Soutenance de thèse : Zhou Yinan

M. ZHOU Yinan 周禕南 soutiendra une thèse de doctorat en Langues et littératures d’Asie – chinois dirigée par M. Pierre Kaser (PR, AMU) intitulée

L’expression de soi dans les œuvres poétiques de Li Yu 李漁 (1611-1680) : à la recherche d’une écriture autobiographique de la fin des Ming 明 (1368-1644) et du début des Qing 清 (1644-1911)

 

le vendredi 15 décembre à partir de 14 h,
bâtiment Egger, 29 av. R. Schuman, Aix-en-Provence, salle C223,
devant un jury composé de

– M. Alexis Nuselovici (PR, AMU) Président du jury
– M. Vincent Durand-Dastès (PR, INALCO) Rapporteur
– Mme Solange Cruveillé (MCF, Paul Valéry Montpellier 3) Rapportrice
– M. Pierre Kaser (PR, AMU) Directeur de thèse

Résumé : La recherche s’appuiera sur l’oeuvre poétique dense et fournie (quelque 800 poèmes dans des genres différents) du dramaturge, romancier et essayiste Li Yu 李漁 (1611-1680) pour y déceler les modalités de l’expression du moi intime, en les confrontant à la manière dont ce dernier s’affiche au sein d’autres disciplines telles que la philosophie et la psychologie sociale. On cherchera par une lecture attentive du corpus réuni à identifier les modes d’une écriture autobiographique qui retrace quasiment au jour le jour les sentiments et réflexions d’un lettré chinois de la fin des Ming 明 (1368-1644) aux prises avec les difficultés du lettré en marge, plongé dans une époque de chamboulement dynastique. On verra sans doute que la poésie offrit à Li Yu une possibilité de se livrer sans les précautions qu’imposaient les genres qui lui permirent, pour partie, d’assurer sa subsistance. La traduction des pièces poétiques les plus remarquables viendra renforcer un exposé qui prendra la peine d’aborder de front le problème réputé insurmontable du passage de l’écrit poétique d’une langue dans une autre.

Mots-clés : Li Yu (1611-1680), poésie chinoise du XVIIe siècle, le Soi, expression de soi, subjectivité, littérature chinoise prémoderne, écriture autobiographique, traduction.

Discours de soutenance :

Monsieur le président,
Madame, Messieurs les membres du jury,
Avant de retracer les étapes de la recherche qui nous rassemble aujourd’hui, je tiens à vous remercier d’avoir consacré de votre temps précieux pour lire mon travail et de l’intérêt que vous avez bien voulu lui accorder en prenant part à ce jury. Je remercie également mon directeur de thèse, Monsieur Pierre Kaser, pour sa confiance et les conseils qu’il m’a donnés sans lesquels cette recherche n’aurait jamais pu aboutir.

Le projet de cette étude est né de la volonté de poursuivre mes travaux de recherches menés dans le cadre de l’obtention du diplôme de Master 2 (Recherche en sinologie, AMU). Prenant pour objet l’art du jeu d’acteurs, mon mémoire de Master 2 avait pour but d’examiner une dimension novatrice de la représentation scénique théorisée et pratiquée par le Li Yu 李漁 (1611-1680) dramaturge à travers son recueil d’essais Xianqing ouji  閒情偶寄 (Notes jetées au gré d’humeurs oisives). Au cours de ma lecture sur sa vie professionnelle en tant que maître d’une troupe et metteur en scène, j’ai découvert des biographies dans lesquelles les auteurs relataient les activités de Li Yu en s’appuyant principalement sur sa poésie. Et ce, les biographes ne le justifiaient à aucun moment, comme si tout était un fait préétabli dans la mesure où la poésie peut servir de témoin aussi bien que les documents historiques. Ce phénomène m’intriguait et m’a fait immédiatement penser au genre autobiographique pour lequel j’avais reçu une formation pendant mes cours de Master 1 dans le parcours Traduction littéraire et transfert culturel.
De même, le titre du recueil de poésie de Li Yu Yijia yan 一家言 (Les Paroles d’une seule famille ou Les propos d’une école unique) constitue un autre objet qui m’intéressait eu égard à ses attachements vis-à-vis de sa propre singularité, car sa revendication à se représenter lui-même se fonde sur des poèmes et poèmes à chanter. De ce fait, la manière dont la subjectivité et l’individualisme influencent et agissent sur la personnalité et la perception de Li Yu était au cœur de sa réflexion poétique. Cela m’a permis de dégager la question concernant la fonction de la poésie de Li Yu, et à fortiori celle de la poésie de la fin des Ming et du début des Qing, à savoir celle de sa participation en tant qu’expression de soi à la fabrique d’une écriture autobiographique. De plus, parmi ses quelque 800 œuvres poétiques, seulement quatre poèmes ont été traduits en français selon le recensement de mon directeur de thèse[1]. C’était donc aussi l’occasion de tenter sa traduction.

Le travail doctoral que je soutiens aujourd’hui met en avant l’interrogation relative aux liens entre Li Yu et la fonction de sa poésie et s’inscrit dans une perspective qui suppose que la poésie de cette période peut être un lieu privilégié pour s’exprimer. Voulant classer sa poésie dans un registre de l’autobiographie chinoise, mon ambition première était de tenter de redéfinir l’autobiographie dans la littérature chinoise ancienne. C’est pour cela que j’ai lu dans les deux premières années de ma thèse des ouvrages concernant les théories de l’autobiographie et de la biographie. Plus je lisais, plus je me sentais désorienté, car je fus vite conscient du fait que la poésie chinoise classique, en tant que forme littéraire qui date de plus de deux mille ans, n’était, et ne serait jamais une autobiographie dans le sens moderne, d’autant plus que, dans son ouvrage publié sous le titre La littérature autobiographique de Chine, le sinologue japonais Kawai Koso déclara que le genre de l’autobiographie n’existait pas dans la littérature chinoise ancienne, telle que l’a strictement définie Philippe Lejeune, mais qu’il existait des écrits autobiographiques par défaut[2].

Devant cette difficulté, mon directeur de thèse m’a proposé de me concentrer sur mon corpus de poésie. En d’autres termes, il faut que la poésie s’impose elle-même. En suivant ce conseil, j’ai décortiqué de manière plus détaillée le recueil de poésie de Li Yu. Si, à la première lecture, j’avais classé toutes les pièces en fonction des thèmes différents pour me faire un aperçu général, pour cette nouvelle lecture, afin de constituer mon corpus final, je devais déterminer sur quels aspects de l’expression de soi chaque poème reposait, car certains poèmes pouvaient en toucher plusieurs. Au départ, je voulais organiser ses poèmes dans l’ordre chronologique. Au bout de quelques tentatives, j’ai dû y renoncer. D’une part, ses œuvres sont datées de manière aléatoire, d’autre part, un certain Zheng Lei avait déjà pris cette initiative dans sa thèse de doctorat portant sur la chronologie des poèmes de Li Yu, malgré tout, bien des zones d’ombre demeuraient[3]. À cet égard, loin de la Chine et de la province natale de Li Yu, les conditions ne m’étaient pas favorables. Mais heureusement, c’est le contenu de sa poésie, et non sa vie chronologique qui est au centre de mon étude. C’est pour cela que j’ai décidé de garder les poèmes qui constituent les thèmes principaux sans pour autant tous les traiter. Les poèmes et poèmes à chanter retenus devaient me permettre de dégager des stratégies formelles et critiques afin de parcourir sur plusieurs versants cette question de l’expression de soi. En observant les thèmes poétiques abordés par Li Yu, une grande partie de ses poèmes et poèmes à chanter mettent en jeu sa famille, son parcours professionnel, ses amitiés et son oisiveté, ce qui me semblait constituer par là même des expérimentations pratiques quant à la perception du Soi.

Si mes deux premières années de lecture semblaient m’amener dans une impasse à part la fixation des quatre grands axes, il est toutefois à noter que c’est bien durant ces deux années que j’ai découvert deux grands noms : Georges Gusdorf et Michel Foucault. Le premier, qui se fait connaître pour ses deux grands ouvrages Les lignes de vie, ne limite pas les écrits au genre d’autobiographie, mais plutôt aux « Écritures du Moi ». Foucault, plus connu dans le domaine de la philosophie, m’a retenu surtout pour ses « Écritures de soi ». Tous les aspects que ces deux penseurs évoquent dans leurs ouvrages m’ont interpelé et ont nourri ma réflexion.

Début 2020, la Covid est arrivée sans que personne n’ait pu l’anticiper. Si le confinement est pour la plupart d’entre nous un souvenir amer, j’en ai profité pour traduire la plupart des poèmes et poèmes à chanter de mon corpus, évidemment avec une qualité loin d’être satisfaisante. La traduction de la poésie n’était pas toujours une tâche agréable, non seulement il fallait que la langue cible exprime ce qui est dit dans la langue source, mais aussi que la langue cible soit lisible, compréhensible et au mieux poétique. Lorsque j’ai envoyé en 2021 à mon directeur la première ébauche, son retour était un peu mitigé. Outre une éventuelle amélioration de la qualité de ma traduction, il a aussi relevé un autre problème : des éléments théoriques censés servir de fondement à mes arguments n’étaient pas assez solides.

C’est face à cette remarque que j’ai recouru au « concept de soi » théorisé par René L’Écuyer, une explication concise mais suffisamment systématique pour que je puisse m’y référer et structurer mes analyses du corpus. Ce modèle multidimensionnel du « concept de soi » s’est avéré essentiel dans la mesure où il englobait l’approche sociale et l’approche individualiste. Dans les termes de L’Écuyer, « le concept de soi reste ouvert et suffisamment souple pour intégrer toutes nouvelles dimensions que l’analyse constante de matériel perceptuel nouveau fait ressortir[4] ». Ainsi, grâce à ce concept, il m’a été possible de placer les quatre axes des thèmes poétiques choisis respectivement dans le « Soi personnel », le « Soi adaptatif », le « Soi social » et le « Soi matériel ».

Dans cette perspective, ma réflexion s’est recentrée autour de la question suivante : comment la poésie de Li Yu participerait-elle à une potentielle expression de soi ? et ce, en s’inscrivant dans une approche à la fois littéraire, philosophique et socio-psychologique. À ce titre, Aix-Marseille Université encourage la coopération des disciplines diverses telles que la littérature, la philosophie, l’histoire et la psychologie sociale, ainsi que leurs mises en relation. Ces croisements de champs hétérogènes ont ainsi contribué à enrichir ma réflexion sur la poésie de Li Yu, et m’ont aussi permis de mesurer l’importance des fonctions de la poésie qui occupent les études et les pratiques de sa traduction. C’est dans cette perspective que mon sujet de thèse s’élabora.

Pour donner corps à ma problématique, il me fallait observer, à travers chaque poème et poème à chanter précis, dans quelle mesure sa poésie construirait un discours interprétatif porteur de sens sur le Soi. Cet outil socio-psychologique m’a permis de mieux interpréter et de percevoir plus précisément l’expression de soi dans la poésie de Li Yu. Par ailleurs, pour mieux analyser l’expression de soi et argumenter de manière objective sur le même sujet, je n’ai pas hésité à m’inspirer d’idées philosophiques dont celles, en particulier, de Kant, de Nietzsche et de Sartre. De ce point de vue, ma thèse peut être considérée comme le résultat des croisements entre les analyses poétiques et les ancrages philosophiques et socio-psychologiques. Une fois le corpus arrêté et traduit, les problématiques définies, il était temps de s’interroger sur la manière de dessiner l’expression de soi par le biais des indications confiées par le Li Yu poète lui-même.

L’introduction générale de ma thèse est d’abord vouée à une présentation de Li Yu, de ses œuvres complètes dont le recueil de poésie, et d’un bref état des lieux des études sur sa poésie qui me semblait nécessaire pour faciliter l’approche du lecteur. Ensuite, j’ai rapporté le développement de la notion du Soi dans la pensée et la littérature chinoises. Enfin, j’ai évoqué la méthode et l’approche de mon étude en soulignant différentes manières de considérer la subjectivité et l’individualisme ainsi que différents outils théoriques pour figurer l’expression de soi. Après avoir fixé ce cadre théorique, j’ai consacré les quatre chapitres suivants aux différents concepts de soi sur lesquels j’ai travaillé en fonction des divers enjeux et stratégies que la poésie de Li Yu esquissait.

Chaque chapitre est composé d’une introduction et d’une conclusion, puis structuré en trois ou quatre sous-chapitres en fonction du rôle social et individuel incarné par le Li Yu poète. Premièrement, une analyse de la persistance et de la singularité de ses rôles familiaux en tant que fils, frère, père et mari, avec pour dessein de déterminer sa manière de concevoir la notion du « Soi personnel ». Deuxièmement, toujours en me basant sur les poèmes et poèmes à chanter de Li Yu, j’ai proposé des hypothèses sur comment ses activités professionnelles pouvaient se laisser entrevoir comme des aspects de son « Soi adaptatif ». Troisièmement, puisqu’un grand nombre de poèmes consacrés à ses connaissances amicales ne m’a pas permis de citer tous les noms évoqués par Li Yu, c’est en fonction de différents types d’amitiés que j’ai pu organiser la structure du troisième chapitre afin de caractériser le « Soi social » du poète. Le dernier chapitre dédié au « Soi matériel » de Li Yu soulevait des thématiques sur sa recherche du plaisir. En partant d’une notion de loisirs disons historique, en recourant à des témoignages et des pensées littéraires et philosophiques, en m’appuyant sur des analyses portant sur le rapport entre le plaisir et la douleur, j’ai fait un pas en avant par rapport à mes questionnements dans la quête des activités de loisirs de Li Yu. Ma thèse se termine moins sur une conclusion définitive que sur des propositions de pistes auxquelles mes hypothèses m’ont conduit.

Parmi les problèmes rencontrés au cours de mes recherches, le plus essentiel tient à la complexité du sujet traité. Comme le territoire du Soi recoupait plusieurs axes théoriques, il m’était difficile d’opérer, sur le plan méthodologique, un tel croisement sans acquérir une connaissance essentielle dans chaque discipline. Je n’étais donc pas en mesure d’aborder dans le détail tous les thèmes et questions qui s’y présentaient. De ce fait, mes propositions, loin d’être définitives, n’établissent que des étapes qui mériteraient d’être affinées et corrigées avec un apport d’expérience. En conséquence, on ne peut pas mettre un terme aux études de la poésie de Li Yu.

Cependant, mes recherches m’ont conduit à présenter des poèmes et poèmes à chanter de Li Yu jamais traduits en français, et à identifier les différentes manières dans lesquelles se manifeste chez le Li Yu poète le souci du soi. Ce dernier tient une place importante dans la création poétique de l’époque, en dépit des trois axes relationnels (Plein-Vide ; Yin-Yang ; Ciel-Terre-Homme) avancés par François Cheng en vue d’analyser et d’évaluer la poésie chinoise classique[5]. En faisant dialoguer l’art poétique, la philosophie et la psychologie sociale, ma thèse interroge les différentes fonctions liées au concept de soi que Li Yu attribue à sa poésie. Les croisements des discours poétiques et des propositions venant d’autres disciplines humaines et sociales ont dégagé le rôle joué par l’interrelation entre forme et pensée et combien celle-ci conditionne les fonctions de la poésie de Li Yu, mais surtout leur efficacité sur l’expression de soi. Ma thèse permet ainsi d’entrevoir un rapport nouveau entre la poésie chinoise classique et l’expression de soi.

En effet, la poésie de Li Yu tend à mettre en avant ses expériences vécues, ce dont témoignent les figures et objets qui nourrissent sa poésie. Si celle-ci est adéquate pour maintenir l’interrogation d’une écriture autobiographique, c’est parce qu’elle tient au sens de l’existence que Li Yu affirme en explorant les ressources propres à la poésie. Par rapport au néoconfucianisme imposé, les créations poétiques de Li Yu risquent d’être ignorées, voire rejetées par les anthologies compilées souvent par des mandarins confucianistes qui défendent une poésie classique conventionnelle. Li Yu, qui fit de l’expérience poétique un espace où son existence put prendre sens, et, plus encore, constituer un rempart contre le récit unique dispensé par le néoconfucianisme. Autrement dit, la poésie de Li Yu participe à l’intelligibilité de l’écriture autobiographique, dans la mesure où elle était perçue comme une expérience où régler ses comptes avec lui-même, les autres et la société, plutôt que de simples compositions.

À partir de ce postulat, mes recherches ouvrent les pistes suivantes :

La première serait de susciter plus d’intérêt dans les études sur la poésie de Li Yu et leur traduction. En tant qu’écrivain chinois dont les romans, pièces de théâtre et essais qui ont fait l’objet de traduction, entière ou partielle, en France, sa poésie mérite aussi une attention particulière. De plus, les quatre thèmes principaux traités dans ma thèse méritent aussi d’être étudiés de manière approfondie. La seconde viserait à sonder comment, à travers un renouvellement des débats sur les fonctions et les caractéristiques de la poésie chinoise de la fin des Ming et du début des Qing, se joue une bataille dont l’enjeu vaut non seulement pour les créations poétiques, mais aussi pour une écriture autobiographique que les poètes faisaient de leurs expériences vécues et de la société de leur temps. Il faut avouer que ce genre de discussion autour de la poésie chinoise classique demeure peu présente en France. La troisième piste concernerait une potentielle généralisation de notre paradigme relatif à l’expression de soi, du moins pour la poésie chinoise classique. L’exploitation des outils venus d’autres disciplines serait, à mon sens, plus intéressante et bénéfique à l’analyse de la poésie chinoise classique, et a fortiori la littérature chinoise ancienne.

Pour terminer, en cherchant les moyens employés par Li Yu dans sa poésie pour rendre intelligible l’expression de soi, je suis arrivé à la conclusion tout comme l’écrivait Li Yu dans sa Signification des « Propos d’une seule famille », que « Toutes mes œuvres poétiques et prosaïques […] n’engagent que moi[6] ». De même, cette présente thèse n’engage aussi que moi.

Je vous remercie de votre attention.
Zhou Yinan
Le 15 décembre 2023 à Aix-en-Provence

[1] Pierre Kaser, « Li Yu en français (suite 1) » [En ligne sur https://kaser.hypotheses.org/50, mis en ligne le 20 juillet 2012.]

[2] Kozo Kawai (alias Chuanhe Kangsan 川和康三), The Autobiography in China 中國的自傳文學 (L’autobiographie en Chine), traduit du japonais par Cai Yi 蔡毅. Pékin : Zhongyang bianyi, 1999, p. 4.

[3] Zheng Lei 鄭雷, Thèse de Doctorat (non publiée) intitulée Li Yu nianpu kaoxu chubian 李漁年譜考敘·初編 (Recherche sur la chronique de Li Yu, première rédaction), sous la direction de Fu Xiaohang 傅曉航, soutenue en 2010 à l’Académie nationale des arts de Chine, 155 p.

[4] René L’Écuyer, Le concept de soi. Paris : PUF, 1978, p. 79.

[5] François Cheng, L’écriture poétique chinoise. Paris : Seuil, 1996 [1977], p. 31.

[6] Li Yu 李漁, « Yijiayan shiyi ji zixu » 《一家言》釋義即自序 (Signification des « Paroles d’une seule famille », soit préface rédigée par l’auteur lui-même) dans Liweng yijiayan shiciji  笠翁一家言詩詞集 (Recueil de poèmes et poèmes à chanter : les paroles d’une seule famille de Liweng), soit Li Yu quanji  李漁全集 (Œuvres complètes de Li Yu, vol. 2). Hangzhou : Zhejiang guji, 1991, p. 4. 「凡余所為詩文雜著,……,不過自為一家。」



Citer ce billet
Pierre Kaser (2023, 27 novembre). Soutenance de thèse : Zhou Yinan. Littératures d'Asie et traduction. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtq7

Ce contenu a été publié dans Actualités, Billets par Pierre Kaser, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.