1919-2019 : un siècle de création littéraire en Chine (appel à communications)

Colloque international à Aix-en-Provence, les 4-5 octobre 2019

Université Aix-Marseille – Institut de recherches asiatiques (IrAsia, UMR 7306)

Lors d’un colloque dirigé par le Pr Noël Dutrait qui s’est tenu à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence le 10 février 1996 et auquel avait participé l’écrivain dramaturge Gao Xingjian, Prix Nobel de Littérature 2000, le regretté Professeur André Lévy (1925-2017) a posé la question des rapports entre « Littérature classique, littérature moderne : ruptures ou continuités » (voir Littérature chinoise. État des lieux et mode d’emploi. Actes de colloque, Publications de l’Université de Provence, 1998, pp. 11-18) en distinguant ce qui seraient plutôt que des « cassures irréparables », des « fractures guérissables tout en laissant des traces profondes » et des « foulures dont les traces s’effacent ». Si l’on peut tomber d’accord sur le fait qu’il n’y a pas eu de « cassure véritable », même si l’abandon définitif du chinois classique au début du XXe siècle. constitue bien une rupture majeure, il reste encore à évaluer les causes, la nature et la portée des évolutions qui se sont déployées pendant, pour le moins, le siècle et demi qui vient de s’écouler. Nous convions chercheurs et intervenants à venir à Aix-en-Provence, afin de proposer leurs vues et de discuter autour de plusieurs axes d’investigation, dont une remise en question de la manière dont l’histoire de la littérature chinoise a été considérée jusqu’à présent. Continuer la lecture

La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France [CR]

Compte rendu de lecture de :

GAO Fang, La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France. Paris : Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, n° 34, 2016, 403 p.

Par : Lise Pouchelon, Aix-Marseille univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France

Fang Gao (en chinois 高方) est spécialiste des échanges littéraires franco-chinois. Directrice du département de français de l’Université de Nankin, elle est aussi traductrice, et a notamment traduit le roman Onitsha de J. M. G. Le Clézio en chinois, auteur nobélisé qui a d’ailleurs écrit une préface bienveillante à l’ouvrage présenté ici. La Traduction et la réception de la littérature chinoise moderne en France reprend le sujet de la thèse de Fang Gao, soutenue en 2008 à Paris 8 et effectuée en cotutelle avec l’Universités de Nankin sous la direction de Jacques Neefs et de Xu Jun. Dans ce livre, comme l’indique son titre, Fang Gao étudie la traduction de la littérature chinoise moderne – qu’elle définit à l’issue d’une réflexion approfondie comme la littérature produite en Chine continentale entre 1917 et 1949 –, et en particulier sa traduction et sa réception en France, des années 1920 jusqu’à la fin de la première décennie du xxie siècle. Elle inclue en outre dans sa recherche les traductions produites en Chine par les Éditions en langues étrangères de Pékin et celles publiées dans la collection Panda des Éditions Littérature chinoise, en Chine également.  Continuer la lecture