LI Shiwei 黎诗薇

Littérature et langue chinoise

  • CIELAM-IRASIA

Domaines scientifiques

  • Littérature chinoise ancienne en langue vulgaire du XVIe au XVIIIe siècle, les Quatre livres extraordinaires, sida qishu 四大奇书, notamment le Jin Ping Mei 金瓶梅 et ses traductions françaises et anglaises.

Thématiques de recherche

  • Littérature chinoise ancienne en langue vulgaire
  • Stratégies de traduction
  • Histoire de la traduction de la littérature chinoise ancienne en France

Langues

  • Chinois (mandarin et cantonais), français, anglais

Parcours étudiant

Depuis 2011 Doctorante en Langue et Littérature chinoises (AMU) Contrat doctoral (ED 354) Sujet de thèse : « Stratégies de traduction – de l’analyse à la pratique : étude comparative et critique des traductions françaises d’un chef-d’œuvre du roman chinois en langue vulgaire du XVIe siècle, le Jin Ping Mei. » (Voir ci-dessous)
2009/2011 Master 2 Aire culturelle asiatique (Monde chinois) (AMU) : « Les stratégies de traduction francophones et anglophones du Hongloumeng de Cao Xueqin.  »Master 1 Aire culturelle asiatique (Monde chinois) (AMU)
2005/2009 Licence en Enseignement du Chinois langue étrangère, mention anglais (BAC+4ans), mention très bien. (Université Sun Yat-Sen de Guangzhou, Chine)

Conférences et Publications

  • Colloque International France – Chine « Les échanges culturels et linguistiques : nouvel enjeu des relations internationales » (La Rochelle – 29-31 mars 2012)
    • Titre de communication : « Brève histoire des traductions du roman chinois classique en France »
    • Publication dans les actes du colloque : Yvan Daniel, Philippe Grangé, Han Zhuxiang, Guy Martinière et Martine Raibaud (dir.), France-Chine. Les échanges culturels et linguistiques. Histoire, enjeux, perspectives. Rennes : Presses Universités de Rennes, 2015, pp. 257- 282
  • XIX Biennial Conference of the European Association of Chinese Studies (EACS)
    EACS 2012 Deconstructing China. New Experiences, New Vistas (Paris, 4 –8 Septembre 2012)

    • Titre de la communication : « Translating pre-modern Chinese novels in France, from the Age of Enlightenment to present days » .
  • Chinese Classics in Global Context 中国古代文化经典在海外的传播及影响研究——以二十世纪为中心”国际学术研讨会 (Beijing, 15- 16 Décembre 2012, Université des langues étrangères de Pékin)
    • Titre de La communication : « Brève histoire des traductions du roman chinois classique en France—– les exemples de Hongloumeng et des Quatre livres extraordinaires » 中国 古典长篇小说在法国的翻译与传播——以“四大奇书”与《红楼梦》为例
  • « Analyse des stratégies de traduction françaises de Hongloumeng» 《红楼梦》法译本翻译策略初探, Hongloumeng xuekan 红楼梦学刊 (Beijing), 2013, Vol. 3, pp. 285-298
  • The International Conference on Pragmatics and Translation (ICPT) Guangdong University of Foreign Studies (GDUFS, Université des langues étrangères du Guangdong, 语用与翻译国际学术研讨会, Guangzhou, 12-14 décembre, 2014)
    • Titre de la communication : « L’analyse des stratégies de traduction par l’approche pragmatique —- l’exemple des traductions françaises de Jin Ping Mei »
  • « Les traductions et la réception du roman chinois en langue vulgaire en France », Hanxue yanjiu 汉学研究 (Beijing : Wenyuan),  à paraître en mars 2015.

Sujet de thèse

Stratégies de traduction de l’analyse à la pratique : étude comparative et critique des traductions françaises d’un chef-d’œuvre du roman chinois en langue vulgaire du XVIe siècle, le Jin Ping Mei 金瓶梅.

Jin Ping Mei 金瓶梅, un des grands chefs-d’œuvre du roman chinois en langue vulgaire, est une œuvre qui connut la controverse dès son apparition. Le roman-fleuve a d’abord circulé sous la forme de manuscrits plus ou moins complets dans le milieu des lettrés progressistes de la fin du XVIe siècle, parmi lesquels on trouve les figures les plus originales et marquantes de l’époque dont le porte-drapeau de l’école de Gong’an 公安, Yuan Hongdao 袁宏道 (1568-1610). Très tôt reconnue comme une des œuvres phare du genre romanesque, notamment par Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) qui le désigna comme un des Sida qishu 四大奇書 (Quatre grands livres extraordinaires), le livre n’en reste pas moins plongé, encore maintenant, dans un halot de mystère que plusieurs siècles d’études — avec une accélération notable à partir de la fin du précédent —, n’ont pas encore dissipé. Certaines questions, comme celles de l’identité de son auteur, l’authenticité de ses éditions, ou les interprétations possibles de ce roman, restent toujours des sources de débats. L’œuvre a été, ainsi, successivement interprétée comme un roman à clef, un roman pornographique, un roman de moralité bouddhiste, un roman naturaliste, ou encore un roman de mœurs.

S’il reste, aujourd’hui encore, interdit en Chine continentale, son nom est très familier des Occidentaux, notamment en France où son introduction remonte à pas moins de deux siècles pendant lesquels apparurent de nombreuses traductions d’extraits, des adaptations, et des versions incomplètes. Le roman circula en premier lieu entre les mains des premiers sinologues tels que Jean-Pierre Abel-Rémusat (1788-1832), Stanislas Julien (1797-1873) et Antoine Bazin (1799-1863), pour apparaître en 1912, sous la forme d’une adaptation extrêmement libre livrée par Georges Soulié de Morant (1878-1955) ; la traduction, en 1949, par Jean-Pierre Porret de la version allemande de Franz Kuhn de 1930, sous le titre Kin P’ing Mei : ou, la merveilleuse histoire de Hsi Men avec ses six femmes, restera longtemps la traduction la plus répandue en France, les lecteurs français devant attendre la fin du XXe siècle pour pouvoir lire la traduction intégrale de l’œuvre par André Lévy. Fruit de sept années de travail, Fleur en fiole d’or (Jin Ping Mei cihua) fut intégré en 1985 dans la « Bibliothèque de la Pléiade », pour être publié en format de poche, en 2004, dans la collection « Folio », toujours aux Editions Gallimard.

Si l’on considère que les traductions d’une œuvre sont autant d’interprétations du même ouvrage, et que faire passer une œuvre d’une culture à une autre n’est pas une tâche aisée, on est en droit de s’interroger sur les stratégies à appliquer pour traiter un genre aussi complexe que le roman en langue vulgaire des XVIe et XVIIe siècles. Peut-on se contenter d’être « fidèle » pour que l’œuvre traduite reste « compréhensible » dans toute son épaisseur ?

Utiliser l’exemple du Jin Ping Mei nous semble très intéressant pour tenter de répondre à cette problématique, dans la mesure où il s’agit d’un roman qui a connu différentes interprétations depuis son apparition, en particulier à cause des descriptions érotiques très crues qu’il comporte.

Si l’étude et l’analyse détaillées des traductions françaises constituent la partie principale de mes recherches, les traductions anglaises existantes seront également prises en considération, et tout particulièrement celle réalisée par David T. Roy qui a consacré à Jin Ping Mei trente années de sa vie pour en livrer une traduction intégrale en cinq gros volumes très annotés.

En prenant pour point de départ une analyse des sources et une synthèse des hypothèses en cours concernant Jin Ping Mei et ses interprétations, notre thèse fera le point sur toutes les adaptations et traductions reçues par l’ouvrage, notamment en mettant en parallèle les deux meilleures traductions intégrales dont nous disposons actuellement, savoir en français, celle d’André Lévy, et en anglais, celle de David T. Roy. Cette confrontation nous permettra de distinguer les différentes interprétations de l’ouvrage retenues par les traducteurs, et d’exposer les stratégies mises en place par eux pour le traduire, ainsi que les manques qu’elles révèlent l’une et l’autre. Enfin, nous nous interrogerons sur les stratégies de traduction les plus pertinentes pour envisager la traduction de ce genre d’ouvrage.

Une réflexion au sujet de « LI Shiwei 黎诗薇 »

  1. Ping : Enfer chinois (01-a) | Kaser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *