Rencontre avec Luan Hesha

Ce vendredi 21 octobre 2022, une rencontre-débat s’est tenue en ligne avec Mme Luan Hesha à l’occasion de la publication de sa thèse en un ouvrage intitulé La littérature féminine contemporaine en Chine au prisme de la théorie française (Paris : You Feng, 2022). Dans son étude, l’autrice s’attache à l’analyse de la littérature féminine chinoise des années 1980 et 1990 sous l’angle des théories féministes françaises, constituant principalement sa base théorique autour du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir et du Rire de la méduse d’Hélène Cixous.

Aujourd’hui encore, les débats en Chine sur la littérature féminine et/ou féministe sont toujours d’actualité. En effet, nombreuses sont les écrivaines qui rejettent catégoriquement le titre d’« écrivaine féminine » (nüxing zuojia 女性作家), et ce, même lorsque leurs œuvres se concentrent autour d’une expérience ou d’une perspective féminines. Ce phénomène pourrait s’expliquer par le fait que le féminisme demeure perçu comme un mouvement apporté de l’Occident, générant peu d’identification de la part d’écrivaines qui, malgré leur contribution à la représentation des femmes dans la littérature, ne se revendiquent et ne se reconnaissent pas dans l’étiquette « féministe ». Concernant le domaine académique, Mme Luan Hesha souligne qu’en Chine, peu de départements dans les universités sont entièrement dédiés aux études de genre, bien que la critique littéraire féministe demeure très importante. Elle note, cependant, que les genres littéraires étudiés par cette critique tendent à évoluer, et portent désormais sur la poésie contemporaine et la science-fiction, ainsi que sur la cyberlittérature qui connaît un développement fulgurant.

Consacrant désormais sa recherche à la réception de la littérature chinoise en France, Mme Luan Hesha admet qu’encore aujourd’hui, peu d’écrivaines chinoises sont pleinement installées dans le paysage littéraire français, à l’exception de Zhang Ailing 张爱玲, Chi Li 池莉, ou encore Chi Zijian 迟子建. Quant à la littérature française en Chine, elle note que l’autrice qui a exercé la plus grande influence est, selon elle, Marguerite Duras, largement popularisée en Chine dès les années 1980. Concernant l’actualité littéraire, il a été souligné qu’Annie Ernaux, récente lauréate du Prix Nobel de Littérature, n’avait jusqu’alors reçu que très peu d’attention sur le marché littéraire chinois malgré quelques traductions existantes — des rééditions chinoises de ses œuvres sont néanmoins prévues dans les mois à venir suite à sa nobellisation.

Cette rencontre-débat a été l’occasion d’étendre la perspective du travail publié par Luan Hesha en dialoguant sur la littérature féminine chinoise des années 1980 jusqu’à nos jours, et de noter la diversité des formes littéraires dans lesquelles les écrivaines chinoises s’inscrivent maintenant. Ainsi, comme l’indique Luan Hesha, « actuellement, la littérature féminine n’est pas unifiée », reflet de cette multiplicité des genres littéraires dont les femmes s’emparent désormais pour dépeindre la condition féminine, et dans lesquels des revendications féministes tendent à s’esquisser plus ou moins en filigrane, en dépit du manque d’identification et d’adhésion explicite à ce mouvement.

Axelle Mariavale


Ce contenu a été publié dans Actualités, Billets par Pierre Kaser, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.