Après Babel, traduire

header-site-traduireCeux qui n’ont pas encore eu la chance de se rendre au Mucem (Marseille) pour visiter son exposition consacrée à la traduction, Après Babel, traduire, ont encore jusqu’au 20 mars 2017 pour s’y rendre.

caravanier-des-tangCe sera pour eux l’occasion de, non seulement, voir quelques remarquables œuvres dont cette statuette chinoise de la dynastie Tang représentant un caravanier étranger, de se pencher sur un exemplaire datant de 1607 de la traduction chinoise réalisée par Matteo Ricci (1552-1610) et Xu Guangqi 徐光啟 (1562-1633) des six premiers livres d’Euclide, mais aussi de réfléchir à la manière dont — et je cite Barbara Cassin, philosophe et commissaire de l’exposition — « notre civilisation s’est construite à travers la traduction, par la traduction, au moyen de la traduction » et, également, de réaliser que « la traduction est un savoir-faire avec les différences, véritable enjeu de civilisation contemporain ». Je leur conseille de s’offrir, ou simplement de consulter, le catalogue de l’exposition (Actes Sud/Mucem, 259 p., 35 €) pour poursuivre leur réflexion par la lecture de dix-huit intéressantes contributions, dont un stimulant état des lieux de la traduction à l’heure de la mondialisation signé Gisèle Shapiro, ou encore, le passionnant article de Chu Xiaoquan sur « Marx et le bureau des traducteurs en Chine ».

A noter que les musées de Marseille, dont le Mucem, sont gratuits les premiers dimanches de chaque mois (voir ici)… il vous reste donc encore deux chances de voir Après Babel, traduire à moindre coût : ce 5 février et le 5 mars.

Censures et littératures d’Asie (IDEO-6)

szjsprj-small480Nous sommes heureux de vous annoncer la mise en ligne du sixième numéro de la revue de l’axe Littératures d’Asie et traduction (anciennement Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction), numéro qui a pour thème la censure.

Il propose douze contributions dues à dix collaborateurs — enseignants-chercheurs, jeunes chercheurs, doctorants et amateur éclairé. Les textes retenus sont traduits de pas moins de cinq langues  d’Asie — le chinois, l’hindi, le japonais, le tamoul et le tibétain —, et couvrent une période allant du milieu du XVIIe siècle à notre époque contemporaine.

Table des matières

Pour un accès direct, allez à l’URL : http://ideo.revues.org/459

Nous vous rappelons que l’appel pour le numéro 7 est toujours disponible sur ce carnet.

Bonne lecture.

Vingt ans après : le retour de Kang Youwei

kywEn 1997, j’avais eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais d’une publication alors fraîchement parue aux Editions You-Feng (Paris, 1996, 198 p.). Il s’agissait du Manifeste à l’Empereur adressé par les candidats au doctorat de Kang Youwei. Le compte-rendu anonyme qui fut intégré seulement l’année suivante dans le n° 595 du Bulletin critique du livre français (avril 1998), commençait ainsi :

On aurait bien du mal à trouver le moindre reproche à faire au maître d’œuvre de cet ouvrage qui brille par son excellence et son originalité. M. Darrobers a en effet entouré de toutes les attentions ce document historique d’un grand intérêt qu’il nous rend dans son intégralité. Sa traduction est aussi agréable à lire que précise et rigoureuse. On peut du reste juger de la rigueur qu’il a déployée en la confrontant au texte original fourni en appendice, confrontation qui convaincra de la difficulté à rendre en français une écriture érudite, couchée dans le sabir parfois opaque du lettré chinois. Un peu moins de 250 notes viennent toujours à bon escient apporter les explications souhaitées. L’introduction, d’une grande intelligence, éclaire le moins préparé à aborder un texte que ceux qui s’intéressent à l’histoire mouvementée et complexe de la fin de l’Empire chinois ne pourront plus ignorer.  Lire la suite

Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas ! Lire la suite

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

soft

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

Organisé par la Société française de traductologie (SoFT)

Du 29 août au 2 septembre 2016, Bâtiment La France, Réseau Asie, salles 638, 641, Av. de France, 75013 Paris

  • Dirigés par Julie Brock (Kyoto Institute of Technologie) et Florence Lautel-Ribstein (Univ. Paris Ouest-Nanterre La Défense), les traducteurs et les universitaires de différents domaines dans la langue franco-japonaise se sont réunis autour de leurs travaux de traduction. Le programme a été minutieusement préparé pour moitié sur la traduction française des œuvres de littérature japonaise (waka, haïku, essai, manga) et pour moitié sur la traduction japonaise des œuvres de littérature française (Stendhal, Aragon ou roman histoirique). Une vingtaine de spécialistes sont venus présenter leurs travaux le matin puis l’après-midi ont proposé aux participants de travailler ensemble un texte à traduire.

Lire la suite

Rencontre avec Rémi Mathieu

Anthologie de la poésie chinoiseLa section de chinois du Département d’études asiatiques et l’axe de recherche Leo2t sont heureux de vous convier, le Vendredi 15 avril à partir de 14 h, à rencontrer, le sinologue et traducteur

Rémi Mathieu

(Directeur de recherche émérite au CNRS),

responsable notamment de l’édition de l’Anthologie de la poésie chinoise récemment publiée à la Bibliothèque de La Pléiade (Gallimard, 2015).

Sa communication aura pour titre

« Peut-on traduire la poésie chinoise ? »

Elle se déroulera à la Faculté ALLSH Salle de colloque n° 1 du bât. Multimédia 29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence (Plan).

Pour vous familiariser avec son œuvre, je vous invite à explorer les liens ci-dessous :

Traduire deux Nobel de littérature

Vidéo ND 2014
Traduire deux Nobel de littérature, Gao Xingjian et Mo Yan.
Entretien avec Noël Dutrait.
documentaire de 55 minutes réalisé en 2004
par Muriel Chemouny
dans lequel Noël Dutrait aborde les sujets suivants :

Atelier français/japonais 2016 – ATLAS

Atlas16
J’ai le plaisir de vous faire part de l’appel à candidature pour « l’atelier français/japonais qui se déroulera 5 septembre au 16 novembre 2016 au Collège international des traducteurs littéraires à Arles, dans le cadre du programme de formation La Fabrique des traducteurs.
Ce programme unique en France, dédié aux jeunes traducteurs littéraires en début de parcours professionnel et mis en œuvre par l’association ATLAS (Association pour la promotion de la traduction littéraire) depuis 2010, est soutenu par de nombreux partenaires : l’Institut français, le Ministère de la Culture et de la Communication – Délégation générale à la langue française et aux langues de France, la SOFIA, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Ville d’Arles, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône et, pour cet atelier, la Fondation Konishi.
L’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 5 juin 2016. »
——–

Autour de Jacques Pimpaneau

E&S01

Un plaisir n’arrive, dit-on, jamais seul ― la jeune maison d’édition Espaces&Signes, l’éditeur des cultures du monde, nous en procure deux d’un coup sous la forme de deux livres qui devraient trouver leur public :

La robe de papier

Le premier ouvrage a été élaboré en l’honneur de l’auteur du second. Il offre des contributions de 16 anciens des Langues’O ― comprendre l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ―, où ils ont suivi l’enseignement de Jacques Pimpaneau. Lire la suite