Quelques souvenirs de Bao Tianxiao en français (CR)

Bao Tianxiao, Souvenirs de la chambre de l’ombre du bracelet suivi de deux nouvelles “sentimentales”. Traduction, notes et postface de Joachim Boittout. Préface de Sebastian Veg. Paris, Éditions Rue d’Ulm — Presses de l’École normale supérieure, collection « Versions françaises », 2021, 371 p.1

La collection « Versions françaises » des Éditions Rue d’Ulm, créée en 2001 et défendue depuis par Lucie Marignac avait offert à Lu Xun 魯迅 (1881-1936) un bel écrin en accueillant dans son catalogue les revigorantes traductions et stimulantes présentations de Sebastian Veg 2. Le meilleur de la création de cet écrivain majeur figurait ainsi aux côtés d’œuvres et d’auteurs méritant d’être découverts ou redécouverts. Grâce à Joachim Boittout, c’est Bao Tianxiao 包天笑 (1876-1973) qui rejoint cette prestigieuse communauté ! 

Si on peut s’étonner de l’honneur qui est fait à cet auteur et à un texte, somme toute d’une importance nettement moindre que ceux d’un Luxun — bien qu’il faille convenir qu’il correspond bien à la ligne éditoriale de la collection en faveur de textes qui peuvent susciter des sentiments tels que « curiosité, intérêt, admiration, attachement » et offre une tribune aux élèves et anciens élèves de la rue d’Ulm —, on trouvera logique que ce soit Joachim Boittout qui se charge de l’introduction en France de cet auteur encore inédit en traduction dans notre langue. En effet, qui mieux que celui qui prépare, sous la direction de Sebastian Veg (Paris, EHESS), une thèse de doctorat sur « L’Émancipation incertaine : construction, crise et refondation de l’individu dans la formation de la modernité littéraire chinoise (1912-1938) », pouvait se livrer au double exercice de la traduction et de la présentation. Les habitués de la revue en ligne de notre axe de recherche ont déjà pu prendre dans les numéros 9 et 10 d’Impressions d’Extrême-Orient la mesure de la finesse de ses analyses et l’étendue d’une érudition qui n’a pas attendue le nombre des années3. Nous voilà en confiance.

À partir de là, on ne saurait reprocher à Joachim Boittout de fournir des notes longues et documentées, de livrer la plus dense et complète étude sur ce personnage et dessiné le contexte culturel dans lequel il a déployé tous ses dons et dépenser son énergie : les notes constituent un ensemble riche bien que peu maniable car placé en milieu de volume (pp. 215-271) de 318 + 26 notes ; l’essai final qui n’en est pas privé — elles sont cette fois en bas de page —, intitulé « Du lettré à l’homme de presse. Bao Tianxiao ou la voix de l’espace public républicain (1900-1920) », occupe quant à lui les pages 273 à 341 ; il est suivi de « Bao Tianxiao (1876-1973). Un itinéraire intellectuel protéiforme dans une époque de profonds bouleversements » (pp. 343-351) qui fait défiler les événements marquants d’une vie découpée en 6 étapes :

  1. Une enfance de modeste lettré du Jiangnan (1876-1900)
  2. Le début d’une carrière riche et variée : édition, traduction et instruction entre le Jiangsu, le Shandong et Shanghai (1900-1905)
  3. L’apogée d’une carrière diversifiée : journaliste, romancier et homme de presse connu de « tout Shanghai » (1906-1919
  4. Le tournant vernaculaire et la troisième période shanghaienne (1920-1927)
  5. La guerre et le départ pour Taïwan (1936-1949)
  6. La vie à Hong-Kong et la publication des Mémoires (1950-1973)

Une carte de Suzhou 蘇州 qui permet de situer sept des lieux évoqués par Bao dont une photographie est reproduite page 5, précède une bibliographie des sources et travaux exploités (pp. 355-364). Pour un travail éditorial de cette tenue, on regrettera l’absence des caractères chinois que ne compensent pas toujours la présence des transcriptions pinyin (parfois fautives) et les traductions en français des titres en langue chinoise. Un effort eut pu, pour le moins, être consenti pour fournir au moins ceux du nom de l’auteur et ceux des titres traduits, et ceci dès la préface de Sebastian Veg (pp. 7-13).

Que nous réserve la lecture de ce cet ouvrage dont on peut penser qu’il s’adresse avant tout à un public amateur de curiosité littéraire pas forcément versé dans les études chinoises touchant au siècle allant de la naissance de l’auteur mis en vedette (1876), « soit trente-cinq ans avant l’effondrement de la dernière dynastie des Qing 清 (1644-1911) » jusqu’au moment où  « la Chine sortait peu à peu de la Révolution Culturelle et entamait son rapprochement historique avec les États-Unis», soit le temps d’une existence bien remplie d’un fils d’une famille de marchand appauvrie de Suzhou 蘇州 qui s’astreint encore à l’étude des Classiques confucéens pour réussir aux examens et concours mandarinaux en vigueur jusqu’en 1905, à la disparition d’une célébrité du monde des lettres et de la presse dans le Hong Kong de 19734

Or donc, la lecture du présent ouvrage donnera un aperçu agréable à suivre du Chuanying lou huiyilu 釧影樓回憶錄 de Bao Tianxiao 包天笑 et de sa suite (Chuanying lou huiyilu xubian 續編)), soit en tout et pour tout un choix de 16 chapitres réalisé à partir d’un ensemble en comptant plus de quatre fois plus5. La re-numérotation à partir de 1 des « chapitres » traduits ne rend pas clairement perceptible ce qui a été laissé de côté sans véritable justification (p. 18) valable puisque dans son avant-propos le traducteur parle de « mises à l’écart douloureuses » l’obligeant à « renoncer à des passages éclairants et savoureux » mais complète cette traduction partielle par deux nouvelles « sentimentales » (pp. 191-212), dûment précédées d’une introduction qui offre des pistes d’interprétation. On trouve ainsi, une brève nouvelle au déroulé très attendu, mais dont on nous dit (p. 193) que « la subtilité des différentes strates interprétatives du sentiment au sein d’un même texte constitue l’intérêt majeur […] d’« Un fil de lin » datant de 1909 et une nouvelle épistolaire, « L’oie solitaire » de 1915.

