IDEO 12 : En ligne

Peinture de Chen Lin ; mise en page Loïc Aloisio

Mélanges de littératures asiatiques d’hier et d’aujourd’hui

Sous la direction de Loïc Aloisio et Pierre Kaser

En plus des actes partiels de deux journées d’études organisées par l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia — à savoir « Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie » (mai 2018) et « Que peut la littérature asiatique aujourd’hui ? » (mai 2019) —, on trouvera dans ce numéro un mélange d’articles et des traductions que l’équipe de rédaction d’Impressions d’Extrême-Orient est heureuse de vous proposer en texte intégral dans ce douzième numéro.

Continuer la lecture

Impressions d’Extrême-Orient 14 : appel

Appel à contributions  pour le numéro 14 de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient

Hommage au sinologue traducteur André Lévy (1925-2017).

En 2017, le 3 octobre, disparaissait André Lévy qui avait consacré sa vie de chercheur et de traducteur à faire connaître des pans inconnus ou encore mal connus de la littérature chinoise ancienne, principalement celle que l’orthodoxie confucéenne prenait soin de rendre invisible et inacceptable et que le monde sinologique d’alors ignorait superbement. La liste de ses travaux pionniers et de ses traductions est fort longue ; l’énoncé de quelques titres pourtant suffisent à en montrer la qualité et l’ambition : ses écrits sur le conte en langue vulgaire du XVIIe siècle sont depuis longtemps bien installés parmi les ouvrages de référence sur un genre qu’il a envisagé dans toute son étendue en en retraçant la vogue et le déclin, et en en traduisant très tôt dans des revues savantes et des anthologies équilibrées, révélant ainsi, en plus de leur valeur documentaire, leur indéniable qualité littéraire et la profondeur de leur imaginaire. S’il a si bien servi le genre court, il a également rendu toute leur puissance à deux des grands chefs-d’œuvre de la littérature romanesque chinoise avec son Fleur en Fiole d’Or (1985), première traduction intégrale du monumental Jin Ping Mei 金瓶梅 et la Pérégrination vers l’Ouest (1991) traduction du non moins imposant Xiyou ji 西遊記.  Continuer la lecture