Soutenance de thèse : Lucie Angheben

Lucie AnghebenLucie Angheben (Cielam-IrAsia) va soutenir sa thèse pour obtenir le grade de docteur dans la discipline Pratiques et théories de la création artistique et littéraire (ED354) le mercredi 3 juillet 2019 à partir de 14h. La soutenance publique se déroulera salle A203 du bâtiment EGGER, UFR ALLSH, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Pce.

La thèse dirigée par M. Alexis Nuselovici (Pr, AMU) et Mme Hye-Gyeong de Crescenzo (MCF, AMU) porte sur Les “jeunes auteurs” coréens nés dans les années 1980-1990 : traduire la solitude et le silence. Sur les œuvres de Jeong Yong-jun, Han Yu-joo, Choi Jin-yeong, Yoon Go-eun et Park Sol-moe”. 

Le jury sera composé des directeurs de thèse et des professeurs Jeong Myeong-Kyo (Université Yonsei, Séoul), Marie Vrinat-Nikolov (INALCO, Paris), Wang Min-Sook (Université de Lyon 3) et Pierre Kaser (AMU).

Résumé de la thèse : Cette recherche s’intéresse aux nouvelles coréennes écrites par les jeunes auteurs nés dans les années 1980-1990. Bien qu’ils aient grandi dans une Corée démocratique et sous des conditions matérielles plus simples que leurs ainés, les « jeunes auteurs » présentent des œuvres constamment marquées par la noirceur et le mal-être. À travers l’exemple de cinq nouvelles de Jeong Yong-jun, Han Yu-joo, Choi Jin-yeong, Yoon Go-eun et Park Sol-moe, nous analysons la solitude et le silence au regard d’une approche interdisciplinaire, liant la littérature comme illustration de la vision d’une société sombre proposée par des jeunes auteurs et de la « génération des abandons », ainsi que la traduction comme réflexion sur les possibilités de retranscrire ces deux thèmes dans l’écriture, en coréen et en français. Cette thèse offre une traduction intégrale et commentée du corpus primaire, afin de questionner la manière dont la solitude est ressentie par les jeunes dans la société coréenne actuelle. Une solitude négative issue de l’isolement au milieu d’un groupe dont on souhaiterait faire partie s’oppose à une solitude positive émanant d’un désir de calme au milieu du tumulte d’un quotidien parfois rendu difficile par des normes inspirées par la hiérarchie héritée du confucianisme. De plus, être seul peut être un phénomène volontaire ou non. En outre, les personnages mis en scène dans les nouvelles souffrent de difficultés de communication. La solitude et le mal-être ressentis par les jeunes se retranscrivent dans leur incapacité à parler correctement. La communication directe réelle est difficile à mettre en place, que ce soit du fait d’un « mal-dit » de la part du locuteur, ou d’un « mal-compris » de la part de l’interlocuteur. Lorsque cette difficulté à s’exprimer à l’oral se change en silence, l’incapacité involontaire à parler par peur des malentendus s’ajoute au choix volontaire de se cacher dans le silence. Ainsi, tout en exprimant la souffrance d’une existence, les expressions silencieuses comme l’écriture et la littérature se présentent comme des formes de communication idéales.

Mots clés : littérature coréenne contemporaine, nouvelles, traduction, création, solitude, silence, jeune génération, société coréenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.