Hommage à Sylvie Gentil (N. Dutrait)

Nous avons appris que Sylvie Gentil nous avait quittés. C’est une grande perte pour la traduction de la littérature chinoise contemporaine. Comme on l’a fait remarquer sur plusieurs sites, le nombre de traductions réalisées par Sylvie Gentil est impressionnant. Prendre connaissance de sa bibliographie, c’est faire un long voyage dans l’histoire de la littérature chinoise du début des années 1980 à nos jours, depuis Mo Yan jusqu’à Yan Lianke en passant par Xu Xing, Mian Mian et bien d’autres. Sylvie était une des rares traductrices professionnelles du chinois littéraire. La traduction n’était pas pour elle un second métier, mais son activité à part entière. Installée en Chine depuis très longtemps, elle baignait dans la culture contemporaine chinoise et traduisait en français cette littérature en pleine évolution avec une grande précision. Appelée de nombreuses fois à présenter sa méthode de travail dans des colloques sur la traduction ou dans des ateliers littéraires, elle faisait toujours montre d’une modestie parfaite. Elle expliquait qu’elle se tenait toujours derrière son auteur et qu’elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour rendre en français ce que l’écrivain chinois voulait dire. Son pragmatisme et sa modestie étaient constants. 

Nous avons eu la chance d’accueillir Sylvie à l’université d’Aix-Marseille en septembre 2014. Elle a participé au colloque international intitulé « L’œuvre de Mo Yan : traductions, réception et interprétations » en présentant une communication intitulée « Traduire Le Clan du Sorgho rouge ». D’une plume alerte, elle a rappelé dans quelles circonstances elle avait traduit avec Pascale Wei-Guinot la première traduction partielle du chef d’œuvre de Mo Yan pour les éditions Actes-Sud, puis, 25 ans plus tard comment elle avait enfin traduit ce roman en entier pour les éditions du Seuil. La modestie de Sylvie et sa capacité à s’émerveiller des livres qu’elle traduisait sont palpables dans les lignes ci-dessous :

« Quand les éditions du Seuil m’ont contactée (pour la traduction intégrale de Clan du Sorgho rouge), je n’ai pas hésité longtemps, tant l’achèvement de cette traduction relevait de la logique même (…) Je me suis lancée seule, avec énormément de plaisir. Plaisir dû, entre autres, de se retrouver en situation de se colleter avec la magnifique langue qui est celle du Clan du Sorgho rouge, dont je n’avais, par manque d’expérience, pas véritablement pris la mesure vingt-cinq ans plus tôt. Mais aujourd’hui, en remettant les choses en perspectives, je m’émerveille… »1

Nul doute que l’enthousiasme de Sylvie pour la traduction de la littérature chinoise contemporaine lui a permis de franchir toutes les difficultés qui se sont dressées devant elle depuis le début de sa carrière de traductrice malheureusement écourtée par la maladie.

Noël Dutrait

  1. Voir « Traduire Le Clan du Sorgho rouge, dans Mo Yan, au croisement du local et de l’universel, Actes du colloque international Paris/Aix-en-Provence, sous la direction de Yinde Zhang, Shuang Xu, Noël Dutrait, Seuil, 2016, p. 51 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *