La figure de L’ennemi dans la littérature coréenne

Dans le cadre de son séminaire, l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » a invité entamé Jean-Claude de Crescenzo, directeur de la revue Keulmadang et fondateur de la maison d’éditions Decrescenzo Éditeurs présentée le 18 octobre 2021 par son directeur, M. Franck de Crescenzo. Dans le présent billet, Axelle Mariavale (Master Traduction littéraire et interculturalité, AMU) restitue cette intervention :

La figure de L’ennemi dans la littérature coréenne

Ce lundi 7 février 2022, l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » a reçu M. Jean-Claude de Crescenzo, ancien maître de conférences à Aix-Marseille Université où il a créé le Master de Négociation internationale, puis la section des Études coréennes, à l’occasion d’une communication en ligne intitulée « La figure de l’ennemi dans la jeune littérature coréenne traduite en France ». Directeur de la revue de littérature coréenne Keulmadang et fondateur de Decrescenzo Éditeurs en 2012, Jean-Claude de Crescenzo se positionne comme un acteur de la diffusion de la littérature coréenne en France à travers la publication d’essais et de traductions qu’il cosigne la plupart du temps, avec Hye-Gyeong Kim-de Crescenzo, maîtresse de conférences à Aix-Marseille Université.

Dans le cadre de cette communication, son analyse s’est attachée à identifier les raisons pour lesquelles la figure de l’ennemi est devenue un élément pivot dans la littérature coréenne. Ce phénomène est d’abord lié à l’histoire du pays : pendant la majeure partie du XXe siècle, l’Autre est un ennemi extérieur, constitué successivement par la colonisation japonaise, la menace communiste au nord, puis, par la dictature militaire. Dans ces périodes de troubles où l’État a joué un rôle insuffisant, la menace de l’ennemi qui planait en permanence sur les Coréens a exercé une influence sur l’identité collective et, par voie de conséquence, sur la création littéraire, et ce même après le départ dudit ennemi. En ce sens, les œuvres coréennes contemporaines « ne sauraient s’apprécier si on les extrait de l’itinéraire social déterminé par l’environnement qui les produit ». Ainsi, traduire la figure de l’ennemi permet de rendre compte de l’influence de cette historicité singulière sur la formation et la constitution de la littérature coréenne contemporaine.

Se pose alors la question de la manière dont cette figure de l’ennemi a fait l’objet d’une réappropriation par les « jeunes auteurs » coréens — catégorie hétéroclite qui regroupe les auteurs nés dans les années 1970-80. Sans cesse confrontés à un « présent absent », aux traces de ce lourd passé dans le récit national comme dans leurs récits familiaux, ces jeunes auteurs « portent des histoires qu’ils n’ont pas vécues, et portent ces mêmes ennemis en eux ». L’hypothèse ici soulevée suggère qu’un ennemi chasse l’autre, que celui-ci se reconvertit et se métaphorise sous d’autres formes. Dans le contexte de paix et de modernité qui s’instaure dans les années 1990, la figure de l’ennemi propre à l’histoire coréenne s’efface au profit des obsessions individuelles : l’individualisme et l’impossible communication au sein du couple chez Eun Hee-Kyung, la société de consommation et le culte de l’apparence chez Park Min-Kyu, la destruction des liens familiaux chez Kim Ae-ran, ou encore la ville comme lieu de toutes les douleurs chez Pyun Hye-young.

Au travers de ces exemples, on constate que ces « peurs mondialisées » coïncident avec l’émergence de la Corée sur la scène internationale. Les anciens ennemis oubliés, la littérature coréenne contemporaine est traversée de thèmes universels, fragmentés sous les coups d’une modernité qui s’éloigne des ennemis constitutifs de son histoire, tout en demeurant porteuse du passé. Cette analyse de la figure de l’ennemi invite à réfléchir sur les possibles ruptures et continuités de la littérature coréenne, ainsi qu’elle révèle le potentiel de cette littérature contemporaine à se diffuser hors des frontières nationales grâce à la portée universelle de ses nouveaux « ennemis intérieurs ».  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.