JE La Ville dans les littératures d’Asie (CR)

Les journées d’étude sur « La ville dans les littératures d’Asie » organisées par l’axe « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia se sont déroulées comme prévu en  salle de colloque n° 2 de la Maison de la recherche les 22 et 23 avril 2022. Plusieurs  intervenantes ont néanmoins fait leur communication depuis un lieu distant, à savoir Shanghai, Séoul et Nîmes. Les autres intervenants ont eu le plaisir de donner leur communication face à un public d’une trentaine de personnes constitués de membres de l’IrAsia, d’enseignants chercheurs mais aussi d’étudiant.es de licence et de master du Département d’études asiatiques et de fidèles des activités de l’axe. Ce sont ainsi 17 communications réparties en trois panels qui ont été proposées. Les intervenant.es se répartissent en plusieurs catégories : enseignants chercheurs (AMU, Montpellier III, Lyon 2), chercheuse (CNRS IrAsia), jeunes docteur.es et doctorant.es (ED354/ED355) certaines occupant des postes d’ATER au Département d’Études asiatiques d’AMU, mais aussi étudiantes du master Traduction littéraire (AMU). Le niveau des communications a été à la hauteur des attentes du comité scientifique et ont suscité de nombreuses questions de la part d’un public intéressé par la problématique proposée.
Il s’agissait d’ausculter les littératures en langues chinoise, coréenne, japonaise et thaïe pour rendre compte des enseignements que ces littératures anciennes, modernes ou contemporaines avaient à offrir pour la compréhension du fait urbain et ce qu’il apporte aux imaginaires qu’il a stimulé et continue d’enrichir. [Voir l’argumentaire, ci-dessous]
Au fil des communications et pendant les pauses déjeuner autour de copieux buffets réunissant intervenants et public, plusieurs questionnements se sont dégagés qui pourront être poursuivis et amplifiés à l’avenir lors des échanges réguliers de l’axe, voire dans de nouvelles journées d’études qu’il pourrait être amené à organiser à l’avenir. Dans un premier temps, les communications données lors de ces journées vont faire l’objet d’une publication dans la revue en ligne de l’axe, Impressions d’Extrême-Orient, afin de constituer un numéro 15 qui sera diffusé en accès libre et en texte intégral dès la fin du mois de décembre 2022.

Argumentaire

La définition de la ville donnée par l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751, t. 17) semble bien ne plus correspondre à la réalité sous quelque latitude que l’on se trouve :

VILLE, s. f. (Architect. civil.) assemblage de plusieurs maisons disposées par rues, & fermées d’une clôture commune, qui est ordinairement de murs & de fossés. Mais pour définir une ville plus exactement, c’est une enceinte fermée de murailles, qui renferme plusieurs quartiers, des rues, des places publiques, & d’autres édifices.

En effet, les murailles sont presque toutes tombées et ce qu’il en reste se retrouve dans des centres villes organisés pour des touristes en quête d’un passé révolu et souvent fantasmé. Les villes modernes ont plus ou moins récemment franchi les murailles sensées les protégées et dépassé dans bien des cas les plans d’urbanisation les plus ambitieux.
Les villes asiatiques, peut-être encore plus que celles du reste du monde, ont connu des modifications très substantielles, devenant des mégalopoles dévorantes et surpeuplées que cela soit en République Populaire de Chine (Chongqing : 32 millions d’habitants ; Shanghai : 28 M.), en Corée du Sud (Séoul : 10 M.), en Thaïlande (Bangkok : 10 M.), au Japon (Tokyo : 14 M.) ou en Inde (New Delhi : 20 M.), les densités y dépassant parfois les 10 000 habitants au km2.
Au-delà des cultures, des langues, des mœurs différentes, les villes d’Asie partagent cette même propension à la démesure, remettent toutes peu ou prou en question des traditions parfois millénaires, et bousculent fortement des arts de vivre l’urbanité au point d’envahir ou saturer l’imaginaire de ses habitants et de ses créateurs. La littérature, comme l’ensemble des productions artistiques, s’en fait tout naturellement l’écho, accordant à la ville une place de plus en plus grande.
Désormais, la ville n’est plus seulement un décor aux fictions, mais bien un acteur de narrations qui se déploient sous différentes orientations. C’est à la cartographie de ces paysages littéraires que va s’employer les journées d’études co-organisées par des EC et des doctorants spécialistes des littérature de Chine, de Corée du Sud, du Japon et de Thaïlande.
Proposées par l’axe de recherches « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia, URM 7306 [https://irasia.cnrs.fr/]), ces journées d’études sont la prolongation d’activités conduites au sein de l’axe et dans le cadre du séminaire annuel de l’IrAsia ces dernières années. Les précédents rendez-vous ont montré le bénéfice que des chercheurs en sciences humaines spécialistes de l’Asie avaient à gagner de l’exploration du corpus littéraire de l’aire géographique asiatique.
Il a donc été décidé d’offrir aux chercheurs de l’axe, à ses docteur.es et doctorant.es, ainsi qu’à des étudiantes du master Traduction littéraire et interculturalité d’AMU, la possibilité de mettre en commun et de confronter le fruit de leurs travaux à celui de chercheurs d’autres universités et instituts français et étrangers. Plusieurs thèmes ont été abordés :

  • La ville physique, telle qu’elle peut être vécue et retranscrite dans la littérature principalement romanesque en Chine, en Corée du Sud et en Thaïlande, dans des œuvres parfois très anciennes (Wang Wei, 701-761), comme dans celles toutes récentes des écrivains chinois Yan Lianke ou Wang Anyi, lesquels affrontent et retranscrivent dans leurs écrits les écueils du développement urbain et les doutes face à une modernité envahissante. Leurs préoccupations sont partagées en Corée et en Thaïlande où des auteurs nous font participer à la réalité du fait urbain.
  • La société urbaine et les relations entre les différentes classes qui la composent, son économie placée sous la férule d’un néolibéralisme qui conduit à la solitude, seront aussi mis en examen à travers des productions littéraires de Corée du Sud et du Japon
  • Enfin, l’imaginaire des villes rêvées et des nouveaux et futurs enfers urbains seront intégrés dans cette cartographie de la ville en Asie. La Corée du sud avec ses villes hyperconnectées, la Chine avec sa société soumise à une contrôle permanent qui ont générés utopies et dystopies seront passées au tamis de l’analyse.
  • Programme en ligne : https://leo2t.hypotheses.org/3875
  • Les journées ont été financées par l’UFR ALLSH d’AMU, le GIS Asie et l’IrAsia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.