Le Sanguo aux Indes néerlandaises (CR)

Song Ge 宋鴿, qui depuis enseigne la littérature chinoise à la Shanghai daxue 上海大學, a soutenu le 8 décembre 2018 une thèse de doctorat (https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02080153) dirigée par Vincent Durand-Dastès (INALCO), thèse qui a reçu le Prix de la Fondation Flora Blanchon en 2021. C’est ce travail de qualité intitulé Indes néerlandaises et culture chinoise. Deux traductions malaises du Roman des Trois royaumes (1910-1913) qui vient d’être édité avec un grand soin. Il constitue dorénavant le Hors-Série numéro 1 de la revue des Études interdisciplinaires sur le monde insulindien, Archipel (http://journals.openedition.org/archipel & https://revue-archipel.fr/) qui en avait déjà révélé une partie en 2019 dans son numéro 97[1]

L’ouvrage s’ouvre sur un avant-propos qui rappelle l’intéressant parcours de l’auteur, qui, au sortir d’un master en littérature chinoise classique soutenu à la prestigieuse université Renmin de Chine, n’a pas hésité à étudier le malais/indonésien, et tient à rappeler sa source d’inspiration qui est la lecture en 2010 de la version chinoise du Literary Migrations[2](1987) de Claudine Salmon, laquelle suivra avec attention l’élaboration et l’aboutissement de ce travail. On retrouve dans ce dense volume consacré par Song Ge à deux traductions malaises du Sanguo yanyi 三國演義, les qualités déployées par son modèle tant du point de vue de l’originalité que de l’apport scientifique et de la finesse de l’analyse.

L’introduction dessine clairement l’ambition de traiter sous trois angles complémentaires l’étude de ces deux traductions d’un des grands romans chinois en langue vulgaire de la période impériale, traductions réalisées simultanément au début du XXe siècle par des descendants de Chinois. Les trois angles retenus sont l’angle littéraire, l’angle philologique et l’angle sociologique.

La première partie (« Du Sanguo yanyi aux Sam Kok ») fournit un aperçu fort complet sur les traductions du chinois réalisées aux Indes néerlandaises avant 1910 en prenant bien soin de présenter ces Chinois peranakan qui se consacrèrent à la traduction d’œuvres littéraires chinoises, sans oublier ceux qui consommaient leur production. Une attention bien naturelle est ensuite portée au Roman des Trois royaumes, à son évolution et à son contenu. Enfin, on découvre qui furent ceux qui le traduisirent d’abord partiellement, avant ceux qui le rendirent dans son intégralité entre 1910 et 1913 ; sont ainsi mis en vedette deux traducteurs — Lie In Eng et Tjie Tjin Koeij — dont le travail fait l’objet d’un examen détaillé dans la deuxième partie.

Cette « Étude critique des Sam Kok de Tjie Tjin Koeij et de Lie In Eng » s’organise en cinq étapes complémentaires en commençant pas définir l’horizon d’attente des deux traducteurs qui combine un projet commercial à un projet littéraire liant, chez Tjie notamment, divertissement et intention pédagogique, à savoir, fournir à ses lecteurs des éléments d’instruction, notamment sur l’histoire de Chine, ce que confirme son remarquable attachement au paratexte offert au Sanguo yanyi par Mao Lun 毛綸 et Mao Zonggang 毛宗崗 lesquels livrèrent, au début des Qing (1644-1911), l’édition la plus aboutie du roman. C’est sur leur édition, comme le montre le chapitre II de cette partie, que se sont basés les traducteurs, quand bien même le nom de Jin Shengtan 金聖嘆 est-il abondamment utilisé comme caution. L’approche linguistique (chap. III), suivie d’une approche littéraire (chap. IV) et d’une approche culturelle (chap. V) dispensent de très utiles informations sur la langue d’arrivée, ce « sino-malais » propres aux deux traducteurs qui, tous deux, ont recours à des emprunts notamment au minnanhua 閩南話, mais aussi aux autres langues qui ont enrichi le malais. L’approche littéraire, de loin l’exposé le plus développé et le plus enrichissant, s’attache à montrer comment les deux traducteurs gèrent la difficulté qu’occasionnent la présence dans le récit chinois en langue vulgaire de poésies, puis celle du paratexte ancien, et comment l’un et surtout l’autre (Tjie) y intègre ses propres vues sur les événements et les aspirations morales des personnages du roman, manifestant une admiration marquée pour Zhuge Liang et une détestation de Cao Cao. Le chapitre V décrypte la manière dont les deux traducteurs arrivent à transmettre la culture chinoise véhiculée dans ce monument littéraire qu’est le Sanguo yanyi et les adaptations auxquelles ils doivent se résoudre pour y parvenir dans le registre des appellatifs sociaux, des termes de parenté et de « pseudo-parenté », comme dans celui de l’interprétation des concepts traditionnels chinois, avec, est-il noté, plus de bonheur pour les concepts moraux que religieux. 

La troisième partie poursuit la réflexion en élargissant le champ pour s’interroger sur l’émergence d’une conscience nationale chinoise aux Indes néerlandaises en commençant par retracer les premières tentatives de resinisation des peranakan à partir des années 1860, décrivant notamment le renouveau du confucianisme qui marqua les années 1880 et 1890. Ce premier chapitre met bien en valeur l’apport de la traduction des classiques confucéens comme un des vecteurs de la transmission de la culture ancestrale à cette communauté qui, bien qu’elle soit composée de quelque cinq cent mille individus en 1900, n’en était pas moins une minorité culturellement fragile. Le chapitre suivant montre la manière dont la presse, et en l’occurrence le Sin Po, et les traductions de romans historiques chinois et celles du Sanguo yanyi du début des années 1910 vont jouer un rôle positif dans la diffusion et l’assimilation de valeurs issues de la patrie perdue. L’intérêt nous semble résider là dans la manière dont les Sam Kok étudiés précédemment, et leur mode de diffusion, ont irrigué et nourri l’émergence d’une conscience nationale parmi la communauté chinoise. Le chapitre trois focalise son attention sur le rôle des traductions dans la construction d’un passé. L’examen de 27 traductions de romans historiques diffusées entre 1883 et 1904 montre encore mieux l’exemplarité des Sam Kok et surtout de leur traducteur, et notamment de Tjie Tjin Koeij dont le travail est qualifié « d’œuvre d’exception ». La compétition qui s’était installée entre Tjie et Lie aura, au final, permit au premier de, non seulement fournir une traduction de qualité au regard des critères en vigueur dans son milieu et son époque, mais aussi le poussa à prendre conscience du rôle du traducteur comme passeur de valeurs culturelles, et à envisager le texte source pas seulement comme un objet de divertissement mais comme un « réservoir de sagesse » et d’enseignements pour ses lecteurs.

La conclusion revient avec clarté sur l’importance des Sam Kok dans le développement de la culture sino-indonésienne et reformule les qualités des rendus de Lie et Tjie en réaffirmant le rôle joué par leur traduction dans le mouvement de resinisation des peranakan, qui, je cite, « par la lecture simultanée du Sin Po diffusant l’actualité, […] se sont forgés aussi une nouvelle identité leur permettant de mieux aborder les problèmes du présent et ont pris conscience de former une nation. » (p. 268).

L’ouvrage qui est présenté comme « le point départ pour une étude de la traduction et la diffusion de la littérature traditionnelle chinoise en Asie du Sud-Est insulaire » (p. 270), est complété par trois appendices, une riche bibliographie et un index, ainsi que 14 pages d’illustrations tirées des éditions étudiées.

Il comblera les amoureux du Sanguo yanyi dont la matière est finement analysée, et ceux qui, de plus en plus nombreux, sont curieux de la manière dont cette littérature dite de divertissement rayonna loin et fortement au-delà des frontières de l’Empire chinois où elle naquit.

[1] Song Ge, « Sam Kok, presse et idée de nation chinoise aux Indes néerlandaises (fin XIXe-début du XXe s.)  », Archipel [En ligne], 97 | 2019, mis en ligne le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/archipel/1074

[2] Claudine Salmon (ed.), Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17th-20th Centuries). Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. Singapore : Institute of Southeast Asian Studies, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.