Présentation du projet

ITLEO-logo

On lira ci-dessous la présentation du projet Itleo réalisée pour le colloque international « Literature Translation: Theories and Experiences » organisé par l’Université des Sciences sociales et Humaines (USSH) à Hanoï et l’IrAsia et qui s’est tenu à Hanoï les 27 et 28 octobre 2014. La dernière partie (« Pourquoi ? Et pour qui ? ») offrant des vues sur les perspectives d’exploitation des données sera progressivement complétée — chaque item fera l’objet d’un billet particulier.


 ITLEO

l’inventaire analytique et critique des traductions en langue française des littératures d’Extrême-Orient

 

Du projet personnel au projet d’équipe

Avant de devenir un projet collectif conduit dans le cadre des travaux de l’axe « Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction » (Leo2t) de l’IrAsia, Itleo était un projet personnel entièrement orienté vers la littérature de divertissement — roman et théâtre — de la Chine ancienne.

Il avait commencé à germer à partir d’interrogations fréquentes sur les traductions de romans chinois anciens. L’établissement de notices bibliographiques pour des polycopiés ou des articles se heurtaient toujours à la même obligation de consulter diverses sources et d’aboutir à un relevé approximatif qui avait pris la peine de corriger des erreurs contenues dans les sources consultées, parfois d’en identifier d’anciennes non répertoriées et, en général, d’en ajouter de plus récentes. Le constat d’avoir à chaque fois à établir de nouvelles listes m’a conduit à l’idée de créer pour un usage personnel une base de données des traductions en langue française  — mais pas uniquement, puisque ma curiosité allait, et continue d’aller, au-delà des bornes de notre langue —, pour ce domaine particulier, afin de pouvoir disposer facilement de ces informations, que je n’aurais plus, par la suite, qu’à réactualiser à l’occasion de nouvelles découvertes ou de nouvelles parutions.

La solution était donc d’user d’outils numériques pour collecter et organiser avant de les analyser ces données touchant à la production des traductions françaises d’un corpus somme toute relativement réduit, à savoir une centaine de titres, qui peut, si l’on décide de comptabiliser individuellement les contes en langue vulgaire proposés en recueil et souvent traduits individuellement, s’élever à un demi-millier, voire même atteindre un décompte cinq ou six fois plus important si l’on applique la même méthode aux récits des collections d’histoires en langue classique.

En effet, les sources qui proposent des données ordonnées sur les traductions françaises de littérature chinoise sont, non seulement, assez rares — le français n’est plus depuis longtemps la langue reine de la sinologie —, mais, qui plus est, souffrent toutes d’être datées et surtout bridées par leur mode de diffusion, savoir le livre papier, lequel pêche par son aspect définitif. En effet, il ne peut être mis à jour suffisamment fréquemment pour prendre en charge les nouveautés ou pour se voir débarrasser des inévitables erreurs que ce travail induit — en réalité, un livre ou une contribution plus modeste de ce type ne sont, pour ainsi dire, jamais réédités. Ainsi, pour en rester à mon domaine, des ouvrages comme ceux de Martha Davison (1952), Wang Lina (1988) et les listes établies et diffusées depuis, seront toujours soumis à interrogation et pris avec une grande réserve en fonction de leur ancienneté, voir des carences de leur maître d’œuvre dans la maîtrise de notre langue, ou leur manque d’ambition et d’envergure. Du reste, le mode de consultation qu’offrent ces publications ne permet pas de prendre la mesure des informations qu’elles recèlent car leur manquent les index indispensables à un usage satisfaisant. Les plus récentes tentatives, comme celle d’Angel Pino (You Feng, 2014) sur le corpus littéraire de la Chine moderne et contemporaine, n’échappent pas à ces critiques.

Mais ce projet personnel devait assez rapidement devenir collectif, s’ouvrant par la même occasion, d’abord aux autres domaines de la littérature chinoise dans le cadre des travaux de la Jeune Equipe de recherche « Littérature chinoise et traduction » (JE-LCT, 2004-2008), pour toucher à partir de la création de la toujours Jeune Equipe « Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction » (JE-Leo2t, 2008-2011), toutes les littératures d’Asie que notre effectif nous permettait alors d’envisager avec une belle inconscience des conséquences réelles et concrètes de ce choix. Dès lors, en plus de la riche littérature de la Chine ancienne, moderne et contemporaine et les productions littéraires de Taiwan et de Hong Kong, nous nous sommes confrontés aux traductions données à la production textuelle du Japon, de la Corée, d’Inde, de Thaïlande et du Vietnam.

A chaque étape, j’ai été amené à perfectionner ma méthodologie et aussi à mieux envisager les implications de ce travail qui prenait des proportions telles qu’il ne s’envisageait finalement que comme une œuvre collective d’ampleur, s’apparentant plus à la construction de la Grande Muraille de Chine qu’à l’édification d’une pyramide. Sa matière est, en l’occurrence, non seulement vaste, mais surtout en perpétuelle expansion — elle nécessite de fréquentes mises à jour, comme la Muraille un constant entretien pour éviter les failles ; de plus, son champ d’application semble s’étendre à l’infini et son horizon sans cesse se déplacer ; ses constructeurs doivent, comme ceux qui se retrouvèrent, malgré eux, sous les ordres du cruel Qin Shihuangdi, s’adapter aux différentes configurations topographiques et conditions climatiques des littératures prises en considération. En somme, il s’agit d’un travail sans fin.

Un travail sans fin

En effet, si le projet était né de l’interrogation sur la réception d’un pan réduit de la littérature chinoise ancienne, son champ d’investigation s’est ouvert non seulement à un espace géographique et culturel plus grand, mais a également pris le partie de ne mettre aucune restriction à la définition du terme « littérature ». Celui-ci est donc envisagé dans son acception la plus large. Ainsi, s’inspirant des conceptions anciennes chinoises concernant le texte écrit, tout ouvrage ayant reçu une traduction en langue française sera pris en considération dans Itleo.

Du point de vue de la traduction, et de son histoire, ou de l’évaluation de son impact sur la culture d’accueil, qui sont quelques-unes des investigations auxquelles ont pourra se livrer a posteriori, ces textes « extra- »  ou « para-littéraires » n’ont pas une importance moindre que les textes plus clairement « littéraires ». C’est ainsi que la traduction d’un traité sur la manière de faire la porcelaine a eu un impact bien plus grand que la traduction des chefs-d’œuvre de la prose classique chinoise ; il en va de même pour un texte tel que le Sunzi bingfa 孫子兵法 (Les Stratégies militaires de Maître Sun), et bien entendu pour tous les écrits des penseurs chinois de l’Antiquité. Du reste, on peut assez facilement montrer que tous ces textes, a priori « non-littéraires », le sont beaucoup plus que ce que laisse apparaître la première lecture. Ainsi, pour le domaine chinois ancien au moins, aucun texte n’est indemne de prétention littéraire ou n’en a inspiré à d’autres textes postérieurs. De plus, quelle que soit sa nature, et ce que fut son importance dans sa culture d’origine, le fait qu’il ait été distingué par une traduction, et par là intégré d’une manière ou d’une autre dans la culture de langue française, servant dans certains cas de tremplin vers une diffusion beaucoup plus large, nous interdit de l’exclure de notre investigation. On trouve également la même attitude d’ouverture à tous les textes traduits chez les architectes de la monumentale Histoire des traductions en langue française (Verdier), dont un copieux volume consacré au XIXe siècle a vu le jour en 2012, suivi en 2014 d’un volume encore plus imposant sur les XVIIe et XVIIIe siècles .

Autre point commun avec cette entreprise magistrale qui n’oublie pas la littérature chinoise — le comparatiste Philippe Postel (Université de Nantes) y veille —,  nous avons, depuis le début, fait le choix de prendre en considération toutes les traductions en langue française, sans négliger aucunement celles qui ne furent pas produites et publiées sur le sol français. C’est ainsi que les traductions réalisées à l’extérieur, mais en français, sont collectées et soumises au même examen — je pense naturellement aux travaux chinois diligentés à différentes époques pour assurer la promotion de la littérature chinoise à l’étranger grâce à des revues ou à des maisons d’édition dédiées, mais on trouvera dans chaque aire culturelle, comme au Vietnam, une production qui est loin d’être anecdotique, et qui, du reste, ne concerne pas uniquement la littérature du pays initiateur de ces publications, publications au statut particulier et aux traducteurs souvent laissés dans l’ombre.

On comprendra aisément, à partir de ce survol rapide de la matière à traiter, qu’il serait déraisonnable de vouloir fixer un calendrier précis de la progression de la première étape indispensable qui est la collecte des données ; on peut d’ores et déjà évaluer à plusieurs dizaines de milliers le nombre des traductions à prendre en charge. Cette évaluation pourrait même être encore plus impressionnante selon la manière d’envisager le décompte. Le nombre d’œuvres les ayant suscitées sera naturellement inférieur. En effet, certains textes ont été abondamment traduits. Pour rester dans le domaine chinois, je prendrais l’exemple du Dao de jing 道德經 qui, selon le relevé actuellement consultable dans la base, a suscité pas moins de 36 traductions différentes depuis celle que Guillaume Pauthier livra en 1838 ; le nombre de celles du Sunzi bingfa, évoqué plus haut, dépasse déjà la douzaine depuis le rendu du Père Jean-Marie Amiot de 1772.

Pour alléger le fardeau que nous aurons à porter nous distinguerons les œuvres écrites dans la langue maternelle de l’auteur de celles qui, le cas échéant, pourrait avoir été écrites directement dans une langue étrangère. Quand les traductions des premières seront recensées et analysées, les secondes ne seront que signalées dans la liste des œuvres de cet auteur. Cette distinction pourrait amener à procéder dans un second temps à un traitement particulier de ce corpus. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un ensemble somme toute très réduit en nombre, facilement identifiable autour de la personnalité et du parcours d’un nombre d’auteurs également réduit, dont certains, du reste, écrivent directement en français.

Itleo : modus operandi

L’outil wiki

L’œuvre à accomplir est à ce point gigantesque qu’il fallait mettre au point un modus operandi offrant toutes les chances de réussite au projet. Pour faire court, je ne reviendrai pas sur les étapes qui, d’essais infructueux en enlisements, m’ont conduit à proposer à l’équipe d’opter pour la création d’un espace wiki qui me semble bien être l’outil de collaboration scientifique le mieux adapté à notre projet et à ceux qu’il concerne. La collecte individuelle des données sur des fichiers Word ou Excel à laquelle nous avons eu recours au début, permettait certes de communiquer le fruit de nos travaux, mais de manière pour le moins imparfaite : au mieux, cette façon de travailler aurait conduit à la production d’un ouvrage de données brutes sans lien les unes avec les autres et condamnait le projet à devenir obsolète très rapidement, donc à trahir ses aspirations premières. Il fallait trouver un moyen et un lieu où chacun pouvait mettre en commun des données présentées selon un schéma élaboré en commun, avec la possibilité de modification constante dans la plus grande transparence, et que ce lieu soit, par la même occasion, celui de la consultation et de l’exploitation de ces données : seul l’outil informatique, et donc l’outil wiki, était en mesure de répondre, dans un premier temps, à toutes ces exigences.

Passée la première crainte ressentie par les membres de l’équipe, cet outil numérique s’est avéré d’une grande souplesse et, somme toute, relativement facile à prendre en main. Plusieurs séances de formation et quelques séances de travaux pratiques plus tard, la totalité des personnes ayant fait vœu de participer au projet était en mesure d’y contribuer directement ou en se faisant aider ; des réactualisations régulières permettent de conserver le même degré de compétence et stimulent par la même occasion la motivation des moins actifs ou des nouveaux venus. La collecte à grande échelle pouvait donc commencer.

Des champs d’investigation furent d’abord définis en fonction des différentes aires culturelles et linguistiques à explorer. Leur répartition se fit naturellement en fonction des compétences linguistiques des collaborateurs et de leur maîtrise d’un ou plusieurs domaines littéraires ou extra-littéraires, dans lequel, ou lesquels, ils pouvaient mettre à profit leurs connaissances. Chaque responsable d’une aire culturelle est ainsi libre de procéder au découpage qui lui semble le plus approprié pour se lancer, seul ou en groupe, à un premier relevé des traductions à prendre en charge. Celui-ci peut combiner un découpage par grandes périodes historiques et par genres littéraires ou catégories textuelles. Il n’en reste pas moins que s’impose à tous l’obligation d’être en mesure de maîtriser le corpus d’œuvres dont il doit dans un premier temps recenser les traductions avant de les intégrer dans la base de données, pour enfin, s’il le souhaite les analyser selon une optique de son choix. En plus des membres de l’équipe, lesquels sont soit chercheurs au CNRS, soit enseignants-chercheurs spécialistes d’une aire culturelle asiatique, ou encore doctorants, des étudiants de niveau master sont aussi conviés à contribuer au projet sous le contrôle attentif d’un responsable.

La collecte

Quelle que soient l’ère culturelle considérée et la période choisie, la collecte des données s’organise selon trois registres majeurs lesquels sont aussi complémentaires qu’indissociables : les œuvres, les traductions et les traducteurs.

  • Les œuvres

L’attention portée à l’œuvre source implique que le collaborateur qui va se pencher sur elle, puis sur sa, ou ses, traduction(s) française(s), en maîtrise non seulement la langue, mais est capable de la situer dans son contexte culturel avec finesse — ceci est d’autant plus important qu’il va devoir en donner une description détaillée. Il va ainsi devoir l’identifier selon une routine dont les étapes sont fixées dans une « fiche œuvre » qu’il va devoir informer au mieux de ses connaissances, tout en sachant qu’elle peut être à n’importe quel moment enrichie par lui ou un autre collaborateur.

Outre les informations de base concernant son, ou ses, titre(s), ses éditions, il doit être en mesure d’identifier (en fonction des critères stylistiques de la culture d’origine de ce texte) le genre auquel l’œuvre appartient, d’en donner un résumé, d’identifier les éditions les plus significatives, et naturellement de signaler, s’il est connu, son auteur — auteur qui pourra recevoir ultérieurement un traitement complémentaire par la création d’une fiche dédiée. Le collaborateur devra aussi pousser son investigation jusqu’à identifier les différentes traductions qui en ont été données, d’abord dans les autres langues, puis en français. Ce dernier relevé se doit d’être le plus complet et le précis possible.

Ce travail accompli — travail qui peut dans certains cas réserver bien des difficultés, surtout lorsqu’il est question d’œuvres anciennes —, il peut, on aimerait dire enfin, se tourner vers les traductions en langue française, avec une attention pas moins soutenue.

  • Les traductions

Chaque traduction, même la plus décevante — il en sera de même pour les traductions libres et les adaptations —, recevra sa fiche analytique et critique, laquelle devra invariablement fournir des informations précises, qui dans certains cas seront malaisées à obtenir. Outre les problèmes purement bibliographiques, c’est l’identification du, ou des, traducteurs qui s’imposera, prémisses à une description détaillée de l’édition considérée comme originale, description prenant en compte l’ensemble des éléments constituant son appareil critique (préface, appendice, notes, avertissement, etc.). Certains éléments jugés intéressants pourront même être reproduits, car contrairement à une base de données formatée avec des cases à remplir, l’espace wiki offre la liberté de recueillir toutes sortes de notations qui seront déterminantes dans l’analyse future.

Les rubriques subsistantes pourront, à défaut d’indice ou de certitude, voir de manque de temps, restées non informées, mais on comprendra que la valeur de la base dépend de la manière dont elles seront effectivement remplies. En effet, ce qui est en jeu là, plus que l’établissement d’une liste de traductions — prémisses indispensables à une analyse à venir —, c’est la présentation des éléments indispensables pour porter, dans un second mouvement, un regard critique, ou, pour le dire simplement, pouvoir procéder à l’évaluation des traductions et, par voie de conséquence, se faire une idée précise du travail des traducteurs.

Il s’agit, d’une part, de l’identification de l’édition source — sans cette information comment évaluer la traduction sans risquer de commettre des erreurs de jugement ? —, d’autre part, de définir le contexte qui a suscité la traduction — est-ce une commande d’éditeur, le choix du traducteur, un travail collectif, etc. ? Reste encore à définir le type de traduction — et là, il revient à chaque collaborateur de donner les bases d’une évaluation et de répondre à des questions du type de celles-ci : s’agit-il d’une traduction intégrale, partielle, d’une adaptation libre, d’une paraphrase scolaire, etc. ?

L’évaluation de la traduction à proprement parler sera envisagée dans une deuxième étape ; du reste, les termes de cette évaluation n’ont pas encore été clairement définis collectivement. Ils pourraient naturellement s’inspirer des rares travaux produits dans ce domaine de la traductologie (Reiss, 1971 ; Berman, 1995 ; Constantinescu, 2013), travaux dont la lecture a contribué à façonner la structure de la collecte des données d’Itleo. Il convient, me semble-t-il d’avouer que ce travail de réflexion ne peut être mené que par des collaborateurs en sentant la nécessité, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des membres de l’équipe, qui pour certains l’envisagent selon des perspectives autres, bien que complémentaires. Il n’en reste pas moins que chacun est libre de livrer les remarques suscitées par son examen de la traduction, ceci après avoir, dernière tache pas moins ardue que les précédentes, rendu compte de l’influence de la traduction sur la culture d’accueil ; celle-ci peut être nulle, ou bien — la chose n’est pas si rare —, extrêmement riche dans la mesure où elle peut être comme certaines des traductions des contes d’un fameux recueil du XVIIe chinois, le Jingu qiguan 今古奇觀, à la source d’une nouvelle création littéraire, ou bien, pour prendre un exemple moins connu, avoir, comme la traduction par Stanislas Julien du Dao de jing, influencé le dernier Tolstoï (Colin Marshall, 2014). Dans ce cas, comme dans bien d’autres, pour ne pas dire dans tous, la responsabilité du traducteur est immense dans l’image qu’il donne d’un texte source.

  • Les traducteurs

Le traducteur est bien entendu l’élément central dans le processus de traduction ; il convient donc de lui accorder une grande attention. Alors que les précédentes fiches pouvaient être réalisées par un seul collaborateur en mesure de traiter à lui seul une entité (une œuvre et ses traductions françaises), la fiche créée pour un traducteur sera le plus souvent élaborée collectivement. Sa vocation est de recueillir le maximum d’informations sur un traducteur, sa formation, ses travaux en dehors de la traduction, et, naturellement, la liste de ses traductions, seul ou collectivement.

Lorsque celui-ci est vivant et encore actif, on pourra prendre contact avec lui pour obtenir des éclaircissements sur des points concernant notamment sa façon d’envisager les traductions qu’il a réalisées. Un questionnaire type pourra lui être soumis afin d’entreprendre de manière systématique cette investigation. Il n’est, bien entendu, pas exclu que la même attention soit portée aux éditeurs et directeurs de collections, lesquels jouent un rôle non négligeable dans l’élaboration des traductions et pas seulement au niveau de leur diffusion.

Dans certains cas, la collaboration autour du traducteur impliquera des spécialistes de plusieurs domaines linguistiques, comme pour Léon de Rosny (1837-1914) qui a traduit en français à partir du chinois et du japonais. Le cas d’Armel Guerne (1911-1980) qui via l’allemand a « traduit » du chinois mais aussi a collaboré à des traductions du japonais, me permet de signaler que seront intégrées à tous les niveaux de l’analyse, mais avec des précautions particulières propres à leur nature particulière, les traductions au carré, savoir celles qui offrent un rendu français d’une œuvre extrême-orientale, mais par le relai d’une autre langue (anglais, allemand, mandchou, etc.).

En plus de l’établissement, parfois extrêmement problématique, de l’identité du traducteur, lequel, ne l’oublions pas, peut se cacher dernière un ou plusieurs pseudonymes, ou conserver très secrètement des éléments de sa biographie, on dressera le tableau le plus précis possible de sa formation intellectuelle et linguistique, et on fournira le relevé détaillé des travaux qu’on lui doit, et pas seulement en matière de traduction — le reste de son œuvre, si elle existe, fournira d’intéressantes perspectives d’analyse, permettant par la même occasion de prendre la mesure de la traduction dans son parcours. On veillera également à tenter de définir le rôle de chaque traducteur dans les cas de collaboration, en distinguant clairement les traductions personnelles des traductions collectives.

  • Et les auteurs ? 

Ils ne sont pas oubliés. L’absence d’une entrée « auteur » dans le top trois des préoccupations vient du fait que la base a été envisagée avec pour point de départ le corpus classique chinois qui dans bien des cas fait fi de l’auteur — un nombre important d’œuvres n’ont pas d’auteur connu ou clairement établi. Il n’empêche que pour les corpus moderne et contemporain, celui qui consultera la base sera tenté de l’ausculter à partir, non pas des œuvres individuelles, mais cherchera les œuvre traduites d’un auteur en particulier. Ce type de consultation sera naturellement rendu possible par la création de listes ad hoc, en complément des listes d’œuvres, de traductions et de traducteurs. Les notices sur les auteurs prendront la peine de fournir un relevé précis des œuvres traduites sans oublier de mentionner celles encore inédites en traduction. On va voir que ce type d’information pourra remplir une des nombreuses attentes que ce travail ambitionne de combler.

Pourquoi ? Et pour qui ?

En effet, on pourrait se demander pourquoi dépenser autant d’énergie et mobiliser autant de compétences sur un projet tel que celui-ci ? Fort heureusement, il ne s’agit pas seulement de fournir les listes les plus exhaustives des traductions françaises de textes issus d’Extrême-Orient — encore qu’y parvenir serait déjà un succès notable. Nous voudrions, pour conclure, donner une idée de la multiplicité des domaines d’études qui pourront profiter de la masse considérables de données récoltées et proposées de manière raisonnée.

Les pistes qui vont être rapidement esquissées ci-dessous sont des indications qui reflètent principalement des interrogations personnelles ; l’ordre dans lequel elles sont proposées ne constitue pas une hiérarchie des explorations rendues possibles par le travail réalisé en amont. Pour gagner du temps, posons-nous la question simplement : à qui peut profiter ce travail.

  • Aux historiens de la traduction

Les historiens de la traduction pourraient bien être les premiers bénéficiaires de ce travail quand il sera mené à son terme, ou proche de son terme. Si ce domaine de la recherche sur la traduction est encore en recul, c’est, comme il a été souvent remarqué, parce que les matériaux nécessaires pour constituer cette histoire font défaut ; ceci est encore plus le cas dans le domaine asiatique. Itleo va donc contribuer à fournir les armes nécessaires à l’écriture de l’histoire, ou des histoires, de la traduction des littératures d’Extrême-Orient. Pour ma part, j’ai déjà vérifié l’extraordinaire bénéfice que présente cette base de données en me concentrant sur un segment très réduit pour lequel le travail préliminaire est quasiment accompli, savoir le roman chinois ancien en langue vulgaire.

  • Aux historiens de la littérature

Si les historiens de la traduction trouveront en Itleo matière à analyse, à confrontation et à comparaison, les historiens de la littérature générale, qui s’aventurent très rarement en aussi lointaines contrées, auront également profit à ausculter certaines rubriques comme, par exemple, celle sur l’influence des traductions sur la création littéraire. Certaines montrent déjà comment un texte chinois est, par l’intermédiaire de sa traduction, à la source de créations littéraires. L’apport dans ce domaine ne se limite pas aux cas connus et très commentés, dont le plus célèbre est sans doute L’Orphelin de la Chine, pièce de théâtre inspirée à Voltaire par un drame chinois de la dynastie Yuan vaguement rendu en français par un missionnaire jésuite. S’ouvre là un domaine qui concernera encore plus directement les comparatistes, qui s’ils ont déjà repéré un certain nombre de connections littéraires évidentes entre Orient et Occident (Daniel, 2011), seront heureux d’explorer de nouvelles pistes, ce qu’Itleo leur permettra de faire avec un grand confort d’utilisation.

  • Aux comparatistes

S’ils peuvent, grâce à la littérature savante sur le sujet, laquelle est abondante en anglais, et parfois riche en français ou en d’autres langues facilement abordables, se faire une idée relativement conforme à la réalité de la valeur d’une œuvre dans son contexte d’origine et recueillir sur certaines d’entre elles des informations sur son écriture, les comparatistes, à de rares exceptions près (Etiemble, Muriel Détrie, Zhang Yinde, Philippe Postel), sont fort démunis face à une œuvre issue de la tradition extrême-orientale. Contraints de passer par des traductions dont ils ne peuvent évaluer la qualité, ils se mettent souvent inutilement en difficulté.

Itleo leur fournira une aide précieuse, non seulement pour identifier les traductions les plus fidèles, mais aussi pour évaluer le degré de confiance dont ils peuvent les créditer. Même exploité ad minima, Itleo pourra leur éviter de faire le mauvais choix entre plusieurs rendus pour s’approcher d’une matière qu’ils ont beaucoup de réticence à prendre en compte. Une meilleure connaissance des traductions des littératures d’Extrême-Orient ne peut que contribuer à mettre cette littérature à la disposition des chercheurs.

  • Aux enseignants de la littérature asiatique en traduction

De la même manière, ceux qui, de plus en plus souvent, sont confrontés aux littératures du monde asiatique dans leur pratique pédagogique pourront trouver en Itleo une boussole pour conduire leurs élèves et leurs étudiants avec plus de sécurité vers des contrées littéraires qu’ils ne discernent qu’avec beaucoup de difficultés. La consultation des notices autour d’un roman tel que Xiyouji 西遊記, les conduira vers la traduction intégrale qu’en donna André Lévy pour la collection la « Bibliothèque de la Pléiade » (La Pérégrination vers l’Ouest, Gallimard, 1991), plutôt que vers les rendus approximatifs et abrégés qu’ils peuvent parfois choisir par simple méconnaissance. Les exemples de cet ordre seraient trop nombreux pour être cités tous, mais si Itleo pouvait détourner tous les lecteurs des traductions clairement fautives pour les conduire vers la lecture des meilleures rendus disponibles nous n’aurions pas travaillé en vain.

  • Aux critiques littéraires

Cet aide à la découverte et à la lecture serait tout autant profitable aux critiques littéraires, lesquels sont encore plus démunis que les chercheurs des domaines littéraires, car ils doivent la plupart du temps se prononcer sur la valeur d’un ouvrage sans filet de secours. Du reste, ils le font en oubliant trop souvent qu’ils n’ont pas affaire à l’œuvre elle-même mais qu’elle leur parvient par le filtre, parfois déformant, parfois même mutilant, de la traduction. Il n’en reste pas moins que la recherche et la critique de ce type ne fonctionnent pas à la même vitesse, et que le collaborateur d’Itleo ne pourra que se lamenter de voir que le critique littéraire, toujours trop prompt à se prononcer, fasse peu de cas de son travail.

  • Aux éditeurs

Les éditeurs pourraient eux aussi tirer en de nombreuses occasions des enseignements des notices d’Itleo, soit pour regarder comment ont été évaluées leur production, soit pour y puiser de nouvelles pistes d’édition. Ils pourront mieux évaluer les compétences des traducteurs qu’ils font travailler et déceler ceux à qui ils pourront confier la réalisation de futurs projets.

  • Aux traducteurs

Les traducteurs eux-mêmes pourront par la consultation des domaines dans lesquels ils interviennent, affiner leur choix pour de nouvelles traductions ou être séduits par l’appel de la retraduction d’ouvrages qui ont marqué l’histoire de la traduction mais dont les rendus ont fait leur temps.

  • Aux sociologues de la traduction

Les sociologues de la traduction auront aussi grâce à Itleo une masse de données disponibles pour alimenter leurs recherches. Qu’ils s’intéressent aux traducteurs ou à l’impact des traductions, ou encore à ce que la traduction révèle des tendances d’une époque, leur curiosité trouvera dans Itleo une riche matière.

  • Aux spécialistes de chaque aire culturelle asiatique

Les spécialistes de chaque aire culturelle prise en considération par Itleo disposeront enfin d’un outil efficace pour étudier l’évolution de leur pratique, et la part, forcément importante, pour ne pas dire cruciale, que la traduction y a prise et continue d’occuper.

On pourrait encore ajouter à ce relevé trop rapide les bibliothécaires qui sont, avec les libraires, des prescripteurs indispensables et cruciaux de la diffusion des traductions en direction des lecteurs ; les lecteurs eux-mêmes pourront accéder à la base et en faire un outil de découverte des littératures d’Extrême-Orient.

Appel à collaboration

J’espère que cette courte présentation aura montré qu’Itleo est un travail d’envergure dont les retombées devraient toucher très largement au-delà des limites de la petite équipe qui le mène. La sympathie et la curiosité que ce projet soulève à chaque fois qu’il est présenté, laissent présager d’un bon accueil lorsqu’il sera mis ligne et donc accessible au plus grande nombre — certains souhaitent même voir son champ étendu, soit à d’autres langues d’arrivée que le français, soit ouvert à encore plus de langues sources. Bien que flatté par cette réception, je suis plutôt frileux d’élargir un projet qui a depuis longtemps dépassé ses intentions initiales. Par contre, je suis toujours réceptif à toutes les propositions de collaboration autour des aires culturelles déjà considérées — vous l’avez compris, il s’agit d’une invitation à rejoindre nos rangs et à apporter vos pierres à la construction de cet édifice en l’honneur de la traduction et au service des cultures de l’Asie.

Pierre Kaser


 Bibliographie

  • Berman, Antoine, Pour une critique des traductions : John Donne. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1995
  • Chevrel, Yves, D’Hulst, Lieven, Lombez, Christine (eds.), Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle. 1815-1914. Lagrasse : Verdier, 2012
  • Chevrel, Yves, Cointre, Annie, Tran-Gervat, Yen-Maï (eds.), Histoire des traductions en langue française. XVIIe et XVIIIe siècles. 1610-1815. Lagrasse : Verdier, 2014
  • Constantinescu, Muguras, Pour une lecture critique des traductions. Réflexions et pratiques. Paris : L’Harmattan, 2013
  • Davison, Martha, A, List of Published Translations from Chinese into English, French and German, Part I. Ann Arbor (Mich.) : Edwards, 1952
  • Daniel, Yvan, Littérature française et culture chinoise, 1846-2005. Paris : Les Indes savantes, 2011
  • Marshall, Colin, « Leo Tolstoy Creates a List of the 50+ Books That Influenced Him Most (1891) », [En ligne] URL : http://www.openculture.com/2014/07/leo-tolstoy-creates-a-list-of-the-50-books-that-influenced-him-most-1891.html. (11 juillet 2014)
  • Pino, Angel, Bibliographie générale des œuvres littéraires modernes d’expression chinoise traduites en français. Paris : You Feng, 2014
  • Reiss, Katharina, La critique des traductions, ses possibilités et ses limites. Traduit de l’allemand par C. Bocquet. Arras : Artois Presses université, 2002
  • Risterucci-Roudnicky, Danielle, Introduction à l’analyse des œuvres traduites. Paris : Armand Colin, coll. « Cursus », 2008
  • Wang Lina 王麗娜, Zhongguo gudian xiaoshuo xiqu mingzhu zai guowai 中國古典小說戲曲名著在國外. Shanghai : Xuelin, 1988

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *