Marges et marginalités littéraires d’Asie d’hier et d’aujourd’hui

Marges et marginalités
littéraires d’Asie
d’hier et d’aujourd’hui

journée d’études

Vendredi 17 novembre 2023 de 9 h à 18 h
Aix-Marseille Université
Le Cube – Salle 201 A/B
29 av. Robert Schuman (Aix-en-Provence)

Programme

 

8h45 : Accueil des participants

Genre et écriture littéraires en marge

  • 9h-9h30 : Étienne GOMEZ (Traducteur/Éditeur), « Nuril Basri, figure de la marginalité littéraire en Indonésie »

    Résumé à venir

  • 9h30-10h : Norbert DANYSZ (Doctorant, Université Lumière Lyon 2, IAO, UMR 5062)/Université de Tours, InTRu, EA 6301), « La science-fiction dans les bandes dessinées chinoises des années 1980 : une littérature dessinée en marge(s) du lianhuanhua »

    Les bandes dessinées de science-fiction publiées en Chine au début des années 1980 développent de nouveaux codes graphiques qui contrastent fortement avec la production de bande dessinée des décennies précédentes. Les œuvres sélectionnées mettent en évidence une nouvelle esthétique qui pénètre le lianhuanhua par ses marges génériques, géographiques et générationnelles. Elles accueillent ainsi un nouveau style de lianhuanhua, qui repose notamment sur la composition des images par juxtaposition, la tendance à la géométrisation des figures ou encore la profusion des emanata.

  • 10h-10h30 Fanny CARON (Docteur, IrAsia), « Cris des marges : les combats littéraires des Paiwan de Taïwan »

    Les vagues de colonisations successives qui ont frappé leur île, accompagnées de politiques assimilationistes visant à les dépouiller de leurs terres, de leurs cultures, de leurs langues, et de leur autochtonisme même, ont relégué à la marge d’une société dominante les autochtones de Taïwan. En réponse, des écrits parus dans le sillon des mouvements autochtones ayant débuté dans les années 1980 ont produit une littérature militante de la survivance. Les œuvres paiwan en particulier, qui recouvrent de nombreux genres (poésie, nouvelle, autobiographie, reportage littéraire), sont emblématiques de cette littérature des marges où la voix est rendue aux autochtones ostracisés et rendus invisibles, comme les enfants des poèmes de Monaneng, les femmes des récits (auto)biographiques de Liglav Awu, ou encore la Nature des nouvelles d’Ahronglong Sakinu. Dans cette présentation, nous nous demanderons donc comment ces trois auteurs, au travers de leurs écrits, déstigmatisent l’image des autochtones dans l’imaginaire collectif en les faisant passer d’un statut de citoyens en marge de la société dominante à celui de peuples résilients. En outre, nous questionnerons leurs choix thématiques – en relation avec les êtres au centre de leurs narrations, ainsi que leurs modes de luttes et d’assertivité, ou encore la façon dont ils brisent les hiérarchies coloniales et leurs stéréotypes stigmatisants. Et, en remettant en question les idéologies dominantes qui ont conduit aux inégalités sociales et à la destruction environnementale planétaire, comment proposent-ils à tous, autochtones et allochtones, une vision alterNative des « ressources », du « progrès » et de la « civilisation » (Awu, 1997) ? Pour répondre à ces questions, nous analyserons des extraits d’œuvres décolonisatrices de ces trois auteurs qui positionnent les lecteurs du point de vue du colonisé : en premier au travers des complaintes des enfants exploités dans les poèmes de Monaneng, puis en se plaçant au milieu des luttes écoféministes des héroïnes d’Awu, et enfin en suivant la voix/voie de la Nature de « ceux qui ouvrent le chemin au vent » chez Sakinu.

10h30-10h45 : Pause café

  • 10h45-11h15 : Julie GARY-BONTE (MCF, AMU-IrAsia), « Face au monde, loin du monde, hors du monde : Sifflement et excentricité en Chine médiévale »

    Cette communication se propose d’explorer les formes de rapports marginaux qu’entretenaient avec leur siècle certains lettrés ex-centriques de la Chine médiévale (IIIe-VIe s.), et ce à travers une pratique singulière en vogue à cette époque : le sifflement (xiao 嘯 ou changxiao 長嘯). Initialement réservé aux chamanes, magiciens et adeptes taoïstes, l’usage du sifflement s’est répandu dans les milieux lettrés dans un contexte de mutations politiques et intellectuelles. S’enrichissant de nouvelles fonctions et significations, il est devenu pour certains une composante essentielle de leur identité, de leur mode de vie et de leur création littéraire, apparaissant fréquemment dans les biographies, les anecdotes ou la poésie. Il y marque différentes manières de se positionner par rapport au monde, et le plus souvent à sa marge : siffler devant autrui ou pour soi-même, à la cour ou en pleine nature, se fait expression d’indifférence ou de mépris, d’insoumission ou de contestation, de détachement ou de retrait, d’extase ou de transcendance.

Figures littéraires en marge

  • 11h15-11h45 : Roberta STRATTA (Doctorante, Université Lyon 2), « Femmes en marge : les shengnü 剩女 dans la littérature chinoise contemporaine »

    Avec la modernisation rapide et constante de la Chine, le rôle des femmes est devenu de plus en plus central dans la société contemporaine. Le nombre de femmes entrant dans le monde du travail a considérablement augmenté, faisant de la main-d’œuvre féminine un élément actif très important dans le développement économique du pays. Cependant, en raison d’un certain conservatisme social, les difficultés et les discriminations subies par les femmes de carrière n’ont pas diminué. En lien avec cela, ces dernières années, un nouveau phénomène est apparu, celui des shengnü 剩女, les soi-disant « femmes restantes » – expression désignant toutes les femmes, généralement hautement qualifiées et non encore mariées au-delà d’un certain âge. Stéréotypées et critiquées non seulement par la société, mais par la propagande gouvernementale et les médias, le phénomène shengnü se présente comme une nouvelle déclinaison de l’émancipation féministe. Ce phénomène, qui implique une forme de marginalisation, suscite de plus en plus l’intérêt des écrivains qui, pendant les dernières quinze années, ont développé un nouveau genre de littérature populaire dont elles sont les protagonistes. Ces romans de littérature populaire, dont certains ont ensuite été adaptés pour la télévision en séries télévisées ou en films, ont contribué à enrichir le débat sur la thématique. Comment la figure de la shengnü est-elle insérée et décrite par les auteurs ? À travers la présentation des romans sélectionnés, à savoir Ode à la joie (Huan le song 欢乐颂), La restante devient reine (Shengzhe wei wang 剩着为王) et La voie de son parfum (Yi lu fenfang 一路芬), cette communication vise à contextualiser le phénomène des shengnü à travers leur représentation dans la littérature chinoise contemporaine.

  • 11h45-12h15 : Camille LENOBLE (Doctorant, Université de Strasbourg – GEO, UR 1340) « Figures du travestissement masculin dans la littérature japonaise d’avant-guerre : de « Himitsu » (1911) de Tanizaki Jun.ichirô à Eroguro danshô nikki (1931) de Nagareyama Ryûnosuke »

    La nouvelle « Himitsu » (Le secret, 1911) du grand romancier Tanizaki Jun.ichirô et le roman Eroguro danshô nikki (Journal érotico-grotesque d’un prostitué, 1931) de Nagareyama Ryûnosuke racontent tous les deux le travestissement en femme de leur protagoniste depuis une focalisation interne, nous conduisant chacun au cœur de la subjectivité de personnages masculins marginalisés ayant sciemment choisi de vivre pour un temps sous les traits d’une femme. En dépit de ce point commun, les deux œuvres ont connu des destins bien différents. Tandis que « Himitsu » est devenu un classique de la littérature japonaise moderne, Eroguro danshô nikki n’a fait l’objet d’une redécouverte qu’à partir de la fin des années 2000 dans la section des ouvrages censurés de la Bibliothèque de la Diète de Tokyo. À la lumière de leur contexte de publication, la communication proposera de mettre en lumière la façon dont le travestissement sert de pivot à l’intrigue, ainsi que son rôle dans l’expression des conduites sexuelles de leur protagoniste. Si seulement vingt années les séparent, « Himitsu » et Eroguro danshô nikki proposent deux visions diamétralement différentes du travestissement, traversées par les mutations des régimes de genre et des conduites sexuelles engendrées par la modernité et les différentes vagues successives d’occidentalisation.

12h15-14h15 : Pause déjeuner

  • 14h15-14h45 : Chloé MUSSO (Doctorante, IFRAE), « Au-delà des marges littéraires : hybridité dans les romans de la belle et du lettré chinois (caizi jiaren) »

    Les romans de la belle et du lettré (caizi-jiaren xiaoshuo 才子佳人小說) sont des récits en langue vernaculaire fleurissant au début de la dynastie Qing (1644-1912). S’ils connaissent un grand succès à leur parution, l’intérêt pour ces histoires d’amour aux intrigues attendues et aux personnages stéréotypés (Yu Jiao Li 玉嬌李, Ping Shan Leng Yan 平山冷燕, Liang jiaohun 兩腳婚) lassent rapidement les lecteurs. Si les caizi-jiaren xiaoshuo de la première heure s’attachent à représenter le monde manichéen de la classe des lettrés et des jeunes femmes retirées dans le gynécée, ils vont progressivement s’étayer de sous-intrigues érotiques (Qingmeng tuo 情夢柝, Taohua yanshi 桃花艷史), de personnages surnaturels et excentriques (Lin er bao 麟兒報) ou de guerrières au destin hors-du-commun (Guilianmeng 歸蓮夢). Cette hybridation littéraire tend à nuancer les morales didactiques strictement confucéennes en y ajoutant des considérations taoïstes et bouddhiques, rendant les parangons de vertu que sont les protagonistes plus faillibles et enclins à succomber aux passions illusoires. Nous nous concentrerons pour cette présentation sur l’évolution de ces romans et le dépassement des marges littéraires qui permet de complexifier les intrigues et d’offrir une palette de paysages et de personnages moins lisses et plus composites.

  • 14h45-15h15 : Laurie GALLI-RAGUENEAU (Doctorante, IrAsia), « Explorer la différence psychologique dans la littérature sud-coréenne contemporaine »

    L’idée de « normalité » pourrait se définir de manière simplifiée comme un comportement qui s’aligne avec les idéaux et attentes d’un plus large groupe social ou d’une société. Lorsqu’un individu ne se conforme pas à ce qui est défini comme « norme sociale », il devient un « marginal », un « fou », parfois un « monstre ». La Corée du Sud peine encore aujourd’hui à pleinement accepter ceux qui ne rentrent pas dans les cases de normalité et de réussite créées par la société. Cette communication se propose d’explorer la stigmatisation de la « différence psychologique » – qu’il s’agisse d’un état pathologique ou non –, notamment comment le stigmate social autour de « l’anormal » engendre un effacement de l’identité personnelle chez l’individu ostracisé, et comment la littérature devient un moyen de faire valoir et d’accepter la différence, à travers quelques œuvres de la scène littéraire contemporaine telles que Amande de Sohn Won-pyung et Annarasumanara de Ha Il-kwon.

  • 15h15-15h45 : Sophie COURSAULT (Docteure, IFRAE), « Marges et espace littéraire : à propos de Duanlie »

    L’exposé aura pour objet un événement de l’histoire littéraire chinoise contemporaine, peu connu en France, survenu à la fin du siècle dernier : la performance Duanlie 断裂, « rupture », en français. Il s’agira de montrer, en tenant compte du contexte particulier qui l’a vu naître, comment celui-ci a pu être tentative de création d’un espace littéraire périphérique, distinct du centre que représente le système littéraire officiel chinois. La marginalité dont il sera question dépasse en définitive le seul cadre institutionnel car les jeunes auteurs impliqués, en refusant à la fois le jeu du marché et la dépendance à l’égard du politique, ont adopté une position marginale dans le champ tant littéraire que social. Nous questionnerons également l’intention même de marginalité, car si celle-ci a bien été revendiquée et voulue à l’origine, les auteurs semblent s’être retrouvés ensuite exclus de la sphère littéraire. Nous conclurons sur les difficultés de maintenir et de pérenniser une telle marge dans la Chine contemporaine.

15h45-16h : Pause café

Marges poétiques

  • 16h-16h30 : HE Wen (Docteure, IrAsia/ULB), « Entre marginalisation et fugacité : la nouvelle vague de poésie (Xinshi chao) dans la Chine des années 1980 »

    Les années 1980 en Chine, l’âge d’or de la poésie chinoise contemporaine, furent témoin de la nouvelle vague poétique qui regroupe les tendances de la création poétique faisant preuve d’altérité à l’époque. La première phase, l’école de la poésie nébuleuse (Menglongshi pai 朦胧诗派), est caractérisée par son origine marginale et son éclat fugace. Elle est suivie, à partir de 1984, par la seconde phase, qui est appelée « la troisième génération de poètes », et qui va totalement à contre-courant de la première. Par ailleurs, nous constatons également, au sein même de l’école de la poésie nébuleuse, une marginalisation de certains poètes dans la définition et la constitution de cette lignée poétique. Cette communication reviendra sur les raisons de la marginalité et de la fugacité de ce mouvement poétique, ainsi que sur la marginalisation de certains poètes, tels que Shizhi 食指 (1948-), Duoduo 多多 (1951-) ou encore Mangke 芒克 (1950-).

  • 16h30-17h : Axelle MARIAVALE (Doctorante, IrAsia), « Le phénomène Yu Xiuhua 余秀华 : médiatisation frénétique d’une poétesse paysanne en marge des standards poétiques »

    Femme poète, handicapée, originaire du Hubei rurale, Yu Xiuhua 余秀华 a marqué l’actualité chinoise lors du succès fulgurant de son poème « J’ai traversé la moitié de la Chine pour coucher avec toi » (chuanguo daban ge zhongguo qu shui ni 穿过大半个中国去睡你) en 2015. Celle qui est désormais qualifiée de « poétesse chinoise la plus lue dans le monde »  nous fait envisager deux volets d’analyse : d’une part, le « personnage » Yu Xiuhua a connu une médiatisation frénétique, phénomène assez rare pour une poétesse qu’il mérite de s’y arrêter pour en comprendre les raisons ; d’autre part, l’emploi d’un style épuré et simpliste pour peindre des fragments descriptifs de son quotidien nous interroge sur ce mouvement de réappropriation des standards poétiques parfois jugés élitistes et inaptes à porter la voix des vies marginalisées de la campagne chinoise. D’une anonyme qui publie des poèmes sur internet à une invitée prisée des salons littéraires, le processus de starification qui l’a érigée au cœur de la vie médiatique chinoise pendant un court moment interroge. Alors que l’internet chinois regorge de publications de poètes amateurs, pour quelles raisons le « phénomène Yu Xiuhua » a-t-il fait les grands titres des émissions télévisées jusqu’aux amphithéâtres des plus prestigieuses universités chinoises ? De quoi sont porteurs ces poèmes et ce personnage permettant d’expliquer l’intérêt d’un lectorat aussi large ? Poétesse de la marge, non seulement par son origine sociale, mais aussi par son style limpide qui aborde les banalités de son quotidien à la campagne, sans rudiments des normes poétiques. Le succès de ce style simpliste reflète une tendance plus large de la poésie chinoise contemporaine qui met en lumière une expérience de la vie du point de vue des couches inférieures de la société. Les poèmes de Yu Xiuhua nous invitent à réfléchir plus largement à l’émergence de ces « poètes de l’herbe » (caoben shiren 草本诗人) qui s’approprient le medium poétique pour faire entendre leurs voix, aussi dissonantes soient-elles avec le discours national sur la prospérité de la société chinoise.

  • 17h-17h30 : Lise BÉNÉZET (Doctorante, Université de Paris-Cité, CRCAO), « Izumi Shikibu et Sone no Yoshitada : deux poètes en marge de la cour impériale japonaise à l’époque de Heian (794-1185) »

    La présente communication a pour objet la marginalité au sein du milieu poétique aristocratique japonais à l’époque de Heian au travers des exemples de Sone no Yoshitada (920-v.1000) et Izumi Shikibu (970-?). Tous deux membres de la petite noblesse, ces deux auteurs majeurs furent exclus de la « bonne société » pour avoir défié les normes sociales de l’époque dans le cas de la poétesse Izumi Shikibu et pour être de rang trop bas pour pouvoir participer à la vie culturelle et littéraire de la Cour dans le cas de Sone no Yoshitada. Cette marginalité, autant contexte d’écriture que sujet d’écriture, transparaît au sein de leurs œuvres respectives et n’est sans doute pas étrangère à la dimension originale de ces dernières, dimension particulièrement significative dans le cadre de la poésie japonaise classique (waka) aux règles strictes et à l’imaginaire circonscrit. Nous étudierons plusieurs exemples de poèmes en contrepoint avec leurs notes introductives en prose (kotobagaki).

17h30-17h45 : Clôture de la journée

Journée organisée par l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction (IrAsia)
avec le soutien du GisAsie et de l’UFR ALLSH (AMU)
Ouvert au public dans la mesure des places disponibles.


Appel à communications

Quand bien même, comme l’affirme Maurice Blanchot dans La Part du feu (1949), « l’espace littéraire est celui de la marge », chaque culture a une fâcheuse tendance à définir de manière restrictive le champ de son expansion et à lui asséner des limites, des frontières, une épaisseur et des contours à ne pas franchir sous peine d’exclusion. Le jeu qui, dès lors, intervient entre la ou les littératures du centre et celles à qui l’on refuse d’emblée, ou selon certaines conditions, l’intégration dans le giron de la République des Lettres (Pascale Casanova, La république mondiale des lettres, 1999, 2008), en les repoussant dans une périphérie plus ou moins lointaine, prendra, selon les lieux, les époques et les productions textuelles, para- ou extra-textuelles, des formes diverses et se déploiera avec une intensité variable.
Ce jeu en lui-même est digne d’un intérêt tant pour ceux qui observent les littératures dominantes, que pour ceux qui s’en éloignent en se penchant sur toutes ces productions de la marge ou, pour mieux encore rendre compte de la diversité de cette production non assimilée, de ses marges.
Au-delà du paradoxe qu’il y aurait à vouloir explorer un espace qui échappe à une définition fermée et peut s’étendre librement ou sous la contrainte de l’exclusion, il ne sera donc pas question de chercher à baliser tous ces territoires littéraires exclus — l’entreprise serait compliquée et l’ambition jamais assouvie même si le champ d’observation retenu dans le cadre de cet appel est réduit à l’espace asiatique.
Ses cibles principales sont : l’espace chinois au sens large avec, comme pour les autres aires, ses déclinaisons anciennes, modernes et contemporaines, mais aussi culturelles et politiques (RPC, Taiwan, Hong Kong, Tibet, Xinjiang), les espaces japonais, thaï, coréen, vietnamien, lesquels constituent le territoire pris en considération par l’axe de recherches « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia.
Celui-ci invite tous les chercheurs et traducteurs attentifs aux contrées périphériques des champs littéraires dominants à venir échanger autour des marges qu’ils fréquentent, observent, tentent de faire apprécier et connaître dans l’espace francophone.
C’est ainsi qu’aucune limite ne sera donnée à l’exploration des marges littéraires d’Asie ; la liste qui suit n’a de valeur que purement indicative :

  • marges géographiques, avec un regard sur les littératures des peuples minoritaires ou considérés comme tels ; littérature de l’exil ou des exilés
  • marges textuelles ou comment le commentaire s’inscrivant dans les marges du texte, s’en détourne, le parasite, peut en infléchir ou en sublimer le message
  • marges linguistiques ou comment se conjugue la langue écrite et dominante avec ses variantes parlées, locales, dialectales
  • marges chronologiques : quand le texte vient après un autre texte dont il est la suite, l’adaptation, en modifie le régime, le genre, le mode d’expression
  • marges sexuelles : quand le texte explore la sexualité comme dans la littérature érotique et ou pornographique, ou se consacre à l’exploration des sexualités alternatives (LGBTQQIAAP)
  • marges de l’intimité : exploration des limites de la psyché, la confession du malaise, l’expression de la dépression
  • marges politiques, quand le texte exprime une dissidence, se fait militant, combat une orthodoxie
  • marges de l’enseignement, quand le texte n’est pas, ou plus, enseigné
  • marges de la traduction, quand le texte reste non traduit ou est qualifié d’intraduisible
  • marges littéraires : « paralittérature » (littératures de l’imaginaire, genres littéraires « mineurs », etc.)

Bref, toutes les marges peuvent faire l’objet d’une attention particulière portée sur un texte, un mouvement littéraire, un genre, un ou des auteurs ou autrices… C’est donc à l’étude des marges dans toute leur hétérogénéité que nous invitons à réfléchir et échanger.
Nous attendons des propositions pour des communications d’une vingtaine de minutes sous forme de bref résumé accompagné de mots-clefs et d’un bref CV. Ces propositions doivent nous parvenir avant le 30 mars 2023. Les textes des communications pourront faire l’objet d’une publication dans la revue en ligne de l’axe d’Impressions d’Extrême-Orient [https://journals.openedition.org/ideo/]
Lieu de déroulement des journées : Aix-Marseille université, centre des lettres
Langue : français
Les propositions sont à envoyer à Pierre Kaser : pierre.kaser@univ-amu.fr

    • Comité d’organisation :
      He Wen (Docteure, IrAsia)
      Fanny Caron (Docteure, IrAsia)
      Julie Kim de Crescenzo (MCF, AMU-IrAsia)
      Axelle Mariavale (Doctorante, AMU-IrAsia)
      Laurie Galli (Doctorante, AMU-IrAsia)
      Pierre Kaser (PU, AMU-IrAsia)
    • Comité scientifique (en construction) :
      Pierre Kaser (PU, AMU-IrAsia)
      Julie Kim de Crescenzo (MCF, AMU-IrAsia)
      Loïc Aloisio (MCF, Univ. de Mons, Belgique, IrAsia)
      He Wen (Docteure, IrAsia)


Citer ce billet
Pierre Kaser (2023, 27 octobre). Marges et marginalités littéraires d’Asie d’hier et d’aujourd’hui. Littératures d'Asie et traduction. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtq6

Ce contenu a été publié dans Actualités, Journée d'étude par Pierre Kaser, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.