Quoi qu’il en soit, soyons gré à Joachim Boittout de nous offrir cette collection de pastilles mémorielles qui conservent la fraîcheur d’esprit de celui qui, longtemps après les avoir vécues, les restitue dans un style direct et sans fioriture. L’intérêt qu’on y portera sera naturellement variable en fonction de qui est le lecteur et de son attente, ce dont rend compte un examen des réseaux sociaux :

  • L’absence d’une part non négligeable de la matière première n’a pas échappé à tout le monde. Amateur de BD historique didactique ou fictionnelle. Intérêt pour la Chine. Allusion aux 西戎. Xirong publie une critique sur le site Grégoire de Tours. Vos critiques de livres d’histoire, (voir ici), intitulée « De jolis dragons chinois sur des robes de soie » dans laquelle on peut lire :

« Cet ouvrage propose également un essai de Joachim Boittout autour des idées progressistes de Bao Tianxiao. D’esprit indépendant, ce dernier livre, dans des textes absents ici, un témoignage loin de la mythologie officielle chinoise et de l’imaginaire occidental de la vie à Shanghai dans les années trente (où par ailleurs il est scénariste de films). On ne peut que souhaiter une traduction ultérieure de certains d’entre eux. »   

  • Florine alias Fuyating qui est actuellement gestionnaire du fonds chinois dans une librairie spécialisée sur l’Asie confie son enthousiasme :

« un petit bijou que je recommande chaudement ! » «  livre est absolument passionnant !!! Une petite pépite, mine d’or d’informations sur la Chine au début du XXème siècle et sur Bao Tianxiao, lettré encore très peu connu en Occident. » et coup de chapeau au traducteur : « un très grand bravo à Joachim Boittout pour la qualité de son travail. Il a su avec brio choisir des passages pertinents des mémoires de Bao Tianxiao, nous permettant ainsi de découvrir ce lettré fantastique aux multiples facettes. La traduction de Mr Boittout est fluide et très agréable et il a su aiguiller les lecteurs non sinophiles grâce à la richesse de ses notes. Sa postface est tout simplement fantastique ! Elle nous permet de mieux appréhender la scène éditoriale chinoise et notamment shanghaienne au début du siècle. » (voir ici)

Bref, l’ouvrage a vraisemblablement déjà trouvé son public : l’amoureux de la Chine ancienne y verra un monde en mutation ; celui qui se passionne pour la Chine moderne un monde naissant. Le lecteur de maintenant le chérira comme un témoignage d’un passé perdu rendu d’autant plus appréciable que la Chine de maintenant a tendance à effacer inexorablement toute les marques d’un passé devenu encombrant.  Un grand merci à Joachim Boittout  d’avoir révélé au lectorat francophone la grandeur d’un auteur mineur à travers une traduction maîtrisée et un commentaire érudit. 

  1. Voir la notice sur le site de l’éditeur, à l’URL : https://www.presses.ens.fr/583-souvenirs-de-la-chambre-de-l-ombre-du-bracelet.html []
  2. En 2004 d’abord, avec Errances (traduction intégrale des onzes nouvelles réunies sous le titre Panghuang 徬徨) ; puis en 2010, avec le fameux recueil Cris (traduction magistrale de Nahan 吶喊) ; on retrouvait ces deux titres augmentés du recueil les Mauvaises herbes (traduction de Yecao 野草 naguère uniquement accessibles par la traduction historique, et depuis longtemps épuisée, de Pierre Ryckmans (Paris : 10/18, coll. « Bibliothèque asiatique », 1975) dans un volume compacte paru sous le titre Nouvelles et poèmes en prose (Errances, Cris, Mauvaises herbes), 2015, 316 pages. Voir sur le site de l’éditeur [En ligne] : https://www.presses.ens.fr/collections_20_versions-francaises_nouvelles-et-poemes-en-prose_978-2-7288-0514-3.html []
  3. Son éditeur nous apprend en plus sur lui qu’il est « normalien, agrégé de chinois, [qu’il] a enseigné le chinois moderne et classique à l’Inalco… [qu’il] étudie l’écriture du sentiment dans la presse et la place de l’individu dans la sphère publique au moment de la fondation de la République (1912) [et qu’il] est attaché culturel au Consulat général de France à Canton. » []
  4. Ce lecteur novice aurait tout intérêt à se constituer un petit coussin de connaissances historiques ad hoc en lisant les récents ouvrages livrés aux Belles Lettres par Xavier Paulès (La République de Chine. Histoire générale de la Chine (1912-1949), 2019) et Gilles Guiheux (La République populaire de Chine. Histoire générale de la Chine (1949 à nos jours), 2018) comme à ne pas se priver d’exploiter les bibliographies de ces livres et celle du présent ouvrage. []
  5. Privé d’une édition papier, je me suis contenté de l’édition en ligne accessible à l’URL : http://www.809802.com/xdwx/cyl/index.htm, édition en caractères simplifiés qui n’est sans doute pas la meilleure dont on pourra disposés, mais qui permet d’évaluer le travail accompli et celui qui pourrait l’être à l’avenir []

Ce contenu a été publié dans Billets, Lectures par Pierre Kaser, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.