Que peut la littérature asiatique aujourd’hui, en Asie et dans le monde ? Appel à communications 

Nouvelles tendances littéraires d’Asie #3

Poursuivant une exploration des Nouvelles tendances littéraires d’Asie entamée en 2017, l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia (UMR 7306, AMU), en partenariat avec le Cielam (EA 4235, AMU), vous invite à continuer l’exploration des littératures très contemporaines d’Asie (XXIe siècle) et de leurs nouvelles tendances lors d’une journée d’études.

Après avoir ébauché un panorama plutôt généraliste des « Nouvelles tendances littéraires d’Asie » lors d’une première journée d’études en juin 2017, et après avoir examiné les « Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie » lors d’une deuxième en juin 2018, nous nous proposons cette année d’interroger l’actualité littéraire, sa présence au quotidien et ses influences en posant la question :

« Que peut la littérature asiatique aujourd’hui, en Asie et dans le monde ? ».

Nombreux sont les théoriciens à avoir annoncé la mort de la littérature et son impuissance face aux problèmes du monde actuel. Pourtant, les œuvres littéraires continuent d’être produites et d’apporter un éclairage intéressant sur diverses questions de société pour le lecteur qui fait l’effort de comprendre le texte qui lui fait face, ce qui suppose parfois une lecture active. L’Asie n’est pas en reste et, parmi la production littéraire variée d’Extrême-Orient, de nombreuses œuvres pouvant être considérées comme « engagées » par leur intention (délibérée ou non, explicite ou non) réagissent à l’actualité et aux événements de leur pays de production ou de l’Asie en général. Ainsi, comment la littérature – prise au sens large, comprenant les œuvres, auteurs, critiques mais aussi les institutions littéraires – parvient-elle à redessiner les contours d’un environnement meurtri par des catastrophes telles que le séisme du 12 mai 2008 au Sichuan, les événements du 11 mars 2011 à Fukushima, ou encore du naufrage du Sewol en Corée du Sud en 2014 ? Qu’il s’agisse d’un moyen de témoigner d’un vécu individuel, de contester un phénomène national ou mondial, ou encore de tenter de se reconstruire, les œuvres littéraires offrent aujourd’hui encore un espace d’expression privilégié.

Tout en nous concentrant sur les œuvres contemporaines datant d’après 2000, nous nous ouvrirons à toutes les formes de littératures (roman, nouvelle, poésie, weblittérature, etc.) issues de tous les pays d’Asie (Japon, Chine, Corée, Inde, Vietnam, etc.), ou s’inscrivant dans une approche comparatiste incluant au moins un pays d’Asie.

Les contributions proposées pourront notamment porter sur les thèmes suivants (liste non exhaustive) :

  • Fonctions et puissance du littéraire et de l’écriture dans le réel
  • Littérature et contestation ;
  • Littérature de la résilience ;
  • Littérature post-traumatique ;
  • Littérature du témoignage ;
  • Censure, « contre-censure », littérature dans le politique ;
  • L’imaginaire comme échappatoire au réel.

Une attention particulière sera apportée aux propositions des doctorants et jeunes chercheurs pour cette journée d’études. Les propositions de communication, ne dépassant pas 350 mots, seront accompagnées d’une présentation bio-bibliographique et à envoyer au plus tard le 15 avril 2019 au format .doc au comité organisateur doctoral de la journée d’études, Lucie Angheben (Cielam/IrAsia), Cécile Duquenne (Cielam/CRCAO) et Loïc Aloisio (IrAsia), à l’adresse suivante : nouvellestendanceslitteasie@gmail.com . Elles seront ensuite examinées par les comités organisateur et scientifique dans les plus brefs délais.

La journée d’études se tiendra le 27 mai 2019 à la faculté ALLSH de l’Université d’Aix-Marseille (site Schuman, Aix en Provence), et donnera lieu à une éventuelle publication en ligne dans la revue Impressions d’Extrême-Orient (IDEO).

Comité scientifique : membres statutaires de l’axe « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia : Philippe Che (MCF, AMU) ; Noël Dutrait (Pr. Émérite, AMU) ; Pierre Kaser (Pr., AMU) ; Kim-De Crescenzo Hye-gyeong (MCF, AMU) ; Li Shiwei (MCF, AMU) ; Louise Pichard-Bertaux (IRHC, CNRS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.