Autour de Mo Yan

MiniMo

Immédiatement après que le prix Nobel a été décerné à Mo Yan en 2012, l’idée d’organiser des « études Mo Yan » a germé chez les spécialistes français de littérature chinoise contemporaine et les traducteurs. La première étape a consisté à réunir les chercheurs et les traducteurs au cours d’un colloque organisé conjointement par les universités Paris 3, Paris 7 et Aix-Marseille. La thématique en était : « Mo Yan : au croisement du local et de l’universel ». Quinze  enseignants-chercheurs de différentes nationalités y ont participé ainsi qu’un écrivain français, Philippe Forest, une éditrice et une traductrice de l’œuvre de Mo Yan en néerlandais.  Plusieurs des enseignants-chercheurs présents étaient également des traducteurs de cette œuvre en français.  Plusieurs points de vue ont été utilisés pour approcher l’œuvre de Mo Yan : le comparatisme avec une communication de Sandrine Marchand sur Mo Yan et Wang Wen-hsing, l’étude de la réception de l’œuvre, avec une communication très complète de Xiaomin Giafferi-Wang sur la réception de l’œuvre en français, la question de l’utopie et de l’imaginaire avec la contribution de David Wang Der-wei de l’université de Harvard. L’ensemble des communications a bien sûr montré l’immensité de l’œuvre  de Mo Yan qui nécessitait à coup sûr la tenue d’un nouveau colloque en 2014.

Zhang Yinde avait ouvert ce premier colloque et la charge de le conclure m’est revenue. J’ai donc promis d’organiser le deuxième colloque Mo Yan à l’université d’Aix-Marseille. L’idée vint alors de demander à Mo Yan de venir à cette occasion à Aix-en-Provence où il était déjà venu trois fois, invité par l’association « Les Écritures Croisées ». Sollicité par mes soins, le président de l’université d’Aix-Marseille, le professeur Yvon Berland, a accepté de profiter de cette occasion pour décerner à Mo Yan le grade de professeur Honoris Causa. Mo Yan, qui avait accepté très peu d’invitations à l’étranger depuis l’obtention de son prix, a aussitôt accepté, accompagné de M. Zhang Qinghua, professeur à l’université normale de Pékin, M. Cheng Guangwei  de Renmin daxue de Pékin et M. Chen Xiaoming de l’université de Pékin.  J’avais lancé cette invitation à Mo Yan lors de mon passage à Pékin au mois de mai dernier où il m’avait reçu ainsi que les trois professeurs, en tant que président du Centre  international d’écriture de l’Université normale de Pékin. À cette occasion, il a organisé pour moi un voyage à Gaomi au Shandong, son pays natal, où j’ai pu visiter de nouveau sa maison natale, la maison dans laquelle il a écrit Beaux seins, belles fesses, et le musée qui lui est consacré, situé dans un collège, mais qui devrait bientôt déménager dans un lieu plus adéquat.

« L’œuvre de Mo Yan : traductions, réception et interprétations »

Grâce à l’équipe de l’IrAsia et l’aide financière de l’université, le colloque a pu être monté dans un temps record. L’une des particularités de cette rencontre a été que plusieurs traducteurs de l’œuvre de Mo Yan en français étaient présents : Sylvie Gentil, Chantal Chen-Andro, François Sastourné et moi-même.  Notons aussi la présence de Anna Chen, traductrice en suédois de plusieurs romans de Mo Yan, à qui l’on doit l’une des communications les plus vivantes et riches de tout le colloque, avec celle de Sylvie Gentil, traductrice également. La venue de Mo Yan fut aussi l’occasion pour les Éditions du Seuil de faire la promotion du Le Clan du sorgho rouge publié dans son intégralité dont seule une petite partie avait été présentée en 1990 par les éditions Actes Sud. D’autre part, la première étude de grande envergure publiée en France sur Mo Yan est parue au même moment : la magistrale étude de Zhang Yinde intitulée Mo Yan, le lieu de la fiction.

Le colloque a porté  sur la question de la traduction des œuvres de Mo Yan avec la mise en lumière des questions concernant le plurilinguisme littéraire et les problèmes qu’il pose aux traducteurs, ainsi que la traduction des noms de familles, prénoms et surnoms. Le comparatisme a de nouveau été utilisé avec un rapprochement très intéressant proposé par Nicoletta Pesaro de Mo Yan et Italo Calvino. Enfin, les trois professeurs chinois ont montré la profondeur de leur approche de l’écrivain avec trois brillantes communications.

Les actes des deux colloques seront publiés par les Éditions du Seuil et permettront de lire à tête reposée l’ensemble des communications. Enfin, la dernière partie du colloque a permis d’écouter, outre l’éditrice du Seuil, Anne Sastourné sur les questions de publication de l’œuvre, un écrivain français, Christian Garcin, grand amateur de Mo Yan, Jean-Raymond Fanlo, professeur de littérature française du XVIIIe siècle, traducteur du Don Quichotte, Chen Mai ping, écrivain et critique chinois qui vit en Occident et Elodie Karaki, doctorante de l’université qui avait mené un entretien avec moi sur les questions de traduction dans la revue en ligne « Les Chantiers de la création ».  Le débat passionné et passionnant a été entièrement enregistré, de même que la cérémonie de remise du grade de Honoris Causa, au cours duquel, en réponse au discours du président Berlan, Mo Yan a a fait preuve de son humour habituel. Mo Yan a ensuite participé à une rencontre grand-public qui a réuni environ trois cents personnes à la Cité du livre d’Aix-en-Provence. Interrogé par Zhang Yinde et moi-même, il a de nouveau affirmé sa confiance absolue dans la littérature pour montrer la condition humaine dans tous ses aspects, revendiquant son attachement à son pays natal, non pas par conservatisme, mais au contraire pour toucher l’universel. Le lendemain, invité au Collège international des traducteurs littéraire d’Arles, il est revenu sur son parcours atypique de fils de paysan ayant plus gardé les vaches que fréquenté l’école, ayant acquis sa culture au sein de l’armée, se retrouvant maintenant couronné par cette récompense suprême.

Les deux colloques Mo Yan ont permis aux chercheurs et traducteurs d’échanger et comparer leurs points de vue, mais aussi aux doctorants de s’exprimer tout en mettant la main à la pâte pour l’organisation. Notons aussi l’excellente traduction chinois-français et français chinois effectuée par l’interprète professionnel Sylvain Morestin qui a permis aux non sinisants de ne pas perdre une miette du discours des uns et des autres.

Noël Dutrait (Directeur de l’IrAsia, UMR 7306)

 


2 réflexions au sujet de « Autour de Mo Yan »

  1. Ping : Mo Yan au Seuil | Littératures d'Extrême-Orient, textes et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *