mo Yan

MiniMo

Immédiatement après que le prix Nobel a été décerné à Mo Yan en 2012, l’idée d’organiser des « études Mo Yan » a germé chez les spécialistes français de littérature chinoise contemporaine et les traducteurs. La première étape a consisté à réunir les chercheurs et les traducteurs au cours d’un colloque organisé conjointement par les universités Paris 3, Paris 7 et Aix-Marseille. La thématique en était : « Mo Yan : au croisement du local et de l’universel ». Quinze  enseignants-chercheurs de différentes nationalités y ont participé ainsi qu’un écrivain français, Philippe Forest, une éditrice et une traductrice de l’œuvre de Mo Yan en néerlandais.  Plusieurs des enseignants-chercheurs présents étaient également des traducteurs de cette œuvre en français.  Plusieurs points de vue ont été utilisés pour approcher l’œuvre de Mo Yan : le comparatisme avec une communication de Sandrine Marchand sur Mo Yan et Wang Wen-hsing, l’étude de la réception de l’œuvre, avec une communication très complète de Xiaomin Giafferi-Wang sur la réception de l’œuvre en français, la question de l’utopie et de l’imaginaire avec la contribution de David Wang Der-wei de l’université de Harvard. L’ensemble des communications a bien sûr montré l’immensité de l’œuvre  de Mo Yan qui nécessitait à coup sûr la tenue d’un nouveau colloque en 2014. Lire la suite