HE Wen 贺雯

Etudiante en doctorat

mail : hewen0119@gmail.com


Littérature chinoise

  • Institut de Recherches Asiatiques (IrAsia, AMU)

Domaines scientifiques

  • Littérature chinoise pré-moderne (Ming-Qing)
  • Littérature en dialecte
  • Chinois

Thématiques de recherche

  • Littérature chinoise
  • Traductologie
  • Littérature en dialecte

Langues

  • Chinois, Wu, Français, Anglais

Parcours Universitaire

  • Depuis 2016 : Doctorat en Langue et Littérature Chinoises (AMU)
    • Préparation d’une thèse s.l.d. de Pierre Kaser : « Le dialecte de Wu dans trois romans de la fin des Qing (1640-1911) et sa traduction »
  • 2016 : Master Recherche en Sinologie (AMU)
    • Mémoire de Recherche en sinologie s.l.d. de Pierre Kaser : « Analyse des particularités stylistiques de l’écriture de Zhang Ailing 张爱玲 (1920-1995) dans le roman Xiao tuanyuan 小团圆 (2009) »
  • 2013 : Licence en Langue, Littérature et Civilisation Françaises (Xi’an, Chine)

Collaborations

Publications

  • 웬헤 [Wen He], « Peurangseueseoui Jang Airing beonyeokgwa suyong » 브랑스에서의 장 아이링 번역과 수용 (La Traduction et la réception de Zhang Ailing en France) (Lee Gyu-hyeon 이규현, trad.), Comparative Korean Studies [비교한국학], Vol. 26, No. 1, Avril 2018, pp. 81-102.
  • « Étranges petites histoires chinoises », Carnet de recherches de l’axe Littératures d’Asie et traduction [En ligne], mis en ligne le 1er avril 2017. URL : https://leo2t.hypotheses.org/717

Traductions

  • Su Tong, « Voler jusqu’à mon village natal des Noyers », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017. URL : http://journals/openeditions.org/ideo/616
  • Zhang Ailing, « Avec le dessin d’une galette », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, Consulté le 05 octobre 2016. URL : http://ideo.revues.org/433

Communications

  • « Peut-on traduire les noms de plat de Nulles références (Hedian 何典) ? », Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie, Journée d’étude de l’Institut de Recherches Asiatiques, 18 novembre 2017, Aix-en-Provence
  • « Notes d’un voyage en d’autres terres (Yixiang ji 异乡记) : Zhang Ailing et ses tribulations sur la route de Wenzhou », Les récits de voyages, Atelier littéraire de l’axe Littératures d’Asie et traduction, 2 octobre 2017, Aix-en-Provence
  • « Étranges petites histoires chinoises », Histoire de fantômes, Atelier littéraire de l’axe Littératures d’Asie et traduction, 6 mars 2017, Aix-en-Provence

Sujet de thèse

  • « Le dialecte de Wu dans trois romans de la fin des Qing (1640-1911) et sa traduction »

Comme l’a écrit le grand homme de lettres chinois Hu Shi 胡适 (1891-1962): « Si la littérature en dialecte est précieuse, c’est que le dialecte montre le mieux l’esprit humain. Les personnages dans les écrits en chinois classique sont des morts ; ceux en mandarin des vivants maniérés ; ceux en dialecte local de vrais vivants naturels. » (« Haishang hua liezhuan xu », 1986).

Celuiqui fut un des fervents artisans de la révolution littéraire qui marqua le début du xxe chinois et coupa avec des traditions intellectuelles pour certaines plurimillénaires, a raison de s’attacher à l’apport des dialectes dans la littérature chinoise et surtout dans une de ses expressions les plus populaires, le roman en langue vulgaire.

Apparu à la fin du premier millénaire de l’ère chrétienne, en rupture avec la littérature classique s’adressant dans un sabir copié sur les écrits des sages de la période pré-impériale, langue principalement écrite et d’une grande complexité réservée à la classe dirigeante et à ceux qui aspiraient à intégrer une bureaucratie défendant un confucianisme bien pensant, le roman en langue vulgaire a depuis son origine intégrer les parlers populaires et fait une grande place aux dialectes.

