Soutenance HDR : Solange Cruveillé

Solange Cruveillé entourée des membres de son jury d’HDR (1-XII-2023) De gauche à droite : Zhang Yinde – V. Durand-Dastès – SC – P. Kaser – Xu Shuang – A. Lachkar – G. Fabre

Vendredi 1er décembre 2023 s’est tenue, sur le site St Charles de l’université Paul Valéry-Montpellier 3, la soutenance d’habilitation à diriger les recherches de Solange Cruveillé, maître de conférences à l’Université Paul Valéry-Montpellier 3, membre du ReSO EA4582, chercheuse associée de longue date de l’IrAsia et très active membre de l’axe Littératures d’Asie et traduction, également ancienne étudiante à l’Université de Provence/Aix-Marseille Université, où elle soutint une thèse de doctorat dirigée par le Pr. Noël Dutrait, intitulée « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing : de la légende à la fiction, de la démonisation à l’humanisation » en 2009.

Le jury, composé des professeurs Abdenbi Lachkar (Univ. Paul Valéry-Montpellier 3), parrain, Xu Shuang (Paris Cité), Zhang Yinde (Sorbonne Nouvelle), Vincent Durand-Dastès (Inalco) et moi-même, était présidé par M. Guilhem Fabre (Paul Valéry-Montpellier 3).

La séance qui s’est ouverte à 14 h a fourni à chacun l’occasion de dresser un tableau très enthousiaste d’une carrière aussi riche et que variée à partir de l’analyse et l’évaluation d’un dossier conséquent composé d’un document de synthèse intitulée avec beaucoup d’à-propos « Littérature chinoise et traduction : parcours d’un chevalier errant » de plus de 100 pages, de deux gros volumes de 950 pages rendant compte d’une production scientifique abondante offrant tout à la fois des travaux de recherche et de traduction, ainsi qu’un inédit sur la pratique de la traduction littéraire du chinois vers le français de quelque 150 pages. Cet ensemble était accompagné de plusieurs publications : une coédition savante sur les objets précieux du monde chinois (Jade, or, porcelaine…. Montpellier : PULM, 2021), trois volumes de traduction — deux de la pentalogie de Wang Dulu, Tigre et dragon (Calmann Lévy, t. 1 :2007, t. 2 : 2008), celle du chef-d’œuvre de Chen Zhongshi : Au Pays du cerf blanc (Seuil, 2012) —, ainsi qu’une adaptation en bande dessinée d’un récit chinois ancien : Soleil du soir. La gorge du tigre (Bamboo, 2014).

Mais, comme il se doit en pareille circonstance, la séance a commencé par la prise de parole de Solange Cruveillé qui nous fait l’amitié de nous autoriser à reproduire le texte de son allocution :

Monsieur le Président, messieurs et mesdames les membres du jury, permettez-moi de vous adresser avant toute chose mes sincères remerciements pour avoir accepté de siéger aujourd’hui dans le jury de ma soutenance d’Habilitation à diriger des recherches. Merci à mon tuteur, Monsieur Lachkar, qui m’a soutenue avec beaucoup de constance, qui a su dissiper mes doutes et m’a encouragée à tenir le cap depuis le début. Merci à Monsieur Kaser, qui m’a fait découvrir toute la richesse de la littérature ancienne chinoise, et qui a été pour toute une génération d’étudiants un enseignant et un chercheur inspirant. Merci à Monsieur Fabre, pour toutes les activités de recherche passionnantes qu’il m’a fait partager, et qui m’ont inspiré des sujets d’articles captivants, notamment sur la langue chinoise et les jeux de graphie. Merci à Madame Xu, à Monsieur Zhang et à Monsieur Durand-Dastès, pour les souvenirs de soutenance que nous avons partagés, mais aussi pour leurs travaux si précieux en littérature, à laquelle ils rendent constamment hommage par leur dévouement.
La littérature, justement, est ce qui nous réunit aujourd’hui. Si je me sens une âme de littéraire, ce n’est pas uniquement par amour des mots. Certes la littérature est un art, et elle mérite pleinement sa place en tant que tel. Mais au-delà des questions esthétiques et de l’émotion qu’elle suscite, je l’apprécie pour ce qu’elle transmet, pour ce qu’elle défend, pour ce qu’elle met en scène, qu’il s’agisse de personnes, de thèmes ou de causes. L’écrivain derrière le texte est pour moi le point central de toute étude, et il me semble indispensable, pour comprendre un texte, d’étudier au préalable la personne qui l’a écrit, de mieux le connaître pour mieux le comprendre et mieux percevoir ses motivations. C’est pour cette raison que je prends toujours le temps, dans mes articles aussi bien que dans mes cours, de présenter la vie de l’auteur — son enfance notamment — avant d’aborder son œuvre. Mais étudier la littérature c’est aussi étudier un contexte historique et social, étudier des traditions, des considérations sur la vie et l’être humain. Seuls les chercheurs en littérature ont conscience de cette infinie richesse, qui dépasse largement la simple étude d’un style et d’une plume, à laquelle on nous cantonne hélas bien trop souvent, avec parfois un certain mépris. Ainsi, il ne se passe pas un jour sans que je me réjouisse d’avoir choisi la voie littéraire. C’est ainsi à la littérature que je souhaite rendre hommage aujourd’hui, et plus particulièrement à la littérature chinoise, qui m’accompagne au quotidien depuis plus de 25 ans.
George Soulié de Morant en était convaincu : « La littérature chinoise est la plus abondante et la plus variée du monde entier ». Sans avoir l’arrogance de prétendre connaître l’intégralité de la production littéraire mondiale, force est de reconnaître qu’il y a de fortes chances pour que cette affirmation soit proche de la réalité, en témoignent l’ancienneté de la production littéraire chinoise, le nombre incalculable d’œuvres rédigées et compilées, et la diversité aussi bien des formes, des genres que des thèmes. Nous pourrions travailler dessus à l’infini. Il convient alors à chaque chercheur en littérature d’apporter sa pierre à l’édifice, d’étudier les textes anciens, modernes et contemporains, mais aussi de les traduire, pour faire grandir un peu plus chaque jour ce temple de la sinologie littéraire. Mais plus que tout, au-delà de l’étude académique, il me paraît primordial de les faire découvrir au grand public, afin de les préserver de l’oubli, mais aussi de former de futurs sinologues qui à leur tour apporteront leur propre pierre à cet édifice bâti depuis des siècles par plusieurs générations de passionnés. C’est en gardant cette responsabilité en tête que j’ai depuis toujours mené mes recherches, et je pense que cela se ressent dans ma façon d’écrire mes articles, que j’essaie toujours de rendre accessibles au plus grand nombre. Ainsi, je partage pleinement la position d’André Lévy, qui considérait que parallèlement aux études érudites, il était aussi nécessaire, je cite, de « faire connaître la Chine ». Aussi, si je prends plaisir à travailler sur les grands classiques (Feng Menglong, Ling Mengchu, Pu Songling, Yuan Mei, et plus près de nous Wang Dulu, Zhang Ailing et Chen Zhongshi), je m’attèle avec plus de plaisir encore à travailler sur des auteurs moins ou mal connus (Zhou Qingyuan, Chi Shuchang, Fan Yiping, Liang Xiaosheng, Zhu Yue, Xu Haofeng…). Les remarques étonnées de collègues s’interrogeant sur ces choix (qui c’est ? pourquoi ? est-il connu en Chine ?), loin de m’offenser, sont autant de motivations supplémentaires pour mener à bien mes recherches. Précisons toutefois d’une part que ces auteurs sont connus et appréciés en Chine, et d’autre part qu’avant d’être connu chaque auteur célèbre était un illustre inconnu (lapalissade ô combien véridique). Il en va ainsi de Can Xue, dont les textes à teneur fantastico-allégorique m’interpellent, que j’ai régulièrement présentée à l’occasion de colloques et que j’intègre depuis des années dans mon programme de littérature contemporaine à l’université, ce qui a poussé certains de mes étudiantes à entreprendre des recherches plus poussées sur cette écrivaine dans le cadre de leur mémoire de Master. Si Can Xue est peu étudiée en France, ce n’est pas le cas au niveau international, et tous les yeux ont été rivés sur elle il y a quelques semaines à l’occasion de l’attribution du Prix Nobel de littérature, lors de laquelle son nom a été à maintes reprises évoqué, même si au final elle ne l’a pas obtenu. Il en va de même pour Liang Xiaosheng, au sujet duquel j’ai voulu démontrer qu’il était bien plus qu’un écrivain de la cause des jeunes instruits ; il en va de même pour Xu Haofeng, qui est le nouveau représentant de la littérature de chevalerie chinoise, un des genres de prédilection au milieu du XXe siècle ; il en va de même pour Fan Yiping, dont les récits sont régulièrement adaptés à la télévision et au cinéma, sans qu’on souligne l’écrivain qui se cache derrière ; il en va de même, enfin, pour Chi Shuchang, l’un des précurseurs de la littérature de science-fiction chinoise, dont j’ai traduit deux nouvelles, que je ne parviens pas hélas à faire publier en français, les maisons d’édition lui reprochant diversement son côté trop original, trop ancien ou trop propagandiste. Ainsi donc, c’est un fait, la publication d’œuvres chinoises traduites en français ne permet pas au lectorat français d’avoir un aperçu complet de la production littéraire chinoise, et il se forge à son sujet une opinion largement influencée par le choix des maisons d’édition, tandis que les universitaires travaillent sur des sujets bien plus variés, mais qui ne seront lus que par un lectorat limité. Cela me permet de réaffirmer une nouvelle fois l’importance du travail de traduction et la responsabilité qui pèse sur les épaules de tout traducteur, qui participe à la diffusion à l’étranger de la littérature d’autres contrées. Mais j’y reviendrai plus tard dans mon intervention.
Concernant l’expérience de l’Habilitation à diriger des recherches, je dois avouer avoir longtemps hésité à la passer, car j’estimais ne pas en être digne, n’ayant pas encore mené de projets de recherche d’importance, ni publié de monographie, notamment sur le thème du renard, qui était pourtant mon sujet de doctorat. Poussée par mes collègues, j’ai finalement pris conscience que cette étape de l’habilitation était davantage la fin d’un commencement de carrière, plutôt que le commencement de la fin d’une carrière, et qu’elle était l’occasion de faire le point sur le travail passé afin de mieux réfléchir au travail à venir. Ce fut donc une expérience salvatrice, qui m’a apporté bien plus que ce que je pouvais imaginer avant de me lancer. Tout d’abord, alors que je pensais bien me connaître, j’ai été surprise en préparant ce dossier de découvrir des choses à mon sujet. En premier lieu, je n’avais pas conscience de l’importance qu’avaient prise dans ma production mes travaux de traduction, notamment en termes de volume. Je ne m’étais pas non plus rendue compte de la place qu’avait prise dans mes recherches la littérature chinoise moderne et contemporaine, même si j’avais conscience qu’avec le temps elle était devenue de plus en plus présente, dans ma vie de chercheur autant que dans ma vie de traducteur et d’enseignant. Rédiger cette synthèse m’a également été utile au niveau de mon activité d’enseignement, car je me suis rendue compte que je n’appliquais pas certaines méthodes qui avaient pourtant joué un rôle crucial lorsque j’étais moi-même étudiante, notamment le fait de demander aux étudiants de préparer des dossiers fournis autour de lectures choisies ou imposées. Toutefois, si la rédaction de la synthèse m’a paru en ce sens utile, la compilation de mes travaux fut bien plus compliquée à vivre. Me replonger dans mes anciens articles a parfois été une épreuve, tant j’ai eu tendance à n’en voir que les défauts : des coquilles traînant deci-delà, des articles sur la Chine ancienne écrits avec des caractères sous forme simplifiée au lieu de traditionnelle, des ouvrages de référence que je connais aujourd’hui mais que je n’ai pas cités à l’époque de rédaction, des articles que je trouve trop longs, et que je qualifierais pour me moquer de moi-même « d’articles fleuves ». J’ai donc éprouvé une forme d’exaspération envers moi-même en travaillant sur les volumes 2 et 3. Cela étant, relire chacun de mes articles m’a aussi replongée dans le contexte propre à l’époque de rédaction de chacun d’entre eux : l’article sur Zhang Ailing rédigé en soirée après avoir endormi ma fille alors nourrisson, celui sur les trésors dans le Taiping guangji rédigé en pleine canicule, et quantité d’autres rédigés pendant mes congés à différents endroits, que ce soit dans les Alpes ou dans le Shandong. Ce détail peut paraître anodin et superficiel, mais il ne l’est pas : c’est la preuve même que pour tout chercheur, chaque recherche, chaque article et chaque publication marque son parcours, sa vie et sa carrière, tels des jalons ou des cairns posés sur un chemin.
C’est cette idée de cheminement et de parcours que j’ai voulu mettre en avant dans ma synthèse, avec pour toile de fond l’idée d’un voyage : la piste du renard, la plongée dans le surnaturel et le fantastique chinois, l’incursion dans le monde du Jianghu, les pérégrinations modernes et contemporaines, les tours et détours, le sentier de la vulgarisation, le pays de la traduction et la voie de la transmission. Ce voyage fut à la fois réfléchi et organisé, et à la fois soumis à l’influence du hasard.
L’étape la plus importante fut celle des débuts, avec la découverte de la langue et de la littérature classique durant mes années de licence, dans les enseignements du Professeur Pierre Kaser, notamment la lecture d’une traduction partielle par Jacques Dars des Notes de la chaumière des observations subtiles de Ji Yun. Tout m’a plu dans cet ouvrage : la forme, le style, les thèmes abordés, le contexte historique, l’humour, et les personnages, en particulier le personnage de l’esprit-renard, que je trouvais espiègle et intelligent. Je décidai de creuser davantage en lui consacrant un mémoire de maîtrise et en traduisant un conte vulpin du Xihu erji de Zhou Qingyuan, que je complétai au niveau Master par une étude autour du renard dans la langue chinoise et une traduction d’un conte de Feng Menglong. N’étant pas satisfaite de n’avoir fait que le tour de la question, je me suis ensuite lancée dans une thèse de doctorat en partant des origines des croyances sur le renard et en suivant leur évolution jusqu’à la fin de la dernière dynastie impériale. J’ambitionne à présent d’approfondir le thème du culte du renard, mais aussi d’étudier plus en détail certaines œuvres qui lui sont consacrées, romanesques notamment.
En parallèle, au cours de mes recherches de doctorat, une œuvre en particulier a attiré mon attention : il s’agit du Taiping guangji. Alors qu’à l’origine je m’y étais intéressée uniquement pour ses récits vulpins, j’ai fini par l’étudier plus largement. Cette œuvre monumentale rassemble 4 558 récits datant des Han au début des Song, plus ou moins longs, qui abordent une incroyable diversité de thèmes (92 au total), dont un grand nombre à teneur surnaturelle. Ce fut pour moi l’occasion de retrouver une nouvelle fois Jacques Dars — qui avait déjà changé ma vie avec sa traduction partielle de Ji Yun — et qui fut l’un des premiers sinologues français à s’intéresser à cette compilation, lui consacrant en 1965 une thèse de doctorat. Il y présente l’ouvrage comme « le filon le plus colossal, en matière de récits variés, de la littérature chinoise ancienne », d’un « prodigieux magasin d’antiquités souvent troublantes, toujours passionnantes, qui nous donne accès à quelque dix siècles d’histoire ancienne. » À l’issue de ma thèse, j’ai alors cherché à en apprendre davantage sur cet ouvrage, et j’ai réalisé un état des lieux des recherches et des traductions partielles existantes. Je poursuis cette entreprise pour tenir cet état des lieux à jour, la difficulté étant que l’immense majorité des études et des traductions concerne des récits contenus dans des ouvrages figurant dans la compilation qu’est le Taiping guangji mais ne s’affichent pas comme des études et traductions directes du Taiping guangji en soi. Ainsi, le projet de traduction intégrale que je propose ne concerne pas uniquement le Taiping guangji à proprement parler, mais une partie conséquente de la production littéraire chinoise du premier millénaire de notre ère. Il s’agit au final de traduire un grand nombre d’ouvrages dont les récits sont répartis de façon thématique dans le Taiping guangji. La valeur littéraire de ce projet d’envergure est par conséquent une évidence : cela permettra de mieux appréhender l’évolution du xiaoshuo en Chine, des zhiguai en particulier, non seulement pour la production du premier millénaire de notre ère, mais aussi concernant la production littéraire des siècles suivants, les écrivains des dynasties postérieures s’en inspirant très largement. Au-delà de l’intérêt littéraire à mener ce projet, on relève en outre des intérêts d’ordre historique et sociologique, puisque cette compilation est pour les sinologues une mine d’informations sur l’histoire, les mœurs et les croyances de la Chine du premier millénaire. Ce sont ces points essentiels que je souhaite défendre face à ceux qui prétendent que la traduction n’est pas de la recherche et qu’elle n’a à ce titre pas sa place dans les études universitaires, notamment au niveau des demandes de financement. Ce projet ambitieux de traduction intégrale ne pourra bien entendu pas être mené par moi seule : il faudra une équipe de plusieurs dizaines de sinologues et traducteurs pour le mener à bien, et j’espère qu’il suscitera l’intérêt de mes collègues, dont déjà une quinzaine a répondu à l’appel. C’est à n’en pas douter le plus grand défi de ma carrière et de ma vie, et c’est l’une des raisons qui m’ont poussée à passer cette habilitation, afin de pouvoir m’affirmer davantage et de défendre avec plus de poids ce projet d’envergure.
La présentation de ce projet m’amène à développer un autre pan de mon activité d’enseignant-chercheur, à savoir la traduction. Force est de reconnaître que la traduction est un exercice qui m’attire et me plaît depuis l’adolescence, déjà à l’époque du collège et du lycée, avec l’étude des langues anglaise et allemande. Couplé à mon intérêt pour la littérature, cela forme un binôme qui fonctionne parfaitement. L’apprentissage de la langue chinoise a dupliqué mon intérêt pour cet exercice. Aussi, pour reprendre l’image de la complémentarité entre peinture et calligraphie dans la tradition chinoise, je dirais que dans chacune de mes traductions il y a de la recherche, et que dans chacune de mes recherches il y a de la traduction. L’une ne va pas sans l’autre à mes yeux. Traduire des contes surnaturels, notamment, fut une évidence pour moi, autant pour l’époque ancienne que pour l’époque contemporaine. Puis ce fut le hasard qui mit sur ma route la littérature de chevalerie, avec Wang Dulu et sa pentalogie Tigre et dragon, où je dus apprendre à gérer la traduction d’un texte conséquent en termes de volume, ce qui m’a demandé beaucoup de rigueur et d’organisation. Tout comme la lecture de la traduction de Jacques Dars des Notes de la chaumière des observations subtiles changea mon destin en me faisant découvrir le personnage de l’esprit renard, la traduction du premier volume de la pentalogie Tigre et dragon entraîna d’autres opportunités plus variées et originales les unes que les autres : les éditions du Seuil me contactèrent pour travailler sur la traduction du roman La plaine du Cerf blanc de Chen Zhongshi, cotraduit avec Monsieur Shao Baoqing ; les éditions Kotoji me contactèrent pour traduire un manga de chevalerie hongkongais, Blood and Steel, adaptation d’une saga romanesque de l’écrivain Qiao Jingfu ; le dessinateur et storyboarder Frédéric Vervisch me contacta pour que je travaille avec lui sur une bande dessinée sur la Chine ancienne, projet auquel se mêla le scénariste renommé Christophe Cazenove, ce qui fut l’occasion pour moi de mettre en avant le Taiping guangji, dont j’adaptais plusieurs contes. Aussi suis-je dans l’obligation de reconnaître que le hasard et les rencontres ont joué un rôle primordial dans mon parcours, même si d’aucuns pourraient me reprocher une forme de candeur. Ce trait de mon caractère n’y est d’ailleurs sans doute pas pour rien dans l’attrait que j’éprouve pour les récits à teneur surnaturelle et fantastique ainsi que pour les créatures de l’étrange.
Ces différentes expériences, couplées à ma pratique en tant qu’enseignante, m’ont fait réfléchir plus largement au rôle de la traduction, à l’activité traduisante en elle-même, et à la place du traducteur dans la diffusion de la littérature. Il y a beaucoup de belles phrases dans ma synthèse, mais aucune n’est de moi : je les répèterai ici, tant elles sont lourdes de sens. Notamment celle de l’écrivain et traducteur espagnol Javier Marías, qui nous dit : « le traducteur est un écrivain privilégié qui a l’opportunité de réécrire des chefs-d’œuvre dans sa propre langue. » Je n’en avais pas pris conscience moi-même, mais c’est effectivement le cas, et je trouve cette citation très juste et très belle. Le traducteur a un rapport privilégié avec le récit qu’il traduit et avec son auteur, il en a une perception plus intime que celle qu’en aura le lecteur, qu’il s’agisse du lecteur du texte source ou de celui du texte cible. Une autre citation que je répète souvent en classe à mes étudiants est celle de l’écrivain portugais José Saramago, prix Nobel de littérature 1998, qui écrit : « Les écrivains font la littérature nationale et les traducteurs font la littérature universelle. » On ne peut le contredire quand on constate que les écrivains les plus connus à l’étranger sont bien souvent ceux qui sont aussi les plus traduits. Je ne peux par ailleurs aborder ce volet sur le thème de la traduction sans lire à voix haute la citation donnée en ouverture de ma synthèse, que nous devons aux écrivains et traducteurs italiens Carlo Fruttero et Franco Lucentini : « les traducteurs sont les derniers chevaliers errants de la littérature. » Traduire est un exercice passionnant, épuisant aussi, qui procure à la fois de la satisfaction et de la souffrance. Comme le disait André Lévy, que je me permets de citer plus longuement que les autres :

Si le traducteur s’accommode de sa malheureuse condition, c’est aussi qu’il en tire une drogue qui la lui fait oublier. Est-ce grâce à cela qu’il vient si souvent à bout de traductions réputées interminables ? Ou serait-ce l’aiguillon d’une sorte de stigmergie qui le pousserait à terminer la construction à l’instar de l’abeille laborieuse fabriquant son rayon de miel ? Ne faut-il pas distinguer plusieurs espèces parmi les traducteurs ? Ceux qui retournent amoureusement chaque pierre de l’œuvre à laquelle ils sont prêts à sacrifier neuf vies, ceux en qui le critique refoulé s’épanche dans les notes qui font de la traduction une œuvre tellement plus intéressante que l’original. Ou encore ceux qui s’identifient à l’auteur au point de chercher à rivaliser dans leur travail avec la vitesse de composition de l’original, en profitant, si possible, d’une grande familiarité préalable avec l’œuvre. […] Si l’approche de la fin amène la crainte d’un manque, son dépassement apporte la quiétude d’une désintoxication réussie, quand bien même demeure la crainte d’avoir à revenir sur ce qui semble appartenir à une vie antérieure.

Le traducteur œuvre dans l’ombre, et je trouve en me basant sur mon humble expérience de la traduction que c’est tout à fait volontairement, qu’il y a un plaisir certain en tant que traducteur à contribuer à faire connaître une œuvre et un écrivain, à les porter dans la lumière et à les mettre sur le devant de la scène, tout en restant soi-même à l’arrière plan. Car ce n’est pas la reconnaissance que nous visons, mais celle de l’œuvre traduite, et le fait qu’elle soit bien accueillie et largement diffusée nous procure une grande satisfaction : je n’en demande personnellement pas plus.
Si je crois beaucoup au destin, je reconnais toutefois que tout n’est pas le fruit du hasard : les rencontres n’aboutissent à rien s’il n’y a pas derrière une volonté et un enthousiasme à partager et à se lancer dans des projets originaux, même si ces derniers semblent a priori s’éloigner de nos thèmes de spécialisation initiaux. Mes collègues ne me contrediront pas sur ce point : je réponds la plupart du temps favorablement lorsqu’on me sollicite pour participer à des colloques pluri ou transdisciplinaires, qui ont bien souvent représenté des défis pour moi en termes de recherche, me faisant quitter ma zone de confort. Je parlerais notamment d’une recherche sur l’image de la Chine dans le De missione (qui était le thème imposé), ouvrage rédigé au XVIe siècle par des jésuites à partir des notes de voyage de la première ambassade catholique japonaise en Europe ; me vient également à l’esprit une étude sur Zhuge Liang et l’art de désorienter l’ennemi, avec les schémas de bataille chinois, sujet proposé dans le cadre d’un colloque sur le thème du labyrinthe dans la littérature ; je citerais encore la lutte contre la corruption en Chine à l’époque contemporaine à travers les jeux de caractères et les jeux de graphie, mais aussi une étude sur les zuzi et sur les poèmes « traits-d’esprit » ; ou encore une recherche sur le cannibalisme en Chine avec un focus sur les récits littéraires qui mettent en scène cette pratique ; et tout dernièrement une étude sur la traduction et la réception d’Italo Calvino en Chine, menée à l’occasion de la célébration du centième anniversaire de sa naissance, qui fut l’occasion de retrouver l’écrivaine Can Xue, qui a écrit un essai sur cet auteur.
Malgré ce bilan somme toute positif concernant ma production des vingt dernières années, la culpabilité d’avoir délaissé les études classiques, qui furent mes premières amours, me pèse néanmoins de plus en plus avec l’âge. Il reste tant à faire autour de la littérature classique, et tant à traduire… Ma curiosité pour tout et mon enthousiasme constant sont à cet égard autant un atout qu’un défaut, car je ne peux pas être sur tous les fronts et qu’il me faut m’affirmer davantage dans un domaine déterminé si je souhaite faire avancer la recherche. Aussi je souhaite apporter à cet édifice que sont les études littéraires en sinologie une pierre plus grosse et plus lourde que celles que j’ai pu apporter jusqu’à présent, en me consacrant pleinement à trois projets en particulier : la correction et la publication de ma thèse de doctorat sur le thème du renard dans les textes chinois ; la poursuite de mon travail de réflexion autour de la traduction littéraire, avec la publication de mon inédit sur l’approche réflexive de la traduction, et de nouveaux exercices sur lesquels je suis en train de travailler ; et enfin le projet de traduction intégrale du Taiping guangji, qui nécessitera un dévouement total, et dont je ne verrai sans doute pas l’aboutissement de mon vivant.
À l’issue de ce travail de demande d’Habilitation à diriger des recherches qui m’occupe depuis plusieurs mois, j’ai l’impression d’y voir plus clair, d’avoir redéfini mes priorités, et de savoir à présent quelle orientation je souhaite donner à mes travaux futurs. J’espère pouvoir gagner encore en maturité, en expérience et en légitimité pour parvenir à défendre ces projets, et pour parvenir à m’affirmer davantage, ce qui n’est pas un trait naturel de ma personnalité. Je souhaite que cette étape de l’habilitation me fasse gagner en confiance et en combativité, afin de pouvoir poursuivre ce qui a toujours été mon ambition : faire connaître la Chine à travers sa littérature.
Je vous remercie.
Solange Cruveillé

Au terme de cette après-midi riche en échanges, le jury a attribué à Solange Cruveillé le diplôme d’habilitation à diriger les recherches. Je lui renouvelle ici mes compliments et mes vœux pour une poursuite de carrière à la hauteur des qualités humaines et scientifiques dont elle a fait preuve au cours d’une période de formation et d’exercice de la charge d’enseignant chercheur de quelque 25 ans.



Citer ce billet
Pierre Kaser (2023, 6 décembre). Soutenance HDR : Solange Cruveillé. Littératures d'Asie et traduction. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtq9

Ce contenu a été publié dans Actualités, Billets par Pierre Kaser, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature classiques chinoises à Aix-Marseille Université (AMU), au département d'études asiatiques, membre de l'UMR 7306-Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et responsable de l'axe Littératures d'Asie et traduction (LAT, ancien Leo2t) et de la revue en ligne de l'axe, Impressions d'Extrême-Orient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.