La ville dans les littératures d’Asie

Journée d’études organisée par l’axe de recherches Littératures d’Asie et traduction de l’IrAsia les 22 et 23 avril 2022 (Aix-Marseille Université, Centre des Lettres, Aix-en-Provence).

Vous trouverez ci-dessous le programme et les résumés des communications.

Vendredi 22 avril 2022

8h30 Accueil

8h45 Introduction de la journée par le Professeur Pierre Kaser

9h-12h45 Panel 1 : Ville physique, ville vécue (Modérateur : Pierre Kaser)

  • Chen Lin (Doctorante, AMU, IrAsia) : « Chang’an 長安 dans la poésie de Wang Wei 王維 (701-761) : entre ville et campagne, entre la vie à la cour et la tentation de la retraite »

    Wang Wei王維 (701-761), poète et observateur privilégié de Chang’an 長安, capitale de la dynastie Tang (618-906), y a vécu pendant presque 40 années. Parmi ses œuvres, une centaine de poèmes lui sont consacrés. On y découvre la majesté, l’élégance et la riche diversité de cette ville impériale, ainsi que les rituels et les coutumes folkloriques qui s’y rattachent, mais encore l’idéal de la vie pastorale et retirée des lettrés dans sa résidence Wangchuan 輞川, en marge de Chang’an. La vie du poète apparaît comme un tissu de contradictions : la frustration ressentie dans la conduite de sa carrière officielle ainsi que l’influence grandissante du bouddhisme l’ont amené à choisir une voie médiane entre celle du fonctionnaire et celle de l’ermite. De son attachement à Chang’an et son désir d’intégration, jusqu’à sa tentation de la retraite et son détachement, comment sa pensée a-t-elle évolué ? Comment a-t-il trouvé la paix intérieure entre la prospérité urbaine de Chang’an et la sérénité qu’il puisait dans la compagnie des montagnes et des cours d’eau ? Cette communication tentera de répondre à ces interrogations en analysant la poésie de Wang Wei qui touche, sous différents angle, à Chang’an.

  • He Wen (A.T.E.R., AMU, IrAsia) : « Déplacer une histoire de Yangzhou à Shanghai. Du Fengyue meng 風月夢 à sa réplique presque parfaite Haishang hua meiying 海上花魅影 »

    Fengyue meng 風月夢 (1848), vu en général comme le premier roman de prostitution du genre littéraire Xiaxie xiaoshuo 狹邪小說 (romans de lupanars) de la fin des Qing, est également considéré par Patrick Hanan (1927-2014) comme étant le premier roman urbain de Chine dont l’histoire se déroule à Yangzhou. Or, il existe bien un plagiat réalisé par un auteur inconnu et qui demeure jusqu’à présent ignoré par le monde des critiques littéraires. Le roman en question, Haishang hua meiying 海上花魅影, produit hypothétiquement vers la toute fin des Qing et le début de la République de Chine, place les intrigues de Fengyue meng à Shanghai, en modifiant notamment les noms des personnages et des lieux. Sa valeur littéraire mise de côté, ce roman pourrait tout de même être analysé avec un œil cartographique. En quoi consiste concrètement une telle réécriture ? Qu’apporte-elle à la physionomie originale du roman ? Une analyse comparative des deux romans sera entreprise afin d’y répondre.

  • Marie Laureillard (MCF HDR, Université Lumière-Lyon 2, IAO) : « Ville et littérature chez les néo-sensationnistes de Shanghai dans les années 1930 »

    Les nouvelles de Liu Na’ou 劉吶鷗 (1905-1940) (Dushi fengjingxian 都市風景線, L’horizon de la cité, 1930) ainsi que celles de Mu Shiying 穆時英 (1912-1940) ou encore les romans de Ye Lingfeng 葉靈風 (1905-1975) cherchent à embrasser l’effervescence de la Shanghai de l’époque républicaine (1912-1949). Apparus à la fin des années 1920 sur la scène littéraire shanghaienne, ces auteurs, dont l’imaginaire créatif est centré sur la ville, ont été regroupés a posteriori sous l’étiquette « néo-sensationniste » (xin ganjue pai 新感觉派), école littéraire inspirée du courant japonais du même nom dont Yokomitsu Riichi 横光 利一 et Kawabata Yasunari 川端 康成 furent les plus illustres représentants. Ce courant moderniste promeut une fiction plus attachée aux questions esthétiques qu’aux problèmes politiques et sociaux ainsi qu’un usage du langage, des thèmes et un style très novateurs centrés sur la vie urbaine. L’écriture, inspirée des techniques cinématographiques, cherche à imiter la physionomie de la ville par des effets de fragmentation, de répétition, de vitesse ou de mouvement. Les véritables personnages sont les rues, les vitrines, les néons, les hôtels, les night-clubs, bien plus que les figures qui les hantent. Nous voudrions tenter d’analyser ici les démarches de ces écrivains en pleine adéquation avec la réalité foisonnante de la métropole.

  • Gan Lu (Docteure, AMU-IrAsia/Université de Nankin) : « La reproduction de l’urbanisation chinois dans le roman Zhalie zhi de Yan Lianke »

    Zhalie zhi 炸裂志, ou Les Chroniques de Zhalie, est un roman de Yan Lianke publié en 2013. À travers les histoires de quatre fils des Kong et celle de la fille des Zhu, cette fable léviathanesque décrit le développement démesuré d’une ville à la fin du siècle dernier, surtout après la mise en place de la réforme économique. Dans ce roman mythoréaliste, l’écrivain révèle la complexité de la société chinoise contemporaine où l’absurdité rivalise avec la tragédie d’une époque délirante : l’urbanisation d’un village, le désir morbide du pourvoir, la culte de l’urgent, la violence du désir entremêlée avec la mentalité radicalement rurale, etc.

  • Guo Yingzhou (Chercheuse associée, IrAsia) : « Une écriture urbaine au féminin : Wang Anyi, à la recherche d’un Shanghai intime »

    La relation entre la ville et l’Homme est au cœur de plusieurs romans et essais de Wang Anyi王安憶 (1954-). La ville de Shanghai se révèle ainsi sous la plume de l’écrivaine un lieu de liberté mais aussi de dangers, où la vie suit son cours de façon imprévisible. Dans un contexte historique très marqué s’accomplissent des destins tragiques qui semblent échapper à la vue et à l’intérêt de tous malgré la fréquentation et l’animation des ruelles. Avec un style vif et acéré, Wang Anyi dépeint les vertiges des métamorphoses du quotidien et des êtres blessés qui coexistent dans cette ville débordante de vie. À travers des descriptions pleines de sensibilité, l’auteure, à l’image de ses héroïnes, s’interroge sur son identité et ses origines, ainsi que sur la corrélation entre monde fictionnel et espace réel. Notre communication explorera cette poétique de la ville intériorisée et appropriée, indissociable d’une quête de soi, à travers une écriture féminine.

  • Louise Pichard-Bertaux (IRHC, CNRS, IrAsia) : « Une nuit dans la ville. Itinéraires, langage et pratiques urbaines »

    À partir d’une nouvelle de Win Lyovarin, cette communication visera à retracer un itinéraire dans Bangkok et à montrer certaines pratiques urbaines en relation avec les quartiers traversés. La construction de cette nouvelle permet d’entrer dans la vie de différents acteurs et de présenter la grande diversité des habitants de la capitale thaïe.

  • Hye-Gyeong De Crescenzo-Kim (MCF, AMU, IrAsia) : « Flâner dans le Gyeongseong des années 1930, à propos d’« Une journée du romancier Gubo » de PAK Tae-weon »

    Né à Séoul en 1909 et mort en 1986 à Pyongyang en Corée du Nord, PAK Tae-weon (박태원) est l’un des écrivains modernistes coréens représentatifs des années 1930. Il observa la vie quotidienne de Gyeongseong (경성, 京城, Keijō en japonais, Séoul sous l’occupation japonaise), dans la période du modernisme colonial.
    Le roman « Une journée du romancier Gubo (소설가 구보(仇甫)씨의 일일(一日), Soseolga Gubossi-ui ilil) », publié en feuilleton dans le quotidien Chosun Ilbo du 1er août au 19 septembre 1934, et édité en 1938, est considéré comme un « roman-ville » représentatif de la littérature coréenne.
    Dans le roman « Une journée du romancier Gubo (소설가 구보(仇甫)씨의 일일(一日), Soseolga Gubossi-ui ilil) », le protagoniste romancier Gubo, pseudonyme de PAK Tae-weon (박태원), flâne, une canne dans une main et un cahier dans l’autre, dans les rues de Gyeongseong, alors ville coloniale. Ce roman met en lumière le « paysage » et la vie modernisés du Séoul, des années 1930, et la conscience d’un intellectuel Gubo, alter ego de l’auteur, à travers sa flânerie d’une journée – du départ de chez lui à midi au retour à deux heure du matin -, suivant le trajet : maison → les rues de Gyeongseong → dans le tramway → dabang 茶房 (salon de thé) → hall (salle d’attente) de la Gare de Gyeongseong → les rues de Gyeongseong → bar → maison. Gubo ne flâne pas sans raison. Voulant rompre sa solitude, il déambule dans les rues de la capitale alors en pleine modernisation par l’occupant japonais. En flâneur/observateur/chercheur/écrivain attentif à la vie et à la ville, il assiste à la transformation de la capitale.

14h45-17h45 Panel 2 : La société urbaine et ses dérives (Modératrice : Hye-Gyeong De Crescenzo-Kim)

  • Jean-Claude De Crescenzo (Chercheur associé, IrAsia) : « Ville néolibérale et littérature coréenne »

    Depuis que la Corée du Sud s’est traduite vers une politique de Soft-Power dans les années 90 et de National Branding dans les années 2000, la ville de Séoul est devenue une capitale mondiale, une ville-monde, suscitant les convoitises les plus diverses. La priorité donnée aux flux, condition première de l’économie néolibérale, a transformé la ville. Consécutive à la modernisation du pays (1961-1990), l’urbanisation a modifié autant l’espace que les rapports sociaux. La littérature coréenne, particulièrement les jeunes auteurs, s’est faite témoin de cette évolution. La communication puisera dans les textes des années 1960-1970 et dans les textes des années 2000 le passage de la Séoul pré-moderne à la Séoul néolibérale.

  • Rim Joung-eun (MCF, AMU, IrAsia) : « Solitude en villes : manger en solo – Table pour une personne de Yun Ko-eun »

    Les métropoles et mégalopoles concentrent plus de population, d’activités et de pouvoir. Les gens s’y amassent et la vie quotidienne des citadins se voit connectée les unes aux autres grâce à — ou à cause de — l’avancée de la technologie des réseaux sociaux, mais paradoxalement, le mode de vie citadine crée en même temps certaines formes de solitude. Cette communication abordera l’un des actes les plus intimes mais qui est également un acte social et collectif : « manger ». À partir d’une nouvelle de Yun Ko-eun, Table pour une personne, nous tenterons de comprendre comment cet acte qui a l’air anodin et banal peut traduire le phénomène de solitude dans une grande ville sud-coréenne comme Séoul, et comment la solitude est acceptée et/ou rejetée chez les citadins sud-coréens.

  • Tang Mi (Doctorante, AMU, IrAsia) : « Visite dans la capitale chinoise au début du XIIe siècle »

    À la chute de la dynastie des Song du Nord 北宋 (960 – 1127), la population fuit la capitale Kaifeng 開封. Contraint lui-aussi à un exil forcé, Meng Yuanlao 孟元老 décrira dans son Dongjing menghua lu 東京夢華錄 (Notes sur la splendeur de Kaifeng rêvée) les détails de la vie urbaine de Kaifeng dont la beauté et la prospérité sont devenues un rêve nostalgique. Se basant sur ce texte, cette communication vous présentera un aperçu rapide de l’organisation urbaine de Kaifeng à la fin du XIe et au début du XIIe siècle avant de vous emmener en tournée dans les différents lieux de la ville où une grande variété d’alcools est en vente pour le plus grand plaisir de ses habitants.

  • Won Heiwon (A.T.E.R., AMU, IrAsia) : « L’expansion et la hiérarchisation de Séoul dans les années 1960-1970 et ses habitants repoussés »

    Cette communication vise à observer, à travers le roman Séoul est complet de Lee Ho Chang, le processus de renaissance de Séoul en tant que ville moderne durant les années 1960-1970. A cette époque personne ne pouvait nier que la capitale était saturée. En effet, Séoul des années 1960 avait de sérieux problèmes liés à la densification de l’espace et la pénurie d’emplois et de logements à la suite de l’explosion démographique après-guerre. Pour cette raison, le nombre de circonscriptions administratives de Séoul augmenta considérablement et ce changement posa également les bases de la métropole en devenir. Cependant, au cours des années suivantes, le centre-ville animé de Séoul contrastait avec l’apparence minable d’une zone périphérique qui ne cessait de s’étendre accueillant les habitants repoussés du centre-ville. Le roman ‘Séoul est complet’, avec son style parfois documentaire, reproduit de manière exhaustive les coutumes de Séoul. En analysant les images et les idées construites sur les représentations fictives, la manière narrative de symboliser Séoul ainsi que les relations entre les personnages principaux qui imaginent et découvrent Séoul et leurs actes, cette présentation illustrera cet espace urbain en métamorphose.

  • Makiko Matalon (Chercheuse associée, IrAsia) : « Les villes dans Danse danse danse de Murakami Haruki »

    Dans son roman, Danse danse danse publié en 1988, Murakami Haruki 村上春樹 dessine la vie des citadins dans une société de consommation gouvernée par un système capitaliste hautement raffiné dans les années 1980. Le narrateur, personnage principal, vit à Tôkyô, et effectue deux voyages : l’un à Sapporo situé dans l’île d’Hokkaidô (nord), l’autre à Honolulu à Hawaii (sud). Ces deux villes, très contrastées des points de vue géographique et historique, étaient tout de même des destinations touristiques favorites pour les Japonais à cette époque et le regard critique du narrateur révèle le vrai visage de ces villes caché par le mensonge capitaliste. C’est là où le narrateur rencontre un phénomène mystérieux et trouve des indices pour la résolution du mystère de la disparition de son ex-petite-amie, Kiki. Cette quête est aussi, pour le héros, le deuil du passé et la recherche d’une nouvelle vie. Nous essayerons de montrer comment Murakami s’appuie sur les symboliques de ces villes pour faire ressentir sa critique de la société japonaise de l’époque.

Samedi 23 avril 2022

9h-13h Panel 3 : Villes imaginaires, villes rêvées (Modératrice : He Wen)

  • Faustine Thivet (Masterante TLI, AMU) : « La dystopie dans la science-fiction sud-coréenne contemporaine »

    La science-fiction est utilisée dans la littérature comme un lieu de réflexion ; assez proche de notre monde pour que l’on s’y identifie, mais aussi suffisamment éloigné pour offrir le recul nécessaire à l’introspection. La science-fiction sud-coréenne, telle qu’elle est écrite par des auteurs contemporains comme Lee Yun-ha ou Kim Cho-yeop, dépeint un paysage urbain ultramoderne où la technologie a évolué au détriment de l’humanité. Ces paysages dystopiques sont construits d’éléments pseudo-scientifiques mais aussi d’une certaine évolution linguistique et culturelle, qui semble suivre le cours logique des changements de notre monde. Plusieurs exemples d’œuvres coréenne illustrent cette tendance de la science-fiction actuelle.

  • Laurie Galli (Doctorante, AMU, IrAsia) : « Explorer le mal-être coréen : la ville dans l’œuvre de Pyun Hye-young »

    En psychologie sociale, environnement et processus sociaux sont étroitement liés. Tout espace a une part d’influence sur la manière dont nous concevons les relations sociales. Il n’est pas rare de voir dans la littérature sud-coréenne contemporaine des exemples de dystopie urbaine, mais s’il y a une auteure qui fait de la ville un antagoniste récurrent de son œuvre, il s’agit de Pyun Hye-young. La ville de Pyun Hye-young est sale, délabrée, cruelle, répugnante : enfermés physiquement, ses personnages sont placés dans des situations extrêmes qui mettent en avant leur peur, leur solitude et leur impuissance. Cette ville aux allures dystopiques est donc une occasion pour Pyun Hye-young de repenser les relations sociales et la santé psychique de ses personnages.

  • Solange Cruveillé (MCF, Université Paul Valéry-Montpellier III) : « Fucheng 浮城 (La ville flottante) de Liang Xiaosheng 梁晓声 »

    Ce roman raconte l’histoire d’une ville chinoise qui se détache subitement du littoral et se met à dériver dans l’océan. Ses habitants laissent libre cours à toutes leurs pulsions destructrices et trois clans se forment : cadres dirigeants et millionnaires, gens du peuple, étudiants. Considéré par certains comme le premier roman de l’absurde chinois, par d’autres encore comme un roman satirique dénonçant la course à l’argent de la société chinoise des années 90, La ville flottante est avant tout un roman allégorique sur une société divisée et en proie à l’inquiétude face à l’avenir de la nation.

  • Marie Galland (Masterante TLI, AMU) : « La ville comme théâtre d’une descente en Enfer dans le webtoon coréen Hell is other People »

    De nos jours, la ville est souvent perçue comme l’endroit idéal pour se lancer dans le monde, comme un lieu rempli d’opportunités où vont les personnes en quête de réussite professionnelle et sociale. Mais sous ces airs d’idéal économique et social se cache une réalité bien différente. Par le biais de la gentrification, on fait face à une séparation des populations et des différentes classes sociales ; et l’immensité de la population apporte avec elle un fort degré d’anonymat où personne ne fait attention à personne. Dans Hell Is Other People, Jongwoo arrive à Séoul avec l’espoir d’améliorer sa vie mais est rapidement confronté à cette réalité bien plus sombre.

  • Joo Su Young (Docteure, Chercheuse associée, IrAsia) : « Namwon, la ville de tous les possibles ou impossibles dans l’histoire de Chunhyang »

    Namwon, ville de Corée de Sud, située dans la province du Jeolla du sud, a donné naissance à la littérature orale avec l’histoire de Chunhyang, un des récits, les plus populaires de pansori (un art populaire coréen). L’histoire, qui se déroule dans cette ville raconte l’amour impossible entre Chunhyang, fille de courtisane et Lee Mong-ryong, fils d’un aristocrate qui se marient en secret car la société à cette époque interdit les mariages de classes sociales différentes. Malgré cette restriction de la société confucéenne, non seulement l’histoire de Chunhyang s’est largement inspirée des aspirations et des douleurs du peuple, en raison de l’impossibilité d’une quelconque évolution sociale, mais elle a aussi exaucé les souhaits irréalisables du peuple. Cette ville dans l’histoire de Chunhyang permet donc de trouver des symboles moraux et sociaux.


1 réflexion sur « La ville dans les littératures d’Asie »

  1. Ping : La ville dans les littératures d’Asie | Littératures d’Asie et traduction – Asean Weaver For Business Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.