Ecrivaines de la Chine impériale [AL 2017 | 2:3-01]

L’atelier littéraire du 23 octobre dirigé par Li Shiwei sur le thème de La femme asiatique en littérature m’a conduit à faire un bilan des travaux disponibles pour aborder ce sujet, donc à proposer une intervention intitulée : Ecrits de femmes de la Chine ancienne : un corpus à découvrir — approches bibliographique et prospective, dont voici un bref résumé, offrant principalement les références bibliographiques des ouvrages signalés1 et qui serviront, dans un deuxième temps, pour établir un état des lieux de la recherche qui reste encore à faire2.

En français. On ne peut, pour commencer, que s’attrister de la pauvreté des matériaux en langue française. Il n’y a pas (à ma connaissance) d’étude de fond sur le sujet, si l’on excepte le toujours aussi goûteux ouvrage de Danielle Elisseeff, La Femme au temps des Empereurs de Chine. Paris : Stock, 1988, mais qui ne traite pas particulièrement de la femme qui écrit. Il semble essentiel pourtant de commencer par signaler un état de la recherche qui, s’il a maintenant quinze ans d’âge, n’en est pas moins éclairant et encore utile, notamment pour sa bibliographie, mais aussi pour le vœu exprimé en conclusion de voir paraître des études qui viendraient enrichir la recherche sinologique, vœu qui ne semble pas avoir été entendu :

  • Zufferey, Nicolas, « La condition féminine traditionnelle en Chine. Etat de la recherche », Etudes chinoises, vol. XXII, année 2003, pp. 185-229

Pour s’en tenir à la sphère littéraire, on n’aura aucune vue d’ensemble à signaler et l’on peinera à aligner des traductions de textes, mis à part : 

  • Catherine Gipoulon, Qui Jin, Pierres de l’oiseau Jingwei. Femme et révolutionnaire en Chine au XIXème siècle. Paris : Des femmes, 1976, 298 p.

L’ouvrage offre une version remaniée d’une thèse de troisième cycle, dirigée par André Lévy et soutenue en juin 1975 à Bordeaux par Catherine Gipoulon sur Qiu Jin 秋瑾 (1875-1907) dont le parcours, héroïque mais tragique, est retracé dans une deuxième partie (pp. 139-194) ; la troisième partie est consacrée à la condition féminine en Chine à la fin du XIXe siècle ; mais ce qui en justifie pleinement la consultation, plus de quarante ans après sa publication, est la traduction du Jingwei shi 精衛石 dont Qiu Jin commença la rédaction lors de son séjour au Japon. Il s’agit d’une narration prévue pour se développer en vingt chapitres dans le style encore très apprécié à l’époque du tanci 彈詞, genre populaire qui apparut vraisemblablement au XVIe s. pour connaître sa vogue pendant l’ère Qianlong 乾隆 (1736-1796) des Qing 清 (1644-1911) et qui combine narration parlée et passages destinés à être chantés.  La jeune femme n’en composa que les cinq premiers chapitres, qui ne furent publiés qu’après sa mort (elle aura, à 32 ans, la tête tranchée le 17 juillet 1907 sur la place publique de Shaoxing). Elle y développe une critique féroce et engagée du sort réservé aux femmes dans la Chine de son temps, livrant ce qui peut passer pour un manifeste féministe.

On trouvera également des traductions de textes écrits par des femmes disséminées dans des anthologies, comme l’Anthologie de la poésie chinoise récemment publiée à la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2015). Son maître d’œuvre, Rémi Mathieu, a veillé à ce que l’ouvrage offre des productions féminines. Parmi les poétesses retenues, on croise3 :

  • Ban Jieyu 班婕妤 (48-6) [1] ; Ban Zhao 班昭 [Cao Dagu] (49-120) [4] ; Cai Yan 蔡琰 [Cai Wenji 蔡文姬] (178-?) [1] ; Gu Taiqing 顧太清 [Gu Chun] (1799-1877) [4] ; He Shuangqing 賀雙卿 (1715-?) [5] ; Hu Taihou 胡太后 (?-528) [Impératrice des Wei du Nord] [1] ; Li Qingzhao 李清照 (1084-1155) [8] ; Li Ye 李冶 (? -784) [2] ; Liu Rushi 柳如是 [Liu Shi] (1618-1664) [1] ; Qiu Jin 秋瑾 (1877-1907) [3] ; Wu Zao 吳藻 (1799-1862) [5] ; Wu Zetian 武則天 (624-705) [Impératrice Wu] [1] ; Xi Peilan 席佩蘭 (1760-1829) [3] ; Xu Can 徐燦 (1610-1678) [6] ; Xue Tao 薛濤 (768-832) [2] ; Yang Jiduan 楊繼端 (1773-1817) [3] ; Yifenr 一分兒 (?-1368) [1] ; Zhenzhen 真真 (?-1300) [1] ; Zhu Shuzhen 朱淑真 (1135-1180) [6] ; Zhulianxiu 珠簾秀 (?-1279) [1]

Soit 20 poétesses, ce qui correspond à quelque 5% des poètes convoqués pour cette anthologie, et compte pour 59 poèmes sur les 1850 de l’ouvrage4. Page XI de son « Introduction », Rémi Mathieu indique : 

« La poésie est un terrain de jeux et de joutes — mais aussi d’expression d’idées et de sentiments d’auteurs mâles —, où les défis sont lancés pour la gloire, sur un thème imposé ou une forme donnée. On se plaît à composer une pièce à deux, trois ou quatre mains, et le défi est de taille si l’on se risque au palindrome. C’est un monde en apparence masculin où le prestige vaut récompense. Mais qu’en est-il des femmes ? Quoique certains anciens textes poétiques passent pour transmettre la parole féminine, les premières poétesses ne sont pas connues avant les Han. Si bien que les pièces du Classique des poèmes (Shijing [詩經]) expriment la joie ou la douleur d’une épouse, est-ce par l’intermédiaire de poètes du palais, ou de paysannes dont les chants ont été transcrits ? La question et sa réponse ne sont pas près d’être closes. Les premières poétesses dont on connait le nom, Ban Jieyu (48-6) et Ban Zhao (49-120), puis Cai Yan (177 ?- 206 ?), appartiennent bien sûr à l’aristocratie. Plus tard, quelques autres passeront à la postérité — dont l’éminente  Li Qingzhao  (1084-1155) et la moderne Qiu Jin (1877-1907). Il leur reviendra de dire la douleur des amours perdues plus que la joie des passions heureuses. Une mode consista à faire exprimer l’affectivité féminine (du moins telle qu’on l’apprécie) par des hommes, technique éprouvée aux époques classiques. Puisque, globalement, les femmes sont tenues à l’écart de cette activité créatrice qui suppose une grande maîtrise d’écriture, une profonde connaissance des textes référentiels et une diffusion des œuvres, toutes latitudes qui leur étaient rarement octroyées. Le monde de la poésie serait donc, pour l’essentiel, celui d’hommes lettrés et de fonctionnaires d’Etat. »

On peut, comme nous l’avons déjà signalé ailleurs5, poursuivre la découverte en consultant l’ouvrage suivant, même si son titre est un peu trompeur : 

  • Vincent Durand-Dastès, Valérie Lavoix (dir.), Une robe de papier pour Xue Tao. Choix de textes inédits de littérature chinoise. Paris : Espaces & Signes, 2015, 242 p.

C’est, en effet, Cai Yan 蔡琰 (178-?), « femme de la cour de la fin des Han qui fut kidnappée par les Hu 胡 et ne put rentrer en Chine en 208 qu’en laissant ses deux enfants dans les steppes » dont Isabella Falaschi a traduit les « Hujia shiba pai » 胡笳十八拍 (Dix-huit stances sur chalumeau barbare) composition poétique particulièrement poignante6.

Des travaux de traduction sur des poétesses chinoises avait déjà permis aux lecteurs français de réaliser que le génie poétique chinois ne s’était pas manifesté qu’au masculin :

  • Xue Tao 薛濤 (770 ?-832) : Pierre Lorrain (traduction) et Zhu Jie (calligraphie) offrirent, en 1992, un choix de 51 poèmes sous le titre Un torrent de montagne  (Paris : Editions de La Différence, collection « Orphée »)
  • Li Qingzhao 李清照 (1084-1155) : Liang Pai-Tchin lui rendit un hommage terni par une traduction perfectible dans Œuvres poétiques complètes de Li Qingzhao (Li Ts’ing-tchao) (Paris :  Gallimard,  coll. « Connaissance de l’Orient »,  1977, 184 p.)7

On est impatient de voir se concrétiser un projet comme celui que nourrit, depuis des années, Sandrine Marchand, laquelle s’est occupée de la dynastie Qing dans l’Anthologie de la poésie chinoise8, qui est d’offrir au public français un vaste choix de traductions de poésies exclusivement féminines.

A noter que l’on trouve des traductions plus anciennes de Li Qingzhao, et de Zhu Shuzhen, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de les lire. On les doit à George Soulié de Morant (1878-1955) qui en rappelle l’existence en introduction à son Anthologie de l’Amour chinois. Poèmes de lasciveté parfumée (Paris : Mercure de France, 1932) :

Parmi les poèmes chinois, déjà nombreux, traduits en langues d’Occident, il n’existe, fait étrange, aucun chant d’amour. Quelques œuvres expriment une mélancolie printanière tendre et irritée ; en particulier celles des poétesses Li Tsring-tchao, du XIe siècle, et Tchou Chou-tchenn, au XIIe, que j’ai fait connaître dans mon Florilège des Poèmes Song9. Aucune ne résonne des accents brûlants de la passion, ou même du ton plus léger de la galanterie.

Soixante-cinq ans après l’Anthologie de Soulié, André Lévy livrait aux Editions Philippe Picquier (1997), le fruit d’un projet similaire et beaucoup plus abouti et cohérent. Parmi les Cent poèmes d’amour de la Chine ancienne, on trouve pourtant peu de poèmes de femmes : trois de Li Qingzhao et celui, très humoristique, intitulé « Un chien de son maître » (« Quan li zhu » 犬離主)10 de Xue Tao que voici :

Il a surveillé le portail quatre ou cinq ans, / Son poil sentait bon, ses pattes étaient propres : / Son maître l’aimait beaucoup. / Il s’est mis à mordre sans raison les clients, / Les parents et mes chers amants : / Il ne pourra plus faire la sieste sur mon tapis rouge.

La célèbre courtisane écrit ailleurs selon la traduction de Florence Hu–Sterk : « Tout le monde peut écrire des poèmes coquins ; / Moi seule capture des scènes délicates et subtiles. »11 La spécialiste de la poésie de la période Tang n’a pas manqué de faire entendre la musique poétique féminine dans ce registre particulier, dans :

  • Hu-Sterk, Florence, Ainsi bat l’autre-cœur. Anthologie commentée de poèmes d’amour chinois. Paris : Edition You Feng, 2008, 208 p.

Parmi les poétesses convoquées, on trouve : Li Wan 李婉 qui, avec son époux Jia Chong 賈充 (217-282), laissa un « rare exemple d’un véritable dialogue amoureux versifié dans un langage direct et sans fioritures » (pp. 45-47) ; la nonne taoïste Yu Xuanji 魚玄機 (ca. 844-868) ; Xue Yuan 薛媛 (Xe siècle), qui écrivit à celui qui l’avait délaissée : « Facile de peindre des yeux en pleurs ; / Difficile de dessiner un cœur brisé ! / J’ai peur de tomber dans l’oubli ; / Regardez ce portrait, je vous en prie ! »12 ; Wei Wan 魏玩 (morte vers 1078) qui fut aussi appréciée que Li Qingzhao par le grand Zhu Xi 朱熹 (1130 – 1200) ; Nie Shengqiong 聶勝夐, courtisane des Song du Nord ; l’épouse du poète Dai Fugu 戴復古 (début du XIIIe siècle) ; Guan Daosheng 管道昇 (1262-1319) épouse du célèbre peintre et calligraphe Zhao Mengfu 趙孟頫(1254-1322) auteur du « Wo nong ci » 我儂詞 (Chanson de moi et de toi) dans lequel elle cherche à dissuader son mari de prendre une concubine et qui finit par les vers : « Vivants, sous une même couverture ; / Morts, dans une même sépulture. » 和你生同一個衾。死同一個槨.13 ;  Jia Yunhua 賈雲華 (1314-1368) ; Zhang Hongqiao 張紅橋 (Début des Ming) ;  Wu Fanghua 吳芳華 (milieu des Ming). On y retrouve aussi l’Impératrice Hu des Wei,  Xue Tao, Zhu Shuzhen, Li Qingzhao, avec notamment un très convaincante traduction de l’une de ses pièces les plus célèbres, « Sheng sheng man » 聲聲慢 : « Je cherche, cherche, quête, quête ; / Il fait froid, froid, glacial, glacial ; / Sombre, sombre, terne, terne, triste, triste. … Tout cela comment le dire ? / Le seul mot « tristesse » ne saurait suffire ! »  尋尋覓覓,冷冷清清,凄凄慘慘戚戚。… 這次第,怎一個愁字了得.14

N’oublions pas non plus l’excellent ouvrage que Kwong Hing Foon 鄺慶歡 (1944-1990) consacra à  « une jeune fille du palais des Han 漢, nommée Wang Zhaojun 王昭君, [qui] fut [en 33 av. J.-C.] mariée par l’empereur Han Yuandi 元帝 (48-33 av. J.-C.) à un souverain des Xiongnu 匈奴. Il s’agissait là d’un mariage politique visant à nouer des relations amicales entre les deux pays. Cette jeune fille quitta la Chine pour toujours ; mais elle a survécu dans le souvenir des Chinois, génération après génération, comme figure à la fois historique et politique, légendaire et symbolique. » (« Introduction », p. 1) :

  • Kwong Hing Foon, Wang Zhaojun. Une héroïne chinoise de l’histoire à la légende. Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises », 1986, V-479 p.

Dans l’hommage qui lui fut rendu par Jean-Pierre Diény (1927-2014) celui-ci écrit : « Si Kwong Hing Foon avait vécu, elle serait devenue en peu d’années une authentique spécialiste de l’histoire des femmes chinoises. […] Elle avait entrepris de confronter avec les textes normatifs qui déterminent depuis l’Antiquité la condition et les devoirs de la femme chinoise les documents de toute nature qui s’ouvrent sur la vie réelle d’une moitié de la Chine. Grand et beau projet, anéanti aussitôt que conçu.  » Dans la foulée, il livrait une fine traduction annotée et commentée du chapitre XIX du Shishuo xinyu 世說新語 proposant 32 portraits de femmes offerts dans une rubrique baptisée « Talentueuses beautés » (« Xianyuan » 賢媛) :

  • Diény, Jean-Pierre, « Portraits de femmes. Le chapitre XIX du Shishuo xinyu » dans Jean-Pierre Diény (éd.), Hommage à Kwong Hing Foon. Paris : Collège de France, Institut des Hautes Études Chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des Hautes Études Chinoises », vol. XXX, 1995, pp. 77-113).

On portera également une grande attention à l’ouvrage que le grand spécialiste de la dynastie Tang, Robert des Rotours (1891-1980), avait consacré au Beili zhi 北里志 de Sun Qi 孙棨 sous le titre très explicite de :

  • Courtisanes chinoises à la fin des T’ang entre circa 789 et le 8 janvier 881. Pei-Li Tche (Anecdotes du quartier du Nord) par Souen K’i, traduit du chinois et annoté par Robert des Rotours. Paris : Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises », vol. XXII, 1968, 199 p.

On lira également l’article suivant15, non seulement car il est de la main de celui qui fut, il y a cinquante ans, à l’origine de l’enseignement du chinois à Aix-en-Provence, mais aussi parce qu’il renvoie aux travaux de la sinologue Grace S. Fong dont il va être question plus loin :

  • Vandermeersch, Léon, « Poèmes féminins du seuil de la mort dans la Chine des Qing », Savoirs et clinique, 2004/2 (n5), pp. 63-66.

Voilà pour le français !16

La question de la littérature féminine dans la Chine ancienne ne peut donc être traitée de manière satisfaisante si l’on se contente des productions sinologues en langue française actuelles. Une part du salut se trouve notamment dans les écrits d’une poignée de sinologues anglo-saxons qui ont, ces vingt dernières années, bien balisé le terrain et offert dans des ouvrages ambitieux une riche matière pour le chercheur qui, par incapacité ou par facilité, souhaiterait s’affranchir d’une consultation directe du corpus chinois.

En anglais, le choix est donc plus vaste, non seulement grâce à des anthologies généralistes17, mais aussi à des anthologies thématiques, ainsi que dans de nombreuses monographies et des publications universitaires de grande qualité.

La présentation d’aujourd’hui n’aura pour but de n’en signaler quelques unes, remettant à plus tard l’établissement d’une bibliographie critique plus complète.

Avant d’ausculter quelques études éclairantes, penchons-nous sur une volumineuse anthologie publiée en 2004 :

  • Idema, Wilt (Pr., Harvard Univ.), Grant, Beata (Pr, Washington Univ.), The Red Brush & Writing Women of Imperial China. Cambridge (Mass.)-Londres : Harvard University Press, Harvard University Asia Center, coll. « Harvard East Asian Monographs », n° 231, 2004, XVI-931 p.18

Il s’agit de la collection d’un vaste choix de textes par, ou sur, des écrivaines chinoises de la période impériale. Elle propose, réparties en 16 chapitres offrant une approche à la fois chronologique et thématique, la présentation et la traduction de textes de tailles et de natures différentes, allant des écrits de l’historienne Ban Zhao 班昭 (60-115)19 à ceux de Qiu Jin.

