Prix de thèse AMU pour Li Shiwei

Lors d’une cérémonie qui se déroulera le 22 novembre prochain au siège de notre université (site du Pharo, Marseille), LI Shiwei 黎诗薇, membre de l’axe de recherche Littérature d’Asie et traduction (IrAsia), actuellement ATER au Département d’Etudes Asiatiques, se verra décerner un Prix de thèse d’Aix-Marseille université pour son travail de doctorat dirigé par le Professeur Noël Dutrait et soutenu le 24 novembre 2016 devant un jury présidé par le Pr Vincent Durant-Dastès (INALCO) et composé de Mme Solange Cruveillé (MCF, Montpellier III), et de messieurs Li Jinjia (MCF, INALCO) et Pierre Kaser (Pr, AMU, codirecteur).

Cette thèse de quelque 500 pages très denses porte sur le roman chinois Jin Ping Mei 金瓶梅 et l’aborde sous l’angle de la critique des traductions, mettant notamment en examen les deux traductions intégrales de l’œuvre réalisées par André Lévy et David T. Roy (1933-2016).  Lire la suite

La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France [CR]

Compte rendu de lecture de :

GAO Fang, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France. Paris : Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », n° 34, 2016, 403 p.

Par : Lise Pouchelon, Aix-Marseille univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France

Fang Gao (en chinois 高方) est spécialiste des échanges littéraires franco-chinois. Directrice du département de français de l’Université de Nankin, elle est aussi traductrice, et a notamment traduit le roman Onitsha de J. M. G. Le Clézio en chinois, auteur nobélisé qui a d’ailleurs écrit une préface bienveillante à l’ouvrage présenté ici. La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France reprend le sujet de la thèse de Fang Gao, soutenue en 2008 à Paris 8 et effectuée en cotutelle avec l’Universités de Nankin sous la direction de Jacques Neefs et de Xu Jun. Dans ce livre, comme l’indique son titre, Fang Gao étudie la traduction de la littérature chinoise moderne – qu’elle définit à l’issue d’une réflexion approfondie comme la littérature produite en Chine continentale entre 1917 et 1949 –, et en particulier sa traduction et sa réception en France, des années 1920 jusqu’à la fin de la première décennie du xxie siècle. Elle inclue en outre dans sa recherche les traductions produites en Chine par les Éditions en langues étrangères de Pékin et celles publiées dans la collection Panda des Éditions Littérature chinoise, en Chine également.  Lire la suite