Littératures d’Asie et traduction (2018-2022), en bref

Mis en avant

En ce début d’année, l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia a redéfini ses priorités et fait le compte de ses forces et de ses ambitions. 

L’axe est actuellement animé par 10 membres statutaires de l’IrAsia, dont pas moins de 10 doctorants actifs, ainsi que plusieurs membres associés ou sur le point de le devenir.

Il s’attache depuis sa naissance à étudier sous différents angles (histoire, réception, traduction, critique) la création littéraire d’Asie en chinois, coréen, hindi, japonais, vietnamien, thaï et ourdou.  Lire la suite

Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie

Mis en avant

Poursuivant une exploration des Nouvelles tendances littéraires d’Asie entamée l’année dernière1, la journée d’étude organisée par des doctorants de l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction de l’IrAsia et du Cielam2, portera sur le thème Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie3. Elle se déroulera le mercredi 30 mai, salle du colloque numéro 2 du bâtiment mutlimedia du Centre des Lettres de l’Université Aix-Marseille, 29 avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence4.

Programme

08:30 • Accueil des participants

09:00 • Discours d’introduction/de bienvenue

  • 09:15 • Guo Yingzhou, « Au-delà de l’encre, la web-poésie chinoise »

    Docteure en langue et littérature chinoises à l’université d’Aix-Marseille, participe aux activités de l’axe de recherches « Littératures d’asie et Traduction » au sein de l’Institut d’études asiatiques. A soutenu en 2016 une thèse portant sur la réception des œuvres des écrivains franco-chinois : François Cheng, Gao Xingjian, Dai Sijie et Shan Sa. Lectrice à l’université d’Aix-Marseille entre 2012 et 2015. Documentaliste à l’Espace de Recherche et de Documentation (ERD) Gao Xingjian au sein du Service Commun de la Documentation à l’université Aix-Marseille entre 2009 et 2012. Auteure d’un roman Au revoir, les yeux bleus publié aux éditions de Wuhan en Chine en 2002.
    Depuis les années 1990, internet donne un second souffle à la poésie chinoise malgré sa situation marginale. La liberté de la création, l’accès à tous, l’interaction avec les lecteurs sur internet, ensuite le « self média » comme « Wechat » « Blog » « Micro-blog », ont modifié les relations auteur/texte/lecteur, ouvrant aux lecteurs de nouvelles perspectives multimédias. Recherchant une liberté d’expression, cette poésie met en avant la culture et le langage populaires. Ainsi, le cyber-espace devient le lieu symbolique de la construction et de l’émancipation de soi. Cette quête de Je/jeu dans un désir carnavalesque collectif semble devenir un mode de vie, voire un divertissement dans une culture de plus en plus commercialisée en Chine. Cela suscite des débats sur le rôle de la poésie dans la société chinoise et son esthétique spécifique. En effet, l’hypertexte et l’hypermédia de la poésie (wangluoti shige) sont peu développés. Si cette nouvelle poésie accorde plus de place au lecteur qui parfois se substitue à l’auteur, une autre cyber-écriture dans les sites comme Shi shenghuo (www.poemlife.com) s’investit plutôt sur la créativité de l’auteur, conduisant le lecteur vers une lecture poétique. Cela implique une recherche ontologique de la poésie toutefois sans rompre avec sa disposition traditionnelle sur la page. La relation ambiguë entre internet et imprimé provoque des tensions intergénérationnelles. Ma communication observera plusieurs formes de poésies numériques et ses diverses lectures postmodernes pour démontrer le paradoxe derrière le succès de ce genre dynamique, afin de redéfinir la poésie chinoise actuelle.

  • 09:45 • Louise Pichard-Bertaux, « En un seul jour : Win Lyaovarin et les petites choses de la vie »

    IRHC CNRS, IrAsia, UMR7306, AMU
    Cette communication est centrée sur l’ouvrage « หนึ่งวันเดียวกัน [nung wan diaw kan] » de Win Lyaovarin publié en 2001. Graphiste, architecte, designer, Win est aussi écrivain et mêle textes et images, mots et visuels afin de fabriquer une écriture tout à fait originale et innovante. Ses mises en page déstructurent la linéarité habituelle des romans et nouvelles thaïes en dépoussiérant le genre d’un magistral coup de plume. Après une courte présentation de cet auteur prolifique, l’accent sera mis sur l’ouvrage nung wan diaw kan qui est sans doute l’un des livres le plus représentatif de son style. Les objets du quotidien, ceux que l’on utilise chaque jour comme ticket de bus, boîte à lettres ou répondeur, sont prétextes à de courts récits dans lesquels phrases et dessins ou photos se complètent et se répondent. Le génie créatif de Win est là porté à son paroxysme mais, au delà de la performance, on s’interrogera sur la qualité littéraire du recueil.

  • 10:15 • Lee Hyeon-hee, « Kim Dong-sik, une nouvelle espèce d’écrivain de l’ère ultra-connectée »

    Je suis doctorante en Littérature comparée, rattachée au laboratoire CRIT (Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles) à l’univerité de Bourgogne Franche-Comté à Besançon où je fais une thèse portant sur « la diffusion du roman français en Corée dans la première moitié du XXème siècle » sous la direction de madame le professeur Laurence Dahan-Gaida. Après avoir travaillé de nombreuses années en tant qu’éditrice dans les maisons d’édition en Corée, je suis actuellement, parallèlement à mes études, traductrice dans le domaine littéraire.
    « Paris change ! mais rien dans ma mélancolie n’a bougé ! » Certainement, Baudelaire du XIXe siècle évoque sa nostalgie d’une ville bouleversée par les changements hausmanniens, mais le monde se constitue par le relai, par le changement. A l’occasion de la journée d’étude sur le thème « Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie », je souhaiterais vous inviter à la découverte de la nouvelle tendance d’écriture et de lecture qui modifie le paysage romanesque coréen et que l’on pourrait résumer en une phrase : « on écrit plus court et on lit plus vite. » En effet, un nouveau genre romanesque aux diverses appellations – telles que flash fiction, fiction d’une pause cigarette, fiction d’une feuille, mini-fiction, ‘Prosetry’, micro-story, sudden fiction, short-short story, fiction d’une carte postale, fiction d’une tasse de café – apparaissant, les écrivains coréens s’apprêtent à modifier leur style d’écriture : plus court, adapté au goût d’un nouveau lectorat issu de la génération ultra connectée. Entre autres, Kim Dongsik, l’auteur des 66 courtes histoires, publiées en trois volumes à la fin de 2017 représente un cas particulier. Issu d’une famille extrêmement infortunée, il fut poseur de carrelage dès son adolescence, puis a travaillé en chaudronnerie jusqu’à récemment. Il s’agit donc d’un écrivain autodidacte qui n’a jamais eu l’occasion d’apprendre « comment écrire ». N’ayant pas d’autre loisir que celui de consulter le site internet, « l’humour d’aujourd’hui » (« 오늘의 유머 ») dans lequel les membres publient des courtes histoires parfois drôles parfois terrifiantes, émerge un jour en lui le désir de publier ses propres. Mais une question fondamentale le bloque : Comment écrire une histoire ? Ainsi, il navigue d’un site à un autre en quête d’un ‘savoir écrire’ et y ramasse des informations sur l’écriture, puis enfin, il se met à publier, l’une après l’autre, des petites nouvelles qui ne dépassent jamais une feuille A4. Les membres du site quant à eux, fascinés par la fraîcheur du ‘jamais vu’ illustrée non seulement dans le style abrupt, malhabile et extrêmement satirique, mais aussi par les sujets qu’il traite, sauvages, extravagants, fantastiques (refus de la civilisation que l’humanité a déjà construite, chute du système social, apparition de la dystopie ou d’un monde imaginaire, domination du cyborg, etc) l’encouragent à continuer d’écrire en lui laissant de nombreux commentaires. Kim Dongsik avouera d’ailleurs, lors d’une interview, que son meilleur professeur d’écriture furent les membres du site. D’une certaine manière Kim Dongsik représente d’une part la naissance « d’une écriture collective », d’autre part la véritable « transgression » littéraire voire sociale de l’ère ultra connectée : il efface la frontière du genre et du thème, puis il détruit le mur solide qui sépare les écrivains intellectuels des « incultes ». Désormais on peut écrire de tout, et quiconque peut devenir un écrivain. Explorant le monde que Kim Dongsik illustre dans ses « flash fiction », nous nous proposons d’examiner de plus près les caractéristiques de ce nouveau genre : Comment peut-on situer ce genre-là dans la continuité de l’histoire littéraire coréenne ? Quel destin pour ces romans si courts ? Y a-t-il toujours une frontière entre celui qui écrit et celui qui lit à notre ère ultra connectée ? Nous tenterons également une approche comparative et historique de la question du lectorat de masse apparu il y a cent ans environ grâce au roman feuilleton, en nous interrogeant sur la question suivante : en quoi, les lecteurs du roman feuilleton et ceux de flash fiction sont-ils différents ?

  •  

    10:45 • pause

  • 11:00 • Wu Yannan, « Les genres littéraires à l’époque des médias individuels »

    Doctorante en littérature française, Université Paris III
    Depuis la première décennie du XXIe siècle, la popularisation des smartphones rend la lecture possible partout et à tout moment. Dans le même temps, de nombreux médias individuels (les comptes personnels sur Weibo, Wechat, etc) ainsi que des applications de lecture apparaissent pour accompagner ce changement. Les maisons d’édition et les écrivains, acteurs traditionnels de la “littérature pure”, créent également leurs comptes sur internet pour diffuser leurs textes et connaitre immédiatement l’avis de leurs lecteurs. La production littéraire en Chine est donc bouleversée par ces media qui ont permis l’émergence de nouveaux genres littéraires. Je voudrais d’abord aborder la question de la multiplication des textes courts dans différents genres. Les textes courts sont nombreux sur ces media car ils sont adaptés aux exigences d’une lecture fragmentée et improvisée. Leur multiplication revivifie certains genres traditionnels comme la poésie qui est restée longtemps en marge du champ littéraire en Chine. Sur ces media, les romans sont publiés par fragments et découpés en suivant les moments où le suspens est le plus fort, comme dans les romans chinois traditionnels. Ces exigences rendent également de nouveaux genres populaires comme les mini-romans ou les fragments de textes et de citations courts accompagnés d’images. Je voudrais ensuite approfondir la question du métissage du genre autour de deux facteurs : le premier est le caractère “libre” des media individuels. La défiance vis-à-vis des média papiers et une censure rigoureuse poussent certains écrivains à publier par le biais de ces nouveaux outils. Dans ce cas-là, les media individuels deviennent un espace libre où les différents genres sont moins clairement délimités. Ces espaces permettent la publication d’essais mêlant autobiographie, mémoires, récit fictif, critique d’art, et commentaires politiques. Le deuxième facteur est la demande des lecteurs. Ces derniers ont tendance à vouloir remplacer les “media autoritaires” par de nouveaux médias traitant des problèmes sociaux récents et soutiennent l’apparition d’un nouveau genre mêlant le journalisme et la littérature, le réel et le fictif.

  • 11:30 • François Dubois, « La cyber-littérature en Chine, adaptable sinon universelle »

    Docteur en littérature chinoise, IrAsia
    À l’heure actuelle en Chine, la littérature pure n’est plus si canonique qu’elle l’a été dans les années 1980. Elle fait pâle figure parmi une offre de lectures de plus en plus segmentée et ciblée. Le travail proprement textuel qui la fait qualifier de pure rend en effet son adaptation à d’autres médias moins aisée, plus exigeante en créativité, des manières d’écrire plus aisément adaptables à l’écran et donc plus rentables s’imposent progressivement comme nouveaux canons. Par ailleurs, de nouveaux genres se multiplient, dérivant soit de courants antérieurs, comme la fantasy, soit d’œuvres ayant pu susciter un écho chez une génération comme la littérature des jeunes années (qingchun wenxue). Ces genres sont l’équivalent des écoles et courants littéraires d’antan dans un contexte transmédiatique : ils apparaissent et évoluent généralement grâce à internet et leurs références culturelles s’étendent, au-delà d’une intertextualité purement littéraire, à l’actualité du monde de l’auteur, notamment des expressions popularisées via internet s’immisçant dans le récit, en dépit parfois de sa voix narrative. Ces genres nouveaux ont l’intérêt de refléter, en creux ou directement, la société chinoise, si nous y voyons des échappatoires ou des exutoires, ou si nous les analysons comme des fruits d’un désir de faire recette, en deux sens : vendre au plus grand nombre et proposer ou suivre, pour ce faire, des recettes plus mercantiles qu’artistiques. Il s’agit de faire recette sans faire de vagues, deux impératifs qui caractérisent ce qu’on peut appeler le mainstream de la littérature dans la Chine d’aujourd’hui. Par sa dynamique massive, ce courant révèle des auteurs de talent, mais nous pouvons penser qu’il entrave la création des véritables monuments textuels qui font la littérature ; parmi le « bouquet » de genres et de cyber-romans-feuilletons que présente à l’internaute tel ou tel site de littérature en ligne, il n’y a guère de place pour les inadaptables, les sans-suspense ou les iconoclastes.

  • 12:00 • Gwennaël Gaffric, « Quelle herméneutique pour la cyber-littérature chinoise ? »

    Docteur en études chinoises et transculturelles de l’Université Lyon 3, Gwennaël Gaffric a consacré sa thèse aux questions écologiques dans la littérature taïwanaise. Actuellement chercheur postdoctorant au sein de EASt (Center of East Asian Studies) à l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), ses travaux actuels s’inscrivent dans le cadre du projet « GENEsYs » sur « East Asian Youth: Identities and Practices in Public Spaces » et portent sur la cyberlittérature en Chine, en particulier la science-fiction.
    À l’heure où la cyberlittérature est devenue la forme littéraire la plus lue (ou « consommée ») en Chine, il paraît indispensable de s’intéresser à la façon dont elle propose une reconceptualisation du schéma triadique « auteur (émetteur) – œuvre (message) – récepteur (lecteur) ». Dans cette intervention, j’exposerai les défis théoriques et méthodologiques qui se présentent aux chercheurs qui tentent d’étudier la cyberlittérature chinoise. Je m’intéresserai ainsi à la manière dont les modalités d’écriture, de lecture et de diffusion de la littérature chinoise du Net pose un défi aux théories de la lecture, de l’explication et de l’interprétation traditionnelles. Seront principalement explorées la figure de l’auteur et du lecteur de cyberlittérature, ainsi que le rôle des forums, à l’appui d’exemples tirés de différents cyber-romans issus de plusieurs genres, parmi lesquels la littérature du voyage dans le temps (chuanyue xiaoshuo 穿越小说) et de l’uchronie (jiakong lishi xiaoshuo 架空历史小说). J’essaierai de montrer que malgré son caractère extrêmement codifié, la cyberlittérature en Chine ne peut être simplement appréhendée comme une sous-littérature commerciale et technologisée, mais qu’elle présente des caractéristiques originales propres à réinventer l’acte d’écriture et de lecture d’un texte littéraire.

  •  

    12:30 • pause déjeuner

  • 14:00 • Queer Hinny (Allan Simpson), « Les ‘voies invisibles’ et la marginalité dans l’oeuvre de Kim Hye-na »

    QH (ou Hinny) (queerhinny@gmail.com) est poète, astrologue amateur, garçon homo de Northumberland habitant à Londres. Il prepare actuellement une thèse de doctorat intitulée “Pour une théorie queer dans le contexte de la littérature contemporaine sud-coréenne (et des romans de Kim Hye-na)”. Ses champs d’intérêt sont les études queer et l’étude des classes, la politique queer radicale, la poésie et la littérature contemporaine de la Corée, le cinéma et les arts coréens, l’intersectionalité et la décolonisation. En dehors de l’université, il enseigne la langue coréenne, aime beaucoup danser et apprendre des langues, et on peut souvent le trouver autour d’une part de gâteau.
    Je me propose de présenter la fiction contemporaine de l’auteure coréenne Kim Hye-na (김혜나, 1982-). La plupart des œuvres littéraires de Kim sont des romans, et je vais me concentrer ici sur ses romans Junk (2012), Jerry (2010), et Grand-Jeté (2014). Le style de Kim est graphique dans sa manière d’exposer sans aucune barrière des thématiques comme les sexualités multiples, parfois au-delà du découpage binaire des genres, l’inversion des rôles des sexes, la transsexualité, la drogue, le traumatisme des abus sexuels vécus par des enfants, le rejet cinglant de la famille hétérosexuelle et biologique, la recherche de l’auto-affectivité ou de l’utopie, etc. Nous allons voir comment il est possible, à travers la double approche des questions de classes et de la marginalité menée de manière unique dans les fictions de Kim, de repenser la conscience de classe depuis une identité ‘LGBTQIA+’ mondialisée ? Bien sûr, ces aspects que nous mettons en valeur dans les fictions de Kim Hye-na sont loin d’être inédits dans la littérature et les autres arts sud-coréens comme les dramas ou les films. Cependant, je considère que Kim métamorphose les conceptions idéalisées et orientalistes d’une littérature LGBTQIA+ comme genre en les rattachant à la question à la classe. Elle se positionne notamment à l’intersection entre la classe, la marginalité et le genre, ce qui semble en partie impliqué par l’idée d’une identité LGBTQIA+ mondialisée, mais sans pour autant s’enfermer dans cette problématique. En bref, les protagonistes de Kim avancent selon ce qu’elle a appelé des “voies invisibles”. Ses personnages sont trop pauvres, trop marginalisés, ou trop stigmatisés pour se fondre dans la société hétero-normative et traditionnelle, ou pour partir en quête des idéaux non fictifs de la culture et de l’activisme LGBTQIA+ mondialisé. Si certaines œuvres montrent l’aspiration réelle des Sud-Coréens pour, par exemple, le mariage pour tous (comme le film Two Weddings and a Funeral de Kim Jho Gwangsoo en 2012), Kim Hye-na semble voir au-delà du niveau national. Elle dévoile une envie d’auto-affirmation qui critique l’Etat et s’en détache. Nombreux sont les théoriciens, étudiants, activistes, et écrivains qui s’intéressent au monde fictif de Kim, et à la manière dont elle y décrit les réalités du quotidien de la Corée de Sud. Nous pouvons citer par exemple Minwoo Jung (sur “la triste langue maternelle” d’une théorie queer dans le contexte de la diaspora coréenne et de la Corée) ; Seo Tongjin (qui demande une identité LGBTQ+ sud-coréenne) ; Heezy Yang – aussi appelé Hurricane Kimchi (qui demande la mise en place de nouveaux espaces physiques et virtuels pour une communauté LGBTQIA+ plus large et plus variée, ainsi que son soutien dans toute la Corée du Sud) ; et de nombreux médias imprimés sud-coréens, comme par exemple les ressources des groupes de lecture queer (dont celui de l’Université Nationale de Séoul) et les revues populaires (comme Bbira). Nous nous proposons d’analyse la littérature de Kim Hye-na à travers les questions de la marginalité (ou théorie queer) et de la classe, en prenant en compte les approches des études régionales et les théories issues des mouvements de la post-décolonisation. Nous utiliserons notamment les œuvres de bell hooks, les réflexions sur l’utopie queer de José Esteban Muñoz, les anthologies d’essais radicaux et queer édités par Mathilda Bernstein Sycamore, les idées sur la classe d’Yvette Taylor et les thématiques de la citoyenneté queer et sexuelle de David Bell et Jon Binnie.

  • 14:30 • Thomas Garcin, « Texte hybride et plaisir de lecture chez Abe Kazushige »

    Chercheur en études japonaises à l’Université d’Oxford, Thomas Garcin s’intéresse notamment aux relations entre littérature et politique dans le Japon d’après-guerre et le Japon contemporain. Sa thèse, Récit autoritaire, thème de la pureté et place du lecteur dans Patriotisme et Chevaux échappés de Mishima Yukio (Université Jean-Moulin Lyon 3) a reçu le prix de thèse 2016 de la Société Française des Etudes Japonaises. Après plusieurs études sur Mishima Yukio (Ebisu, Cipango, Poetics Today), Thomas Garcin se consacre maintenant au romancier contemporain Abe Kazushige.
    Prix Akutagawa (le Goncourt japonais) en 2007, Abe Kazushige est considéré comme l’un des grands auteurs du Japon contemporain. La complexité stylistique et narrative de ses fictions est indéniable et le range clairement dans la catégorie des auteurs de « littérature pure » (junbungaku). Mais cette littérarité se construit cependant par le biais d’un jeu constant autour des topos de genres de la littérature populaire (roman policier, thriller, science-fiction). Projection privée (Injibiduaru purojekushon, 1997), le roman qui lui apporta la reconnaissance du public et des critiques, met en scène un narrateur paranoïaque qui navigue à vue dans un monde instable composé de yakuza revanchards, de poursuites automobiles, d’une bombe atomique clandestine et d’un sac rempli de cocaïne. Ces stéréotypes de la littérature grand public et des films d’actions se retrouvent dans toute son œuvre. L’alliance entre littérature pure et littérature populaire fut définitivement scellée avec Captain Thunder Bolt (Kyaputen sandâ boruto, 2014) un roman à quatre mains rédigé avec Isaka Kôtarô (né en 1971), auteur à succès de roman policier. Nous souhaiterions, notamment à travers l’analyse de Projection privée, nous interroger sur la fonction des stéréotypes et des procédés narratifs empruntés aux genres populaires dans l’œuvre d’Abe Kazushige. Si l’utilisation des « ficelles » du roman populaire permet à l’auteur de capter l’intérêt de ses lecteurs, il ne cesse cependant de déconstruire celles-ci dans des textes souvent polysémiques et/ou métafictionnels. L’objet de cette parodie des genres populaires n’est pas tant (ou pas seulement) un moyen de souligner la littérarité (i.e. le travail formel) de l’œuvre. Comme le suggère Captain Thunder Bolt, Abe Kazushige cherche aussi à brouiller les frontières, légitimant un plaisir de lecture épars, disséminé à tous les niveaux, dans la complexité des mises en abyme et des jeux métafictionnels, comme dans les rebonds narratifs plus linéaires du thriller ou du roman policier.

  • 15:00 • Hemlata Giri-Loussier, « L’essor d’une nouvelle littérature populaire indienne au XXie siècle »

    Titulaire d’un doctorat en littérature française de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Hemlata Giri Loussier s’intéresse à la littérature indienne pour diversifier ses recherches. Elle a travaillé pendant deux ans en tant qu’ATER en section d’hindi à Aix-Marseille Université et participé à l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) (UMR 7306). Aussi, elle a traduit quelques récits, poèmes, extrait des romans et du théâtre indiens pour le journal Impressions d’Extrême-orient (IDEO). Actuellement, elle est membre associé de l’équipe IrAsia.
    Dès le début du XXIe siècle, la littérature indienne distingue des changements au plan littéraire. Après l’Indépendance de l’Inde, le milieu littéraire a connu le dilemme de rester fidèle aux grands anciens ou de déployer ses ailes aux horizons inconnus. Longtemps, ce dilemme empêchait cette tentative de nouveauté afin de préserver la grande littérature classique considérée plus « pure ». Mais avec l’arrivée de la globalisation, l’Inde a commencé à voir et surtout à analyser son milieu socio-culturel différemment. Bien évidemment, il existait déjà une littérature de « masses »  à côté de la littérature libellée « intellectuelle », mais elle n’évoquait pas les problèmes sociaux de la même manière car son seul but était de divertir les lecteurs. La génération moderne se sent partagée entre ces deux extrêmes : elle n’a pas envie de lire les grands pavés de la littérature classique ni de lire uniquement pour le plaisir. D’où le défi des jeunes auteurs indiens qui essaient par le biais de leurs écritures d’évoquer des problèmes sociaux d’une manière légère pour mieux convenir aux nouvelles attentes de la génération actuelle. Parmi ces auteurs apparaissent les noms comme Chetan Bhagat, Amitav Ghosh, Jhumpa Lahiri etc qui par leur écriture considérée « légère » soulèvent plusieurs questions importantes de la société indienne. Au fur et à mesure, cette littérature a trouvé une certaine noblesse par sa renommée et ses traductions dans d’autres langues. Sur le plan littéraire hindi, un nouveau genre Laprek se manifeste dans les grandes villes. Les Laprek sont de micro-nouvelles, un format nano expérimental de l’écriture. Ce genre, émergé de facebook et de Twitter, fusionne la prose, la poésie et le dessin. Il a métamorphosé la littérature indienne et l’a rendue très populaire parmi les jeunes qui souhaitent lire d’une autre manière. Mais ces deux genres – Laprek et populaire – évoquent la même question à propos de la notoriété et de la place de ces auteurs au niveau national et international. L’objectif de cette communication sera de comparer ces nouveaux genres qui émergent en Inde ainsi que leur défi à relever à l’époque de la mondialisation.

  •  

    15:30 • pause

  • 15:45 • Anne Bayard-Sakai, « La littérature de l’après 11 mars : limites du genre, limites de la représentation »

    Agrégée de philosophie et docteur en lettres, Anne Bayard-Sakai est professeur au sein du département de langue et civilisation japonaises de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO, Paris). Spécialiste de littérature moderne et contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le roman japonais moderne (narratologie, stylistique, place du lecteur, figures du narrateur, invention de la fiction). Elle a notamment été directrice adjointe du Centre d’Études Japonaise (CEJ) à l’Inalco.
    La triple catastrophe du 11 mars 2011 est souvent considérée comme une césure dans le temps et l’histoire, et face aux innombrables images diffusées en particulier à travers internet, comment la littérature peut-elle espérer encore être pourvoyeuse de sens ? En essayant d’élaborer des réponses à cette question critique, et avec des différences très significatives selon les genres, les écrivains ont proposé des textes, certains décrivant directement les événements du 11 mars, d’autres les évoquant indirectement. Mais de telles évocations ne peuvent fonctionner que si des interprétations peuvent être partagées entre auteurs et lecteurs. Comment, à travers ces divers processus, en arrive-t-on alors, 6 ans après la triple catastrophe, à la reconnaissance institutionnelle de cette littérature de l’après 11 mars que marque en juin 2017 l’attribution du prix Akutagawa à un roman qui en relève, Eiri de Numata Shinsuke ?

  •  

    17:00 • Fin de la journée

    1. Voir le programme de la journée d’étude du 2 juin 2017 à l’URL : https://leo2t.hypotheses.org/760 []
    2. Loïc Aloisio, IrAsia ; Lucie Angheben, Cielam/IrAsia ; Cécile Duquenne, Cielam ; Li Yimei, IrAsia []
    3. Voir l’appel : https://leo2t.hypotheses.org/1212 []
    4. Voir le plan d’accès à l’URL : https://allsh.univ-amu.fr/maison-recherche/acces []

    JE Migration et exil environnemental

    L’équipe des Chantiers de la Création organise le 4 avril 2018 une journée d’étude sur la « Migration et exil environnemental : du Déluge à nos jours« 

    Voir l’appel sur le site de la revue :  http://journals.openedition.org/lcc/

    Xiao Wei interviendra à 9h30 pour une communication intitulée : Migration du peuple tibétain en Chine moderne.

    Rendez-vous à 9h00, salle de Colloque 2, Pôle Multimédia (UFR ALLSH, Aix-en-Provence). Voir le Programme

    Inauguration de l’ERD Gao Xingjian à la nouvelle bibliothèque universitaire

    Inauguré le 3 avril 2008, l’Espace de recherche et de documentation Gao Xingjian a été déplacé dans les nouveaux locaux de la Bibliothèque universitaire des Fenouillères (167, avenue Gaston Berger, 13100 Aix-en-Provence). Ce déménagement va nous procurer une nouvelle occasion de fêter le Prix Nobel de Littérature 2000. Le programme  Lire la suite

    Appel à communications pour la JE : Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie

    Mis en avant

     

    Si l’arrivée d’un XXIe siècle ouvertement porté sur le numérique a fait frémir de nombreux puristes de la littérature, force est de constater que les œuvres littéraires n’ont perdu ni de leur vivacité, ni de leur originalité. Bien au contraire, de nouvelles thématiques et de nouveaux mode d’écriture ont fait leur apparition, en même temps que l’avènement d’internet a démultiplié les possibilités narratives et discursives. Après avoir ébauché un panorama plutôt généraliste des « Nouvelles tendances des littératures d’Asie » lors d’une journée d’étude dédiée en juin 2016, l’axe « Littératures d’Asie et traduction » souhaite continuer sur sa lancée et pousser la réflexion un peu plus loin. Lire la suite

    Littérature chinoise et globalisation

    Edité par Nicoletta Pesaro et Yinde Zhang vient de paraître dans la collection « Translating Wor(l)ds » des Edizioni Ca’ Foscari, un ouvrage passionnant intitulé

    Littérature chinoise et globalisation. Enjeux linguistiques, traductologiques et génériques

    Il est accessible en ligne et consultable en texte intégral à l’URL : http://edizionicafoscari.unive.it/it/edizioni/libri/978-88-6969-209-3/

    Je vous encourage à le découvrir sans tarder :  Lire la suite

    La rentrée d’Impressions d’Extrême-Orient

    L’année de l’axe Littérature d’Asie et traduction commence dès aujourd’hui avec la mise en ligne d’un nouveau numéro de sa revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient (IDEO) dont la nouvelle adresse est :

    https://journals.openedition.org/ideo/

    Pour son septième numéro, Mondes perdus, mondes rêvésImpressions d’Extrême-Orient s’est penché sur des textes qui évoquent la nostalgie des mondes perdus, mais aussi sur la magie des mondes rêvés, des textes propres à nous faire rêver ou cauchemarder, à faire revivre des souvenirs enfouis ou à retracer des événements qui ont ou n’ont jamais été, à évoquer la nostalgie des instants perdus ou, au contraire, à donner à nos âmes la nostalgie de pays et de bonheurs inconnus à travers des traductions de textes issus de la riche littérature asiatique.

    Ce sont ainsi 24 textes inédits en traduction et en texte intégral, traduits et présentés par 19 auteurs, qui vous attendent à l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/579

    Le numéro 8 de la revue qui sera mis en ligne pendant le cours de cette année présentera les communications qui ont été données lors de deux journées d’études qui se sont tenues pendant l’année 2017 :

    Le numéro 9 sera un nouveau numéro consacré à la traduction autour des Relations entre humains et animaux dans les littératures d’AsieIl devrait voir le jour au début de l’année 2019. Voir l’appel sur ce carnet ou sur le site de la revue. Nous attendons avec impatience vos propositions jusqu’au 30 septembre 2018.

    Bonne année à toutes et à tous, et bonne lecture.

    Soutenances : F. Dubois, Hou Yinghua

    Je suis heureux de vous annoncer deux événements qui vont marquer le début du mois de décembre. Il s’agit des soutenances de thèses de doctorat (Langue et littérature chinoises, ED354) de deux membres de l’axe Littératures d’Asie et traduction, François Dubois et Hou Yinghua. Les deux thèses ont été dirigées par le Pr Noël Dutrait :

    • vendredi 1er décembre, 14h30, salle* de colloque 1, bâtiment Multimédia :
      • soutenance de la thèse de doctorat de François Dubois intitulée « Les avatars de l’auteur dans l’œuvre de Mo Yan » 
    • samedi 2 décembre, 9h30, salle* de colloque 2, bâtiment Multimédia :
      • soutenance de la thèse de doctorat de Hou Yinghua  intitulée « La traduction de la littérature chinoise contemporaine en France (1981-2012) : état des lieux, stratégies de traduction, problèmes et réflexions »

    Lire la suite

    Lao She à AMU

    Après avoir consacré beaucoup d’attention et d’énergie au Jin Ping Mei 金瓶梅, LI Shiwei 黎诗薇, membre de l’axe de recherche Littérature d’Asie et traduction (IrAsia), actuellement ATER au Département d’Etudes Asiatiques se penche sur l’œuvre de Lao She 老舍 (1899-1966) et sa réception. Elle va consacrer deux communications à ce grand écrivain pékinois qui avait secrètement collaboré à une traduction du chef-d’œuvre du roman chinois des Ming.  Lire la suite

    Vincent Durand-Dastès : une matinée au théâtre des enfers

    Dans le cadre du séminaire annuel de l’IrAsia, l’axe de recherches Littératures d’Asie et traduction est heureux de recevoir

    Vincent Durand-Dastès, professeur de langue et littérature chinoises à l’Inalco, et co-rédacteur en chef de la revue Etudes chinoises.

    Son intervention aura pour thème :

    Une matinée au théâtre des enfers : récits du roman et du théâtre chinois dans les peintures liturgiques des Dix rois du monde des ténèbres.  Lire la suite

    JE Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie

    Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie

    Journée d’étude organisée par les doctorants de l’axe de recherche Littératures d’Asie et traduction, de l’IrAsia (UMR 7306)1

    Samedi 18 novembre 2017, 9 h. – 18 h.

    Aix-Marseille Université, 26, avenue Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence

    Maison de la recherche, Pôle Multimedia, Salle de colloque n° 2

    AMPHI SIX

    Programme de la journée  Lire la suite

    1. Voir l’appel à l’URL : https://leo2t.hypotheses.org/788 []

    La disparition d’un grand sinologue-traducteur : André Lévy (1925-2017)

    Détail de la photo de couverture du DVD du film « Paroles d’Asie et du Pacifique [André Lévy] » de J.-F. Sabouret/M. Seto (RéseauAsie-Imasie, 2010)

    La nouvelle de la disparition d’André Lévy, survenue le 3 octobre, a plongé tous ses lecteurs fidèles dans la plus profonde tristesse et laisse un vide dans le paysage sinologique français déjà bien altéré par la mort de Jacques Dars, voici déjà 7 ans : à eux deux, ils avaient mis à la disposition des amateurs français de littérature chinoise ancienne une part non négligeable de sa création romanesque et de sa prose classique.

    Encore trop touché par cette perte inestimable, je ne me lancerai pas aujourd’hui dans l’établissement d’une évaluation de la contribution d’André Lévy à la connaissance d’un pan majeur de la culture chinoise ancienne, sa littérature principalement pré-moderne : le relevé de ses nombreux écrits savants (quelques conséquents ouvrages de référence sur principalement le conte et le roman chinois anciens, plus d’une cinquantaine d’articles auxquels s’ajoutent quelques centaines de notices et de recensions, le tout publié sur une période de plus de cinquante ans) reste encore à établir1. Pourtant, il faut, au plus vite, rétablir par une énumération plus conséquente les présentations qu’on a pu lire ici ou 2. Lire la suite

    1. Un coup d’œil au catalogue du Sudoc fournira une vision synthétique de sa production savante : http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SET=3/TTL=91/NXT?FRST=1 ; On pourra également consulter le catalogue de la bibliothèque universitaire d’AMU qui liste 39 contributions : https://catalogue.univ-amu.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl?q=an:146232753 []
    2. Juste avant de publier ce billet, j’ai découvert que Vincent Durand-Dastès m’avait précédé sur le carnet de recherche d’ASIEs, avec un hommage inspiré. Je vous invite à le lire à l’URL : https://asies.hypotheses.org/1381 []

    IrAsia Book Talks n° 3

    La prochaine séance des IrAsia Book Talks aura lieu le lundi 16 octobre à 14h00 à Aix-en-Provence (Campus Schuman, Bât. multimedia, salle de colloque 1) autour de deux ouvrages récemment parus chez Decrescenzo éditeurs :

    • Le petit rêve de Tản Đà (1889-1939), traduit par Jade Nguyen Phuong Ngoc
    • Le chant de la terre de Lee Seung-U, traduit par Kim Hye-gyeong et Jean-Claude de Crescenzo 

    Vous pouvez vous préparer à cette séance, dont le thème est « Traduire les littératures du Vietnam et de Corée »,  en lisant sur le site de l’éditeur des extraits des deux œuvres présentées  :

    Pour en savoir plus sur Lee Seung-U, ne manquez pas de consulter également la revue en ligne Keulmadang, à l’URL : http://www.keulmadang.com/blog/auteurs/lee-seung-u/

    Nous vous attendons nombreux.

    Prix de thèse AMU pour Li Shiwei

    Lors d’une cérémonie qui se déroulera le 22 novembre prochain au siège de notre université (site du Pharo, Marseille), LI Shiwei 黎诗薇, membre de l’axe de recherche Littérature d’Asie et traduction (IrAsia), actuellement ATER au Département d’Etudes Asiatiques, se verra décerner un Prix de thèse d’Aix-Marseille université pour son travail de doctorat dirigé par le Professeur Noël Dutrait et soutenu le 24 novembre 2016 devant un jury présidé par le Pr Vincent Durant-Dastès (INALCO) et composé de Mme Solange Cruveillé (MCF, Montpellier III), et de messieurs Li Jinjia (MCF, INALCO) et Pierre Kaser (Pr, AMU, codirecteur).

    Cette thèse de quelque 500 pages très denses porte sur le roman chinois Jin Ping Mei 金瓶梅 et l’aborde sous l’angle de la critique des traductions, mettant notamment en examen les deux traductions intégrales de l’œuvre réalisées par André Lévy et David T. Roy (1933-2016).  Lire la suite

    Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie (Appel)

    Les doctorants et les enseignants chercheurs de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia, UMR 7306), en association avec le Département d’Etudes Asiatiques (DEA, AMU-UFR ALLSH), organisent une journée d’études autour de la traduction des littératures d’Asie. Elle vise à permettre aux doctorants de l’ED354 spécialistes de littératures de Chine, du Japon, de Corée et du Vietnam d’intervenir pour confronter leurs travaux à ceux des spécialistes et des professionnels de la traduction littéraire. 

    Veuillez prendre connaissance de l’appel à communication pour cette journée qui se tiendra le samedi 18 novembre à Aix-en-Provence, Bâtiment multimédia du Centre des lettres de l’Université Aix-Marseille (salle de colloque n° 2) : 

    Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie  Lire la suite