La disparition d’un grand sinologue-traducteur : André Lévy (1925-2017)

Détail de la photo de couverture du DVD du film « Paroles d’Asie et du Pacifique [André Lévy] » de J.-F. Sabouret/M. Seto (RéseauAsie-Imasie, 2010)

La nouvelle de la disparition d’André Lévy, survenue le 3 octobre, a plongé tous ses lecteurs fidèles dans la plus profonde tristesse et laisse un vide dans le paysage sinologique français déjà bien altéré par la mort de Jacques Dars, voici déjà 7 ans : à eux deux, ils avaient mis à la disposition des amateurs français de littérature chinoise ancienne une part non négligeable de sa création romanesque et de sa prose classique.

Encore trop touché par cette perte inestimable, je ne me lancerai pas aujourd’hui dans l’établissement d’une évaluation de la contribution d’André Lévy à la connaissance d’un pan majeur de la culture chinoise ancienne, sa littérature principalement pré-moderne : le relevé de ses nombreux écrits savants (quelques conséquents ouvrages de référence sur principalement le conte et le roman chinois anciens, plus d’une cinquantaine d’articles auxquels s’ajoutent quelques centaines de notices et de recensions, le tout publié sur une période de plus de cinquante ans) reste encore à établir1. Pourtant, il faut, au plus vite, rétablir par une énumération plus conséquente les présentations qu’on a pu lire ici ou 2.

Le traducteur qui a été salué avec émotion n’est pas, assurément, l’homme que d’un seul exploit. André Lévy n’a cessé de relevé des défis en se confrontant à des textes non seulement très variés et, pour certains, très épais, mais il a réussi à rendre vivants des monuments de la création littéraire chinoise, à les animer d’un souffle qui va lui survivre.

Voici un relevé sommaire des traductions signées par lui3, relevé qui présente des failles (y manquent, pour le moins, les traductions publiées en revue) ; je le comblerai une fois l’émotion un peu apaisée ; en gras, l’année de publication des monstres littéraires qu’il a terrassés pour notre plus grand bonheur, sorte de Top 5 sur plus de deux douzaines de titres publiés en l’espace de 37 ans :

  • 1970. Une douzaine de contes en langue vulgaire tirés des Pai’an jingqi 拍案驚奇 de Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644)
  • 1972. Sept contes tirés des San Yan 三言 de Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646)
  • 1981. Neuf contes « policiers » tirés du même corpus.
  • 1985Jin Ping Mei 金瓶梅
  • 1986. Lettres de voyageurs chinois en France
  • 1991Xiyouji 西遊記
  • 1992. Douze contes (chuanqi 傳奇) en langue classique de la dynastie Tang 唐 (618-907)
  • 1993. Une nouvelle douzaine de chefs-d’œuvre du chuanqi des Tang
  • 1994. Une nouvelle traduction du Lunyu 論語 (Entretiens de Confucius)
  • 1995Niezi 孽子 de l’auteur taïwanais Bai Xianyong 白先勇 (1937-)
  • 1995Shanghai Triad  (Banggui 幫規) de Li Xiao 李曉 (1950-)
  • 1996. Les premiers rouleaux du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異 de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)
  • 1996. Douze des quatorze contes érotiques du Yipianqing 一片情
  • 1997. Un des quatre récits du Bain’er zhai 弁而釵
  • 1997. Cent poèmes d’amour de la Chine ancienne
  • 1997. Neuf contes érotiques du Huanxi yuanjia 歡喜冤家
  • 1997Taipei ren 臺北人 de Bai Xianyong
  • 1999. Onze contes érotiques du Huanxi yuanjia
  • 1999. Mudanting 牡丹亭, le chef-d’œuvre du théâtre de Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1616)
  • 2000. Un manuel d’érotologie, le Sunü miaolun 素女妙論
  • 2002. Wuya 烏鴉 de Jiudan 九丹 (1968-)
  • 2003Miyuan 迷圓 de Li Ang 李昂 (1952-)
  • 2003. Le Mengzi 孟子
  • 2004Niurou mian 牛肉麵de Li Ang
  • 2005. L’intégrale du Liaozhai zhiyi 
  • 2007Handan ji 邯鄲記, pièce de Tang Xianzu.

André Lévy avait la passion de la traduction. Il s’en expliquait dans une communication ainsi intitulée dans laquelle il donnait la formule du plaisir de traduire4 :

Comment s’expliquer que le traducteur passionné déteste autant lire des traductions qu’il aime en faire ? La corrélation va de soi puisqu’il joint au plaisir de triturer la langue source celui de torturer la langue cible.

Mais plus qu’un traducteur au long cours et un sinologue exigeant, André Lévy était un fin connaisseur et un amoureux de la littérature chinoise. On s’en rend compte à chaque page de son  « Que sais-je ? », présenté par lui comme « une tentative d’offrir au lecteur de bonne volonté le moyen de se faire une idée de ce qu’est la littérature chinoise traditionnelle ». Pour attendre ce but, il a choisi des passages qui font mouche ; comme celui-ci5 emprunté à Su Shi 蘇軾 (1037-1101) :

Toute chose mérite considération et, puisqu’elles le méritent, toutes sont sources de joie potentielle. Il n’est pas nécessaire qu’elles soient rares ou merveilleuses, belles ou imposantes. Un simple breuvage de riz fermenté suffit à donner l’ivresse, des fruits et légumes peuvent rassasier. A pousser ce genre de raisonnement, comment ne serais-je point joyeux là où je demeure ?

On aimerait pouvoir le remercier encore de nous avoir tant donner.

  1. Un coup d’œil au catalogue du Sudoc fournira une vision synthétique de sa production savante : http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SET=3/TTL=91/NXT?FRST=1 ; On pourra également consulter le catalogue de la bibliothèque universitaire d’AMU qui liste 39 contributions : https://catalogue.univ-amu.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl?q=an:146232753 []
  2. Juste avant de publier ce billet, j’ai découvert que Vincent Durand-Dastès m’avait précédé sur le carnet de recherche d’ASIEs, avec un hommage inspiré. Je vous invite à le lire à l’URL : https://asies.hypotheses.org/1381 []
  3. En cliquant sur l’année de publication, on pourra découvrir les références bibliographiques des traductions qui seront présentées plus en détail dans un avenir proche sur ce carnet. []
  4. Voir Alleton, Viviane, Lackner, Michael (dir.). De l’un au multiple : Traduction du chinois vers les langues européennes. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999. accessible en ligne à l’URL : http://books.openedition.org/editionsmsh/1491 []
  5. Voir André Lévy, La Littérature chinoise ancienne et classique. Paris, PUF, 1991pp. 43-44 []

Une réflexion au sujet de « La disparition d’un grand sinologue-traducteur : André Lévy (1925-2017) »

  1. Ping : Ecrivaines de la Chine impériale [AL 2017 | 2:3-01] | Littératures d'Asie et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.