Publications des membres de l’axe [2018|1]

Ces derniers mois ont été très chargés et un petit bilan sur les dernières publications des membres de l’axe s’impose ; il offrira à ceux qui en manqueraient des idées de lecture.

Études biographiques. La biographie au carrefour des humanités. Études réunies par Joanny Moulin, Yannick Gouchan et Nguyen Phuong Ngoc. Paris : Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de Littérature générale et comparée », numéro 153, 2018 :

  • Nguyen Phuong Ngoc, « Tan Dà, un poète vietnamien : une biographie », chapitre VII, pp. 117-132
  • Noël Dutrait, « Autobiographie, autofiction et poésie chez Gao Xingjian », chapitre IX de  pp. 145-155
  • François Dubois, « Le Double de Mo Yan dans La Dure Loi du Karma et Le Pays de l’alcool« , chapitre X, pp. 157-166

On trouvera également le « Gao Xingjian: Autobiography, Auto-Fiction, and Poetry » (chapitre 16) de Noêl Dutrait dans Mabel Lee and Liu Jianmei (eds.), Gao Xingjian and Transmedia AestheticsAmherst, New York : Cambria Press, coll. « Cambria Sinophone World Series », 2018, 362 p.

Noël Dutrait signe également « Le traducteur, interprète ou co-auteur ? » dans Traduire entre les langues chinoise française. Un exercice d’interprétationouvrage que vient d’éditer Annie Bergeret Curien aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Paris, 2018, 200 p.)

On retrouve Noël Dutrait au sommaire de Altérité, proximité, découverte : la traduction, un passage entre la Chine et l’Occident. Actes du colloque international organisé à Bruxelles les 11 et 12 décembre 2015 par le Département de Traduction et Interprétation de l’Université libre de Bruxelles et l’Université des Études internationales de Shanghai (sous la direction de Jianping Xu. Bruxelles : Les Éditions du Hazard, 2018) avec une contribution intitulée : « Traduire Mo Yan en lisant Antoine Volodine » (pp. 115-124). Au même sommaire figure la contribution de Li Shiwei sur « Les traductions intégrales françaises et anglaise de Jin Ping Mei 金瓶梅avec une analyse des choix de traduction d’André Lévy et de David Tod Roy ».

Philippe Che a traduit de l’anglais, La Corée du Nord à bicyclette. Un diplomate à Pyongyang de John Everard pour les Éditions De Crescenzo (fév. 2018, 336 p.) (dont on peut lire un extrait à partir d’ici).

A signaler également le premier volet d’un dossier spécial sur la réception des littératures d’Asie en France paru dans le numéro 1 du volume 26 d’avril 2018 de la revue coréenne de littérature comparée Comparative Korean Studies (Bigyohangukhak  비교한국학). On y trouve quatre contributions :

  • Loïc Aloisio, « La traduction et la réception de la littérature de science-fiction chinoise en France », pp. 17-46
  • Cécile Duquenne (CIELAM), « Traduction et réception de la littérature japonaise « post-Fukushima » en France, de 2011 à  2016″, pp. 47-80
  • He Wen, « La traduction et la réception de Zhang Ailing en France », pp. 81-102
  • Pierre Kaser, « Le théâtre et le roman chinois anciens en France », pp. 103-123

À noter que le même numéro propose un article de Lucie Angheben intitulé « De l’indicible du témoignage au non-dicible de la fiction : vers une nouvelle représentation de Gwangju dans la littérature coréenne ? Autour de le nouvelle « Alors que faut-il chanter ? » de Park Sol-moe et de sa traduction en français ». Les articles sont proposés en français et en coréen.

J’ai pour ma part signé un court billet sur le portail France/Chine du site de la Bibliothèque Nationale de France, sur « Les premières traductions françaises de romans chinois ».

Bonnes vacances à ceux qui en prendront.


Une réflexion au sujet de « Publications des membres de l’axe [2018|1] »

  1. bonjour

    ce matin , je viens de découvrir l’histoire et l’oeuvre de M Gao Xingjian et je sens que je vais peut être trouver les réponses à la quête de mon âme.
    je souhaite recevoir des informations sur l’actualité de cet auteur né en Chine, étant moi-même issue d’une famille chinoise de la province de Meizhou ( pas loin de Gannzhou )qui a fuit la misère dans les années 1960 pour aller à l ‘île Maurice.
    Aujourd hui je vis en France , le déracinement je le vis mais la culture chinoise est toujours imprégnée dans mes veines .

    en vous souhaitant un bel été ,
    Li Lee LI CHO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.