IDEO 6 : Censures et littératures d’Asie

szjsprj-small480

Censures et littératures d’Asie

Pour son sixième numéro, Impressions d’Extrême-Orient se penche sur les différentes manières dont les littératures d’Asie ont affronté et continuent d’affronter toutes sortes de censures (politique, morale et commerciale), et la réponse, toujours inventive que les auteurs, les éditeurs, voire même les traducteurs, ont apporté pour surmonter les contraintes que leur imposait leur époque.

Table des matières

CensureJPM00

Appel à contributions

En ce moment-même, en République populaire de Chine, la pression sur les artistes et la censure étatique se fait de plus en plus sentir ; ailleurs, la police des lettres applique sa loi selon des modalités et une brutalité variables ; dans d’autres pays d’Asie, une liberté d’expression sans contrainte apparente semble s’être enfin installée : il nous a dès lors semblé intéressant de jeter un regard sur un phénomène ― la censure ―, qui a marqué, et marque toujours, l’immense espace asiatique depuis qu’on y écrit.

La multiplicité des expériences et des situations suscite une naturelle curiosité que le sixième numéro de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient a l’ambition, non pas d’assouvir, mais d’alimenter en proposant des regards sur le sort fait à la littérature dans les différents pays qui font partie de son champ d’investigation ― Chine, Taiwan, Japon, Inde, Vietnam, Corée, Thaïlande ―, voire au-delà.

On explorera à travers des textes, de natures diverses et de toutes les époques, la censure sous tous les angles selon lesquels elle s’est manifestée, et la manière dont elle continue de s’appliquer dans l’espace littéraire asiatique. Aucune restriction ne sera appliquée au choix des textes que nous publierons, sinon, le respect des lois en vigueur dans notre pays, la nécessité d’avoir été traduits avec respect, présentés de manière pertinente, et d’illustrer un aspect du thème : littératures et censures en Asie.

Le thème pourra être envisagé selon différentes perspectives : celle du contrôle étatique, des tabous religieux, des impératifs du marché, voire même des cabales littéraires ou des proscriptions relatives aux mœurs ; on pourra également évoquer à travers des exemples, des procès littéraires, le poids du jugement critique, et pourquoi pas explorer la censure sous l’angle psychologique ; on pourra même montrer le rôle dynamique opéré sur la création littéraire par la censure, ou encore, se pencher sur la manière dont les traducteurs s’y confrontent et dialoguent avec elle.

On pourra donc proposer la traduction de textes, ou d’extraits d’œuvres, qui ont subi à une époque la censure dans leur pays d’origine ou qui la subissent encore, des textes qui jouent avec elle, en contournent les dictats ; on pourra aussi proposer des textes où se manifeste l’auto-censure, voire qui montrent comment certains auteurs offrent des œuvres à géométrie variable selon les lieux de publication, ou entourent leurs œuvres d’un méta-discours censé les mettre à l’abri, ― ou même des œuvres dans lesquelles les auteurs, qu’ils soient poètes, romanciers, dramaturges, critiques ou prosateurs, explorent les marges de l’expression littéraire, voire les dépassent.

Chacun est donc appelé à, selon la nécessité, sortir de l’index des ouvrages scandaleux ou faire émerger des productions circulant sous le manteau, ou encore à donner une visibilité accrue à des œuvres diffusées sur la Toile, etc.

Cette attention portée au sujet de la censure selon toutes ses manifestations, attention que l’on souhaite la plus riche et la plus ouverte possible, offrira des armes pour envisager le problème dans une optique encore plus vaste ― des événements récents ont montré que les problèmes de liberté d’expression pouvaient facilement mobiliser ceux qui, dans des espaces plus protégés, craignent de devoir la perdre un jour, et combien ceux qui en sont privés seraient heureux d’en profiter : souhaitons que le fruit de notre observation ne tombe jamais sous le coup d’une censure, ou pire d’une auto-censure, et se déploie dans une liberté que rien ne viendra brider.

Nous attendons des textes littéraires traduits, précédés d’une courte présentation donnant des informations sur l’œuvre, son auteur et les raisons qui ont conduit à le retenir. …/…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *