Rencontre avec Chen Feng 陈丰

L’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » a entamé une série de rencontre avec les acteurs (éditeurs, traducteurs, critiques, etc.) de la diffusion des littératures d’Asie en français. La première de ces rencontres était consacrée à la maison d’édition spécialisée sur la littérature coréenne Decrescenzo Éditeurs présentée le 18 octobre 2021 par son directeur, M. Franck de Crescenzo. Dans le présent billet, Axelle Mariavale (Master Traduction littéraire et interculturalité, AMU) restitue la deuxième rencontre de cette série qui nous a permis d’écouter et d’échanger avec Mme Chen Feng 陈丰 (ancienne directrice de collection pour les Éditions Philippe Picquier).

 

Le point de vue d’une éditrice sur la diffusion de la littérature chinoise contemporaine en France

Ce lundi 17 janvier 2022, une rencontre avec Mme Chen Feng 陈丰, ancienne directrice de la collection littérature chinoise aux Éditions Philippe Picquier, s’est tenue en ligne, à l’initiative de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction ». Cette rencontre conduite par Gan Lu 甘露, doctorante (AMU-Université de Nanjing, RPC)s, a été l’occasion d’aborder le rôle de la chaîne éditoriale dans la diffusion de la littérature chinoise en France, ainsi que de réfléchir à la production littéraire en Chine depuis la politique de réforme et d’ouverture, et son intégration dans la littérature mondiale. 

Actrice des premiers succès de la collection littérature chinoise des Éditions Philippe Picquier, Mme Chen Feng décrit son arrivée dans le domaine éditorial comme une « série de hasards ». Elle commence par assister Annie Curien dans sa traduction de Vie et passion d’un gastronome chinois (Meishijia, 美食家) de Lu Wenfu 陆文夫, le premier livre chinois publié aux Éditions Picquier, en 1998. Un an plus tard, elle rejoint la maison d’édition et s’engage dans l’introduction et l’édition de la littérature chinoise en France, après avoir travaillé comme agent littéraire pour la diffusion de la littérature française en Chine. Elle témoigne du premier grand succès de littérature chinoise aux Éditions Picquier : la publication de Shanghai Baby (Shanghai baobei, 上海宝贝) de Wei Hui 卫慧, en 2002. La couverture médiatique autour de la rivalité entre Wei Hui et Mian Mian棉棉, autrice du titre Les Bonbons chinois (Tang, 糖) publié à la même période, conduit à faire de l’œuvre un succès commercial — une réussite que Mme Chen attribue à la résonance médiatique de l’œuvre, plutôt qu’à sa valeur littéraire intrinsèque. À l’inverse, sa première fierté a été la publication du roman de Bi Feiyu 毕飞宇, L’Opéra de la lune (Qingyi, 青衣), dont elle admire la « haute qualité littéraire ». Grâce à son implication dans la maison d’édition dès les débuts de la collection littérature chinoise, Mme Chen Feng est une véritable actrice dans les échanges littéraires entre la Chine et la France.

Créées en 1986, les Éditions Philippe Picquier sont spécialisées dans la publication et la diffusion des littératures asiatiques. Mme Chen Feng souligne la place prédominante de la littérature japonaise dans leur catalogue, et qualifie la Chine de « retardataire » sur la scène littéraire internationale, conséquence du quasi-vide littéraire dans les trente années qui précédent l’ouverture de la Chine. Chaque année, la maison d’édition consacre environ cinq publications à la littérature chinoise et privilégie les long-sellers avec la volonté d’« installer » dans la durée des auteurs chinois dans les librairies françaises — Mme Chen Feng mentionne, par exemple, les publications de Yan Lianke 阎连科, Wang Anyi 王安忆 , de Chi Zijian 迟子建  et de Lao Shu 老树. Cette stratégie s’avère, selon elle, plus rentable au long terme pour la maison d’édition, car même les prix littéraires comme le prix Nobel, peinent à faire vendre un auteur passée l’année de la réception du prix. Installer des auteurs chinois dans le paysage littéraire français pourrait également contribuer à faire évoluer cette image « d’incarnation de l’exotisme », un écueil auquel les littératures asiatiques sont encore confrontées lors de leur diffusion à l’étranger, bien que celle-ci tende à évoluer ces dernières années.

La diffusion de la littérature contemporaine chinoise à l’étranger est indissociable de la production littéraire actuelle en Chine. De l’autocensure, plus ou moins consciente, aux découpages des textes directement opérés par les éditeurs chinois, force est de constater que « parfois, la littérature chinoise contemporaine manque de force d’imagination et de pensées », et que ces limites ne peuvent aboutir qu’à des « échecs esthétiques et littéraires » qui ne sauraient faire perdurer une œuvre. Ainsi, la publication à l’étranger se constitue comme un espace qui permet au manuscrit original d’exister pleinement, par la voie de la traduction. Malgré les subventions gouvernementales visant à financer la promotion de la littérature chinoise à l’étranger, de telles politiques ne donnent pas réellement de résultats concluants. Comme nous l’explique Mme Chen Feng, ce financement ne peut se porter garant de la qualité littéraire d’une œuvre, et pourrait même causer du tort à la réputation de la maison d’édition, ce qui la conduit à cette mise en garde : « Il ne faut pas promouvoir la littérature comme une puissance douce ; c’est un échange entre les peuples, pas une arme ». Cette réflexion sur la production littéraire actuelle en Chine mène au constat amer que la qualité littéraire peine à émerger dans cette camisole politique qui entrave la liberté créative des auteurs, et les empêche de rayonner sur la scène littéraire internationale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.