Censures et littératures d’Asie (IDEO-6)

szjsprj-small480Nous sommes heureux de vous annoncer la mise en ligne du sixième numéro de la revue de l’axe Littératures d’Asie et traduction (anciennement Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction), numéro qui a pour thème la censure.

Il propose douze contributions dues à dix collaborateurs — enseignants-chercheurs, jeunes chercheurs, doctorants et amateur éclairé. Les textes retenus sont traduits de pas moins de cinq langues  d’Asie — le chinois, l’hindi, le japonais, le tamoul et le tibétain —, et couvrent une période allant du milieu du XVIIe siècle à notre époque contemporaine.

Table des matières

Pour un accès direct, allez à l’URL : http://ideo.revues.org/459

Nous vous rappelons que l’appel pour le numéro 7 est toujours disponible sur ce carnet.

Bonne lecture.

Vingt ans après : le retour de Kang Youwei

kywEn 1997, j’avais eu l’occasion de dire tout le bien que je pensais d’une publication alors fraîchement parue aux Editions You-Feng (Paris, 1996, 198 p.). Il s’agissait du Manifeste à l’Empereur adressé par les candidats au doctorat de Kang Youwei. Le compte-rendu anonyme qui fut intégré seulement l’année suivante dans le n° 595 du Bulletin critique du livre français (avril 1998), commençait ainsi :

On aurait bien du mal à trouver le moindre reproche à faire au maître d’œuvre de cet ouvrage qui brille par son excellence et son originalité. M. Darrobers a en effet entouré de toutes les attentions ce document historique d’un grand intérêt qu’il nous rend dans son intégralité. Sa traduction est aussi agréable à lire que précise et rigoureuse. On peut du reste juger de la rigueur qu’il a déployée en la confrontant au texte original fourni en appendice, confrontation qui convaincra de la difficulté à rendre en français une écriture érudite, couchée dans le sabir parfois opaque du lettré chinois. Un peu moins de 250 notes viennent toujours à bon escient apporter les explications souhaitées. L’introduction, d’une grande intelligence, éclaire le moins préparé à aborder un texte que ceux qui s’intéressent à l’histoire mouvementée et complexe de la fin de l’Empire chinois ne pourront plus ignorer.  Lire la suite

Chronique : Le Problème à trois corps de Liu Cixin

Le Problème à trois corps, traduction réalisée par Gwennaël Gaffric et publiée le 5 octobre 2016 aux éditions Actes Sud, est le premier tome d’une trilogie célèbre en Chine, mais aussi Outre-Atlantique. Le Problème à trois corps annoncera-t-il le début d’une vague de traductions et de publications d’ouvrages de science-fiction venus de l’Empire du Milieu ? Nous l’espérons en tout cas ! Lire la suite

Les théâtres traditionnels d’Asie à l’épreuve de la modernité

Colloque théâtre 2016

Colloque international, 8 et 9 novembre 2016

La Criée Théâtre National Marseille (30 quai de Rive Neuve, Marseille)

Programme complet du colloque

Le colloque souhaite interroger la survivance des traditions théâtrales asiatiques dans la société contemporaine et l’adaptation de ces traditions à la modernité. Seront abordées les traditions théâtrales d’Asie dans toutes leurs diversités (Asie du Sud-Est, Inde, Chine, Corée, Japon), en langues vernaculaires, et sous l’angle de la problématique de la conservation du patrimoine artistique et culturel qui est aujourd’hui un enjeu majeur pour ces pays, à l’heure de la globalisation.
Lire la suite

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

soft

Compte rendu de la première Université d’été franco-japonaise en traductologie

Organisé par la Société française de traductologie (SoFT)

Du 29 août au 2 septembre 2016, Bâtiment La France, Réseau Asie, salles 638, 641, Av. de France, 75013 Paris

  • Dirigés par Julie Brock (Kyoto Institute of Technologie) et Florence Lautel-Ribstein (Univ. Paris Ouest-Nanterre La Défense), les traducteurs et les universitaires de différents domaines dans la langue franco-japonaise se sont réunis autour de leurs travaux de traduction. Le programme a été minutieusement préparé pour moitié sur la traduction française des œuvres de littérature japonaise (waka, haïku, essai, manga) et pour moitié sur la traduction japonaise des œuvres de littérature française (Stendhal, Aragon ou roman histoirique). Une vingtaine de spécialistes sont venus présenter leurs travaux le matin puis l’après-midi ont proposé aux participants de travailler ensemble un texte à traduire.

Lire la suite

Conférence de Chang Ta-chun

affiche-zhang-dachun

Le Centre culturel de Taiwan à Paris et l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) sont heureux de vous inviter à la

Conférence de l’écrivain taïwanais

Chang Ta-chun 張大春
« Les grandes tendances de la littérature taïwanaise actuelle »

le 30 septembre 2016 à 14h
Aix-Marseille Université  Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines
Bâtiment Multimédia T1 – Salle de colloque 1, 29, av. Robert-Schuman, Aix-en-Provence
Intervention donnée en chinois et traduite simultanément

Lire la suite

Impressions d’Extrême-Orient 7, l’appel

天下圖

Dans son n° 5, Impressions d’Extrême-Orient avait déjà abordé la nostalgie qu’on pouvait éprouver en se remémorant les saveurs des plats dégustés dans un passé révolu. La revue en ligne de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) veut à travers ce nouveau numéro approfondir cette approche de l’évocation des sentiments nés du souvenir nostalgique, mais aussi ouvrir un nouvel espace d’exploration, celui de l’utopie et ainsi donner aux « mondes perdus » et à leurs évocations littéraires, un contre-point thématique, celui des « mondes rêvés ».

Mondes perdus, mondes rêvés

Comme l’écrivait Blaise Pascal (1623-1662), « que chacun examine sa pensée, il la trouvera toujours occupée au passé et à l’avenir » (Blaise Pascal, Pensées, 1670), c’est pourquoi, de tout temps et en tout lieu, l’avenu et l’avenir sont au cœur des préoccupations humaines. Insatisfaits du monde qui nous entoure, nous marchons sur la route où se mire l’oubli de l’actualité, tous en quête de l’équinoxe où nos rêves compenseront notre réalité. Que du feu de notre quotidien, nos rêves soient l’étincelle ou la braise, voilà qui n’a guère d’importance ici, pour ce nouveau numéro de la revue d’Impressions d’Extrême-Orient, puisque tous deux ont coexisté à travers les âges et les frontières.

Lire la suite de l’appel à contributions rédigé par Loïc Aloisio

Le numéro 6, Littératures et censures en Asie, sera mis en ligne le 15 décembre 2016.

Rencontre avec Rémi Mathieu

Anthologie de la poésie chinoiseLa section de chinois du Département d’études asiatiques et l’axe de recherche Leo2t sont heureux de vous convier, le Vendredi 15 avril à partir de 14 h, à rencontrer, le sinologue et traducteur

Rémi Mathieu

(Directeur de recherche émérite au CNRS),

responsable notamment de l’édition de l’Anthologie de la poésie chinoise récemment publiée à la Bibliothèque de La Pléiade (Gallimard, 2015).

Sa communication aura pour titre

« Peut-on traduire la poésie chinoise ? »

Elle se déroulera à la Faculté ALLSH Salle de colloque n° 1 du bât. Multimédia 29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence (Plan).

Pour vous familiariser avec son œuvre, je vous invite à explorer les liens ci-dessous :

Traduire deux Nobel de littérature

Vidéo ND 2014
Traduire deux Nobel de littérature, Gao Xingjian et Mo Yan.
Entretien avec Noël Dutrait.
documentaire de 55 minutes réalisé en 2004
par Muriel Chemouny
dans lequel Noël Dutrait aborde les sujets suivants :

Mo Yan au Seuil

IMG_3583La maison d’éditions Le Seuil réaffirme clairement son attachement pour l’œuvre de Mo Yan 莫言 [voir ici] en publiant coup sur coup deux gros volumes, un de cet auteur, l’autre sur cet auteur majeur de la littérature contemporaine chinoise.

Il s’agit dans un premier temps de la traduction par Chantal Chen-Andro de Shicao jiazu 食草家族 (1989) sous le titre Le Clan des chiqueurs de paille (coll. « Cadre vert », 480 p.)  [Voir la présentation sur le site de l’éditeur]

« Ce livre, dixit Mo Yan dans sa postface à ce roman paru en 1989, n’est […] pas seulement l’histoire d’un clan, mais aussi une étape dans l’histoire spirituel d’un écrivain » C’est ce que relève la traductrice dans les pages qu’elle consacre à cette « folle épopée rurale jubilatoire et débridée » dans le second ouvrage.

Il s’agit de Mo Yan, au croisement du local et de l’universel. Ces Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence ont été réunis dans une belle édition par Xu Shuang, Noël Dutrait et Zhang Yinde qui en signe l’introduction (pp. 11-23). Les 478 pages du volume proposent 29 contributions réparties en quatre parties (« Médiations », « Résonances », « Enracinement et réinvention », « Configurations fictionnelles »), la dernière étant « L’éloge de Mo Yan, à l’occasion de la remise du diplôme de docteur honoris causa de l’université d’Aix-Marseille » prononcé par Noël Dutrait, le 19 septembre 2014. L’ensemble est complété par huit pages de « Références bibliographiques des ouvrages de Mo Yan cités dans le volume », un glossaire et un index.

Je renvoie au billet de ce carnet intitulé « Autour de Mo Yan » également écrit par Noël Dutrait à l’issue des deux colloques tenus à Paris (18-19 octobre 2013) et Aix-en-Provence (18-19 septembre 2014), et bien sûr à la lecture de ce volume [voir la page qui lui est consacré sur le site de l’éditeur : http://www.seuil.com/livre-9782021282290.htm]  qui rejoint dans un catalogue conduit sous la houlette avisée d’Anne Sastourné, l’étude de Zhang Yinde, Mo Yan, le lieu de la fiction parue en 2014 [voir : http://www.seuil.com/livre-9782021114270.htm].

He Jiahong 何家弘 à Aix

roman-crime-justice-posterDans le cadre du Grand séminaire de la Maison de la recherche, trois équipes de recherche dont l’IrAsia ont invité trois écrivains reconnus dans leur pays comme des maîtres du roman policier. Pour la Chine, c’est He Jiahong 何家弘 qui sera présent, auteur de plusieurs romans policiers traduits par une ancienne étudiante de la section de chinois de l’Amu, Marie-Claire Cantournet.

He Jiahong est un criminologue reconnu qui enseigne à l’université du Peuple de Pékin. Dans ses romans, il montre à quel point la Chine a besoin d’un Etat de droit et milite pour la mise en place d’un système juridique équitable. La traduction des propos de M. He Jiahong sera assurée par François Dubois, doctorant de l’IrAsia.

Je vous invite à venir nombreux à ce séminaire qui a lieu le mardi 22 mars à 16 h, Aix Marseille Université – Faculté Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines – 29, av. Robert Schuman. Aix en Provence – Pôle multimédia  Salle de Colloques.

Noël Dutrait

Atelier français/japonais 2016 – ATLAS

Atlas16
J’ai le plaisir de vous faire part de l’appel à candidature pour « l’atelier français/japonais qui se déroulera 5 septembre au 16 novembre 2016 au Collège international des traducteurs littéraires à Arles, dans le cadre du programme de formation La Fabrique des traducteurs.
Ce programme unique en France, dédié aux jeunes traducteurs littéraires en début de parcours professionnel et mis en œuvre par l’association ATLAS (Association pour la promotion de la traduction littéraire) depuis 2010, est soutenu par de nombreux partenaires : l’Institut français, le Ministère de la Culture et de la Communication – Délégation générale à la langue française et aux langues de France, la SOFIA, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Ville d’Arles, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône et, pour cet atelier, la Fondation Konishi.
L’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 5 juin 2016. »
——–

« Un drôle de travail », première nouvelle de Ôe Kenzaburô, inédite en langue étrangère

Photo (2012) libre de droits. Source : wikipédia.

Photo (2012) libre de droits. Source : wikipédia.

Un drôle de travail 奇妙な仕事[1]

Première nouvelle de Ôe大江健三郎, inédite en langue étrangère

Alors étudiant en littérature française, le jeune Ôe Kenzaburô 大江健三郎 écrit un petit récit qui s’avère être la réécriture d’une pièce de théâtre intitulée Jûtachi no koe 獣たちの声 (Les voix des bêtes), pièce qui fut primée par un concours de la faculté : « En ce printemps-là, je devais réviser les conjugaisons des verbes français. Après avoir fini mes devoirs, j’ai eu l’idée d’écrire une autre version de ma pièce. » Une fois publiée dans le journal de l’Université en 1957, la nouvelle Un drôle de travail reçut de nombreux hommages et est considérée aujourd’hui comme la première œuvre d’Ôe Kenzaburô.

Lire la suite

« Cendrillon » retourne au bal

SF Chine

     L’histoire que je vais vous conter ici narre le destin d’une grande dame éprouvée par la séculaire caresse du temps. Les vicissitudes de l’existence ne l’ont, en effet, point épargnée, cette dernière se voyant cahotée par les lubies versatiles des bien-pensants et de quelques pédants. A l’instar de son homologue maintes fois contée, sa vie fut plus que tumultueuse, mais, contrairement à celle-ci, son histoire ne s’est guère fait entendre des oreilles occidentales. Ainsi, je vais tâcher de la restituer brièvement ci-dessous.

Lire la suite