Un complément indispensable pour la bonne exploitation de cet ensemble sans équivalent est fourni sur internet, à l’URL : http://digital.wustl.edu/r/red/index.html. Cet espace, en accès libre et doté d’une double interface, en anglais et en chinois, offre en plus d’une bibliographie allégée par rapport à l’édition papier20 les versions originales en chinois des quelques 500 pièces traduites dans l’ouvrage papier, à partir de l’URL : http://digital.wustl.edu/r/red/browse.html

On sera aussi attentif à la base de données textuelles, fruit d’une collaboration sino-américaine impliquant cinq instituts universitaires, coordonnée par le Pr. Grace S. Fong et qui cible la période couvrant les dynasties Ming 明 (1368-1644) et Qing 清 (1644-1911) :

Actuellement, ce sont pas moins de 265 collections — sous formes d’imprimés ou de manuscrits, dont la plus anciennes date de 1608, et certaines publiées pendant la période républicaine, voire au-delà (1955) —, qui ont été décortiquées et numérisées. La base donne ainsi, dans sa forme actuelle, accès aux écrits de presque 5000 écrivaines et poétesses, ainsi qu’à ceux de 1398 écrivains, c’est dire la richesse de son contenu21.

Passons aux monographies qui peuvent, dans certains cas, n’aborder le problème de l’écriture féminine que de façon marginale, mais qui traitent, d’une manière ou d’une autre, des femmes pendant la période impériale. On les doit à des sinologues femmes exerçant dans les meilleures universités anglo-saxonnes : Ellen WidmerKang-i Sun Chang, Li Wai-yee, Wu YennaDorothy Ko, ,,,,

  • Widmer, Ellen, Chang, Kang-i Sun (eds.), Writing Women in Late Imperial China. Stanford : Stanford University Press, 1997, xiii-544 p.
    • 13 communications réparties en 4 parties : 1. « Writing the Courtesan » ; 2. « Noms en Selves » ; 3. « Poems in Context » ; 4. « Hong lou meng« 
  • Li Wai-yee, Women and national trauma in late imperial Chinese literature. Cambridge, Mass : Harvard University Asia Center, 2014, xi-638 p
    • Monumentale étude en six parties : 1. « Male Voices Appropiating Feminie Diction » ; 2. Female Voices Appropiating Masculine Diction » ; 3. « Heroic transformations » ; 4. « The Fate of Pleasures and Passions » ; 5. « Victimhood and Agency » ; 6. « Judgment and Nostalgia »
  • Wu Yenna, The Chinese Virago. A Literary Theme. Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1995, x-312 p.
    • Cinq parties : 1. « Socio-psychological Foundations » ; 2. « Archetypes and Antecedents » ; 3. « Condemnation » ; 4. « Caution and Reform » ; 5. « Comedy »
  • Ko, Dorothy, Teachers of the Inner Chambers. Women and Culture in Seventeenth-Century China. Stanford : Stanford University, 1994, xvi-395 p.
    • Trois parties : 1. « Social and Private Histories » : 2. « Womanhood » ; 3. « Women’s Culture »
  • Susan Mann, Precious Records. Women in China’s Long Eighteenth Century. Stanford : Stanford University, 1997, xii-326 p.
    • 6 parties avec une introduction et un conclusion (« Gender Relations Through Space and Time ») : 1. « Gender » ; 2. « The Life Course » ; 3. « Writing » ; 4. « Entertainment » ; 5. Work » ; 6. « Piety »
  • Fong, Grace S., Herself an Author : Gender, Agency, and Writing in Late Imperial China. Honolulu : University of Hawai’i Press, 2008
    • En attente de lecture
  • Widmer, Ellen,  Fong, Grace S. (eds.), The Inner Quarters and Beyond: Women Writers from Ming through Qing. Leiden : Brill, 2010.
    • En attente de lecture
  • Ellen Widmer, The Beauty and the Book. Women and Fiction in Nineteenth-Century China. Cambridge (Mass.)-Londres : Harvard University Press, Harvard University Asia Center, coll. « Harvard East Asian Monographs », n° 268, 2006, xiv-407 p.
    • 8 chapitres en deux parties : 1. « Contiguities: Women, Fiction, and Print Culture Circa 1830 », avec un chapitre consacré à « Hou Zhi 侯芝 (1764-1829) and « Women’s Tanci », pp. 69-101 ; 2. « Contiguities: Honglou meng ying in Its Nineteenth-Century Setting
  • Susan Mann, Cheng, Yu-Yin (eds.), Under Confusian Eyes. Writings on Gender  in Chinese History. Berkeley-Los Angeles-London : University of California Press, 2001, ix + 310 p.
    • Cet excellent ouvrage est présenté par ses éditeurs comme le compagnon d’un Women and Confucian Culture in Premodern China, Korea, and Japan. C’est le fruit d’un travail d’équipe mené depuis 1994 qui a pour objet premier de repenser le confucianisme sous l’angle de l’analyse des genres et de leur rapport. Il s’adresse non seulement aux sinologues sensibles à ce sujet, mais aussi à tous ceux qui professeurs, étudiants et curieux s’intéressent à l’histoire de la femme chinoise.  Il fournit un ensemble de traductions de textes écrits entre le IXe et le XIXe siècles soit par des femmes, soit les concernant directement. La primauté est donnée aux matériaux des deux dernières dynasties (13 textes sur un total de 18). Presque tous les textes sont traduits intégralement et tous précédés d’une introduction signée par leur traducteur. Pour chacun d’eux, on trouve, en fin de volume, un glossaire des noms propres et une bibliographie qui permet dans une large mesure de compléter les annotations réduites à leur strict minimum. … On trouve ainsi, rangés dans l’ordre chronologique un panel assez large de textes : des biographies de femmes célèbres, des lettres, des livres de morale (notamment une intéressante confrontation du Livre de la Piété filiale avec sa version féminine, Nü xiaojing 女孝經), un essai autobiographique (celui de la poétesse Ji Xian 季嫻 (1614-1683)), des poèmes, mais aussi deux extraits du Liaozhai zhiyi 聊齋志異 de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715) et un choix d’écrits de Wang Duanshu 王端淑 (1621- ap. 1701) qui montre que certaines femmes de la Chine impériale possédaient, non seulement une riche sensibilité littéraire, mais aussi une érudition égale sinon supérieure à celle de nombre de leurs contemporains mâles. [Extrait d’un CR publié dans la Revue Bibliographique de Sinologie, 2002].

Sur Li Qingzhao

Concernant la grande poétesse des Song du Sud, qui a défini les arcanes de la poésie chantée de son temps, le ci 詞, Li Qingzhao 李清照 (1084-1155), on prendra plaisir à lire la belle monographie de Ronald Egan, Professeur à l’Université de Stanford :

Mais je ne peux mettre un arrêt à ce relevé sans signaler un ouvrage dont le titre est une promesse qui est brillamment remplie avec la présentation et la traduction d’un corpus significatif sur les débuts du féminisme en Chine :

  • Liu, Lydia H., Ko, Dorothy (eds.), The Birth of Chinese Feminism : Essential Texts in Transnational Theory. New York : Columbia University Press, cop. 2013. XII-308 p.
    • On trouve notamment une intéressante présentation historique : « The Historical Context: Chinese Feminist Worlds at the Turn of the Twentieth Century » (pp. 27-49), puis des textes de Liang Qichao 梁啓超 (1873-1929) et Jin Tianhe 金天翯(1874-1947) mais aussi de He-Yin Zhen 何殷震 (aka He Ban 何班, He Zhen 何震, ca. 1884-1920 ?), qui comme Qiu Jin, à peine évoquée dans l’exposé historique liminaire, passa un moment au Japon (1907) et l’influença dans ses écrits qu’elle signait parfois avec son mari Liu Shipei 劉師培 (1884-1919).
  • Prospectives

Lancer les bases de ce qui pourrait un jour se présenter comme une anthologie d’écrits féminins, ou mieux une histoire de la littérature féminine chinoise, soit offrir l’équivalent français de l’ouvrage du grand sinologue chinois Tan Zhengbi 譚正璧 (1901-1911) dont les œuvres ont été rééditées aux éditions Shanghai guji en 13 volumes :

  • Tan Zhengbi 譚正璧, Zhongguo nüxing wenxue shihua . Tianjin : Baihua wenyi, 1984, 3-7-468 p.

Le chapitre 7 est notamment consacré au roman en langue vulgaire (tongsu xiaoshuo 通俗小說)22 et au genre du tanci 彈詞, genre encore largement négligé car difficile d’accès et redoutable à traduire, à cause des règles prosodiques qui s’imposent à son écriture. Tan Zhengbi le connaissait bien , ainsi que les genres populaires connexes, puisqu’il leur avait consacré des études et des ouvrages qu’il révisa avec sa fille, Tan Xun 譚尋, dans les années 1980 :

  • Tanci xulu 彈詞敘錄. Shanghai : Shanghai guji, 1981, 1-8-329 p.
  • Tanci tongkao 彈詞通考. Beijing : Zhongguo quyi, 1985, 13-2-519 p.
  • Muyu ge, Chaozhou ge xulu 木魚歌潮州歌敘錄. Beijing : Shumu wenxian, coll. « Wenshizhe yanjiu ziliao congshu », 1982,  14-197 p.

Là encore, la voie de la redécouverte des littératures des marges a été largement ouverte outre-Atlantique, avec notamment les publications conduites sous la houlette du Pr. Wilt L. Idema (1944-). Citons en seulement deux23 :

  • The Butterfly Lovers. The Legend of Liang Shanbo and Zhu Yingtai. Four Versions, with Related Texts. Edited and Translated with an Introduction by Wilt L. Idema. Indianapolis/Cambridge : Hackett Publishing, 2010, xxxvi-220 p.
  • Mulan. Five Versions of a Classic Chinese Legend with Related Texts. Edited and Translated with an Introduction by Shiamin Kwa and Wilt L. Idema.  Indianapolis/Cambridge : Hackett Publishing, 2010, xxxii-136 p.

Ces publications offrent un modèle très stimulant et révèlent, comme nous l’a appris Gérard Genette, que « si  l’on aime les textes, on doit bien souhaiter, de temps en temps, en aimer (au moins) deux à la fois »24. Un texte chinois invite toujours à en lire d’autres, beaucoup d’autres, soit dont il dérive, soit dont il est la source. Celui que je vais évoquer en conclusion est de ce type et aussi un objet remarquable dans l’histoire de la réception de la littérature chinoise en Occident.

Si une telle direction (qui n’empêche pas de garder en tête un projet plus ambitieux) devait être prise, savoir s’attacher à faire découvrir un tanci, pourquoi ne pas mettre sur l’établi la traduction de la balade cantonaise Huajian ji 花箋記, possiblement le premier ouvrage chinois lu par Gœthe (1749-1832)25 qui l’aurait découvert à travers la traduction anglaise de Peter Perring Thoms (fl. 1814-1856) qui date de 1824 et qui influença la traduction allemande de Heinrich Kurz (1805-1873) publiée en 183626 ?

Ne serait-ce pas, en révélant un chef-d’œuvre du tanci, rendre hommage au début d’une aventure qui mérite d’être poursuivie et intensifier ?

  1. NB. Cette bibliographie sommaire sera complétée au fur et à mesure de mes découvertes et de vos suggestions []
  2. Lecture liminaire : « Lü le Quatrième » tiré du Luanyang xiaoxia lu 灤陽消夏錄 première parie du Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記 de Ji Yun 紀昀 (1724-1805) dans la traduction de Jacques Dars, Passe-temps d’un été à Luanyang. Paris : Gallimard, collection « Connaissance de l’Orient », n° 99, 1998 ; texte original : voir http://ctext.org/wiki.pl?if=en&chapter=771158 , paragraphe 8 []
  3. Par ordre alphabétique du nom ; entre crochets, le nombre de poèmes traduits []
  4. C’est beaucoup plus que dans celle dirigée par Paul Demiéville, entreprise entre 1954 et 1957 et publiée chez Gallimard en 1962 dans la collection « Connaissance de l’Orient » []
  5. Voir notre présentation sur ce carnet de recherche à l’URL : https://leo2t.hypotheses.org/144 []
  6. Voir Op. cit., pp. 147-157 []
  7. Et dont 58 odes (sic) sont diffusées par Bertrand Goujard éditeur et traducteur, via le site web des éditions Vent du soir, en version bilingue et payante, à partir de l’URL : http://www.ventdusoir-poesie.fr/li-qingzhao.htm []
  8. Op. cit., pp. 977-1096. Sandrine Marchand est maîtresse de conférences HDR à l’Université d’Artois []
  9. Le titre complet est Florilège des Poèmes Song 960 – 1277 après J. – C. Paris : Plon-Nourrit, 1923 []
  10. Il est tiré de la suite de dix poèmes intitulée « Shi li shi » 十離詩 (Dix séparations []
  11. R. Mathieu (ed.), Anthologie, op. cit., p. 450 []
  12. F. Hu-Sterk, Op. cit., p. 92 []
  13. Op. cit., pp. 166-168 []
  14. Op. cit., pp. 132-133 []
  15. Il est accessible en ligne à l’URL : https://www.cairn.info/revue-savoirs-et-cliniques-2004-2-page-63.htm []
  16. Ce relevé pourra être le cas échéant complété : merci de me signaler dans les commentaires les références manquantes. Je laisse de côté les textes souvent poignants dans lesquels des lettrés disent leur amour pour une, ou des, concubines et épouse défuntes, et renvoie à ma traduction d’un texte de Li Yu (1611-1680) parue dans Impressions d’Extrême-Orient 4, à l’URL : http://ideo.revues.org/342 []
  17. Je proposerai un de ces prochains jours une présentation critique plus détaillée de ces travaux []
  18. Côte BU : 895.109 IDE []
  19. Voir à son sujet la notice qu’André Lévy signa dans son Dictionnaire de littérature chinoise. Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2000, pp. 14-15. Il y reproduit un extrait d’une épitaphe traduite en 1778 par le père Amiot (1718-1793) exprimant magnifiquement le caractère exceptionnel de la carrière de cette femme qui laissa outre des écrits historiques, et des réflexions sur la manière d’éduquer les femmes, des textes poétiques remarquables []
  20. Voir à l’URL : http://digital.wustl.edu/r/red/bibl.html ; pour la version papier, voir Op. cit., pp. 811-836 où l’on trouve les références aux sources chinoises, mais aussi de très utiles suggestions de lecture complémentaires en anglais. L’ensemble s’achève sur un glossaire des noms propres et titres d’ouvrages et deux index []
  21. Pour une présentation plus détaillée de la base, je vous invite à lire l’introduction signée Grace S. Fong, à l’URL : http://digital.library.mcgill.ca/mingqing/english/introduction.php []
  22. Sur la possibilité de l’écriture de roman érotique par des femmes, voir notre billet : https://kaser.hypotheses.org/515 []
  23. En attendant d’avoir le temps pour compléter avec les autres titres déjà publiés, vous pouvez consulter sa notice Wikipedia []
  24. Palimpsestes. La littérature au second degré. Paris : Le Seuil, coll. « Poétiques », 1982, p. 452 []
  25. L’hypothèse a été proposée par André Lévy. Voir notre billet sur l’ancien blog de l’axe, à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2007/07/entre-parenthses.html []
  26. Sur cette traduction et ce qu’elle doit à la version anglaise et à l’environnement sinologique parisien du début du XIXe s., voir Roland Altenburger, « Early French Sinology and the Question of « Plagiarizing » Re-translation: The Case of Heinrich Kurz’ German Rendition of Huajian ji », in Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University of Hong Kong Press, coll. « Asian Translation Traditions Series », n ° 2, 2015, pp. 205-243 []

2 réflexions au sujet de « Ecrivaines de la Chine impériale [AL 2017 | 2:3-01] »

  1. Cher Pierre, bravo pour ce premier jet….qui me donne aussitôt l’envie d’en rajouter! Je n’ai pas encore eu entre les mains ce livre entièrement consacré au Tanci, et que l’on doit là aussi à une chercheuse basée aux Etats-Unis : Guo Li, Women’s Tanci Fiction in Late Imperial and Early Twentieth-Century China…La page de l’éditeur est alléchante: http://www.thepress.purdue.edu/titles/women%E2%80%99s-tanci-fiction-late-imperial-and-early-twentieth-century-china. L’as-tu vu passer? L’attention portée depuis des années aux personnages et points de vue féminins dans la littérature en langue vulgaire par Keith McMahon me donnerait presqu’envie de rajouter son nom, par dérogation, à ta liste des « sinologues femmes exerçant dans les meilleures universités anglo-saxonnes »!

    • Merci, cher Vincent, pour la référence à cet ouvrage que je ne connaissais pas. Bien évidemment, ma liste est encore très réduite et devrait faire une place aux travaux de Keith McMahon… affaire à suivre donc, avec ton aide précieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.