Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie

Le vendredi 2 juin 2017 se tiendra la Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie à 9h à Aix-en-Provence (Campus Schuman, Bât. Multimedia, salle de colloque 1), dont l’appel à communications se trouve ici.

Au programme, pas moins de treize intervenants qui parleront de nouvelles tendances littéraires en Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, en Inde et en Indonésie.

Cette journée, ouverte à tous, se déroulera selon le programme suivant (les résumés sont disponibles en cliquant sur les titres des communications) :

9h-9h15 : Prises de paroles des représentants de l’UFR et des laboratoires

—Matinée : 9h15-12h15—

Nouveaux médias, nouvelles possibilités

  • Li Yimei : La cyberlittérature en Chine

    La cyberlittérature en Chine progresse depuis presque vingt ans et les recherches à ce sujet ont produit beaucoup de fruits, mais il n’en existe toujours pas de définition à la fois reconnue par tous et faisant autorité. Certains écrivains ont d’ailleurs refusé une telle appellation. Il est en effet difficile de cerner un phénomène aussi mouvant et protéiforme. Veut-on parler de l’Internet en tant que support de littérature ? De médium ? D’outil de création ? De thème littéraire ? De marché ? La cyberlittérature reste ainsi toujours une question dont la réponse n’est pas simple. Si nous tapons les mots-clés « internet » et « littérature » ou lisons des articles ou des œuvres écrits par des journalistes, des chercheurs universitaires ou des spécialistes, nous trouvons de nombreux termes concernant la cyberlittérature. Ainsi, 网络文学 (wangluo wenxue) est l’appellation consacrée sur le continent chinois, 数位文学 (shuwei wenxue), est l’appellation à Taiwan; au Japon, le terme est ネット⼩小说, dans les pays américanophones, ce sont internet literature ; electronic literature, digital literature ; en France et au Canada, nous trouvons littérature sur internet ; littérature numérique, littérature numérisée, web littérature, cyberlittérature, littérature électronique ; littérature informatique ou encore littérature générative, littérature hypertextuelle etc. Autant d’appellations est perturbant, de plus le grand problème est que tous ces termes ne désignent pas forcement les mêmes choses. Par exemple, les termes de littérature hypertextuelle, littérature générative et littérature informatique mettent l’accent sur des aspects techniques : il s’agit de la littérature créée à partir de l’outil informatique et internet. La littérature numérisée désigne quant à elle des ouvrages ayant vu le jour sur le support papier traditionnel, puis scannée : Internet ne joue alors que le rôle de support. Les termes sont donc loin d’être interchangeables, et renvoient chacun à une réalité distincte. Surtout, la définition varie beaucoup entre les pays occidentaux et la Chine. Cela s’explique en grande partie parce qu’en Chine, la littérature Internet est un phénomène remarquable davantage par son aspect social et économique que par ses innovations littéraires assez discrètes. En conséquence, examiner tous les termes concernant la littérature internet et les différencier, représente une tâche préalable dans la recherche sur la cyberlittérature en Chine. En effet, la question de la définition de la cyberlittérature est peut-être un faux problème, puisqu’il existe plusieurs réalités, plusieurs phénomènes émergeant de la rencontre entre littérature et Internet. Nous devons ainsi d’abord lister ces termes, et choisir parmi eux les plus adaptés à la description de la littérature Internet chinoise moderne. Or, ce terme existe déjà en chinois : wangluo wenxue. Notre travail de définition revient en fait à un problème de traduction : comment parler en français de wangluo wenxue, en utilisant les termes les plus pertinents et sans céder à la facilité du néologisme ? Il faut donc, plutôt que de trouver le terme adéquat, procéder à un travail de description et d’explication du phénomène de cyberlittérature en Chine.

  • Laurent Estornel : Le visual novel au Japon

    Né dans les années 1980 au Japon, le visual novel est une forme de roman totalement nouvelle. Évolution du format classique grâce aux nouvelles technologies, il ne se présente non pas sous le format d’un livre matériel ni numérique mais sous la forme d’un programme informatique. Assez proche d’un jeu vidéo mais sans en être un car n’étant pas véritablement interactif et ludique. Le texte est présent dans des boîtes de dialogue et est accompagné d’images montrant les personnages et les décors ce qui est à l’origine du « visual ». Les visual novels ont également évolué jusqu’à maintenant avec les avancées en informatique et sont désormais accompagnés de musiques, d’extrait de dessin animé et sont doublés. Le style employé dans ces romans est donc assez libre, ils peuvent tendre parfois vers les jeux vidéos ou vers les films et les dessins animés. La frontière est particulièrement mince avec les jeux vidéos, ces romans présentent parfois des choix pouvant changer l’histoire voire proposer un véritable jeu au travers de sa narration mais restent souvent minimalistes. Ainsi le terme englobe plusieurs autres termes plus souvent utilisés au Japon, les visual novels qui mettent l’accent sur les illustrations, les sound novels qui mettent l’accent sur le son ou les kinetic novels qui ne présentent aucune interaction. Les thèmes abordés sont souvent des drames ou des romances, et se déroulent dans le monde réel mais la science fiction, le fantastique et l’horreur sont souvent abordés. Assez peu traduits en anglais et en français, ils possèdent toutefois une certaine communauté en dehors du Japon, les visual novels populaires sont adaptés en mangas et dessin animés qui eux ont beaucoup plus de chance d’être traduits et connus en Occident.

  • Philippe Paolucci : L’usage du scrolling dans la BD numérique coréenne : une nouvelle façon de penser le récit en images

    Cette communication entend analyser le développement de la bande dessinée numérique coréenne, plus connue sous le nom de webtoon (contraction de web + cartoon). Cavalièrement présenté, un webtoon est une bande dessinée en ligne consultable via l’ascenseur vertical du navigateur web (les spécialistes parlent parfois de scroll-comics pour désigner ces BD défilantes, lisibles par le biais du scrolling). A la page papier, soit un espace d’inscription géométriquement borné, se substitue ainsi la surface défilante, potentiellement illimitée, de l’écran. Dès le mitan des années 1990, alors que la démocratisation du web en France était encore à l’état embryonnaire, les bédéistes coréens ont massivement opté pour ce mode de lecture. Ce changement technique et matériel a évidemment donné lieu à des expérimentations narratives et esthétiques. Tandis que les auteurs et éditeurs français, du moins pendant un temps, ont reproduit à l’écran l’organisation spatiale des planches papier (juxtaposition de strips, etc.), leurs homologues coréens ont rapidement privilégié des choix formels adaptés à une lecture défilante : réduction du nombre de vignettes par strip, large espacement entre les dessins, effacement des habituelles marques de démarcation (bordures, etc.). Il est à noter que cette distinction entre France et Corée tend actuellement à s’atténuer : nombre de bédéistes français exploitent aujourd’hui, et ce de manière fort originale, les potentialités esthétiques et narratives du scrolling. Reste que le webtoon sud-coréen est devenu, au fil des ans, le promoteur le plus connu de cette nouvelle forme narrative, jusqu’à devenir, aux yeux des auteurs et lecteurs français, le principal représentant de la BD numérique asiatique.

  • Xu Shuang : La web-littérature en Chine : création, réception et canonisation

    A partir de la fin du 20e siècle, la web-littérature en Chine évolue à grande vitesse. Nous observerons cette nouvelle configuration littéraire en la plaçant dans le contexte de l’évolution des nouveaux médias et examinerons son émergence en contraste avec les normes conventionnelles de la littérature moderne et contemporaine chinoise du 20e siècle. Nous analyserons ensuite le processus de sa production, le système de sa diffusion et l’exploitation de ses valeurs IP (valeurs transmédiatiques) dans son contexte socio-économique. A la fin, nous discuterons de la dimension socio-politique de cette nouvelle littérature à travers des mesures de la censure et de la canonisation que le gouvernement applique avec ampleur et en parallèle.

[Pause]

Web-littératures

  • Cécile Duquenne : L’accident nucléaire de Fukushima Daiichi, ou le réinvestissement du rôle social de la poésie au Japon : le cas de la « Twitt’poésie » de Wagô Ryôichi

    « Avant le séisme du 11 mars, je m’intéressais principalement à l’histoire, à la technique et à la conception de la poésie. Mais après tous ces événements tragiques, mon intérêt s’est naturellement tourné vers la société. Ne devais-je pas écrire sur le quotidien du Japon et de Fukushima qui constituent des sujets sans fin ? » (Zoom Japon n°14, octobre 2011). Contraint à l’enfermement à domicile suite à la contamination radioactive après l’accident nucléaire du 11 mars 2011, WAGÔ Ryôichi utilise Twitter pour écrire, seul moyen de communication à sa disposition. Il publie alors des centaines de poèmes qui traduisent sa détresse, partagée par des milliers de Japonais. « Dans ma cellule solitaire, ma seule pensée était que ma propre vérité se trouvait dans les mots, et uniquement dans les mots » (Jets de poèmes : dans le vif de Fukushima, trad. par Corinne Atlan, Editions Erès, 2016 [1re éd. japonaise : Shi no tsubute, 2011]). Plusieurs milliers de followers l’ajoutent en quelques heures, la réception immédiate de ses twitt-poèmes traduisant le besoin de lien social des réfugiés du nucléaire, qu’ils soient déplacés ou, comme lui, enfermés. Dans le Man’yôshû, le poème traduisait pour le poète « une douloureuse expérience d’arrachement ». À l’époque de la cours de l’époque de Heian (794-1185), les concours de poèmes génèrent un esprit critique qui permet, à travers la notion hétérotopique du meisho (名所 – le lieu), d’articuler les relations entre société japonaise et territoire, culture et nature (Pigeot, 2009). Tout en réinvestissant ces axes fondateurs, WAGÔ Ryôichi écrit ce qu’il nomme une « poésie active » (アクションポエジィー), formulant des critères esthétiques qui, s’ils empruntent au passé, prennent en compte la force performative de l’accident nucléaire sur le territoire et la société. À travers l’exemple de l’œuvre « twitt’poétique » de Wagô Ryôichi, cette communication se propose d’examiner la manière dont l’accident nucléaire a redonné à la poésie son rôle social et politique, transformant le poète en résistant contre l’adversité, la censure, le nucléaire et l’aphasie.

  • Pierrick Rivet : La littérature des « camarades » en ligne en Chine

    Plusieurs problèmes liés à la société chinoise en pleine mutation inspirent la littérature contemporaine et bon nombre d’ouvrages les reflètent. La littérature en ligne (ou « cyber-littérature », « web-littérature », « littérature sur internet ») ne fait pas figure d’exception, bien au contraire. En effet, lorsque la première connexion Internet est établie en 1994, il semble que ce nouvel espace mette à disposition des possibilités d’expression, de communication et d’interaction jusqu’alors impossibles du fait de la censure. Ce cyber-espace offre dès lors des embrasures que les tongzhi 同志 (les « camarades ») —, à savoir les « homosexuels » chinois, empruntent pour laisser libre cours à leur pensée. De ce fait, des sites consacrés à l’homosexualité naissent et viennent combler peu à peu le manque d’informations existant sur ce thème au sein de la société chinoise. C’est ainsi que dès 1996 fleurissent de nombreux écrits sur Internet ayant pour thème l’homosexualité : c’est la naissance de la wangluo tongzhi wenxue 网络同志文学 ou « littérature des camarades en ligne ». Cette dernière dépeint toute une palette d’expériences plus ou moins nuancées, qui dressent le portrait des multiples pressions auxquelles les camarades d’aujourd’hui paraissent être soumis. Elle permet également d’observer comment ces embûches se traduisent au quotidien. En d’autres termes, nombreux sont les textes qui ont pour ambition de brosser l’existence des camarades. Thème si fréquemment absent de la littérature papier contemporaine à cause de la censure, l’homosexualité se manifeste au grand jour au travers de la littérature des camarades en ligne. Nous nous proposons de faire un état des lieux de cette nouvelle forme de littérature, et de présenter des textes marquants pour mieux cerner ce qu’ils expriment.

  • Theeraphong Inthano : De la web-littérature à la télévision : nouvelles tendances des adaptations littéraires pour le petit écran en Thaïlande

    Voici longtemps que seules les grandes œuvres littéraires contemporaines occupaient une place prépondérante dans les adaptations destinées à des feuilletons télévisés en Thaïlande ; les œuvres de romancières renommées telles que Thommayanti, W. Winitchaikul, Sophak Suwan, Piyaphon Sakkasem et Kritsana Asoksin ont ainsi fait le va et vient entre le livre et le petit écran, certaines ayant même été reproduites, revues, retravaillées à de nombreuses reprises. Cette hégémonie des « grandes auteures » sur la production de fictions télévisées a pris fin avec l’apparition des web littéraires, dont les plus connus sont pantip.com et dekdi.com. Ces productions romanesques proposées au lectorat par l’intermédiaire d’internet, qui représentent environ dix-mille œuvres mises en ligne au cours des deux dernières décennies, intéressent de plus en plus les Thaïlandais en ce début du nouveau millénaire. Le monde numérique, libre, moderne et facilement accessible depuis les smartphones ou les tablettes fait apparaitre aujourd’hui de nouveaux visages dans le paysage littéraire thaïlandais et permet à de nouveaux auteurs d’aborder des thèmes considérés jusqu’alors comme tabous, tels que l’homosexualité. Nous souhaitons nous intéresser, lors de cette journée d’étude, sur le rôle que joue la web-littérature dans l’importance grandissante de la littérature de « genre » au sein de la société thaïlandaise contemporaine, et tenterons de nous interroger sur l’évolution sociétale que représente désormais le dialogue entre cette nouvelle tendance de la littérature et ses adaptations nourrissant un nouveau type de feuilletons télévisés, bien différents des poncifs qui ont monopolisés les chaînes thaïlandaises depuis de nombreuses décennies. Nous penchant particulièrement sur la web-littérature traitant, de plus en plus, de l’homosexualité tant masculine que féminine, et sur son influence sur les scenarii des feuilletons télévisés, nous tenterons de montrer qu’elle contribue à une plus grande tolérance envers les minorités.

[Pause déjeuner]

—Après-midi : 14h-17h—

SF/Fantastique

  • Loïc Aloisio : La science-fiction chinoise : un genre qui se renouvelle

    Actuellement, en Chine, la science-fiction est considérée comme de la littérature pour enfants. L’inclure dans la grande bannière qu’est la littérature pour enfants, et ainsi en faire une sous-catégorie de cette dernière, est l’une des raisons principales ayant entraîné la puérilisation de la science-fiction chinoise et ayant limité son développement. Cela a en effet eu pour conséquence l’abandon des caractéristiques propres de la science-fiction aux exigences de la littérature jeunesse. De ce fait, il ne pouvait y avoir de personnages à la personnalité trop complexe, ni de descriptions à caractère adulte ; un certain avantage didactique devait également caractériser cette littérature. Tout ceci restreignit l’ampleur et la profondeur caractéristiques de la science-fiction lorsque celle-ci reflète la vie et la société, ainsi que sa zone d’influence. Cependant, la nouvelle génération d’auteurs chinois semble vouloir s’émanciper d’un tel carcan. En effet, celle-ci semble abandonner la conception mettant sur un pied d’égalité la science-fiction et la vulgarisation scientifique. Un certain délaissement du modèle soviétique de « réalisme socialiste » est aussi notable ces dernières années, ainsi qu’une certaine ouverture et un pluralisme stylistique qui semblent prendre forme au sein de cette nouvelle génération. Tout ceci donne des œuvres beaucoup plus intéressantes, que ce soit du point de vue littéraire à proprement parler, des réflexions qu’elles suscitent et des critiques qu’elle émettent. En effet, à l’instar de Han Song 韩松 (1965-) avec des œuvres telles que Ditie 地铁 (Métro), Wo de zuguo bu zuomeng 我的祖国不做梦 (Ma Patrie ne rêve pas) ou encore Yuzhou mubei 宇宙墓碑 (Pierres tombales de l’univers) ; Chen Qiufan 陈楸帆 (1981-) avec son roman Huangchao 荒潮 (Vague de déchets) ; ou encore Wang Jinkang 王晋康 (1948-) avec sa nouvelle Yisheng 蚁生 (Vie de fourmis), les auteurs ne se privent plus d’allier dans leurs ouvrages récit science-fictionnel et réflexions philosophiques, sociales, économiques ou psychologiques. La nouvelle génération semble donc chercher à toucher un nouveau public à travers des œuvres plus sombres, plus profondes, et plus critiques, et possédant des thématiques et une écriture bien éloignée de la science-fiction pré-nouvelle génération et des critères de la littérature pour enfants.

  • Hemlata Loussier-Giri : L’émergence des littératures de l’imaginaire dans la littérature contemporaine indienne

    Depuis le XIXe siècle, la sphère littéraire en Inde a été jalonnée par des romans réalistes dont le père fondateur était l’un des auteurs indiens les plus connus Munshi Premchand. Pendant cette période du colonialisme jusqu’à l’Indépendance de l’Inde et même après, la littérature réaliste prédominait au détriment des autres genres. Récemment, en raison du développement du pays en tant qu’un des géants économiques, la situation littéraire connait un nouveau souffle. La littérature indienne, longtemps limitée dans le cadre du réalisme, sort de son habitude depuis le début du XXIe siècle. Ce genre de « Littératures de l’imaginaire » appelé couramment sous le nom de speculative fiction prend sous son ombrelle un ensemble de styles littéraires avec des éléments surnaturels et futuristes qui encercle d’autres genres de la science-fiction, du fantastique, des mythes et de l’anticipation. Une nouvelle génération de ces auteurs a surgi dans la dernière décennie. L’un des auteurs les plus connus et les plus lus de ce genre en Inde contemporaine est Amish Tripathi. Depuis 2010, il a écrit cinq romans – les trois premiers font partie d’une trilogie sur le dieu Shiva et les deux autres font partie d’une série sur le Dieu Rama. Tous ces romans sont une interprétation nouvelle de la mythologie indienne, placée dans le contexte actuel. Chitra Banerjee Divakaruni est une autre écrivaine qui a remanié le mythe du Mahābhārata dans son roman Palais des illusions (2008). Ces romans questionnent voire critiquent ces mythes longtemps vénérés. Pendant que ces deux auteurs se focalisent sur la réécriture de ces mythes indiens, il y a d’autres auteurs comme Krishnarjun Bhattacharya, auteur de Tantric trilogy (2014-) et Samit Basu, auteur de GameWorld Trilogy (2004-2007) qui plongent leurs lecteurs par leurs ouvrages dans le monde de la fantaisie, de la science-fiction et aussi du fantastique. L’objectif de cette communication sera double – d’une part, nous allons présenter ce nouveau genre appelé littératures de l’imaginaire et d’autre part, nous allons parler de cette nouvelle génération d’auteurs en pleine émergence en Inde contemporaine.

  • Solange Cruveillé : Fantastique et surnaturel dans la littérature contemporaine chinoise

    Il y a en Chine une longue tradition littéraire dans le domaine des récits surnaturels et fantastiques : des récits à visée didactique de Gan Bao au IVe siècle au monument littéraire emprunt d’humour et de critique sociale Chroniques de l’étrange de Pu Songling au XVIIe siècle, la littérature classique abonde en zhiguai et chuanqi qui ravissent les amateurs du genre depuis des siècles. Des récits à influence taoïste du premier millénaire aux livrets de conteurs huaben, l’évolution est notable, tant au niveau du fond que de la forme. La période moderne offre son lot de récits plus ou moins consciemment hérités de cette longue tradition (on pense notamment à Lu Xun) mais le genre s’essouffle au profit de thématiques plus ancrées dans la modernité avec des écrivains souvent ouverts aux influences étrangères. Après une période maoïste qui laissera en friche ce genre si particulier de la littérature chinoise, les écrivains contemporains se relancent avec plaisir dans l’écriture de récits plus ou moins surprenants, avec ceci de particulier qu’on assiste à une mutation des topoï et à une nouvelle tendance qu’on pourrait qualifier de syncrétique, entre surnaturel et fantastique, tradition et modernité, influence chinoise et influence occidentale. On constate en effet que le genre fantastique chinois dans sa période contemporaine se rapproche davantage que par le passé du genre fantastique tel qu’on l’entend en Occident. D’où nos interrogations, dont certaines déjà soulevées par Roger Bozzetto dans les années 90 : peut-on parler de littérature fantastique contemporaine chinoise ? Les récits surnaturels traditionnels chinois ont-ils disparu des nouvelles tendances ? Les nouveaux écrivains sont-ils davantage influencés par la culture chinoise ou par la culture occidentale ? Sans prétendre apporter des réponses catégoriques qui relèveraient de l’étude formelle des genres littéraires, nous tenterons d’offrir un bref panorama des œuvres les plus marquantes et de proposer quelques pistes de réflexion.

[Pause]

Nouveaux enjeux de société

  • Maki Matsumoto : La littérature japonophone écrite par des étrangers

    Depuis 1945, des écrivains d’origine coréenne au Japon, contraints de quitter leur pays à cause de l’invasion japonaise, publient des romans et des poèmes en japonais. Portant exclusivement sur le sujet d’immigration, ses œuvres ont été groupées par le nom de la littérature des immigrés coréens (在日朝鮮文学・在日韓国文学). Kim Tarusu et Kim Sokpom 金石範 sont des pionniers de cette littérature. Dans les années 1980, les romans de Yan Sogiru 梁石日 ont eu des succès commerciaux avec l’adaptation cinématographique. Un peu plus tard, Yu Miri 柳美里 a eu le prix d’Akutagawa en 1997 et ses œuvres ont dépassé la communauté coréenne et elle a été reconnue comme l’une des écrivains japonais les plus célèbres à l’étranger. Aujourd’hui, Kim Sokpom affirme que la littérature des immigrés coréens devrait être appelée par la littérature de langue japonaise notamment en ce qui concerne des jeunes auteurs nés et grandis au Japon qui décrivent leurs vies d’un point de vue plus global que celle de leurs parents. Kaneshiro Kazuki 金城一紀 décrit des racailles lycéens, des jeunes chômeurs, des travailleurs étrangers, tout comme des marginaux qui survivent à tout prix dans la métropole. Son roman Go a obtenu le prix Naoki et a été adapté en cinéma. Yan Yi 楊逸 est une auteure chinoise qui écrit en japonais. Elle a assisté à la manifestation de Tian’anmen en 1989 et a toujours pensé à écrire ce qui s’était passé sous l’angle des gens non politisés comme elle. Elle souhaite décrire et s’exprimer sans engagement politique, « comme la plupart des Chinois » dit elle. Elle est la première écrivain étranger qui a obtenu le prix Akutagawa. Lévy Hideo リービ英雄 est écrivain américain qui écrit en japonais. Son roman La chambre éloignée de la bannière étoilée 星条旗が聞こえない部屋 est traduit en allemand et en taïwanais. Il affirme que l’écriture japonaise permet de produire un langage visuel qui, s’écrivant en différentes nuances par trois caractères, reflète maintes expressions de regards implicites. A travers des écrivains japonophones de cultures différentes, nous observons de nouvelles thématiques littéraires qui permettront de dynamiser la culture japonaise.

  • Lucie Angheben : Une jeunesse coréenne entre solitude et désir d’indépendance : l’exemple du hon-bapdans la nouvelle « Table pour une personne » de Yoon Go-eun

    Les œuvres littéraires de la toute jeune génération d’auteurs coréens se démarquent de celles de leurs ainés par leur utilisation de la langue coréenne autant que par les thèmes qu’ils abordent. Libérés du devoir de témoignage de multiples épisodes historiques douloureux (guerre de Corée, dictature militaire), les jeunes auteurs peuvent se concentrer sur le quotidien moderne de la nouvelle société coréenne dans laquelle ils vivent, tiraillée entre la tradition confucéenne d’une part et le développement d’un idéal ultra-capitaliste et individualiste d’autre part. Leurs œuvres se présentent donc comme une fenêtre ouverte sur les mutations de la société coréenne et les aspirations des jeunes Coréens. Il est intéressant de voir comment les œuvres littéraires peuvent (pré)figurer certaines modifications des modes de vie en mettant en exergue, non sans humour, les difficultés du quotidien. Nous nous proposons d’étudier l’exemple du phénomène actuel du hon-bap (littéralement repas seul) comme manifestation d’une prise de distance avec les normes du confucianisme et son illustration dans la nouvelle « Table pour une personne » (, 2009) de 윤고은 Yoon Go-eun (1980-). Cette nouvelle met en scène un personnage partagé entre l’envie de s’intégrer au groupe de ses collègues qui chaque midi vont manger ensemble et le rêve de s’émanciper du groupe sans avoir à souffrir de la solitude mortifiante ou du regard accusateur des autres. L’auteur imagine un institut privé (à la manière des instituts privés qui enseignent l’anglais, les maths ou tout autre matière scolaire et qu’on trouve en très grand nombre dans toute la Corée) qui enseigne l’art de manger en solitaire, et donc de se défaire des normes sociales liées au repas traditionnel coréen.

  • Etienne Naveau : La représentation parodique du communisme dans Les Belles de Halimunda d’Eka Kurniawan

    Né en 1975 à Java-Ouest, Eka Kurniawan est l’un des écrivains les plus prometteurs de sa génération. Cet auteur, que Benedict Anderson n’hésitait pas à considérer comme le digne successeur de Pramoedya Ananta Toer, tandis que d’autres critiques le rapprochent de Garcia-Marquez et de Salman Rushdie, est déjà traduit dans 25 langues. Son premier roman, Les Belles de Halimunda est une saga, qui met en relation l’histoire d’une famille maudite et celle du pays, des dernières années de la période coloniale à l’Ordre nouveau du général Soeharto. Or, en parcourant l’histoire de son pays, Kurniawan évoque également « l’absent de l’histoire », les « damnés de la terre » indonésienne, refoulés du récit national, que sont les communistes. Des centaines de milliers d’entre eux furent massacrés, à Java et à Bali, à l’automne 1965, et la toute première mesure que prit le général Soeharto fut d’interdire leur Parti, dès le lendemain de sa prise de pouvoir, le 12 mars 1966. Près de quarante ans après ces faits dramatiques, le roman d’Eka Kurniawan les aborde sur le mode de la farce macabre et de l’humour noir. Notre communication portera précisément sur la manière dont le roman représente les communistes à travers leurs actions et leurs discours et les contradictions qui les habitent. La crise de 1965 se réduit, pour l’un d’entre eux, à l’interdiction des journaux, dont il guette en vain la venue, comme si la représentation du réel l’emportait à ses yeux sur la réalité historique elle-même. Mais ce traitement parodique n’implique évidemment aucune forme d’anticommunisme. Le déchaînement de violences du personnage de militaire anticommuniste est également source de caricature. Et il en va de même des références de l’ouvrage au Manifeste communiste de Karl Marx. Le roman soumet toute position dogmatique à un impitoyable traitement iconoclaste. À travers cette communication, nous voudrions montrer comment l’ironie et l’humour permettent à Eka Kurniawan d’aborder des sujets graves et non-consensuels, en désamorçant les violences dont ils sont porteurs. Sans transiger sur l’exigence de vérité historique, le rire aboutit à une suspension du conflit des mémoires, tout en s’inscrivant dans une longue tradition indonésienne de la parodie.


Une réflexion au sujet de « Journée d’étude sur les Nouvelles Tendances Littéraires d’Asie »

  1. Ping : Journée d’étude « Nouvelles tendances littéraires d’Asie  | «Le blog de Philippe Paolucci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *