Xiao Wei 肖薇

Doctorante <<<<<<<<>>>>>>>>>>> Page en construction

Recherche en cours : A Lai 阿来 et le Tibet, de la construction d’un imaginaire littéraire au voyage réel : l’analyse de la réécriture de la mythologie tibétaine en langue chinoise dans le roman Gesa’er Wang 格萨尔王.

Le domaine de recherche de ma thèse se situe au croisement de deux littératures : celle de la Chine continentale et celle du Tibet. Elle porte essentiellement sur des œuvres contemporaines, écrites après la période de la Révolution culturelle, deux décennies (1960-1980) durant lesquelles les œuvres alors contemporaines de ces littératures sont restées pratiquement absentes des librairies et des bibliothèques d’Occident. C’est à l’issue de cette période qu’est né le courant littéraire dit « de la recherche des racines ». Les cultures variées des différentes minorités ethniques non han du pays ont beaucoup inspiré les écrivains de cette époque. Dans la région tibétaine, Zhaxi Dawa et Ma Jian ont été les premiers à utiliser la langue chinoise pour décrire le Tibet, les Tibétains et leurs coutumes, puis A Lai 阿来 les a suivi, apportant à cette veine ce qu’on pourrait appeler le « réalisme fantastique ».

L’écrivain chinois d’origine tibétaine A Lai m’avait déjà impressionné il y seize ans par son chef d’œuvre Chen’ai luoding 尘埃落定. C’est un roman révélant une histoire qui se déroule au Tibet, écrite en langue chinoise impeccablement maîtrisée. Des années plus tard, j’ai découvert à travers son écriture l’histoire romancée du Roi Gesar, un héros mythique du Tibet, Gesa’er Wang 格萨尔王 (Le Roi Gesar), cette œuvre littéraire, écrite toujours en langue chinoise, recouvre tous les aspects de mon questionnement. C’est donc sur elle que je vais placer au centre de ma thèse en l’analysant sous ses aspects mythologique, philosophique interculturel stylistique et linguistique.

Dans un premier temps, je chercherai à comprendre pourquoi l’auteur, d’origine tibétaine et ayant grandi dans la région tibétaine, a choisi la langue chinoise pour unique véhicule de sa création littéraire. Il s’agit de retracer son vécu, son éducation, son expérience professionnelle et sa culture. La compréhension de l’histoire de l’auteur aidera également à mieux comprendre pourquoi ses romans portent toujours sur le même espace géographique —la région tibétaine —, pourquoi ils présentent des caractéristiques propres à la culture chinoise, et comment cette problématique d’interculturalité intervient dans Gesa’er Wang.

Ce roman s’inscrit, qui plus est, dans un projet international lancé par la maison d’édition anglaise Canongate, visant à faire réécrire les légendes mythologiques des quatre coins du monde. Ce projet réunit des écrivains connus venant d’une vingtaine de pays différents, et ceux-ci ont été invités à réécrire l’histoire mythique de leur propre culture. Parmi ces écrivains, quatre écrivent en chinois : Su Tong (Binu 碧奴, 2006), Ye Zhaoyan (Hou Yi 后羿, 2007), Li Rui (Renjian 人间, 2011), et A Lai (Gesa’er Wang 格萨尔王, 2011).

Dans un deuxième temps, j’analyserai l’œuvre d’A Lai du point de vue mythologique. Certes, ce roi est un héros mythique propre à la culture tibétaine, et de nombreuses versions en langue tibétaine l’ont déjà décrit, mais dans la version d’A Lai, l’histoire débute sur une scène fantastique rappelant un monde mythique proprement chinois. Il s’agit ici d’effectuer une analyse comparative entre certaines versions tibétaines, notamment celle de dBang chen nyi ma (L’épopée tibétaine de Gesar, traduit du tibétain par Anne Marie Blondeau et Anne Chayet), et cette version en chinois écrite par A Lai — il sera de ce point de vue intéressant de comparer d’autres épopées écrites en tibétain, ce qui permettra d’aborder deux thématiques annexes : la langue tibétaine influence-t-elle l’auteur dans sa création, et si oui, comment ? Les personnages mythiques dans l’épopée d’A Lai partagent-ils des caractéristiques ou des symboles typiques des mythes chinois ?

Dans cette logique, j’étudierai dans un troisième temps, le rôle que jouent l’interculturalité et les différents courants de la pensée chinoise dans cette œuvre. Malgré le fait que l’épopée du roi Gesar soit pour les Tibétains une histoire religieuse, on remarque que l’auteur a réécrit cette histoire avec une certaine objectivité, faisant apparaître des doutes concernant les lamas, les dieux, et même envers sa propre perception. Ces doutes sont exprimés spécifiquement par le barde, qui est un protagoniste inscrit dans la vie « réelle », c’est-à-dire dans la société moderne et actuelle du Tibet. En outre, certains savoir-faire et certaines réflexions du roi Gesar relèvent de la pensée taoïste, ce qui peut apparaître contradictoire venant d’un roi originaire d’une région bouddhique. Ces caractéristiques font que la version d’A Lai est très différente de celles de ses prédécesseurs. Il est donc intéressant de regarder au plus près comment différents courants philosophiques ont pu influencer le processus créatif de l’auteur.

Qui plus est, cette œuvre est construite d’une manière assez originale : elle voit alterner deux lignes narratives principales, l’une étant l’épopée de Gesar se déroulant au XIème siècle, et l’autre suivant le barde qui chante aujourd’hui cette épopée au Tibet. Ces deux protagonistes qui narrent chacun une histoire différente, se rencontrent dans leurs rêves à la fin du roman. Cette structure contribue à la réussite et à la complexité de la narration, et il me semble qu’elle démultiplie l’intérêt qu’il pourrait y avoir à étudier le style de l’œuvre.

A Lai n’est ni le seul, ni le premier à utiliser une structure à double narration : on peut observer une structure semblable chez Stéphane Audeguy, dans son roman La théories des nuages (2005), chez Anthony Doerr, dans son roman Toute la lumière que nous ne pouvons voir (2015), ou encore chez Daniel Kehlmann, dans son roman Les arpenteurs du monde (2011). Cependant, A Lai met à profit cette structure pour réécrire une histoire mythique : comment le fait-il et pourquoi utilise-t-il cette technique ? Voilà des questions qui seront abordées.

Il restera ensuite à étudier la rhétorique et les figures de style utilisées dans ce roman : la métaphore, la métonymie et la synecdoque, l’idiotisme quadrisyllabique, le paradoxe et l’allusion, le symbolisme, le parallélisme syntaxique, etc., l’ensemble permettant de construire l’esthétique et la musicalité de cette œuvre.

Pour conclure, les critiques comparent ce roman Gesa’er Wang à La pérégrination vers l’Ouest (Xiyouji 西游记) pour la littérature chinoise,à l’Iliade et l’Odyssée d’Homère pour le monde grec, l’Enéide de Virgile pour les Latins, ou encore à la Razzia des Vaches de Cooley pour les Celtes, car dans l’histoire de Gesar se retrouvent de nombreux éléments traditionnels communs à toute épopée : description des armes, sanctification de l’action sacrée, et dialogue constant des hommes et des dieux. Cependant, cette épopée présente certains traits spécifiques à cette partie de l’Asie qui comprend le Tibet, la Mongolie et la Chine. Par ailleurs, ce n’est pas seulement une épopée, c’est aussi l’histoire du barde qui est chargé par les dieux de chanter et de propager l’épopée de Gesar, ainsi que l’histoire de son questionnement vis-à-vis de sa vision du monde, de sa compréhension du bouddhisme, de sa confrontation avec l’autorité, qu’elle soit politique ou idéologique.

Nous aborderons aussi les questions suivantes : comment situer cette œuvre dans la littérature d’Extrême-Orient ? Quel impact cette œuvre pourrait-elle avoir sur la Chine continentale et la région tibétaine ?

Cette étude sera accompagnée de la traduction de certains passages du roman Gesa’er Wang et de certaines autres œuvres d’A Lai, qui permettront de mieux illustrer les analyses.

Nous souhaitons que notre étude permettra de mieux comprendre le monde imaginaire que l’on retrouve dans la littérature sino-tibétaine, et qu’elle apportera une contribution aux travaux concernant l’analyse stylistique de la langue chinoise écrite : ces travaux sont encore assez peu développés.

Mots clés : littérature chinoise et tibétaine, interculturalité, pensée et religion, mythologie, héros, stylistique et linguistique