JE Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie

Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie

Journée d’étude organisée par les doctorants de l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction, de l’IrAsia (UMR 7306)1

Samedi 18 novembre 2017, 9 h. – 18 h.

Aix-Marseille Université, 26, avenue Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence

Maison de la recherche, Pôle Multimedia, Salle de colloque n° 2

AMPHI SIX

Programme de la journée 

8:30, accueil des participants – 9:00, ouverture de la journée

09:10 – 1. Enjeux de traduction et prises de liberté (Pte : Lucie Angheben)

 

 

 

 

Joachim Boittout, « La traduction comme geste politique »

Joachim Boittout est normalien, agrégé de chinois et diplômé de l’EHESS. Après une formation initiale en littérature chinoise classique (Han orientaux et Six dynasties), sa thèse porte sur l’écriture de l’individualité envisagée dans son rapport à la construction de l’Etat chinois moderne de 1911 à 1938.

Ouvrage central du courant Canards Mandarins et Papillons de la première période (décennie 1910), le Yulihun (L’âme de Li belle de jade) fut d’abord publié, dès 1912, dans les colonnes d’un journal shanghaien les plus progressistes et les plus virulents des deux premières années de la période républicaine, le Minquanbao (Droits du peuple). Il relate l’amour tragique entre un jeune lettré (He Mengxia), instituteur dans la campagne de Wuxi, et une jeune veuve (Liniang). Fait notable, la traduction par Lin Shu (1899) de la Dame aux camélias de Dumas fils a exercé une influence déterminante sur le roman Xu Zhenya, notamment dans la description d’un environnement sentimental baigné par une mélancolie morbide et la critique de l’hypocrisie sociale dont sont victimes les femmes. Or, l’association à Dumas via le travail de traduction de Linshu coexiste avec un intertexte classique dont le roman est saturé. La double filiation du Yulihun, par la complexité des réseaux référentiels qui la traversent, représente ainsi un enjeu de traduction dont la maîtrise est déterminante pour en saisir toute la portée politique. Rendre compte des intertextes dumasien et littéraire chinois classique, en en restituant les spécificités respectives et selon des modalités différenciées, permet d’appréhender avec acuité la complexité de l’œuvre de Xu Zhenya.

Li Yimei, « La traduction de la cyberlittérature : un nouveau défi »

Doctorante en Langue et Littérature Chinoises (ED354), membre de l’IrAsia, elle prépare une thèse intitulée « Les nouveaux médias et la littérature chinoise : déclin ou renouveau » sous la direction du Professeur Noël Dutrait. Elle est titulaire depuis 2014 d’un Master Recherche en sinologie (AMU) durant lequel ses travaux portaient sur la littérature de la génération née dans les années 1980 (80后文学)

Avec la naissance de l’Internet, est apparu un nouveau genre littéraire en Chine appelé littérature Internet ou web littérature. Face à cette littérature, nous rencontrons deux types de problèmes : ceux liés aux spécificités de la langue Internet, et ceux liés aux particularités de la culture chinoise. La cyberlittérature, sans être écrite dans l’argot des forums Internet, manie la langue avec une certaine liberté : jeux de mots, calembours, invention de mots et de termes… ce qui peut être déroutant même pour un lecteur chinois. Cependant, parallèlement à ce côté « moderne » , voire « à la mode », la littérature Internet puise beaucoup dans la littérature traditionnelle, le fond religieux ancien et le folklore chinois en général, et manie donc des concepts et un vocabulaire difficiles à transposer en langue occidentale. Dorénavant, deux dictionnaires en chinois consacrés à l’explication du vocabulaire et des expressions de la littérature Internet peuvent nous aider à travailler sur la traduction, mais la difficulté reste considérable pour la traduction en français. C’est un double travail : d’abord une explication du chinois en chinois, puis une traduction du chinois vers le français. De plus, lorsque cela est possible, il faut trouver une expression équivalente en français.

Lee Hyonhee, « Le pouvoir créatif de la traduction coréenne des Misérables »

Doctorante en Littérature comparée à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, travaillant sous la direction de Laurence Dahan-Gaida sur une thèse intitulée « La diffusion du roman français en Corée dans la première moitié du XXe siècle », elle est, parallèlement à ses études, traductrice dans le domaine littéraire. Elle a notamment traduit La porte des enfers (Laurent Gaudé, Actes Sud, 2008), Dans le jardin de l’ogre (Leïla Slimani, Gallimard, 2014), La vie est brève et le désir sans fin (Patrick Lapeyre, P.O.L, 2010).

Les Misérables d’Hugo, roman français monumental, a été traduit à plusieurs reprises en version coréenne au cours de la première moitié du XXe siècle, période durant laquelle la Corée a connu un afflux de traductions, encouragées notamment par l’ouverture culturelle du pays sur l’Occident. Au-delà des aspects biographiques de ces versions différentes l’une de l’autre, nous nous pencherons en particulier sur l’aspect créatif du traducteur, Min Taewon (1894-1935), romancier, essayiste, journaliste, traducteur, ainsi que sur sa traduction des Misérables, publiée en feuilleton dans le journal quotidien Maeilshinbo du 28 juillet 1918 au 8 février 1919 sous le titre d’Aesa 애사 (lit. « Une Histoire triste »). Méconnue aujourd’hui, Aesa témoigne avec force du pouvoir créatif d’une traduction menée dans une perspective historico-littéraire à la charnière du roman ancien et du roman moderne. Nous nous interrogerons donc principalement sur la notion d’amour que le traducteur fait ressortir tout au long de sa traduction. En quoi cette quête d’amour de Jean Valjean que nous retrouvons dans la version traduite en coréen est-elle le fruit de l’invention du traducteur ?

Hemlata Giri Loussier, « Traduire pour ne pas traduire ? »

Titulaire d’un doctorat en littérature française de l’université de La Sorbonne Nouvelle-Paris 3, elle a été ATER à la section d’hindi d’AMU et à contribuer aux travaux de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction ». Actuellement ses enseignements et recherches portent sur la littérature, la langue, la civilisation et la culture indiennes.

Dans le monde francophone, l’Inde reste encore un pays dont les œuvres littéraires ne sont pas assez traduites. On n’y trouve que quelques œuvres classiques ou des best-sellers. La méconnaissance des langues indiennes et de la culture sont les principales raisons de cette pénurie. Traduire un roman d’une culture régionale à l’autre peut être un vrai casse-tête pour un traducteur étranger (même indien). Le même problème existe pour les œuvres littéraires étrangères traduites en hindi ou dans une autre langue régionale. Une fois ces problèmes presque surmontés, le vrai problème commence, celui de la traduction, parce que le travail d’un traducteur n’est pas que de traduire une langue mais une idée née dans un contexte culturel défini et propre à l’auteur. Le travail de traduction est de faire parvenir cette idée dans une autre langue sans en modifier le sens. Est-il véritablement possible de traduire au degré zéro ? Quelles sont les défis qui doivent être relevés par le traducteur pour traduire une œuvre classique dans le contexte contemporain? Est-ce qu’un traducteur a vraiment la liberté ou l’autorité de traduire une œuvre au gré de ses fantaisies ? L’objectif de cette communication sera de discuter et d’analyser les stratégies des traducteurs pour défendre leur position ainsi que la limitation de celles-ci qui ne sont pas infaillibles.

 

 

 

 

 

10:45, pause

11:00 – 2. Jeux de mots et expressions idiomatiques (Pt : Pierre Kaser, IrAsia)

 

 

 

 

Hou Yinghua, « La difficulté et la créativité dans la traduction des xiehouyu »

Doctorante (ED354) et membre de l’IrAsia, Hou Yinghua va prochainement soutenir une thèse dirigée par le Pr Noël Dutrait intitulée « La traduction de la littérature chinoise contemporaine en France (1981-2012) : état des lieux, stratégies de traduction, problèmes et réflexions ».

Le xiehouyu 歇后语, signifiant “propos après la pause’’, est un phénomène de langue unique en chinois. La structure sémantique particulière fait du xiehouyu une catégorie exceptionnelle parmi les idiotismes. Enracinés profondément dans la culture d’origine, les xiehouyu enrichissent les discours et produisent souvent des effets humoristiques. N’ayant pas de figures équivalentes en français, ces expressions constituent un des véritables défis de traduction, et le recours à un jeu de mots dans la deuxième partie de l’expression augmente la difficulté de traduction. Ils abondent dans la littérature chinoise contemporaine, notamment chez Mo Yan, faisant partie du style de l’écrivain, lequel est enraciné dans la tradition populaire du conte.
Nous proposons d’explorer leur traduction dans un de ses romans-fleuves La dure loi du karma, traduit par Chantal Chen-Andro (Le Seuil, 2009). Nous voudrions montrer la difficulté inhérente à la traduction de cette catégorie d’idiotisme chinois, et surtout le travail créatif effectué par la traductrice afin que le lecteur français puisse mieux ressentir le style de l’auteur. Nous nous interrogerons également sur les limites de la créativité dans la traduction des xiehouyu.

Li Shiwei, « Traduire l’humour de Lao She » 

Li Shiwei se verra prochainement décerner le prix de la thèse d’AMU pour un travail, dirigé par le Pr Noël Dutrait et soutenu le 24 novembre 2016, intitulé « Jin Ping Mei 金瓶梅 au travers de l’étude historique et critique de ses traductions anglaises et françaises ». Elle est membre de l’IrAsia et ATER à la section de chinois du Département d’études asiatiques d’AMU.

Shu Qingchun 舒慶春 (1899-1966), plus connu sous son nom de plume de Lao She 老舍, est l’un des écrivains chinois modernes le plus traduit en français. Excellent dans l’emploi des techniques de l’humour, il rencontre un grand succès auprès des lecteurs chinois dès la publication de ses premiers romans. Son humour est bien ancré dans le climat culturel et social dans lequel il a vécu, et dans la culture de sa ville natale, Pékin. Le goût artistique de ses ascendants mandchous et la littérature étrangère ont façonné ses talents pour le comique. En France, les œuvres de Lao She ont été traduites majoritairement par Paul Bady, spécialiste de la littérature chinoise moderne qui a consacré ses principales études à la vie et aux œuvres de Lao She. Notre présentation proposera une analyse des traductions de Paul Bady, notamment de sa traduction du roman Lihun 離婚 (Le divorce) sous le titre de La Cage entrebâillée. Nous nous intéresserons à ses techniques de traduction concernant les expressions humoristiques dans la narration et dans les dialogues. Nous nous interrogerons sur la manière dont le traducteur a exercé sa créativité dans les différents choix de traduction pour conserver dans son travail le style humoristique, qui est l’essence bien caractéristique de l’art du romancier.

He Wen, « Peut-on traduire les noms de plat de Nulle référence ? »

He Wen est doctorante en langue et littérature chinoises (ED354) et membre de l’IrAsia. Elle prépare une thèse sous la direction de Pierre Kaser qui porte sur l’étude de la littérature en dialecte Wu 吴 de la période Ming-Qing.

Datant du milieu de la dynastie des Qing (1644-1680), Nulle référence (Hedian 何典) est la première nouvelle de l’histoire du roman chinois écrite en dialecte Wu, précisément en dialecte de Shanghai. Considérée, en Chine, comme une œuvre extraordinaire, elle fut particulièrement estimée par Hu Shi 胡适 et Lu Xun 鲁迅 pendant le Mouvement de la Nouvelle Culture en 1919. Elle est, pour son auteur, Zhang Nanzhuang 张南庄, un des grands lettrés de Shanghai à son époque, un « jeu de plume et d’encre » empli de proverbes et d’argot du dialecte Wu dont la plupart ne sont plus usités de nos jours. Après avoir circulé parmi le peuple pendant presque quatre-vingts ans, ce livre fut enfin publié par le fameux journal shanghaïen Shen Bao 申报 en 1878.
Nous nous interrogerons sur la possibilité de traduire en français les noms des plats cités dans ce livre, lesquels sont en réalité des expressions dialectales détournées n’ayant, à l’origine, aucun rapport avec la cuisine. Nous nous interrogerons également sur les libertés que peut prendre le traducteur afin de rendre le plus fidèlement possible les différents jeux de mots que ces détournements d’expressions entraînent.

 

 

 

 

 

12:30~14:00, pause déjeuner : salle A012

14:00 – 3. Le fond jamais sans la forme (Pte : Li Shiwei)

 

 

 

 

Xiao Wei & Lise Pouchelon, « Traduire la littérature du chinois au français par l’intermédiaire ou non d’une langue relais »

Doctorantes en Langue et Littérature Chinoises (ED354). La thèse de Xiao Wei, dirigée par Pierre Kaser, porte sur l’analyse de la réécriture de la mythologie tibétaine en langue chinoise dans le roman Gesa’er Wang de Alai ; celle de Lise Pouchelon, dirigée par Noël Dutrait, porte sur la traduction de la littérature chinoise moderne et contemporaine vers le français. Lise Pouchelon a également étudié et traduit l’écrivain taïwanais Lo Yi-chin : « Consonne » (Jentayu, hors-série Taïwan, octobre 2016) ; « Le mémorial de Tchang Kaï-chek » (Taipei, histoires au coin de la rue, Paris, L’Asiathèque, 2017).

Alai 阿来, écrivain d’origine tibétaine et d’expression chinoise, est peu connu en France, bien que son chef-d’œuvre Chen’ai luoding 尘埃落定 (La poussière s’installe/Les Pavots rouges) ait rapporté à son auteur le prix Maodun : une récompense prestigieuse qui lui a été attribuée pour la finesse et la simplicité de sa langue chinoise. Nous avons traduit pour le septième numéro de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient (à paraître) un extrait d’un autre roman d’Alai, Gesa’er Wang 格萨尔王 (Le Roi Gesar), qui reprend une célèbre épopée des régions tibétaines, et tenté dans notre entreprise de respecter les codes stylistiques, sociolinguistiques et poétiques du texte original. Au contraire, sa traduction anglaise publiée par Canongate, effectuée par Howard Goldblatt et Sylvia Li-chun Lin, adopte une attitude tout à fait différente : elle tâche de rendre le texte source moins redondant et simplifie l’ensemble du roman. Nous nous demanderons donc quelles peuvent être les attitudes et les latitudes des traducteurs de la littérature sino-tibétaine, et ce qu’impliquent leurs différents choix.

Kevin Henry, « Entre action et contemplation – De la traduction de la poésie du sociologue chinois Fei Xiaotong »

Depuis septembre 2017, Maître de conférences en Langues, Lettres et Traductologie, spécialisé en langue et culture chinoises, à l’Université de Mons (Belgique), Faculté de Traduction et Interprétation FTI-EII, Service de Communication écrite.

Le sociologue Fei Xiaotong (1910-2005) traversa les soubresauts d’une Chine qui connut assurément de profonds bouleversements au XXe siècle. Outre les avancées réelles qu’il permit d’apporter à sa discipline dans des ouvrages révolutionnant notamment la perception de la paysannerie chinoise, le savant, issu d’une illustre famille de lettrés, était un poète consommé. Ce cas d’étude se penchera sur les défis auxquels nous nous sommes heurté dans la traduction française de plusieurs de ses poèmes inclus dans une biographie lui étant dédiée. De facture classique, la poésie de Fei Xiaotong comporte non seulement une part lyrique importante, nourrie par les épreuves qu’affronta l’auteur, mais aussi une dimension programmatique non négligeable, car le scientifique se servit souvent de la poésie pour véhiculer métaphoriquement opinions, points de vue ou concepts théoriques. Sera principalement abordée la question du rythme, de la scansion et des jeux de son de même que des images et autres tropes, ainsi que la pertinence de conserver ces effets dans la traduction. Nous nous pencherons également sur la portée de ces poèmes dans une biographie dithyrambique choisie par l’éditeur pour faire connaître aux lecteurs francophones cette personnalité qui participa résolument à la transformation radicale de la Chine.

Philippe Che, « Doit-on retraduire les Entretiens de Confucius ? »

Spécialiste du taoïsme et de ses textes fondateurs, également traducteur, notamment de Ge Hong (La Voie des Divins immortels, Gallimard, « Connaissance de l’Orient », 1999), Philippe Che est maître de conférences au Département d’Etudes asiatiques de l’Université Aix-Marseille et membre de l’IrAsia.

Une douzaine de traductions françaises existent de ce texte fondateur qui a inspiré quelques uns de nos sinologues les plus brillants : Anne Cheng, Pierre Ryckmans, André Lévy, Jean Levi … Pas moins de six traductions en ont été publiées depuis 1981.
Il me semble pourtant qu’on peut encore améliorer l’adaptation de ce texte en français, à deux niveaux : premièrement, les traductions françaises ne rendent pas toujours justice à un certain génie de la formule propre aux Entretiens. Mais surtout, deux termes récurrents désignant deux des piliers de la morale confucéenne, à savoir ren 仁 et yi 義 (le plus souvent traduits par « humanité » et « justice ») méritent une véritable réflexion, et sans doute une nouvelle traduction. C’est à partir de ces observations que je proposerai quelques pistes pour une nouvelle traduction française de ce texte.

 

 

 

 

 

15:15, pause

15:30 – 4. Langues sources semées d’embûches (Pte : He Wen)

 

 

 

 

Kim Hye-Gyeong, « Quand les scribes coréens dansent »

Maîtresse de conférences à la section de Coréen du Département d’Etudes Asiatiques d’AMU, elle est membre de l’IrAsia et en tant que traductrice de la littérature coréenne contemporaine, elle a déjà signé 7 traductions depuis 2007.

Pour réfléchir au processus de traduction de la littérature coréenne, j’ai choisi la nouvelle « La danse du scribe » de Han Yujoo. Née en 1982, elle débute à l’âge de 21 ans. Han Yujoo s’attache à déployer sa propre expérimentation de la forme romanesque. Elle transpose les douleurs existentielles du moi dans la problématique du rapport à son objet primordial, c’est-à-dire, la langue. Cette jeune écrivaine refuse toute narrativité. Dans son troisième recueil de nouvelles, « À main gauche, le Roi. À main droite, le Scribe », elle continue ses expériences : ne rien raconter tout en murmurant, pour ne créer qu’un lieu de l’écriture en refusant presque le temps verbal du passé, pour évoquer seulement les traces éphémères des objets en une suite de propositions négatives, pour finalement défaire les mailles de l’histoire qu’elle est en train de tricoter. Dans le cadre de la communication, je vais présenter les différentes étapes passées pour arriver à la traduction de l’œuvre, avec l’assistance de l’auteure.

Louise Pichard-Bertaux, « Séries verbales, particules sémantiques et classificateurs : quelques embûches et perplexité de la traduction du thaï »

Louise Pichard-Bertaux est  ingénieur de recherche au CNRS, affectée à l’IrAsia comme analyste de sources en langues d’Asie. Elle travaille notamment sur des corpus d’archives en birman mais aussi sur la littérature contemporaine thaïe et sa traduction.

La traduction de la langue thaïe, et plus particulièrement de la littérature contemporaine, se heurte parfois à des nuances fines qui viennent perturber le traducteur (ou la traductrice !) et le laissent dubitatif quant au choix des mots en français. La langue thaïe étant isolante et à tendance monosyllabique, elle est souvent extrêmement économique en nombre de mots en comparaison du français, mais également d’une précision quasi chirurgicale. Ou pas. Et c’est bien sur ce genre de difficultés que le traducteur va trébucher, avant de tourner le segment de phrase en tous sens, de le pétrir, de l’étirer, de l’explorer, de l’expulser même et de le laisser mûrir pour mieux le comprendre. L’intervention portera donc sur ce genre de rencontres compliquées mais passionnantes qui font évidemment tout le sel de la traduction, en s’appuyant sur des exemples extraits de textes littéraires ou de manuels divers.

Lucie Angheben, « Traduire la littérature coréenne contemporaine : une approche créative de la nouvelle « Eli » de Choi Jin-yeong »

Lucie Angheben est doctorante à l’université Aix-Marseille en Théories et Pratiques de la Création Artistique et Littéraire (ED354) et travaille sur la traduction des nouvelles des jeunes auteurs coréens sous la direction d’Alexis Nuselovici (Cielam) et de Hye-gyeong Kim-De Crescenzo (IrAsia).

La traduction en français (ou dans toute langue européenne) des littératures d’Asie a toujours demandé aux traducteurs des prouesses stylistiques et langagières, afin de créer un pont entre deux sphères culturelles et deux langues extrêmement éloignées et offrir en partage la beauté du texte littéraire. La littérature coréenne ne fait pas exception et la maitrise aisée de son alphabet ne change pas la donne.
À travers des exemples tirés de la nouvelle « Eli » ( 엘리, 2011) de Choi Jin-yeong 최진영, nous nous questionnerons sur les difficultés de traduction inhérentes à la langue coréenne utilisée par une jeune auteure du XXIe siècle (qui nous semble s’occidentaliser, par exemple, à travers certaines structures de phrases ou l’utilisation de vocabulaire konglish issu de la langue anglaise), doublées des éléments culturels inconnus du lectorat français ignorant de la Corée, et sur la nécessaire créativité du traducteur. Bien que guidée par le texte original, la traduction est un acte de création à part entière, dont nous examinerons les rouages, les enjeux et les limites.

 

 

 

 

 

16:45, pause

17:00 – Table ronde autour de L’Art d’un homme libre de Gao Xingjian

 

 

 

 

Noël Dutrait (IrAsia)

Professeur émérite de langue et littérature chinoises à AMU, ancien directeur de l’IrAsia, traducteur, entre autres, de Mo Yan et Gao Xingjian.

Anne Sastourné (Editions du Seuil)

Editrice aux Editions du Seuil.

Jean-Claude de Crescenzo (IrAsia)

Spécialiste de la Corée, directeur des Etudes coréennes, maître de conférences à AMU, membre de l’IrAsia, traducteur de littérature coréenne et fondateur de la revue Keulmadang et des Editions Decrescenzo.

François Dubois (IrAsia)

Soutiendra prochainement une thèse intitulée « Les avatars de l’auteur dans l’œuvre de Mo Yan » et dirigée par le Professeur Noël Dutrait, traducteur de Rao Pingru (Notre histoire, Le Seuil, 2017)

 

 

 

 

 

18:00, fin de la journée.

  1. Voir l’appel à l’URL : https://leo2t.hypotheses.org/788 []

Une réflexion au sujet de « JE Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie »

  1. Ping : Lao She à AMU | Littératures d'Asie et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.