François Dubois

Littérature chinoise

  • Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia, AMU)

Domaines scientifiques

  • Littérature chinoise contemporaine
  • Narratologie
  • Traduction

Thématiques de recherche

  • Doubles de l’écrivain
  • Création littéraire contemporaine en Chine
  • Figure textuelle de l’auteur
  • Linguistique cognitive

Langues

  • Français (langue maternelle)
  • Chinois (maîtrisé, écrit, oral)
  • Anglais (maîtrisé, écrit C2 oral B2)

Parcours universitaire

  • 2012-2017 : Doctorat en Langue et Littérature Chinoises (IrAsia, AMU) : « Les avatars de l’auteur dans l’œuvre de Mo Yan », thèse dirigée par Noël Dutrait, soutenue le 1er décembre 2017.
  • 2009-2011 : Master Littératures Mondiales et Interculturalité, mention Traduction du chinois, Aix-Marseille Université. Mémoire de M1 : traduction commentée d’un extrait de Dits et écrits d’un cinéaste chinois de Jia Zhangke (cf. bibliographie) ; M2 : traduction commentée de trois essais de Wang Xiaobo.
  • 2009-2010 : DU Français Langue Etrangère – Aix-Marseille Université
  • 2008-2009 : Master 1 LLCE Anglais – Université Grenoble 3 Stendhal
  • 2003-2007 : Licence LLCE Anglais – Université Grenoble 3 Stendhal

Communications

  • « Mo Yan dans la fiction : le double et l’auteur », Journée d’études Écritures Biographiques – , 27 mai 2016, Maison de la Recherche, Aix-en-Provence
  • « L’éthique du chercheur appliquée à la traduction : une exigence idéale », colloque « Recherche et traduction », 30 et 31 octobre 2015, Université Renmin de Chine, Pékin
  • 《中国先锋小说在法国的境遇》 (La réception en France des romans chinois davant-garde), 纪念先锋文学30年国际论坛 (Forum international en commémoration des trente ans de la littérature davant-garde chinoise), 27 novembre 2015, Université normale de Pékin
  • 《中国当代文学走向世界的问题》 (La question de laccès de la littérature contemporaine chinoise au monde), AICCC 6th Annual Meeting: The World Value of Chinese Culture, 28 novembre 2015, Université Normale de Pékin
  • « La migration des concepts dans la traduction des romans chinois », Journées Portes Ouvertes de la Maison de la Recherche, 26 mars 2015, Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université
  • « Mo Yan : la parole déplacée », colloque « L’œuvre de Mo Yan : traductions, réception et interprétations », 18 et 19 septembre 2014, Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université
  • Communications aux journées des doctorants de l’IrAsia (AMU) en mars 2013, décembre 2013 et décembre 2014.

Activités universitaires

  • Participation aux activités de l’équipe Leo2t de l’IrAsia (revue IDEO et inventaire des traductions des littératures d’Extrême-Orient, ITLEO)
  • Co-organisation des Journées Portes Ouvertes de la Maison de la Recherche d’Aix-en-Provence en 2015
  • Participation à la présentation de la Maison Asie-Pacifique aux éditions 2014 et 2015 de la Fête de la science
  • Représentant des doctorants de l’école doctorale 354 au sein de l’IrAsia
  • Participation au lancement de l’association des doctorants d’AMU, DynAMU, en 2015
  • Interprétariat pour l’écrivain He Jiahong au Grand séminaire de la Maison de la recherche, 22 mars 2016, Aix-en-Provence

Publications

  • « Mo Yan : la parole déplacée », in Yinde Zhang et al. (éds), Mo Yan, au croisement du local et de l’universel – Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence, Paris, Seuil, 2016, p.
  • « Le personnage de Mo Yan dans l’œuvre de l’écrivain chinois Mo Yan », in Actes de la journée d’études « Écritures biographiques » du 16 mai 2016, à paraître chez Honoré Champion en 2017.
  • « Une éthique de la médiation – les explicitations culturelles dans la traduction du Clan du sorgho rouge de Mo Yan », in Actes du colloque « Recherche et traduction », 30-31 octobre 2015, Beijing, à paraître chez Peter Lang en 2018.
  • « Ces petits riens qui font Notre Histoire », Institut Confucius, n°42, mai 2017, p. 50-55.
  • 《走向世界不要靠拢世界》(Pour faire son entrée dans le monde il ne faut pas chercher s’en rapprocher), Zhongguo qingnian bao, 12 juin 2017, p. 2.

Traductions

  • Rao Pingru, Notre Histoire. Pingru et Meitang, Partis, Seuil, 2017.
  • Mo Yan, « Tranchant de lune », in Tranchant de lune et autres nouvelles contemporaines de Chine, Hachette, Ming Books, 2015.
    • Premier prix des traductions du chinois au français au Concours international de traduction de Chine organisé en 2013 par le Bureau de l’information du Conseil des affaires d’Etat chinois, l’Association des écrivains chinois et le Groupe de publication internationale de Chine (CIPG).
  • (2013-2014) Traductions chinois-français des communications de Chen Sihe, Chen Maiping, Chen Xiaoming, Cheng Guangwei et Zhang Qinghua aux colloques « Mo Yan : au croisement du local et de l’universel », 18 et 19 octobre 2013, Universités Paris 7 Diderot et Paris 3 Sorbonne Nouvelle et « L’œuvre de Mo Yan : traductions, réception et interprétations », 18 et 19 septembre 2014, Aix-Marseille Université. In Yinde Zhang et al. (éds), Mo Yan, au croisement du local et de l’universel – Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence, Paris, Seuil, 2016.
  • Jia Zhangke, Dits et écrits d’un cinéaste chinois, Nantes, Capricci, 2012. En collaboration avec Zhou Ping.

Résumé de la thèse

  • Français :

L’écrivain chinois Mo Yan a mis en scène dans son œuvre romanesque des avatars de l’auteur, identifiés à lui par le nom dans deux romans, Le Pays de l’alcool et La Dure Loi du karma, et par le rôle de créateur du récit dans plusieurs romans et nouvelles. Ces doubles et représentants ne sauraient être identifiés à l’auteur empirique, mais peuvent être interprétés à l’aune de ce que représente pour nous l’auteur, au sens large, ou dans une visée individuelle, lorsque nous analysons leur caractérisation en fonction d’autres textes, fictifs ou référentiels, construisant la figure biographique, théorique et fantasmatique de l’auteur Mo Yan. Outre qu’elle joue sur l’aporie de sa présence dans la fiction, cette représentation métafictionnelle a des fonctions diverses. Dans Le Pays de l’alcool, elle souligne l’allégorie tout en déjouant la censure, et dans La Dure Loi du karma, elle brosse un portrait comique du romancier reflétant les rôles qu’il joue pour le lecteur et la société. La suite de l’étude porte sur des narrateurs qui révèlent un statut de créateur du récit, de sorte qu’ils provoquent une distanciation et un doute sur leur situation diégétique, et les associe à une tendance métafictionnelle décelable dans l’œuvre de Mo Yan depuis son premier roman long, Le Clan du sorgho rouge, où elle est l’effet d’un narrateur omniscient et néanmoins présent dans l’univers de la fiction. De telles figures d’autorité thématisent l’imagination à l’œuvre, tout en signalant l’altérité de la figure de l’auteur que le lecteur infère de ses indices textuels : elles représentent l’auteur en une logique non référentielle, mais comme produit de cet ensemble mouvant d’hypothèses, issues d’une interprétation des récits en tant qu’éléments constitutifs de l’œuvre.

  • Anglais :

In his fictional works, Chinese novelist Mo Yan created avatars of the author, who are either identified by their name such as the characters Mo Yan in The Republic of Wine and in Life and Death Are Wearing Me Out or by a creative role they reveal, in other narratives. Both doubles, Mo Yan’s fictional homonyms, cannot be considered as the empirical author, and yet may be interpreted in the light of what the author means to us, whether in a broad or individual sense, when their characteristics are confronted with the biographical, theoretical and fantasmatic figure of Mo Yan which other texts create. Drawing attention to the aporetical presence of the author in a universe he created, metafictional author representations have various functions. In The Republic of Wine, it enlights the allegorical value of the novel and, to the real author, is a means to deter censorship. In Life and Death Are Wearing Me Out, Mo Yan is a parody of a novelist, where the role he plays for the reader and in society appear in a nutshell. Next, the sign of the author is to be extended to other narrators who reveal, more or less explicitly, that they create the narrative, thus inducing readers to suspend belief and reconsider their diegetic posture. Beginning with his first long novel Red Sorghum, metafiction has been an obsessive tendency in Mo Yan’s novels. It was entailed, in this particular novel, by the design of creating a voice that is omniscient and homodiegetic altogether, thus making imagination a theme of the novel while suggesting the figure of the author a reader infers from the text is but a shifting body of hypotheses, which envision narratives a part of the whole works that make the author.