Prix de thèse AMU pour Loïc Aloisio

Mercredi 17 novembre 2021 s’est déroulée au siège de la présidence de l’Université Aix-Marseille (site du Pharo, Marseille)  et en présence de son  Président M. Eric Berton, la cérémonie de remise des prix de thèses d’AMU 2021.

Parmi les 16 jeunes chercheurs issus de 12 écoles doctorales récompensés pour la qualité de leurs travaux se trouvait Loïc Aloisio dont la thèse soutenue le 4 décembre 2020, « Les mémoires hérétiques : Han Song face à la politique mémorielle chinoise ou la science-fiction comme littérature de témoignage » était à justement titre distinguée.

Les habitués des activités de l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction connaissent bien Loïc Aloisio car il en est le directeur-adjoint ; voici pour les autres, une courte présentation de son parcours :

Loïc Aloisio a commencé l’apprentissage du chinois dès la fin du collège. Une fois diplômé du baccalauréat, il s’est inscrit à l’Université de Provence pour suivre une Licence LLCER Chinois, puis un master Aire culturelle asiatique dans le parcours « Recherche en sinologue », avant son Doctorat en Langues et littératures d’Asie : chinois à l’ED354. Il a également eu la chance et l’opportunité d’enseigner à la section de chinois du Département d’Études Asiatiques d’AMU, tout d’abord en tant que tuteur en langue chinoise, puis lors de son Master, et enfin, en tant que chargé de cours et d’Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche, durant sa thèse. Il a aussi eu l’occasion de s’investir pleinement dans la recherche au sein de l’Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia, UMR7306), et tout particulièrement dans son axe de recherche « Littératures d’Asie et Traduction » sous la direction du Professeur Pierre Kaser. Depuis la rentrée 2021-2022, il occupe un poste dans une université européenne. Il est actuellement Chargé de Cours (équivalent Maître de Conférences habilité à diriger des recherches) à la Faculté de Traduction et d’Interprétation – École d’Interprètes Internationaux (FTI-EII) de l’Université de Mons, en Belgique. 

Félicitons Loïc pour cette récompense largement méritée et souhaitons lui une belle carrière dans l’enseignement de la langue et de la littérature chinoises, et aussi que dans la traduction littéraire, notamment des œuvres de Han Song 韓松.

Pour la thèse et son contenu, prière de consulter : https://leo2t.hypotheses.org/3324 Pour une bibliographie des travaux de Loïc Aloisio, voir : https://leo2t.hypotheses.org/doctorants/loic-aloisio


3 réflexions sur « Prix de thèse AMU pour Loïc Aloisio »

  1. Je tiens bien entendu à remercier du plus profond de mon cœur mon directeur de thèse, Monsieur le Professeur Pierre Kaser, pour ses précieux conseils, son accompagnement sans faille, la confiance qu’il a su m’accorder, les différentes responsabilités et opportunités qu’il m’a données, ainsi que pour son amitié sincère.
    Je tiens ensuite à remercier le Département d’Études Asiatiques de l’Université d’Aix-Marseille, tout d’abord pour m’avoir formé de ma première année de Licence jusqu’à ma dernière année de Master, me donnant le goût de la langue et de la littérature chinoises, ainsi que de la traduction ; et ensuite pour m’avoir donné la chance de donner des cours au sein de la section de chinois, ce qui m’a donné le goût de l’enseignement.
    Je remercie également mon laboratoire de recherches, l’Institut de Recherches Asiatiques, pour m’avoir soutenu du mieux qu’il a pu, que ce soit pour financer des déplacement pour participer à des colloques, pour m’avoir permis d’organiser des événements scientifiques, et aussi pour avoir été humainement présent à mes côtés. J’embrasse tout particulièrement Mesdames Louise Pichard-Bertaux et Julie Kim-Decrescenzo pour leur amitié, leur gentillesse et leur grand cœur.
    Enfin, je souhaite bien évidemment aussi remercier mes compagnons de galère, docteurs et doctorants, qui m’ont accompagné, soutenu, et aidé tout au long de ma thèse, que ce soit autour d’une bière ou d’une pizza. Je pense notamment à Laurent Chircop-Reyes, pour nos années inoubliables passées en Chine ; à Édouard l’Hérisson, pour nos longues discussions autour des hétérotopies ; à He Wen, pour m’avoir fait perdre du temps ; et à Sarah Coulouma, pour les apéro-thèses qui, s’ils ont parfois plus tourné autour de l’apéro que de la thèse, ont eu le mérite de nous permettre de relâcher la pression par la pression.

  2. Bravo pour cette distinction amplement méritée.
    Bonne continuation dans vos recherches (et vos traductions) !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.