Laurent Chircop-Reyes

Anthropologie – Sinologie 

  • Institut de recherches asiatiques (IrAsia, AMU)

Domaines scientifiques :

  • Anthropologie
  • Sinologie

Thématiques de recherche : 

  • Compagnies d’escorte et marchands du Shanxi
  • Pratiques martiales
  • Savoir-faire et transmission en Chine du Nord
  • Récits écrits, récits oraux, traduction

Langues : 

  • Français
  • Chinois
  • Anglais

Parcours : 

  • 2009-2013 : Licence Langues, Littératures et Civilisations Étrangères, spécialité chinois, Aix-Marseille Université.
  • 2013-2015 : Master Recherche en sinologie, textes et traduction, Aix-Marseille Université.

Thèse : 

Compagnies d’escorte, biaoju 镖局, et marchands du Shanxi, Jinshang 晋商. Les relations des maîtres-escortes et de leurs écoles avec le monde du négoce au xixe siècle en Chine du Nord

  • Directeur : Jean-Marc de Grave
  • Codirecteur : Pierre Kaser

 

Carnet de recherche : 

https://wulin.hypotheses.org/

 


 

Sujet de recherche : 

Ce projet de thèse s’inscrit dans le cadre d’une recherche en anthropologie historique, en vue d’analyser les relations qui s’établissent entre les compagnies d’escorte, biaoju 镖局, et les réseaux marchands en activité au cours du xixe siècle en Chine du Nord. Ces compagnies sont définies comme des ensembles structurés de services de protection qui ont opéré du xviie siècle jusqu’à leur déclin au début du xxe siècle. Elles étaient chargées du transport des marchandises — argent (tael) et sel — des négociants de la province du Shanxi, les Jinshang 晋商. La tradition martiale, Xingyiquan 形意拳 (« boxe de la forme et de l’intention »), tout particulièrement sollicitée par cette classe d’escorte, fait aussi ici l’objet d’une étude de cas approfondie. Les éléments de réponses obtenus permettront avant tout de décrire l’émergence, le maintien, puis le déclin d’un corps de métier en lien avec la protection des convois marchands. Ils permettront aussi de décrire les influences réciproques de la pratique de protection avec ce savoir-faire de la boxe Xingyiquan, élément central de la notoriété et de la reconnaissance sociale des maîtres-escortes, ainsi que de la défense des biens que ces maîtres mettent en pratique. Ce projet aboutira ainsi à l’identification des différentes activités sociales sur lesquelles ont débouché les pratiques des compagnies d’escorte à la fin du xixe et au début du xxe siècle en Chine du Nord, et plus spécifiquement à faire le point sur le statut des descendants des maîtres-escortes à l’époque contemporaine, leurs activités et leurs pratiques.

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Laurent Chircop-Reyes »

  1. Ping : Documentation sur les arts martiaux | ChinElectrodoc, blog de veille sur le monde chinois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *