Soutenance de thèse : HE Wen

Mme HE Wen soutiendra une thèse de doctorat en Langues et littératures d’Asie : chinois
dirigée par M. Pierre Kaser (PR, AMU) intitulée

Restituer en français l’hétérolinguisme littéraire du Haishang hua liezhuan          海上花列傳 (Biographies des fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶       (1856- 1894) : une approche fonctionnaliste de la traduction de la langue Wu

le lundi 12 décembre à partir de 14 h, salle de colloque 1, bâtiment multimédia, 29 av. R. Schuman, Aix-en-Provence, devant un jury composé de

– M. Alexis Nuselovici (PR, AMU) Président du jury
– M. Vincent Durand-Dastès (PR, INALCO) Rapporteur
– M. Yinde Zhang (PR, Sorbonne nouvelle Paris 3) Rapporteur
– Mme Solange Cruveillé (MCF, Paul Valéry Montpellier 3)
– M. Pierre Kaser (PR, AMU) Directeur de thèse

La soutenance est publique. Un lien Zoom sera disponible sur demande (demande à envoyer à pierre.kaser@univ-amu.fr).

Résumé : Restituer en français l’hétérolinguisme littéraire du Haishang hua liezhuan 海上花列傳 (Biographies des fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶       (1856- 1894) : une approche fonctionnaliste de la traduction de la langue Wu

La présente thèse a pour ambition de trouver la solution traductive la plus adéquate pour traduire les dialogues du roman des lupanars (xiaxie xiaoshuo 狹邪笑說) Haishang hua liezhuan 海上花列傳 (Biographies des fleurs de Shanghai), qui sont composés quasi exclusivement en langue Wu 吳 et qui constituent la majeure partie du roman. La thèse s’articule autour de cinq chapitres bien distincts. Le premier chapitre présente la situation linguistique en Chine continentale, aussi bien du point de vue historique que la situation contemporaine, et présente tout particulièrement la langue Wu qui nous intéresse ici pour notre roman, que ce soit son histoire ou ses particularités linguistiques. Le deuxième chapitre consiste ensuite en une présentation des contextes littéraire et historique dans lesquels le roman que nous étudions a vu le jour, ainsi qu’en une présentation de l’auteur, Han Bangqing 韓邦慶 (1856-1894), et du roman en lui-même. Dans le troisième chapitre nous présentons, dans une première partie, certaines notions traductologiques indispensables pour notre travail, puis, dans une seconde partie, nous réalisons une présentation exhaustive de la théorie fonctionnaliste dans la version améliorée par Christiane Nord (1943-). Vient ensuite, dans le quatrième chapitre, l’analyse des traductions existantes, notamment de celles réalisées en chinois mandarin et en anglais. Enfin, dans un cinquième et dernier chapitre, nous proposons plusieurs exercices de style, et terminons par proposer les choix traductifs qui nous paraissent les plus adéquats pour traduire ce roman si atypique : le recours à un « dialecte littéraire », en l’occurrence le parler marseillais.

Mots clés : Han Bangqing, Biographies des fleurs de Shanghai, Haishang hua liezhuan, Wu, traduction, traductologie, fonctionnalisme, Christiane Nord, marseillais, Zhang Ailing, roman des lupanars, hétérolinguisme, dialecte, Chine.

Abstract : “Reproducing the Literary Heterolingualism of Han Bangqing’s Haishang hua liezhuan (The Sing-song Girls of Shanghai) Into French: A Functionalist Approach to Translating the Wu Language”

This doctoral thesis aims to find the most appropriate translational solution for translating the dialogues of the courtesan novel (xiaxie xiaoshuo) Haishang hua liezhuan (The Sing-song Girls of Shanghai) which are composed almost exclusively using the Wu language and which constitute a major part of the novel. This thesis is structured into five chapters. The first chapter presents the historical and contemporary linguistic situation in Mainland China and introduces the Wu language which is of interest to us for our novel, its history, and its linguistic peculiarities. The second chapter presents the literary and historical contexts in which the novel we are studying came into being, as well as an introduction to the author Han Bangqing (1856-1894) and the novel itself. The first part of the third chapter presents some translational notions essential for our work. In the second part we make an exhaustive presentation of the functionalist theory in the version improved by Christiane Nord (b. 1943). Existing translations, particularly into Mandarin Chinese and English, are analysed in the fourth chapter. In the fifth chapter we propose several stylistic exercises and suggest the translational choices that we deem to be the most appropriate for translating this very atypical novel: the use of a “literary dialect”, in this case the Marseille language.

Keywords: Han Bangqing, The Sing-song Girls of Shanghai, Haishang hua liezhuan, Wu, translation, translation studies, functionalism, Christiane Nord, Marseille language, Eileen Chang, Zhang Ailing, courtesan novel, heterolingualism, dialect, China

Bibliographie de la thèse

Discours de soutenance

Monsieur le Président, mesdames et messieurs les membres du jury, j’ai l’honneur et le plaisir de présenter aujourd’hui devant vous ma thèse intitulée « Restituer en français l’hétérolinguisme littéraire du Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Biographies des fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶 (1856-1894) : une approche fonctionnaliste de la traduction de la langue Wu ». Je vous remercie d’avoir bien voulu prendre connaissance de ce travail et d’être venu le discuter aujourd’hui. Je souhaite par ailleurs profiter de ce temps de parole qui m’est accordé pour remercier de vive voix mon directeur de thèse, Monsieur le Professeur Pierre Kaser, pour son aide, son soutien et sa confiance en moi. Je remercie également toutes celles et ceux qui m’ont fait l’amitié de venir assister à cette soutenance, que ce soit en présentiel ou à distance.

Je me permets de commencer cet exposé en remontant brièvement aux « origines » du projet, c’est-à-dire en revenant sur les raisons qui m’ont conduite à consacrer ce doctorat à la traduction de l’hétérolinguisme littéraire du chinois vers le français.
Lorsque j’ai commencé à étudier les particularités stylistiques du dernier roman publié à titre posthume de l’écrivaine Zhang Ailing 張愛玲 (1920-1995) sur lesquelles porte le travail de mon master, j’ai découvert Haishang hua liezhuan, un roman qui constitue une très grande source d’inspiration pour sa création littéraire, un roman peu connu voué à dépeindre le quotidien des prostituées de Shanghai à la fin de la Chine impériale, un roman qui, dès la première lecture, m’a attirée, j’aurais pu dire « racolée », tant par son style littéraire que linguistique, avec ses dialogues strictement composés en Wu 吳語. Une langue parlée notamment dans la région de Shanghai, le sud du Jiangsu et la majeure partie du Zhejiang qui est différente du mandarin surtout au niveau lexical et phonétique.
Mon intention première en me lançant dans cette recherche doctorale était une étude comparative de Haishang hua liezhuan avec deux autres romans écrits entièrement ou partiellement en langue Wu, à savoir Hedian 何典 (Nulle référence) et Jiuweigui 九尾龜 (La tortue à neuf queues). Je voulais m’attarder sur la fonction de l’usage du Wu dans chacun des trois romans afin de proposer des stratégies de traduction appropriées pour chacun des cas. Je me suis cependant aperçu qu’un tel projet était peu réaliste, vu le temps qui m’était imparti pour mon travail de thèse. Par conséquent, après concertation avec mon directeur de thèse, le corpus s’est délesté des deux derniers ouvrages pour se concentrer exclusivement sur Haishang hua liezhuan.

Après avoir redéfini mon corpus, il m’était urgent de trouver une théorie traductologique qui pourrait s’appliquer dans le cas d’un ouvrage aussi singulier, dont la traduction s’avère être un défi que d’aucuns qualifieraient d’insurmontable. Après avoir épluché de nombreux ouvrages traductologiques, beaucoup de théories m’ont semblé très abstraites, et je ne voyais pas comment les appliquer pour ma traduction. J’ai finalement arrêté mon choix sur la théorie fonctionnaliste, et notamment sur la version complétée par Christiane Nord, qui m’a tout de suite paru plus pragmatique et pratique. Cette théorie avait l’avantage de donner une assez grande marge de manœuvre au traducteur, du moment que celui-ci ne trahissait pas le principe de loyauté ; une marge de manœuvre qui était nécessaire pour traduire Haishang hua liezhuan. Bref, je cherchais ma boussole, j’ai trouvé Christiane Nord.

J’en viens maintenant à ma thèse à proprement parler.
Ma thèse commence par une contextualisation aussi bien linguistique, littéraire qu’historique. Linguistique, puisque j’ai d’abord dû présenter les situations linguistiques historique et actuelle de la Chine et de la région Wu, et notamment les particularités de la langue Wu par rapport au mandarin. Littéraire, ensuite, puisque j’ai retracé brièvement la tradition de l’usage de la langue Wu dans les domaines littéraires et artistiques, tels que les chants folkloriques, les livrets de théâtres locaux et les fictions, ce qui a permis de mettre en avant le caractère incontournable de Haishang hua liezhuan. Historique, enfin, puisque je n’ai pas pu faire abstraction d’une présentation du Shanghai de l’époque et du milieu de la prostitution d’alors.
Dans un second temps, ma thèse propose une « boîte à outils traductologique » qui, selon les mots de mon directeur de thèse, n’est à lire qu’une seule fois dans une vie. Ce chapitre est divisé en deux parties distinctes, la première qui revient sur certaines notions traductologiques importantes, et la deuxième centrée sur la théorie fonctionnaliste révisée par Christiane Nord. Si je reconnais volontiers l’encombrement que représente une telle boîte à outils dans tout atelier intellectuel, il m’a néanmoins semblé important d’étayer ma recherche avec un cadre théorique suffisamment solide.
Les deux derniers chapitres s’attaquent à la traduction.
Tout d’abord, avec l’analyse des traductions existantes, notamment celles réalisées en chinois mandarin et en anglais, et ce, en m’appuyant sur le modèle d’analyse textuelle en traduction proposé par Christiane Nord. Cette analyse avait pour but premier de voir comment les traductrices avaient traité le Wu dans leur traduction, et d’essayer d’en tirer des conclusions qui pourraient m’être utiles pour ma propre approche traductive.
Le dernier chapitre, justement, a tenté d’explorer l’éventail des possibilités traductives qui s’offraient à moi, de l’effacement pur et simple de la variante linguistique à la transcription tel quel du Wu dans le texte cible avec une transcription phonétique. Ces exercices de style m’ont permis d’explorer des solutions telles que l’usage de l’argot, d’un dialecte fictif, du langage SMS, ou encore la substitution d’une langue régionale de France à la langue Wu. J’ai fini par proposer la solution qui me paraissait la plus adéquate, ou plutôt la moins inadéquate, pour traduire les dialogues du roman tout en respectant l’approche artistique et expérimentale de l’auteur. Cette solution qui est partie d’une galéjade, à savoir « et si on traduisait en marseillais ? », s’est finalement révélée être le meilleur compromis.

Ainsi, ma thèse arrive à plusieurs conclusions.
Le premier chapitre remet en cause la notion de fangyan 方言, notamment les arguments utilisés par les dialectologues chinois. Sa catégorisation phylogénétique comme un dialecte de la langue chinoise a également été remise en question. Enfin sa traduction systématique par le terme « dialecte », que ce soit en français ou en anglais a été critiquée. J’ai pris donc la position de considérer le Wu comme une langue à part entière appartenant à la famille des langues sinitiques, et non pas comme un dialecte du mandarin, comme il est souvent représenté en Chine pour des raisons plus idéologiques et politiques que scientifiques.
Le deuxième chapitre, quant à lui, met l’accent sur le fait que la langue Wu présente dans le roman est avant tout un « dialecte littéraire » comme défini par Sumner Ives ; c’est-à-dire, en ce qui concerne Haishang hua liezhuan, une langue fictive et artificielle qui pousse le lecteur à se jouer in petto un théâtre silencieux lorsqu’il lit les dialogues. Cette littérarité du Wu laisse de ce fait une plus grande liberté au traducteur qui essaierait de le rendre dans la langue cible.
Le quatrième chapitre, ensuite, a démontré que la traduction en mandarin du roman réalisée par Zhang Ailing devait être considérée comme une traduction interlinguale et non pas comme une traduction intralinguale, contrairement à ce que prétendent en général les chercheurs chinois. En effet, comme l’a démontré Brian Mossop, lorsque la langue source est suffisamment différente de la langue des lecteurs cibles au point que ceux-ci ont besoin d’aide parce qu’ils n’ont pas la connaissance linguistique nécessaire pour comprendre le sens basique transmis par la langue source, alors la traduction dans cette langue cible doit être vue comme une traduction interlinguale. Puis, après une analyse des traductions en mandarin et en anglais, ce chapitre est arrivé à la conclusion que ces traductions ne correspondaient pas aux finalités énoncées par les traductrices et qu’elles étaient par conséquent insatisfaisantes. La plus grande critique a été dirigée contre la traduction en anglais, puisque celle-ci ne prenaient en considération ni la démarche non conventionnelle mise en place par l’auteur, ni l’approche traductive originelle de Zhang Ailing.
Le cinquième chapitre, enfin, montre, après avoir réalisé plusieurs exercices de style, qu’une traduction instrumentale homologue, c’est-à-dire une traduction ayant pour objectif d’atteindre un effet similaire en reproduisant la fonction qu’avait le texte source dans la culture source, était le meilleur choix pour traduire Haishang hua liezhuan, puisqu’elle permettait de rendre l’intention et la fonction du texte source, et de conserver ainsi l’originalité du roman, tout en respectant le principe de loyauté que tout traducteur doit suivre selon Christiane Nord. Je suis donc arrivée à la conclusion qu’un parler régional, ici le marseillais, était le meilleur compromis entre, d’un côté, l’intention de l’auteur de créer une œuvre expérimentale et de jouer sur la langue, et de l’autre, une relative intelligibilité du texte pour un lectorat francophone, contrairement à une langue régionale à proprement parler qui réduirait grandement notre lectorat potentiel.

Les difficultés ayant été rencontrées dans cette entreprise doctorale sont nombreuses.
J’évoquerai en premier lieu le fait que j’ai dû me frotter à un domaine dont je ne suis pas spécialiste, à savoir la linguistique, et notamment son pendant dialectologique. Cette difficulté a été renforcée par le fait que la dialectologie chinoise paraît assez déconnectée de son homologue occidentale, puisqu’elle utilise une terminologie propre qui est difficilement compréhensible et traduisible.
Une autre difficulté rencontrée est accentuée par le fait que la langue française n’est pas ma langue maternelle. La traduction en français standard représentait déjà un certain défi, auquel s’est ajouté celui de l’élaboration de l’éventail des possibilités de traduction au cours duquel j’ai dû avoir recours à des registres de langue familiers, ainsi qu’à des langues et parlers régionaux.
Enfin, la dernière difficulté est le caractère fastidieux et chronophage de cette entreprise traductive. En effet, l’imperfection des lexiques et dictionnaires du marseillais dans lesquels la recherche ne peut se faire qu’à partir des termes marseillais, et non pas des termes français, a grandement allongé le temps de la recherche d’équivalents. Qui plus est, j’ai tenté de prendre contact avec des spécialistes du marseillais et du provençal, qui n’ont malheureusement pas répondu à mes appels à l’aide. Ma proposition de traduction reste de ce fait perfectible.

La thèse représentant à la fois un achèvement et un commencement, venons-en maintenant aux différentes perspectives de recherches qui s’offrent à moi désormais. Parmi les approfondissements possibles et les pistes de recherches ouvertes par ce travail que j’ai évoqués dans ma thèse, une en particulier me tient notamment à cœur, à savoir la traduction de littératures sous contraintes, que ce soit du chinois vers le français ou inversement, suivant l’approche traductive que j’ai employée dans la présente thèse. J’ai en tête deux exemples : premièrement, l’ouvrage Hedian de Zhang Nanzhuang 張南莊 (1736-1820) qui représente un défi traductif encore plus grand que Haishang hua liezhuan ; et ensuite le roman La Disparition de Georges Perec, qui n’a pas encore été traduit en chinois, et que l’on pourrait imaginer traduire en faisant par exemple disparaître l’un des quatre tons du mandarin.


Ce contenu a été publié dans Billets par Pierre Kaser. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.