“Un drôle de travail”, première nouvelle de Ôe Kenzaburô, inédite en langue étrangère

Photo (2012) libre de droits. Source : wikipédia.

Photo (2012) libre de droits. Source : wikipédia.

Un drôle de travail 奇妙な仕事[1]

Première nouvelle de Ôe大江健三郎, inédite en langue étrangère

Alors étudiant en littérature française, le jeune Ôe Kenzaburô 大江健三郎 écrit un petit récit qui s’avère être la réécriture d’une pièce de théâtre intitulée Jûtachi no koe 獣たちの声 (Les voix des bêtes), pièce qui fut primée par un concours de la faculté : « En ce printemps-là, je devais réviser les conjugaisons des verbes français. Après avoir fini mes devoirs, j’ai eu l’idée d’écrire une autre version de ma pièce. » Une fois publiée dans le journal de l’Université en 1957, la nouvelle Un drôle de travail reçut de nombreux hommages et est considérée aujourd’hui comme la première œuvre d’Ôe Kenzaburô.

Le Je-étudiant de Un drôle de travail trouve un petit job de quelques jours, consistant à abattre cent cinquante chiens pour le compte d’un hôpital accusé par une dame anglaise de faire des expériences sur des animaux. L’hôpital a en effet décidé de se débarrasser de ses chiens, selon son abatteur. Le narrateur explique sa méthode d’abattage aux autres étudiants. Il faut que les chiens soient bien nourris et apprivoisés avant de recevoir un coup de bâton pour mourir sans peine. Un étudiant affirme que sa méthode est tellement lâche et hypocrite qu’il ne pourra pas le supporter, tandis qu’une autre parle du projet de voyage qu’elle réalisera grâce à la rémunération intéressante. Quant à “Je”, il observe les chiens tous fatigués et obéissants, mais qui auraient voulu crier leur colère. Il fixe les yeux sur les prunelles innocentes et éprouve une forte compassion. Puis, il a l’idée d’adopter un chien et en parle aux autres étudiants : « Je vais peut-être m’acheter un chiot roux de race croisée qui devrait endosser la rancœur des 150 chiens abattus. Il deviendra si méchant et abominable que sa tête en sera difforme.[2]» Faisant mine de rigoler, “Je” s’engage dans une problématique qui relève de l’humanisme sartrien.  A la fin du récit, les étudiants apprennent que l’abatteur a été arrêté car il revendait la viande. Sans même être payés, les étudiants quittent donc l’hôpital. A propos de cette amère leçon, les journalistes et les critiques de l’époque superposaient cette nouvelle et l’absurdité de la vie des chiens à l’histoire et la vie des Japonais qui se soumettaient au régime d’occupation américaine. Mais, aujourd’hui, on sait que l’engagement  de l’écrivain ne se limite pas aux Japonais des années 1960 et qu’il s’avère bien universel, demeurant actuel. Cette  thématique autour de la cruauté et la violence, la compassion et la colère, sera reprise plus tard dans de nombreux romans d’Ôe sous diverses situations familiales, historiques et folkloriques.

Permettant ainsi de partir à la découverte de la source thématique fondamentale des œuvres d’Ôe, la nouvelle Un drôle de travail mériterait bien d’être traduite en version française.

[1] Tokyo daigaku shinbun東京大学新聞, daté du 22 mai 1957

[2] 「雑種のとてもけちな赤犬を買うよ。その犬はね、150匹の犬の怨みを全身に背負うということになるんだ。顔が歪むほど僻んだ厭な犬になるだろうな。」Ôe Kenzaburô, Kimyôna shigoto (Un drôle de travail), dans Ôe Kenzaburô shôsetsu 1, Tokyo : Shinchôsha, 1996, p.13


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.