En fait, si ceux à qui l’on doit la riche production de romans chinois en langue vulgaire (tongsu xiaoshuo 通俗小说), s’attachèrent à employer une langue compréhensible par le commun en se dégageant de l’influence toujours présente de la langue classique, ils ont toujours conservé un lien avec les parlers locaux, celui de leur enfance, ceux de leur environnement. Ces lettrés déclassés qui, pendant la dynastie Ming (1368-1644), prirent en charge la diffusion des premiers témoignages écrits, ou qui progressivement  se mettront à en composer directement, useront certes d’un idiome moyen capable de toucher un public qu’ils voulaient le plus large possible, mais ne purent, volontairement ou non, effacer les traces la richesse de l’apport des parlers locaux.

On ne les retrouve pas seulement dans les dialogues et les proverbes, mais aussi dans toutes sortes de formules populaires dont ils nous conservent la mémoire sans pourtant toujours nous fournir les clefs de leur compréhension. Ces particularismes dialectaux sont pourtant d’une grande utilité pour le chercheur contemporain, notamment dans ses tentatives d’attribution d’une œuvre diffusée, comme c’est généralement le cas dans ce registre d’écrits, sous le coup de l’anonymat.

Ainsi, les grands romans fleuves, les collections de contes, qui constituent un des apports majeurs de la création littéraire de la dernière dynastie chinoise et qui contribuèrent à diffuser une langue dont on dit que la composante fondamentale était le chinois tel qu’il était alors pratiqué à Nankin (Nanjing), portent en eux un héritage linguistique qui sera pris en charge et augmenté pendant la dynastie Qing (1640-1911) pendant laquelle apparaîtra un chef-d’œuvre qui porta haut le parler de Pékin, le Hongloumeng 红楼梦 ou Rêve du Pavillon rouge de Cao Xueqin 曹雪芹 (1715-1763).

Parallèlement, au développement, tout au long du xixe siècle des théâtres locaux, usant chacun de l’idiome de la région où il se jouait, on vit apparaître jusqu’à à la fin de l’ère impériale des œuvres romanesques qui accorderont une place plus grande à un dialecte. Il n’est pas étonnant que la région la plus dynamique culturellement et économiquement fournisse le terreau de ce qui peut passer pour un des courants marquants de la fin d’une période qui a livrer un corpus évalué à plus de 3500 œuvres composées pendant le millénaire qui a précédé le changement de régime. Cette région est celle du bassin du Fleuve Bleu (Yangzijiang).

Le dialecte Wu 吴 est un parler répandu à Shanghai 上海, dans le sud-est de la province du Jiangsu 江苏 et la plupart des villes de la province du Zhejiang 浙江. C’est l’un des groupes majeurs des parlers sinitiques. S’il n’a cessé d’évoluer, il a résisté aux campagnes menées par le gouvernement communistes en faveur d’une langue officielle se calquant sur la langue de la capitale nationale, Pékin (Beijing). Il est donc encore pratiqué extensivement dans la sphère privée, voire même à travers des genres d’expression de la culture locale (théâtre, art des conteurs). Il l’est avec de multiples variantes, lesquelles sont sensibles d’une ville à l’autre, voire même d’un bourg à l’autre.

Ce qui nous intéresse en l’occurrence, c’est sa variante littéraire telle qu’elle a été mise à l’honneur dans plusieurs œuvres sur lesquelles nous allons faire porter notre attention dans le travail que nous envisageons de conduire. Sans faire l’impasse sur un corpus plus vaste, notre étude se concentrera donc sur les trois romans les plus représentatifs de la littérature en langue Wu : He dian 何典 (La bible de la critique), Haishang hua liezhuan 海上花列传 (Les fleurs sur la mer), et Jiuwei gui 九尾龟 (La tortue à neuf queues).

Le premier, date de l’ère de l’empereur Jiaqing 嘉庆 (1760-1820). Il s’agit d’un roman d’humour portée par une ironie que, non seulement Hu Shi, mais également Lu Xun 鲁迅 (1881-1936) ont particulièrement estimée pendant le Mouvement de la Nouvelle Culture en 1919.

Haishang hua liezhuan et Jiuwei gui sont, quant à eux, les deux romans les plus emblématiques parmi les romans traitant de la prostitution de la fin des Qing. Le premier, écrit en 1892 par Han Bangqing 韩邦庆 (1856-1894), est considéré comme « le premier chef d’œuvre de la littérature en langue Wu » par Hu Shi ; la grande écrivaine Zhang Ailing 张爱玲 (1920-1995) voyait en lui rien de moins qu’« un autre sommet de la littérature chinoise cent ans après Le rêve dans le pavillon rouge ». Néanmoins, du fait de son écriture majoritairement en dialecte, ce roman reste encore peu étudié et sous-estimé.

Le dernier est plus tardif. Ecrit de 1906 à 1924, partiellement en dialecte Wu, a eu une influence importante à cette époque-là, ce qui le rend incontournable pour mon étude de la langue Wu.

Dans un premier temps, nous voudrions nous interroger sur la notion de la littérature en dialecte, puis interroger les raisons ayant poussé les auteurs à écrire en dialecte Wu. Nous passerons également revue les particularités de cette littérature d’un point de vue littéraire, culturel et historique, et rechercherons les raisons du caractère éphémère de cette littérature, puisqu’elle est apparue durant la seconde moitié des Qing et a disparu au début de la République.

Afin de mener à bien notre recherche, nous comptons nous appuyer sur des travaux de spécialistes chinois du dialecte Wu tels que Mingqing Wuyu he xiandai fangyan yanjiu 明清吴语和现代方言研究 (L’étude de la langue de Wu des Ming et des Qing et du dialecte moderne) de Shi Rujie 石汝杰 (1947-), Xiandai Wuyu de yanjiu 现代吴语的研究(L’étude de la langue de Wu moderne) de Zhao Yuanren 赵元任 (1892-1982) et Beibu Wuyu yanjiu 北部吴语研究 (L’étude de la langue Wu du nord) de Qian Nairong 钱乃荣 (1945-). Ces ouvrages nous aiderons à réaliser une recherche lexicologique sur le dialecte de Wu durant la période des dynastie Qing jusqu’au début de la République en nous appuyant sur la théorie de la linguistique synchronique de Ferdinand de Saussure.

Ce travail d’élucidation et de balisage du corpus nous mettra en position d’affronter le problème de la traduction de cette littérature, sur la possibilité de la rendre dans toute sa richesse expressive en français, et les stratégies à mettre en place pour y parvenir. Nous aborderons ce problème après avoir critiquer les tentatives déjà existantes, dont celles fameuses, du dialecte de Wu en mandarin standard, puis en anglais, réalisées par Zhang Ailing. Nous le ferons en nous appuyons sur l’approche de  Roman Jakobson (« On Linguistic Aspects of Translation », 1971) définissant trois types de traductions : traduction intralinguale, traduction interlinguale et traduction intersémiotique. Notre étude se focalisera sur les deux premiers genres de traductions puisque seront passer en examen une traduction intralinguale du dialecte Wu en mandarin et deux traductions interlinguales de la langue chinoise en langue anglaise et une en langue française.

Nous réfléchirons enfin sur le choix des stratégies de traduction à mettre en œuvre pour obtenir des résultats plus satisfaisants en nous appuyant notamment sur les théories du théoricien de la traduction américain Lawrence Venuti (The Translator’s Invisibility : A History of Translation, 1995), notamment sa stratégie de foreignization et celle de domestication.

Nous comblerons ainsi un vide dans les études littéraires chinoises en France, car les œuvres sur lesquelles nous nous pencherons n’ont pas encore été étudiées, sans aucun doute parce que leur simple lecture nécessite la maîtrise d’un idiome non enseigné et difficile d’accès, mais que j’ai la chance de maîtriser ; d’autre part, nous espérons apporter notre contribution à l’approche critique mais aussi pratique de la traduction d’œuvres en dialecte ou hybrides.

Notre travail viendra alimenter la réflexion du groupe de recherche sur la traduction du roman chinois qui s’est constitué au sein de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia.

Une réflexion au sujet de « HE Wen 贺雯 »

  1. Ping : Attitudes et latitudes du traducteur des littératures d’Asie (Appel) | Littératures d'Asie et traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.